Alternance, apprentissage, embauches, industrie

Publié le par Jacques SAMELA.

Alternance, apprentissage, embauches, industrie
Alternance, apprentissage, embauches, industrie

35 % des élèves suisses passent l’équivalent du bac appelé la maturité fédérale, mais près de 50 % des patrons helvétiques (partie alémanique) sont passés par l’apprentissage, 30 % dans la partie francophone.

Ce qui fait qu’aujourd’hui, l’économie suisse* est l’une des plus prospères au monde, avec une croissance moyenne régulière de 2,1 % par an dans la période 2004-2014, obtenant en 2016 ainsi qu’en 2017 la première place à l’indice mondial de l’innovation de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), une balance commerciale positive chaque année, et peu de chômage, en particulier chez les jeunes.

Ne serait-ce pas un des modèles à suivre avec celui des pays scandinaves, dont beaucoup nous donnent en exemple ?

Car, dénigré pendant de très nombreuses années, faisant croire aux jeunes que le bac était la panacée, et qu’ils pouvaient tous postuler à des postes autrement plus prestigieux que ceux d’autrefois, d’après leurs parents surtout, l’économie française, à la relance, se retrouve aujourd’hui en manque de bras, et ce pourtant avec un taux de chômage encore important, touchant justement beaucoup de jeunes sans formations aucunes.

Alors même si je peux comprendre l’idée, je suis moi-même parent, et je souhaite bien évidemment la réussite de mes enfants, mais ne faudrait-il pas orienter au mieux les jeunes français, en tout cas ceux qui n’ont pas le niveau nécessaire pour faire des études supérieures, mais avec des capacités autres (à déterminer auparavant), vers des filières plus techniques, professionnelles, ciblées, en privilégiant notamment celles qui demain seront les plus demandées (http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs_rapport_metiers_en_2022_27042015_final.pdf), tout en évitant bien évidemment de continuer à dénigrer ces filières appelées trop souvent voies de garage, je sais de quoi je parle, j’en viens ?

En tout cas c’est mon avis, et vous qu’en pensez-vous, quel est votre point de vue, et quelles seraient vos suggestions, vos solutions pour améliorer la situation ?

J’attends avec impatience vos retours, et je vous engage à lire les documents ci-dessous, ils complètent parfaitement ce sujet.

Bonne lecture.

*Dossier du 31 août 2014

Jacques Samela

 

 

Vus et lus dans Le Monde du 10/02/18, A Nous Paris du 02/04/18, 20 minutes du 02/03/18, Ecomeca de avril 2018
Vus et lus dans Le Monde du 10/02/18, A Nous Paris du 02/04/18, 20 minutes du 02/03/18, Ecomeca de avril 2018
Vus et lus dans Le Monde du 10/02/18, A Nous Paris du 02/04/18, 20 minutes du 02/03/18, Ecomeca de avril 2018
Vus et lus dans Le Monde du 10/02/18, A Nous Paris du 02/04/18, 20 minutes du 02/03/18, Ecomeca de avril 2018

Vus et lus dans Le Monde du 10/02/18, A Nous Paris du 02/04/18, 20 minutes du 02/03/18, Ecomeca de avril 2018

Vu et lu dans Le Monde du 08/02/18 et du 07/03/18
Vu et lu dans Le Monde du 08/02/18 et du 07/03/18

Vu et lu dans Le Monde du 08/02/18 et du 07/03/18

Vu et lu dans l'Usine Nouvelle n° 3532 du 05/10/17
Vu et lu dans l'Usine Nouvelle n° 3532 du 05/10/17

Vu et lu dans l'Usine Nouvelle n° 3532 du 05/10/17

Vus et lus dans Le Monde du 16/01/18, et Les Echos du 28/11/17, du 03 et du 04/04/18
Vus et lus dans Le Monde du 16/01/18, et Les Echos du 28/11/17, du 03 et du 04/04/18
Vus et lus dans Le Monde du 16/01/18, et Les Echos du 28/11/17, du 03 et du 04/04/18
Vus et lus dans Le Monde du 16/01/18, et Les Echos du 28/11/17, du 03 et du 04/04/18

Vus et lus dans Le Monde du 16/01/18, et Les Echos du 28/11/17, du 03 et du 04/04/18

Baromètre 2018 : l'industrie séduit toujours autant les lycéens

Par Xavier Boivinet publié le 05/04/2018 / Industrie & Technologies

 

Arts et Métiers et OpinionWay présentent l'édition 2018 de leur baromètre "Les jeunes et l'industrie" : 47% des 500 lycéens des filières scientifique et technologique interrogés déclarent avoir envie de travailler dans l'industrie. Un chiffre qui reste stable depuis le premier baromètre en 2013.

A l’occasion de la Semaine de l’industrie qui s’est déroulée du 26 mars au 1er avril 2018, Arts et Métiers a présenté les résultats de la 6ème édition de son baromètre « Les jeunes et l’industrie ».

L’objectif est de comprendre et d'analyser la perception de l’industrie qu’ont les lycéens des filières scientifique et technologique.

L’étude a été réalisée par OpinionWay auprès d’un échantillon de 500 d’entre eux à l’aide de questionnaires auto-administrés en ligne du 22 février au 6 mars 2018.. . . . . . .

Pour 47% d’entre eux, ces lycéens ont envie de travailler dans l’industrie. Le chiffre est relativement stable depuis le lancement du baromètre en 2013.

Un chiffre a cependant augmenté de 10% par rapport à l’an dernier et de 23% par rapport à 2013 : celui de l’optimisme. En effet, 65% des lycéens interrogés sont confiants dans l’avenir de l’industrie en France.

Et ce malgré quelques points faibles qui persistent dans leur perception : fermetures d’usines, conditions de travail jugées peu attrayantes, pollution, délocalisation…

Sous l’angle des secteurs, le podium reste inchangé par rapport à 2016. Les énergies renouvelables attirent toujours autant (39%, contre 38% en 2017).

En revanche, les équipements électriques, électroniques et numériques affichent une légère baisse (33%, contre 37% en 2017), tout comme l’aéronautique et le spatial (32%, contre 36% en 2017).

https://www.industrie-techno.com/barometre-2018-l-industrie-seduit-toujours-autant-les-lyceens.52813#xtor=EPR-25&

Vus et lus dans Les Echos du 04/04/18, du 11/04/18, Le Monde du 19/02/18
Vus et lus dans Les Echos du 04/04/18, du 11/04/18, Le Monde du 19/02/18
Vus et lus dans Les Echos du 04/04/18, du 11/04/18, Le Monde du 19/02/18
Vus et lus dans Les Echos du 04/04/18, du 11/04/18, Le Monde du 19/02/18
Vus et lus dans Les Echos du 04/04/18, du 11/04/18, Le Monde du 19/02/18
Vus et lus dans Les Echos du 04/04/18, du 11/04/18, Le Monde du 19/02/18
Vus et lus dans Les Echos du 04/04/18, du 11/04/18, Le Monde du 19/02/18

Vus et lus dans Les Echos du 04/04/18, du 11/04/18, Le Monde du 19/02/18

La France va manquer de 1,5 million de salariés qualifiés d'ici à 2030

Le Figaro / Le 03/05/18

Selon une étude de Korn Ferry dont Le Figaro publie en exclusivité les résultats, cette pénurie de main-d'oeuvre pourrait représenter une perte de revenus de 175 milliards d'euros.

Le paradoxe est troublant. Alors que la reprise se confirme et que les carnets de commandes se remplissent, la pénurie de main-d'œuvre risque de ralentir la cadence.

Selon une étude du cabinet de conseil en gestion des talents et des organisations Korn Ferry, dont Le Figaro publie en exclusivité les résultats, 1,5 million de salariés hautement qualifiés pourraient manquer d'ici à 2030, représentant une perte de revenus de 175 milliards d'euros pour l'économie tricolore. À l'inverse, la France pourrait connaître un surplus de plus de 1,7 million de salariés dont le niveau de formation est peu élevé.

Tenter d'améliorer la situation

L'Hexagone ne sera évidemment pas le seul pays à connaître cette pénurie. Au niveau mondial, ce sont 85 millions de travailleurs qualifiés qui pourraient faire défaut d'ici à 2030, soit un manque à gagner de… 6 900 milliards d'euros, soit 3 fois peu ou prou le PIB annuel de la France!

Pour obtenir ces résultats, Korn Ferry a évalué l'écart entre l'offre à venir des compétences (en prenant en compte les différents niveaux d'études des individus) et la demande des entreprises dans trois secteurs clés (services financiers, industrie et télécommunication).

«2030 est une date réaliste qui offre un peu de marge de manœuvre pour tenter d'améliorer la situation», explique Gérald Bouhourd, directeur associé en charge de l'activité industrie chez Korn Ferry. Quoi qu'il en soit, cette étude ne manquera pas de conforter le président Macron, qui a lancé une réforme du système de formation pour remédier à l'inadéquation croissante entre les profils et les besoins du marché du travail…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article