La France dans l'Union Européenne (bis repetita placent *)

Publié le par Jacques SAMELA.

* Bis repetita placent : Les choses répétées plaisent (Horace)

* Bis repetita placent : Les choses répétées plaisent (Horace)

Idéalement placée géographiquement parlé au sein des pays membres de l’Union Européenne, la France, de par son poids politique, économique, militaire et démographique, tient toujours un rôle de premier plan dans son fonctionnement actuel.

Comme vous le savez, elle fût l’une des instigatrices de sa création, grâce notamment à la réconciliation franco-allemande, scellée en 1963 par le traité de l’Elysée, faisant de ces deux pays le moteur de la construction européenne naissante.

Aujourd’hui donc, La France représente la 2ème puissance économique de l’UE, et en est également le deuxième pays contributeur au budget de l’Union (19,01 milliards d’Euros en 2015) derrière l’Allemagne, tout en étant redevenu le premier bénéficiaire en volume des dépenses de l’Union Européenne, avec par exemple les 7 milliards d’Euros versés aux agriculteurs français.

En 2012, la Banque européenne d’investissement (BEI) avait accordé plus de 8 milliards d’Euros de nouveaux financements pour des infrastructures et des projets d’entreprises, soit une hausse de 80 %, avec en 2013, une somme quasi similaire, complétée en cela par les 546 millions d’Euros du Fonds européen d’investissement (FEI) pour les PME et les TPE françaises, passant même à 1,15 milliards d’Euros, soit une hausse de 74 % en un an, après l’accord conclu avec la Caisse des dépôts en juin de cette même année.

N’ayant pas toujours été un élément fédérateur et sans reproche dans la construction européenne, avec notamment les rejets en 1954 de la Communauté européenne de défense (on en reparle aujourd’hui), et en 2005 de la constitution européenne, elle reste malgré tout incontournable, avec l’Allemagne aujourd’hui, et encore plus demain avec le départ de la Grande-Bretagne, pour relancer la maison Europe en mal d’actions créatrices d’espoirs et d’adhésions pour un futur de paix, de sécurité, de démocratie et de prospérité, et donc de retrouver les fondamentaux sur lesquels s’est créée l’Union Européenne.

Donnons-lui rendez-vous en 2022 (1er semestre), année où la France assurera à nouveau sa présidence, après celle assurée en 2008.

PS. D'après la dernière enquête Eurbobaromètre, les français jugent  l'Union Européenne utile à 53 %, soit 5 % de plus qu'il y a un an, marquant également leur préférence pour une réponse commune (72 %) aux derniers évènements géopolitiques (Les Echos du 02/05/17).

Jacques Samela

 

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 06 au 09 mars 2017, intitulé : L'Union Européenne, ma petite histoire.

 

Commenter cet article