Criteo, Qwant, Sigfox (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Criteo, Qwant, Sigfox (suite)
Vu et lu dans Les Echos du 16/01/18

Vu et lu dans Les Echos du 16/01/18

Malgré la politique anti-cookies d’Apple, Criteo a tenu le choc en 2017 / Frenchweb / 15/02/2018

Cependant, Criteo a fait face à un ralentissement de sa croissance. En 2016, le spécialiste français de la publicité en ligne avait ainsi vu son chiffre d’affaires progresser de 36%. Le constat est similaire pour les bénéfices nets de l’entreprise qui ont grimpé de 11% l’an passé, à 97 millions de dollars, après un bond de 40% un an plus tôt.

Néanmoins, à la lumière de ces résultats annuels supérieurs aux prévisions de la société et aux attentes des analystes, Criteo a repris des couleurs à Wall Street. L’action du groupe, qui réalise 40% de son activité aux États-Unis a ainsi bondi de 20% dans la foulée de la publication de ses résultats.

Après iOS, le défi du RGPD

Après avoir limité les dégâts en 2017, Criteo se prépare à affronter une année 2018 qui s’annonce encore plus difficile. L’an passé, le spécialiste du reciblage publicitaire ne s’était d’ailleurs fait aucune illusion sur l’impact du nouveau système d’Apple sur iOS.

Lancé à l’automne, ce dernier, baptisé «Intelligent Tracking Prevention (ITP)», restreint lourdement le suivi publicitaire sur Safari via les «cookies», des petits fichiers permettant de récolter des données sur la navigation des internautes sans leur consentement.

Ces fichiers, aussi minuscules soient-ils, étaient une mine d’or pour Criteo car ils permettaient à l’entreprise française de proposer des publicités sur-mesure aux internautes en fonction de leurs préférences. Le nouveau dispositif d’Apple oblige dorénavant les sociétés tierces à revoir leur copie puisqu’elles ne peuvent plus utiliser plus de 24 heures les «first cookies», créés sur les sites lorsqu’ils sont visités par les internautes.

Dans un premier temps, Criteo avait évalué en novembre dernier l’impact du nouveau système d’Apple de 9% à 13% sur son chiffre d’affaires, hors reversement à ses partenaires. Finalement, la société a établi en décembre le préjudice engendré à hauteur de 22% sur ses revenus en 2018.

De plus, les choses devraient se compliquer davantage pour Criteo en mai prochain avec l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données (RGPD).

Face à ces défis, le groupe français cherche à se diversifier. Dans ce sens, l’entreprise a notamment lancé deux outils à destination des e-commerçants pour les aider à résister face au mastodonte Amazon. Criteo leur met ainsi à disposition un outil, baptisé «Criteo Audience Match», qui permet de réconcilier les audiences.

Avec cet outil, les marchands en ligne ont l’opportunité de rapprocher leurs données CRM avec des données de navigation Web ou mobile pour adresser des publicités mieux ciblées aux internautes. En parallèle, Criteo propose un deuxième outil, qui s’appuie sur sa technologie de prédiction et de personnalisation, pour toucher des consommateurs qui pourraient être intéressés par les services du marchand en ligne.

Les deux outils de Criteo pour les e-commerçants s’appuient sur le «Criteo Shopper Graph», qui offre un panorama des 1,2 milliard de clients réalisant 21 milliards de transactions chaque mois.
 

. Pour plus d'informations sur Criteo, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 19 février 2013, intitulé : Criteo, le rêve américain.

Avec Masq, Qwant facilite le partage de fichiers entre appareils

 Industrie & Technologies

Par Séverine Fontaine publié le 24/01/2018

 

 

Eric Léandri, PDG du moteur de recherche français Qwant, a annoncé à Industrie & Technologies le lancement dans les semaines à venir de MASQ, un système de connexion d’appareils permettant la sauvegarde de données en temps réel d'un appareil à l'autre.

Lors du Forum international de cybersécurité (FIC) qui s’est déroulé à Lille ces 23 et 24 janvier, Eric Léandri, PDG du moteur de recherche français Qwant, a annoncé lors d'une interview accordée à Industrie & Technologies le lancement imminent de MASQ, un système d’appairage des dispositifs mobiles permettant la sauvegarde des fichiers d’un appareil à l’autre. « Masq ne nécessite pas d’inscription.

Il sauvegarde vos fichiers sur tous les dispositifs connectés, en peer-to-peer. Les données ne passent jamais par Qwant », souligne Eric Léandri. Elles ne sont donc ni récupérées, ni stockées.

Le PDG nous a même fait une démonstration sur son stand : « pour interconnecter les dispositifs, il suffit d’aller sur le lien – ou le QR code – que vous propose Masq et d'autoriser leur appairage », a-t-il détaillé.

Aussitôt dit, aussitôt fait, nous nous prêtons au jeu en scannant le QR code du smartphone d’Eric Léandri et en suivant la démarche indiquée.

Notre smartphone a désormais le retour d’écran du smartphone du PDG de Qwant, permettant de voir ce qu’il fait en temps réel! A l’inverse, les actions réalisées sur notre écran sont immédiatement renvoyées vers le smartphone du PDG.

Grâce à cette connexion simple entre différents appareils, il est possible de prendre une photo avec son smartphone et de la retrouver sur n’importe quel dispositif appairé sur Masq.

De quoi simplifier l’échange de données d’un appareil à l’autre. L’annonce officielle de ce système devrait être réalisée dans les jours à venir. 

 

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 12 juin 2016, intitulé : Qwant, moteur de découverte à la française.

 

Sigfox élargit son réseau IoT mondial à 45 pays

VIPress.net du 09/02/2018

 

Sigfox, spécialiste des services de connectivité IoT, annonce que cinq nouveaux pays ont rejoint son réseau mondial, portant ainsi à 45 le nombre total de pays faisant partie du réseau, qui dessert actuellement quelques 803 millions de personnes et couvre 3,8 millions de km2.

Avec ces nouveaux ajouts, Sigfox est en bonne voie pour atteindre son objectif d’élargir son réseau IoT à 60 pays et régions et toucher 1 milliard de personnes en 2018.

Les opérateurs Xperanti en Malaisie, Amotech en Corée du Sud, Heliot en Suisse, Omnicell IoTnet en Hongrie et iWire aux Emirats arabes unis, deviendront les partenaires stratégiques exclusifs de Sigfox, et seront responsables du déploiement du réseau dans leurs territoires respectifs, développant ainsi l’écosystème Sigfox.

« Nous sommes ravis d’accueillir ces cinq nouveaux opérateurs au sein de la grande famille Sigfox. Nous avons déjà commencé à collaborer avec eux pour augmenter la puissance du réseau LPWAN et pour renforcer notre écosystème. Cette nouvelle étape majeure consolide notre position unique sur le marché IoT.

Ces nouveaux partenariats nous rapprochent de notre objectif, qui consiste à créer un réseau mondial capable d’épauler les entreprises aussi bien au niveau local que global, grâce à un réseau élargi de partenaires commerciaux », souligne Rodolphe Baronnet-Frugès, vice-président exécutif, en charge des opérateurs, chez Sigfox.

L’année 2017 a été haute en couleurs pour Sigfox, avec le déploiement d’un réseau international dans 43 pays et une croissance de 90% en termes d’appareils actifs au cours des six derniers mois, pour dépasser les 2,5 millions d’appareils actifs, affirmait en début d’année le spécialiste en services de connectivité IoT de Labège.

En 2018, Sigfox projette d’élargir sa portée à plus de 60 pays et de connecter jusqu’à 10 millions d’appareils.

Créé en 2010 par Ludovic Le Moan et Christophe Fourtet, Sigfox est basé à Labège, près de Toulouse, dans la « Vallée de l’IoT ».

 

. Pour plus d'information, n'hésitez-pas à lire ou à relire l'article du 24 mars 2015 intitulé : Sigfox, l'envol du papillon.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article