J'aime-J'aime pas

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans Libération du 17 janvier 2017, et Les Echos du 14 et du 31 janvier 2017
Vus et lus dans Libération du 17 janvier 2017, et Les Echos du 14 et du 31 janvier 2017
Vus et lus dans Libération du 17 janvier 2017, et Les Echos du 14 et du 31 janvier 2017
Vus et lus dans Libération du 17 janvier 2017, et Les Echos du 14 et du 31 janvier 2017
Vus et lus dans Libération du 17 janvier 2017, et Les Echos du 14 et du 31 janvier 2017

Vus et lus dans Libération du 17 janvier 2017, et Les Echos du 14 et du 31 janvier 2017

Vus et lus dans Les Echos du 31 janvier 2017 et du 07 février 2017, et l'Usine Nouvelle n°3502 du 07 février 2017
Vus et lus dans Les Echos du 31 janvier 2017 et du 07 février 2017, et l'Usine Nouvelle n°3502 du 07 février 2017
Vus et lus dans Les Echos du 31 janvier 2017 et du 07 février 2017, et l'Usine Nouvelle n°3502 du 07 février 2017
Vus et lus dans Les Echos du 31 janvier 2017 et du 07 février 2017, et l'Usine Nouvelle n°3502 du 07 février 2017

Vus et lus dans Les Echos du 31 janvier 2017 et du 07 février 2017, et l'Usine Nouvelle n°3502 du 07 février 2017

Le déficit commercial s'est creusé en 2016

Le Figaro / Le 07/02/17

 

Le secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur, Matthias Fekl, estime que des retards chez les fournisseurs d'Airbus et le mauvais temps qui a freiné les récoltes de céréales sont en grande partie responsables de cette dégradation.

Alors que l'Allemagne a ravi y a quelques jours la place de premier exportateur mondial à la Chine, la France présente ce mardi un triste bilan de son commerce extérieur ce mardi. Le déficit commercial français s'est dégradé en effet plus que prévu en 2016 pour s'établir à 48,1 milliards d'euros, nettement au-dessus de l'objectif du gouvernement fixé à 45,3 milliards, a annoncé mardi la direction générale des douanes. Très loin aussi donc des 278 milliards d'euros d'excédent enregistré par l'Allemagne. «Ce ne sont pas des bons chiffres. Ce n'est pas une bonne année», a reconnu le secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur, Matthias Fekl, interrogé par l'AFP.

Il a attribué cette hausse du déficit commercial à «des retards chez les fournisseurs d'Airbus qui ont décalé des livraisons», soit une aggravation du solde de l'aéronautique de 4,7 milliards d'euros «qui a contribué fortement à la dégradation globale». Matthias Fekl a également pointé une baisse de 2,5 milliards d'euros des exportations agricoles «en raison d'une mauvaise saison dans les céréales». Dans le projet de loi de finances (PLF) pour 2017, le gouvernement s'était fixé un objectif de déficit de 45,3 milliards d'euros pour cette année, après avoir initialement tablé sur une amélioration à 40,3 milliards.

Baisse des exportations de 0,6%

Cette aggravation du déficit est due à «un accroissement du déficit manufacturier supérieur à l'allégement de la facture énergétique», soulignent les douanes dans un communiqué. Les exportations françaises ont baissé de 0,6% en 2016 après avoir connu un bond de 4,4% en 2015. Les exportations de produits énergétiques ont affiché «un nouveau repli». En revanche, les ventes de véhicules automobiles sont en hausse pour la troisième année consécutive, selon les Douanes.

Matthias Fekl a toutefois souligné que le secteur automobile avait connu «une dégradation liée à une hausse des importations». «Nous avons des importations élevées et une part de délocalisation de production, que ce soit en Europe de l'Est ou dans les pays du Maghreb qui est une réalité», a-t-il expliqué. Les importations ont «stagné (+0,1%) du fait de la forte contraction au premier semestre des approvisionnements énergétiques», précisent les douanes. Pour 2017, le gouvernement a prévu un déficit commercial de 48,9 milliards dans son projet de budget.

 

Publié dans J'aime - J'aime pas

Commenter cet article