Le rendez-vous de l'Europe : ARTE, la voix de l’Europe

Publié le par Jacques SAMELA.

Le rendez-vous de l'Europe : ARTE, la voix de l’Europe
Le rendez-vous de l'Europe : ARTE, la voix de l’Europe

De son vrai nom, « Association relative à la télévision européenne », Arte est sans aucun doute Le média apolitique de « propagande » européenne, dont l’objectif n’est pas d’imposer ses idées, mais plutôt d’approfondir en nous cette conscience de l’Europe qui nous entoure, et ce sous toutes ses formes.

Imaginé en son temps (1984) par François Mitterrand (1916 -1996), alors président de la République, avec comme souhait de créer une chaîne culturelle à vocation européenne, l’idée donna tout d’abord naissance en 1986 à la chaîne intitulée La Sept (Société d’édition de programmes de télévision).

Durant cette même année, le président Mitterrand et son homologue allemand, le chancelier Helmut Kohl (1930 – 2017) se rencontrant durant l’un des sommets franco-allemand, s’entendirent sur le besoin de renforcer la parole de l’Europe par une utilisation plus assidue des moyens de communication audiovisuelle.

Un an et demi plus tard, un 1er groupe de travail fut mis en place en Allemagne, avec comme résultat, lors d’un nouveau sommet, la concrétisation d’un accord pour créer une chaîne culturelle franco-allemande, prémisse d’une future télévision culturelle européenne.

Conséquence de quoi, un nouveau groupe de travail fut également mis en place, binational cette fois-ci, chargé lui de trouver le parfait équilibre entre deux visions totalement différente d’organiser l’audiovisuel dans leur pays respectif, soit étatique en France, et du ressort des onze Länder en Allemagne.

Finalement, le 02 octobre 1990, est signé à Berlin un traité interétatique, établissant les fondements de la Chaîne culturelle européenne (CCE), et le 30 avril 1991, la création sous la forme d’un groupement européen d’intérêt économique (GEIE) d’Arte, dont le siège se trouve toujours à Strasbourg, et, est composé de deux structures paritaires, La Sept pour la France, et Arte Deutschland TV pour l’Allemagne.

Et c’est le 30 mai 1992 que sa diffusion est lancée simultanément en France et en Allemagne, lors d’une soirée à l’Opéra de Strasbourg.

Mais cela ne sera pas sans réticences, surtout en France, où quelques personnalités s’offusquèrent de son arrivée sur le 5ème réseau, dédié jusqu’alors à la chaîne intitulé La Cinq, venant pourtant de faire faillite.

Le président du service public de l’époque, Hervé Bourges, fit part de son intention de ne pas accepter tout prélèvement d’argent de la dotation habituelle de ses chaines vers celle-ci, plusieurs députés manifestèrent également leur opposition, prétextant du peu d’intérêt des français pour des programmes conçus à l’origine pour le câble, et même Bernard Pivot, le Monsieur « Apostrophe » pour les moins jeunes, considérant lui que cette nouvelle chaîne ferait de l’ombre à FR 3, aujourd’hui France 3, et à l’ensemble du service public, suivi en cela également par le Syndicat national des journalistes.

Cependant, malgré ses combats d’arrière-garde, le secrétaire d’état à la communication de l’époque, Jean-Noël Jeanneney, persista et signa en affirmant que non, cette chaîne ne prendrait jamais la place d’aucune autre, qu’elle recevrait justement des subsides supplémentaires, et surtout, qu’elle ne serait ni austère, ni ennuyeuse, ni guindée, mais frivole, cocasse, drôle et même farfelue. Elle élèvera même l’âme et enrichira l’esprit. Telles  furent ses paroles.

Vu et lu dans Télérama n° 3676 du 24/06/20
Vu et lu dans Télérama n° 3676 du 24/06/20
Vu et lu dans Télérama n° 3676 du 24/06/20

Vu et lu dans Télérama n° 3676 du 24/06/20

Vu et lu dans Télérama n° 3676 du 24/06/20

Vu et lu dans Télérama n° 3676 du 24/06/20

Mais, avant d’en arriver à ce que l’on connait aujourd’hui, la chaîne franco-allemande, dans un esprit de fédérer auprès de son projet européen, se créa un réseau de partenaires, avec en 1993, l’arrivée de la RTBF (Belgique) comme membre associé, la signature d’accords de coopération avec divers de ses homologues, comme la SSR (Suisse), la TVE (Espagne), la TVP (Pologne), l’ORF (Autriche), la RAI (Italie), ou encore l’YLE (Finlande), en même temps, toujours en 1993, la chaîne de départ, La Sept, devint La Sept-Arte, pour devenir quelques années plus tard, en août 2000, Arte France.

En 2005, elle est diffusée sur la TNT française, lui permettant d’être visible 24/24 par l’ensemble des français sur le canal 7, et depuis, tout en passant de nouveaux accords avec de nouveaux partenaires comme la BBC (Royaume-Uni), la SVT (Suède), ou encore avec la ERT (Grèce), sa visibilité s’est étendue en dehors du territoire européen, avec en 2001, l’achat de 15 % d’actions de la chaîne canadienne francophone ARTV (désormais au profit de Radio canada), et en 2002, vers une vingtaine de pays africains. Sans oublier qu’elle est également partie prenante de la chaîne francophone TV5 Monde (www.tv5monde.com) à hauteur de 3,29 %, un des trois plus grands réseaux mondiaux de télévision.

Par la suite, et afin d’asseoir encore un peu plus sa visibilité, elle se lance dans la création de nouveaux supports de communication, comme par exemple Arte Radio en 2001, Arte+7 en 2007, premier service de télévision de rattrapage, Arte Live Web en 2009, plateforme dédiée au spectacle vivant et désormais connue sous l’appellation Arte Concert (2014), Arte Créative en 2011, plateforme participative dédiée à la culture contemporaine et à l’art numérique, Arte Future en 2013, autre plateforme consacrée elle aux problématiques environnementales, scientifiques et économiques, avec la même année, le lancement de Culture Touch, hebdomadaire pour tablettes dédié à l’actualité culturelle, tout en devenant également en 2012, disponible en direct et en différé sur internet, smartphones, tablette et télévision connectées.

Et comme son objectif est toujours de s’adresser aux plus grand nombres d’européens, Arte devient également multilingue, en lançant d’autres versions linguistiques, en anglais (Arte in English), en espagnol (Arte en espanol), en italien (Arte in italiano), et en polonais (Arte po polsku), sachant je vous le rappelle, que ses deux langues d’origine sont le français et l’allemand, ce qui représente quand même 70 % des européens pouvant regarder ses programmes.

Vu et lu dans Les Echos du 22/10/20
Vu et lu dans Les Echos du 22/10/20

Vu et lu dans Les Echos du 22/10/20

Alors, que lui souhaiter pour ces prochaines années, maintenant que 30 ans sont déjà passés ?

Tout simplement lui laisser tracer son chemin, notamment vers les autres européens, démontrant chaque jour qu’une utopie peut devenir réalité, soit comme l’Union Européenne, fêtant aujourd’hui même la Journée de l’Europe (https://europa.eu/european-union/about-eu/symbols/europe day_fr#:~:text=Chaque%20ann%C3%A9e%2C%20le%209%20mai%2C%20la%20Journ%C3%A9e%20de,date%20anniversaire%20de%20la%20%C2%AB%20d%C3%A9claration%20Schuman%20%C2%BB.), date anniversaire de la « Déclaration Schuman » (1950), considéré comme son acte de naissance.

Jacques Samela

 

Sources :

. www.arte.tv

. Wikipedia

 

A lire :

. https://europa.eu/european-union/about-eu/symbols/europe-day_fr

. https://www.touteleurope.eu/evenement/fete-de-leurope-2019-2/

. https://www.europe-en-france.gouv.fr/fr/joli-mois-de-leurope

Vus et lus dans Le Journal Du Dimanche du 13/12/20
Vus et lus dans Le Journal Du Dimanche du 13/12/20

Vus et lus dans Le Journal Du Dimanche du 13/12/20

Le rendez-vous de l'Europe : ARTE, la voix de l’Europe
Le rendez-vous de l'Europe : ARTE, la voix de l’Europe

Publié dans En bref

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article