Sophie la Girafe, Vulli, le bien être avant tout.

Publié le par Jacques SAMELA.

Créée le 25 mai 1961, jour de la sainte Sophie, Sophie La Girafe représente encore aujourd’hui le premier compagnon de jeux des bébés du monde entier, et, elle est française.

En effet, imaginé à l’époque par un certain Monsieur rampeau, spécialiste de la transformation de la sève de l’arbre hévéa par le concept du rotomoulage du caoutchouc pour les jouets, il eut l’idée de concevoir cette girafe, dont la taille et la forme étaient idéales pour la préhension du bébé.

Sa mise en fabrication fût faite par la société Delacoste, et son succès, porté par un bouche à oreille important, fût immédiat auprès des mamans de l’époque, car apportant à leurs bambins un bien être, notamment lors des premières poussées dentaires.

Mais, à la suite d’un incendie, la société en question dut trouver de nouveaux locaux, passant de paris à Rumilly en Haute-Savoie, afin de continuer l’aventure. Et, loin d’arrêter son expansion, cette nouvelle présence dans la région Rhône-Alpes lui permettra par la suite d’incorporer une société de la région, et faire que se développe la fabrication de ce personnage devenu incontournable.

En effet, c’est donc grâce au rachat de cette société en 1980 par la société Vulli (www.vulli.fr), anciennement Ets Vullienne, créé en 1945 par Monsieur Joseph Vullienne, et dont la spécialité était le jouet mécanique, que Sophie La Girafe est ce qu’elle est aujourd’hui.

Racheté elle-même en 1989 par le groupe Alain Thirion qui possède la marque Joustra (www.joustra.fr), elle obtient en 2000 le "Grand Prix du Jouet" par la revue du Jouet (www.larevuedujouet.fr) pour un de ses produits phare, le jardin de Sophie La Girafe.

Aujourd’hui, la société est toujours située à Rumilly, et la production* de Sophie la Girafe est toujours réalisée dans les ateliers d’un point de vue artisanal, avec pas moins de 14 opérations manuelles pour la réaliser, gardant jalousement le secret de fabrication. Par-contre, son aura elle, est internationale. Elle est effectivement présente dans plus de 40 pays, et sur tous les continents, avec près de 50 millions d’exemplaires commercialisés depuis sa naissance.

Sensible au développement des enfants (voir photo ci-jointe), la société Vulli l’est également aux problématiques environnementales avec l’utilisation d’un caoutchouc 100 % naturel à base de sève d’hévéa pour le processus de fabrication, plus connu sous le nom de « latex », elle recycle le plâtre utilisé pour la fabrication, qui, trié, est remis en service dans sa filière, et donc dans sa fonction première.

Ensuite, elle a également développé une gamme résolument tournée vers la protection de l’environnement appelée « Klorofil », permettant aux enfants d’être sensibilisés par l’écologie, les énergies renouvelables ou la protection des espèces en voie de disparition, et toujours dans le même esprit, souhaitant sensibiliser son personnel, un audit a été mis en place dans l’entreprise, afin de réduire efficacement les déchets.

Et, sachant que Sophie La Girafe est également devenu une collection de produits couvrant tous les besoins des bébés à chaque étape de la croissance, on peut espérer que les générations futures, en même temps d’être accompagnées dans leur croissance, deviendront par la suite des parents sensibles à leur environnement, tout en assurant à leurs chers bambins, des premiers pas rassurants.

Un vrai passage de témoin, qui dure depuis de nombreuses années, et qui durera on l’imagine encore. On n’est pas près de voir disparaître ce compagnon indispensable.

Jacques Samela

*Pour découvrir le process de fabrication de Sophie la girafe, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.youtube.com/watch?v=-AGU57lq4DQ&feature=player_embedded

Sophie la Girafe, Vulli, le bien être avant tout.
Sophie la Girafe, Vulli, le bien être avant tout.

Publié dans L'entreprise du mois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article