Tolix, le renouveau d'une dame de fer

Publié le par Jacques SAMELA.

Après Fermob (voir le dossier du 01/07/13), voici une autre incursion dans le monde, français, du mobilier dit industriel, en l’occurrence Tolix (www.tolix.fr).

Son modèle phare, connu sous le nom de chaise A, est exposé au centre Georges Pompidou à Paris, et au MoMa de New York.

Par-contre, sa fabrication elle, est toujours située à Autun en Saône et Loire (Bourgogne), fief de son créateur, Xavier Pauchard (1880-1948), pionnier de la galvanisation en France.

En effet, jeune plombier-zingueur, il créer un atelier de chaudronnerie en 1908, afin de produire des articles à usages en tôle galvanisés, suivi dans les années 20 par la production d’une gamme complète de meubles métalliques (chaises, fauteuils, tabourets, tables, etc…), et en 1927, le dépôt de la marque en question.

Ces meubles, dits à usage collectif, sont utilisés dans les jardins publics, les cafés, les bureaux, les hôpitaux, avec notamment l’utilisation de cette chaise A sur le paquebot Normandie en 1935, considéré comme l’un des plus beaux paquebots au monde, et durant l’Exposition Universelle de Paris en 1937.

A la mort du créateur, deux de ses fils reprennent l’activité, et créent en 1954 la société Tolix, complétant la gamme de mobilier par la table « 55 » et le fauteuil « A56 », avec près de 60 000 pièces fabriquées chaque année par les 80 ouvriers que compte l’entreprise.

Familiale jusqu’en 2004, année de sa liquidation judiciaire, elle est reprise de suite par Madame Chantal Andriot, son ancienne directrice financière, accompagnée d’une vingtaine de salariés, garant d’un certain savoir-faire, avec comme souhait de redonner un souffle nouveau à cette entreprise un peu endormie, perpétuant en cela l’exigence de la qualité et l’innovation.

Elle s’entourera également de deux jeunes designers que sont Jean-François Dingjian et Eloi Chafaï de l’agence Normal Studio, afin d’apporter ce côté contemporain largement manquant.

Aujourd’hui, avec 95 salariés, une utilisation renforcée de machines numériques ultra-performantes, l’entreprise Tolix réalise la moitié de son chiffre d’affaires à l’export, avec une part non négligeable aux Etats-Unis, et son produit phare, la chaise A donc, se retrouve dans tous les hôtels Mama Shelter du designer français Philippe Starck (voir le dossier du 31 mars 2015), et la marque Conran Shop (www.conranshop.fr) la vend dans l’ensemble de ses boutiques.

Ce succès, récompensé en 2006 par l’obtention du label « Entreprise du patrimoine vivant», on le doit grâce à l’engouement du mobilier à l’esthétique industrielle, mais surtout à sa dirigeante actuelle, qui a su, au moment de la reprise de l’entreprise, avec ses 20 employés, repenser l’élaboration de leurs produits en répondant enfin aux attentes des clients, mais surtout en misant sur la couleur, plus dans l’air du temps, et non démenti encore aujourd’hui.

Et afin de continuer sur cette lancée, c’est dans le cadre des 80 ans de l’existence de cette entreprise que sa dirigeante a confié à huit designers la décoration de chaises A (plus à présenter désormais), leur demandant une interprétation toute personnelle, avec au final, l’exposition « Face to Face with an Icon », passé notamment par Milan, l’une des capitale du design européen, si ce n’est mondial.

C’est donc une nouvelle ère qui s’ouvre à cette octogénaire, avec comme idée, de se servir du passé (réédition du petit fauteuil appelé « La Mouette »), pour se préparer un avenir radieux.

Jacques Samela

Sources :

. Télérama n° 3412 du 03 juin 2015

. Magazine Le Parisien du 03 juillet 2015

. Industrie & Technologies du 08 septembre 2015

. www.franchementbien.fr

. http://facetoface.tolix.fr

Tolix, le renouveau d'une dame de fer
Tolix, le renouveau d'une dame de fer
Tolix, le renouveau d'une dame de fer
Tolix, le renouveau d'une dame de fer

Publié dans L'entreprise du mois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article