La France reste une grande puissance scientifique

Publié le par Jacques SAMELA.

Pour la première fois dans le monde, une équipe française (voir photo) du CHRU de Montpellier a rendu possible la modélisation et l'impression d'un embryon humain de moins d'une semaine. Cette technique innovante permettra une observation améliorée de l'embryon, afin de déterminer "le meilleur candidat" à replacer dans l'utérus, et permettra également de diminuer les échecs (deux tiers) dans le domaine de la fécondation in vitro.

Et cette information, accompagne parfaitement le dernier rapport de Thomson Reuters (www.thomsonreuters.com), qui permet d'évaluer les résultats en recherche et innovation des différents pays du G20 et leur évolution de 2003 à 2012, et qui indique, que la France arrive largement à tirer son épingle du jeu.

En effet, en 10 ans, le nombre de publications françaises a augmenté de 28 %, passant de 51 000 à 65 000 par an, faisant mieux que ses grandes concurrentes européennes que sont la Grande-Bretagne et l'Allemagne, devançant même le Japon.

Et, selon le moteur de recherche de données bibliographiques de l'ensemble des domaines de spécialisations de la biologie et de la médecine, intitulé PubMed (www.ncbi.nlm.nih.gov), la France s'offre même un record en nombre de publications biomédicales, passant de 15 000 en 1995 à 30 000 en 2013. La qualité des publications françaises quant à elle, ayant progressé en terme d'impact et de nombre de papiers cités.

Quant aux brevets, la progression est de l'ordre de 10 %, avec des domaines de prédilection comme la cosmétique, l'aérospatiale, l'automobile et le nucléaire.

Les docteurs Samuel Mérigeaud et Elodie Scalici, ainsi que le professeur Samir Hamamah. N. Bonzom / Maxele Presse / 20 Minutes

Les docteurs Samuel Mérigeaud et Elodie Scalici, ainsi que le professeur Samir Hamamah. N. Bonzom / Maxele Presse / 20 Minutes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article