Tour de table

Publié le par Jacques SAMELA.

Photo Pixabay
Photo Pixabay

Photo Pixabay

Lydia : la folle histoire d’une levée de 112 millions d’euros  

Le 17/12/20 / Le Figaro

 

La Fintech française boucle le tour de table le plus élevé de son secteur.

À titre de comparaison, GoCardless, une Fintech américaine annonce aussi ce jeudi une levée de fonds, de 95 millions de dollars (78 millions d’euros). 

Ce devait être une levée de fonds de 40 millions d’euros. Finalement, Lydia boucle un tour de table de 112 millions d’euros! La première partie de l’opération avait été rendue publique mi-janvier. La Fintech française annonçait alors l’entrée à son capital de Tencent, géant chinois qui détient le système de paiement mobile WeChatPay. Mais l’histoire ne s’est pas arrêtée là.

Au contraire, Lydia a attiré l’attention d’Amit Jhawar, tout nouvel associé du fonds d’investissement américain Accel et ex-PDG de Venmo, une start-up américaine que PayPal a rachetée en 2013. «Dès que j’ai rencontré Cyril Chiche, cofondateur de Lydia, et le reste de l’équipe j’ai su qu’il fallait que je trouve un moyen d’investir dans Lydia», relate Amit Jhawar, ajoutant que la start-up française «lui rappelle beaucoup Venmo».

C’est une bonne nouvelle pour l’écosystème français. La souveraineté numérique passe aussi par la maîtrise des systèmes de paiements.

Cédric O, secrétaire d’État au Numérique

 

. Pour plus d'informations sur le sujet, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 29 janvier 2016, intitulé : FinTech, de la confrontation à la complémentarité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article