Espérance française ?

Publié le par Jacques SAMELA.

Espérance française ?
Espérance française ?

Et si une des premières réponses au Covid-19 était effectivement française ?

Lisez donc ceci

Le spray anti-Covid, arme de destruction massive ?

https://www.lepoint.fr/sante/le-spray-anti-covid-arme-de-destruction-massive-15-10-2020-2396548_40.php#

le 15/10/2020

 

Le Covispray… Retenez bien le nom de ce dispositif médical, car il pourrait bien devenir rapidement l'une des parades contre le Covid-19. Alors que l'épidémie prolifère et que les laboratoires du monde entier phosphorent pour trouver un traitement contre ce coronavirus, la société Vitribio, basée à Issoire dans le Puy-de-Dôme, vient de commencer à produire un spray nasal à base de polymères, capable de neutraliser le virus en l'empêchant de pénétrer la paroi nasale et de proliférer dans l'organisme. « Il s'agit tout simplement du premier traitement symptomatique pour lutter contre le Covid-19, utilisé lors de la phase initiale de l'infection », souligne-t-on chez Vitribio.

L'entreprise familiale auvergnate, spécialisée depuis 25 ans dans la recherche et le développement pharmaceutique, a imaginé Covispray comme un dispositif préventif à pulvériser dans le nez comme n'importe quel spray, recouvrant les parois nasales de manière hermétique d'un film qui bloque la progression du virus. Le spray agit alors comme une barrière physique durant quatre à six heures.

« On estime que près de 90 % des cas de Covid-19 sont dus à l'entrée du virus par la cavité nasale. L'objectif de cette approche multi-cibles consiste non seulement à arrêter l'entrée du virus et à le neutraliser, mais aussi à bloquer l'inflammation et à réparer la muqueuse nasale, juste en la débarrassant des contaminants de surface. Le risque de burn-out immunitaire et de détresse respiratoire sont alors fortement diminués », assure Ravi Shrivastava, fondateur et PDG Vitrobio, à l'origine de ce dispositif médical.

Entre 8 et 10 euros en pharmacie

Pour valider les recherches de l'entreprise auvergnate, des tests ont été menés in vitro par l'université de Toulouse et validés par Tebu-Bio, acteur reconnu des essais in vitro, qui ont confirmé l'efficacité de cette stratégie. « Elle avait déjà fait ses preuves pour le traitement de la rhinosinusite et des maux de gorge d'origine virale pour lesquels nous avons mis au point des dispositifs médicaux actuellement commercialisés », ajoute Ravi Shrivastava.

Le spray sera commercialisé prochainement dans les pharmacies pour la somme de 8 à 10 euros. Le site auvergnat a déjà commencé à fabriquer le médicament, mais il ne pourra produire que 150 000 unités par mois. Pour augmenter la production, Vitribio s'est associé avec une autre entreprise auvergnate, Biocorp, basée à Clermont-Ferrand, qui a investi 1 million d'euros dans la construction d'une chaîne de fabrication et permettra de produire 1,5 million d'unités par mois, d'ici à janvier 2021.

Si le spray anti-Covid tient toutes ses promesses, il devrait être produit dans le monde entier à « plusieurs millions d'unités, à court terme ». Des pourparlers sont donc en cours avec de grands noms de l'industrie du médicament, comme Sanofi, pour assurer sa distribution mondiale. « Covispray pourrait alors aider à freiner la pandémie ». Ravi Shrivastava en est convaincu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article