Mon coup de G.....

Publié le par Jacques SAMELA.

Mon coup de G.....
Mon coup de G.....

Alors que les nouvelles règles concernant l’indemnisation du chômage viennent à peine d’être mise en oeuvre, et alors que le chômage continue sa lente descente, il est je crois un élément que peu aborde, pour moi, et qui pourtant impacte régulièrement les personnes à la recherche d’un emploi, c’est bien celui du manque de réponses à leurs sollicitations.

En effet, et cette réalité, touchant quelqu’un qui m’est très proche, je puis vous assurer que de temps en temps c’est assez perturbant, démotivant même, car cela laisse un sentiment d’inconsidération, surtout qu’aujourd’hui, à la différence de ce qu’il se passait il y a de cela quelques années, il n’est pratiquement plus d’actualité d’envoyer un CV accompagné de sa lettre de motivation par courrier à une personne dédiée, le plus souvent au recrutement, mais plutôt de passer par les sites internet des entreprises, bien évidemment plus anonymes, n’engageant en rien des réponses ou des explications, attendus pourtant avec impatience ou intérêt, afin notamment de comprendre quand il y a une réponse négative, la raison, voire les points éventuels à revoir, afin d’optimiser la suite de leurs recherches.

Alors attention, loin de moi un angélisme utopique, car au fait comme tout le monde des difficultés pour les entreprises à trouver le juste candidat, notamment pour les plus grandes, noyées de demandes, quoique avec la multiplication des algorithmes, cela devrait être plus facile, il faudrait quand même qu’elles réfléchissent un peu aux conséquences de ces non retours, car, vu que l’on oblige les demandeurs d’emplois à respecter certaines règles, plus ou moins favorables, pourquoi ne pas les obliger elles aussi à répondre coûte que coûte, par un décret, une loi, que sais-je, mais avec une idée derrière, et que les recruteurs finalement aient un peu plus de considérations pour ces personnes en manque d’emplois, d’empathie même. Car l’air de rien, une réponse, même négative, leur permettrait d’envisager la suite de leurs recherches plus facilement, analysant les éventuelles objections mentionnées.

Qu’ils se mettent donc, les recruteurs, à leurs places un court moment, ce qui a déjà été peut-être le cas, ils découvriraient justement que personne n’est à l’abri de ces situations souvent difficiles, et que eux même souhaiteraient être mieux considérés.

Et vous, chères lectrices et chers lecteurs, qu’en pensez-vous ?

Jacques Samela

Vus et lus dans Challenges du 10/10/19 et Les Echos du 31/10/19
Vus et lus dans Challenges du 10/10/19 et Les Echos du 31/10/19
Vus et lus dans Challenges du 10/10/19 et Les Echos du 31/10/19

Vus et lus dans Challenges du 10/10/19 et Les Echos du 31/10/19

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article