Isorg, Soitec (suites)

Publié le par Jacques SAMELA.

Isorg, Soitec (suites)
Isorg, Soitec (suites)

ISORG REÇOIT LA CERTIFICATION DU FBI POUR SON MODULE À PHOTODIODE ORGANIQUE POUR SCANNERS D’EMPREINTES DIGITALES

https://vipress.net/isorg-recoit-la-certification-du-fbi-pour-son-module-a-photodiode-organique-pour-scanners-dempreintes-digitales/

Le 9 Mars 2021 

 

Isorg, société pionnière des photo-détecteurs organiques et des capteurs grande surface, annonce que son module FAP 10 (Fingerprint Acquisition Profile – profil d’acquisition d’empreintes digitales) a reçu la certification du FBI, une première dans la catégorie des capteurs optiques basés sur des photodiodes organiques (OPD – Organic PhotoDiode).

L’approbation par l’administration américaine du module FAP 10, le premier d’une nouvelle génération de capteurs optiques, indique que le marché mondial de la biométrie est prêt à intégrer l’électronique organique dans ses applications de sécurité.

https://vipress.net/wp-content/uploads/2021/03/Isorg-080321.jpg Le module biométrique FAP 10 peut ainsi désormais être utilisé dans des applications de sécurité, en particulier pour l’identification via appareils portables lors des contrôles d’accès dans les aéroports ou dans d’autres bâtiments pour lesquels un très haut niveau de sécurité est nécessaire.

Le module FAP 10 est fabriqué en imprimant une photodiode organique sur une matrice de transistors à couches minces (TFT Backplane – Thin Film Transistor). Isorg déclare être le seul fabricant au monde capable de produire des capteurs OPD en volume. La société est prête à fournir des lots industriels grâce à son usine située à Limoges.

Le FAP 10 s’appuie sur le savoir-faire de la société en matière d’optique. En conséquence, il apporte un avantage significatif aux clients grâce à sa capacité à supporter une luminosité importante, depuis un éclairage intérieur intense jusqu’à la lumière directe du soleil. La police, les agents de sécurité et d’autres forces opérationnelles peuvent ainsi effectuer des contrôles en intérieur comme en extérieur sans que le scanner d’empreintes digitales ne produise des images saturées. La validation rapide de l’identité d’une personne est ainsi possible dans toutes les conditions météorologiques ou sous une forte lumière artificielle.

« Cette certification du FBI confirme notre capacité à fournir des modules de biométrie basés sur l’électronique organique à même de relever les défis du marché de la sécurité tout en répondant à ses exigences strictes. Nous sommes les premiers à obtenir cette approbation de sécurité pour un capteur d’empreintes digitales OPD. Notre produit offre une image de grande qualité, ainsi que la précision et la robustesse dont les clients ont besoin pour le contrôle aux frontières, le contrôle d’accès, l’identification des électeurs, etc. Le marché de la sécurité bénéficiera de nos développements en continu. Nous prévoyons d’obtenir la certification sur des facteurs de forme plus grands (jusqu’à FAP 60), en nous basant sur notre technologie OPD évolutive », déclare Jean-Yves Gomez, p-dg d’Isorg.

Le FAP 10 est une solution complète, intégrant un capteur d’image, une source lumineuse dédiée, des filtres optiques et des électroniques de pilotage. Pour accompagner le développement des produits de ses clients, Isorg fournira un design de référence intégrant son dernier circuit intégré de lecture (ROIC pour Read Out Integrated Circuit) ainsi qu’un logiciel pour améliorer la qualité de l’image, optimisé pour la technologie de capteur OPD d’Isorg.

Le module est plat et mince (moins de 2mm d’épaisseur). Il est suffisamment robuste pour résister à toutes les conditions météorologiques. Contrairement à modules optiques concurrents dont les scanners d’empreintes digitales sont encombrants, lourds et plus fragiles, le module d’Isorg est idéal pour les appareils d’identification portables, soutient la pme de Limoges.

Grâce à la structure polyvalente du module, Isorg peut ainsi envisager une authentification allant jusqu’à quatre doigts pour un module FAP 60, avec une évolution possible vers des surfaces encore plus grandes, comme la paume entière de la main. Des fonctionnalités de détection de faux doigts peuvent facilement être intégrées dans le dispositif et dans le logiciel.

Le FAP 10 d’Isorg dispose de la certification pour une authentification à un doigt, sur une surface comprise entre 1,27 et 1,65 cm (0,5 et 0,65 pouces). La société prévoit de faire certifier par le FBI des modules de biométrie de plus grande surface, allant jusqu’à quatre doigts (FAP 60).

La technologie de pointe d’Isorg a déjà apporté le même type d’avantages aux fabricants de smartphones, offrant la solution la plus mince du marché pour les applications grande surface de prise d’empreintes digitales sur écran (FoD – Fingerprint on Display). La totalité de l’écran du smartphone devient ainsi un scanner d’empreintes digitales.

Isorg est une société pionnière dans l’électronique organique et imprimée pour les photo-détecteurs et les capteurs d’images grand format. Elle offre une nouvelle génération d’imageurs haute performance capables d’intégrer des produits 3D, qui peuvent reconnaître n’importe quelle forme. Ses capteurs d’images flexibles trouvent des applications dans de multiples secteurs : dispositif médical, sécurisation de l’identification et contrôle d’accès, objets connectés et électronique grand public. La société a développé le premier capteur d’empreinte en plastique flexible, haute résolution (500 dpi) et grand format, pour utilisation dans la sécurité biométrique, par exemple.

Créée en 2010 et partenaire du CEA-Liten, Isorg a réalisé une levée de fonds de série B de 8 M€ en 2014, puis a effectué un tour de financement de 24 M€ en 2018.

 

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire l'article du 09 décembre 2014, intitulé : Isorg, une technologie française de rupture

 

 

Vu et lu dans Challenges n° 686 du 18/02/21
Vu et lu dans Challenges n° 686 du 18/02/21

Vu et lu dans Challenges n° 686 du 18/02/21

SOITEC RENFORCE SES ENGAGEMENTS DANS LE PLAN « FRANCE RELANCE »

https://vipress.net/soitec-renforce-ses-engagements-dans-le-plan-france-relance/

Le 8 Mars 2021 

 

À l’occasion de la signature jeudi dernier de l’avenant au contrat de la filière Électronique, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’industrie, a visité les locaux de Soitec pour mesurer l’avancée des travaux menés dans le cadre du programme Nano 2022 et le développement du site de Bernin permis grâce au soutien public.

https://vipress.net/wp-content/uploads/2021/03/Soitec-080321.jpgSoitec est l’un des six chefs de file industriels du plan Nano 2022, avec STMicroelectronics, Lynred, Murata France, X-Fab France et UMS.

Depuis 2018, Soitec a transformé une unité de production pour ses nouvelles générations de substrats au diamètre 300mm. Une seconde unité est en cours d’installation depuis 2020 pour les applications de filtrage des smartphones. L’objectif de Soitec sur l’ensemble de la durée du plan Nano 2022 était 700 emplois nouveaux ; en pratique ce sont 500 emplois directs qui ont déjà été créés sur le site de Bernin.

« Le soutien de l’État, de l’Union Européenne et des collectivités territoriales depuis plus de dix ans nous a permis de développer des nouveaux produits qui nous donnent aujourd’hui une position stratégique dans le monde de la radiofréquence et des smartphones », a déclaré Paul Boudre, Directeur Général de Soitec« Nous souhaitons poursuivre dans cette voie d’innovation et d’industrialisation en France et renforcer ce modèle gagnant de coopération avec les pouvoirs publics et les grands laboratoires comme le CEA-Leti, notre partenaire historique. Nous déployons actuellement, à plein régime, le plan Nano 2022, soutenu par l’État, la Communauté de Communes Le Grésivaudan, la Région Auvergne Rhône-Alpes, La Métropole de Grenoble et le département de l’Isère que je remercie vivement ».

 

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire l'article du 30 mai 2018, intitulé : Soitec, une réponse française et européenne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article