Ora Ïto, l’enfant terrible du design français

Publié le par Jacques SAMELA.

Ora Ïto, l’enfant terrible du design français
Ora Ïto, l’enfant terrible du design français

Il n’a de japonais (et encore) que son nom, car en fait il est français, d’où son portrait aujourd’hui, et son vrai nom est Ito Morabito, fils du joaillier Pascal Morabito (www.pascalmorabito.com).

Issu d’une famille d’architectes, de galeristes, et de stylistes, il côtoyait dans sa jeunesse des artistes de renom, comme Keith Haring (1958-1990), le pape du graffiti, Andy Warhol (1928-1987), lui, le pape du Pop Art, ou encore César (19921-1998), célèbre sculpteur français, à l’origine du trophée du même nom, mais bien évidemment pas que.

Certainement inspiré par ceux qui l’entouraient, ainsi que par ses « idoles » que sont les architectes Le Corbusier, Oscar Niemeyer, ou encore le designer Philippe Stark (http://competitiviteinfrance.overblog.com/2015/03/philippe-starck-le-touche-a-tout-du-design-francais.html), à qui il refusa la possibilité de le rejoindre, prétextant qu’il ne voulait pas que l’on puisse dire par la suite qu’il lui avait tout appris,  il décida donc d’entamer des études de design, qu’il interrompra rapidement, en se lançant dans une activité qui marquera à tout jamais sa carrière, soit de créer virtuellement des objets  inspirés de grandes marques françaises et internationales, dont le succès auprès des internautes interpellera ces marques en question, lui demandant très rapidement de travailler cette fois-ci pour elles, pour de vrai. Il s’agissait entre-autres de Vuitton, Apple, Nike, etc…

Vus et lus dans Le Parisien
Vus et lus dans Le Parisien
Vus et lus dans Le Parisien

Vus et lus dans Le Parisien

Et ce succès lui donnera l’occasion en 2000 de créer son propre studio, avec comme clients, Guerlain, l’éditeur de mobilier Artemide, Christofle, mais surtout d’obtenir par la suite une multitude de récompenses, comme l’oscar de l’emballage en 2002 pour la bouteille Heineken en aluminium, le Red Dot Design Awards (www.red-dot.org) en 2004 pour sa lampe One Line (Artemide) durant le salon international du meuble de Milan, il en gagnera au final et pour l’instant 6, ou encore, dans le cadre de sa nouvelle marque, Ora ïto Mobility, créée en 2013, proposant une gamme d’accessoires téléphoniques, pour laquelle il recevra un an plus tard, trois iF Product Design Awards (www.ifworlddesignguide.com) pour des casques intitulés Gïotto, Ayrtön, et un chargeur appelé lui Mïcha (remarquez la présence récurrente du i tréma).

Sans oublier également l’obtention d’un prix durant les Globes de Cristal (www.lesglobes.com) en 2007, le désignant meilleur designer de l’année, et en 2011, sa nomination  au titre de Chevalier des arts et des lettres.

Et entre ses autres clients prestigieux comme Adidas, Biotherm, Danone, Kenzo, LG Electronics, Habitat, le groupe français Air, ses nombreux projets comme la conception d’une cuisine équipée pour la marque Gorenje, la création du décor du showroom français de Nike en 2003, d’un point de vente pour Mugler parfums en 2005, du flagship du constructeur japonais Toyota sur les Champs Elysées en 2007, la création de l’identité visuelle de la chaine de télévision Pink TV, dont il devint même le directeur artistique, ou encore le lancement en 2013 à Marseille, sur le toit de la cité radieuse de Le Corbusier (un de ses inspirateurs, voir plus haut) de son « MaMo » pour Marseille Modulor, librement inspiré du MoMA de New York, et, devenant après restauration un lieu d’exposition, il élabore ainsi depuis ses débuts ce qu’il appelle la simplexité, soit l’art de rendre simple des objets complexes.

Vu et lu dans Art & décoration et Le Journal de la Maison
Vu et lu dans Art & décoration et Le Journal de la Maison

Vu et lu dans Art & décoration et Le Journal de la Maison

Alors, avec les objets peut-être, certainement même vu son succès, mais par-contre avec certains, et notamment les architectes, on ne peut pas dire que leurs relations furent simples justement. En effet, dans le cadre de l’exercice de ses fonctions en tant qu’architecte d’intérieur, il s’est un jour déclaré comme architecte au sens noble du terme, ce qui a eu pour effet un retour cinglant de la profession, lui précisant que n’ayant pas effectué les six ans d’études pour le devenir, il ne pouvait de ce fait se prétendre comme tel.

Et comme en plus il en a rajouta, précisant quand même que ce diplôme justement ne servait pas à grand-chose, le fossé entre lui et les architectes ne pouvait que s’élargir.

Et aujourd’hui me direz-vous, qu’en est-il de cette brouille ?

Dépassé manifestement, car finalement, et assez rapidement, il s’excusa en précisant que bien évidemment il n’était pas architecte, qu’il ne l’a jamais été, qu’il ne le sera jamais, et qu’en plus c’était une profession pour laquelle il avait une grande admiration, collaborant souvent avec certains de ses représentants dans le cadre de ses projets.

Finalement, c’était peut-être dû à son « statut » d’autodidacte, soit toujours à chercher sa place, à prouver aux autres ainsi qu’à soit même que la réussite peut sourire à quiconque, même sans diplôme, mais aussi dû à un caractère plutôt bien trempé, que certains prenaient, à juste titre ou pas, comme le signe d’un narcissisme envahissant, autocentré, ne refusant en rien la vie mondaine du tout Paris.  

Vu et lu dans Télérama n° 3427 du 16/09/15

Vu et lu dans Télérama n° 3427 du 16/09/15

Mais, comme tout hyperactif qui se respecte, ces problèmes d’égos dirions-nous, ne l’ont pas empêché d’avancer dans sa quête de nouveaux challenges, en dessinant par exemple le tramway de Nice, mis en service en 2018, la réfection de la place Castellane à Marseille et l’attribution de l’appel d’offres avec Alstom pour le futur métro automatisé, les marchés du mobilier urbain des villes de Troyes et Nice avec JCDecaux, tout en rêvant  de créer une station de ski, des robots, ou encore une voiture à hydrogène, de marque française.

Et aussi, il y a un projet auquel il tient particulièrement, depuis l’enfance dit-il même, c’est de créer une « Villa Médicis de l’environnement et de la Méditerranée », au fort de Bregantin, situé sur l’une des îles de l’archipel du Frioul (celle appelée de Ratonneau), achetée en 2003, laissée en friche depuis, mais qui, « grâce » au confinement de l’année dernière, lui permis de s’y pencher  à nouveau avec entrain, car, souhaitant en faire un centre de recherche autour des thématiques environnementales et océanographiques, il estime justement que la situation d’aujourd’hui est un formidable terreau pour aboutir enfin à quelque chose de vraiment concret.

Ce rêve donc, lui permettra certainement d’associer ainsi son acquis d’expériences, diverses et variées, sa soif de nouveaux challenges, jamais démentis jusqu’à maintenant, et peut-être de laisser une trace plus  immatérielle que ses objets, pérenne dans le temps, comme j’imagine son modèle de référence (rappelez-vous), créée en 1666 ? A suivre donc.

Jacques Samela

 

Sources :

. Wikipedia

. https://o.nouvelobs.com/design/20150824.OBS4645/portrait-ora-ito-le-designer-le-plus-deteste-de-france.html#modal-msg

. https://www.lemoniteur.fr/article/ora-ito-le-designer-qui-se-revait-architecte.619774#!

. https://sosoir.lesoir.be/ora-ito-le-design-comme-aujourdhui-cest-fini

 

. Le Parisien du 01/03/21

 

A lire :

. http://www.larevuedudesign.com/2020/05/12/dessine-par-ora-ito-le-futur-metro-de-marseille-se-devoile/

. https://www.technikart.com/ora-ito-jai-du-me-mettre-au-velo/

 

A découvrir :

. www.citedudesign.com

Vus et lus dans Télérama n° 3542 & 3545
Vus et lus dans Télérama n° 3542 & 3545

Vus et lus dans Télérama n° 3542 & 3545

Vus et lus dans Télérama n° 3542 & 3604
Vus et lus dans Télérama n° 3542 & 3604

Vus et lus dans Télérama n° 3542 & 3604

Vu et lu dans Télérama n° 3508 du 05/04/17
Vu et lu dans Télérama n° 3508 du 05/04/17
Vu et lu dans Télérama n° 3508 du 05/04/17
Vu et lu dans Télérama n° 3508 du 05/04/17

Vu et lu dans Télérama n° 3508 du 05/04/17

Vus et lus dans Télérama, M Le magazine du Monde du 23/12/17, et Le Parisien Weekend du 08/12/17
Vus et lus dans Télérama, M Le magazine du Monde du 23/12/17, et Le Parisien Weekend du 08/12/17

Vus et lus dans Télérama, M Le magazine du Monde du 23/12/17, et Le Parisien Weekend du 08/12/17

Publié dans Portrait français.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article