Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les séniors et la croissance

Publié le par Jacques SAMELA.

Vu et lu dans Les Echos du 15 septembre 2015
Vu et lu dans Les Echos du 15 septembre 2015

Vu et lu dans Les Echos du 15 septembre 2015

Partager cet article
Repost0

DRH et Compétitivité ?

Publié le par Jacques SAMELA.

Vu et lu dans Les Echos du 07 septembre 2015.
Vu et lu dans Les Echos du 07 septembre 2015.

Vu et lu dans Les Echos du 07 septembre 2015.

Partager cet article
Repost0

Sigfox (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

. Pour plus d'information, lire ou relire l'article du 24 mars 2015, intitulé Sigfox, l'envol du papillon.

Vus et lus dans Les Echos du 19 août 2015, du 02 et du 17 septembre 2015
Vus et lus dans Les Echos du 19 août 2015, du 02 et du 17 septembre 2015
Vus et lus dans Les Echos du 19 août 2015, du 02 et du 17 septembre 2015
Vus et lus dans Les Echos du 19 août 2015, du 02 et du 17 septembre 2015
Vus et lus dans Les Echos du 19 août 2015, du 02 et du 17 septembre 2015

Vus et lus dans Les Echos du 19 août 2015, du 02 et du 17 septembre 2015

Partager cet article
Repost0

Les entreprises familiales, pérennité et compétitivité

Publié le par Jacques SAMELA.

Dans un contexte toujours difficile pour l’économie française, et donc pour ses entreprises, il en est une qui résiste mieux que les autres, l’entreprise familiale.

En effet, d’après une enquête réalisée en 2013 par le cabinet PWC (www.pwc.fr) et la Family Business network (www.fbn-i.org), entité regroupant les entreprises familiales dans le monde, 32 % d’entre elles ont enregistrées une hausse supérieure à 5 % de leur C.A., tout en consacrant près de 5 % en R&D. C’est ce que l’on appelle l’innovation persévérante.

Mais, au-delà de ces chiffres, tentons de comprendre au mieux les clés de ce succès, par ce qui me semble être les règles premières de toute entreprise familiale.

Donc, tout d’abord, le contrôle du capital.

En effet, avec le souhait de garder le capital de l’entreprise en famille, plutôt que de passer par des éléments extérieurs comme les banques ou des actionnaires financiers, plus enclins à attendre des profits rapides, celles-ci privilégient donc un actionnariat familial stable, faisant preuve de prudence dans leur stratégie de développement et d’investissements, tout en se donnant une grande liberté d’action avec des chaines de gouvernance courtes, et des décisions prisent rapidement quand il le faut, gage d’efficacité.

Ensuite, le souci du long terme.

On dit d’elles qu’elles raisonnent en termes de génération plutôt que de mois, qu’elle ont donc une vocation trans-générationnelle, et que s’inscrire dans le long terme constitue justement pour elles un objectif et une valeur à pérenniser, car tous les dirigeants de ces structures savent qu’en cas de bêtises, ce seront leurs descendants et donc la famille au final, qui paieront les pots cassés.

Et enfin, les valeurs humaines.

Alors qu’une majorité des salariés français ne se sentent pas toujours valorisés au sein de leur entreprise, dans ces structures familiales, c’est plutôt le contraire. En effet, les dirigeants, connaissent plutôt bien leurs employés, pour certains même depuis leur prime jeunesse, car ayant fréquenté les mêmes écoles, sont souvent plus à l’écoute de ceux-ci justement, plus proches d’eux, et attentifs à leur bien-être, avec comme conséquences, quand des faits que l’on appelle les variables conjoncturelles les y obligent, à être plus impliqués et plus enclins à accepter des sacrifices primordiaux pour la survie de leur entreprise.

Et, quand on sait que le turn-over du management dans ce genre de structure est limité, avec notamment une moyenne de 14 ans pour un directeur général, au lieu de 7 ans dans les autres entreprises, les salariés y trouvent donc au final un havre de paix et de stabilité, gage d’une productivité supérieure à la norme, et donc d’une compétitivité pérenne.

Cependant, tout n’est pas parfait, car par exemple, à l’heure de l’internationalisation des échanges, et à part des groupes comme Michelin, Decaux ou encore Longchamp (voir dossier futur), plus petit en taille, mais de renommée mondiale, nombre de ces entreprises n’ont aucune ou peu activités à l’international, dû justement à leur taille, car composé en grande partie de TPE ou PME, soit 83 % des entreprises familiales françaises, avec des difficultés à trouver des zones de croissance autres que locales, ce qui démontre d’un fort ancrage territorial, mais un frein à leur expansion.

Et ensuite, qui dit familial, dit succession, et là, on touche à une problématique cruciale, soit qu’une entreprise créée puisse rester dans le giron familial pendant plusieurs générations.

En effet, en France, contrairement à l’Allemagne ou l’Italie, les dirigeants de ces entreprises attendent souvent trop longtemps pour organiser leur succession, ce qui fait que seulement 10 % restent justement familiales. Les raisons, principalement la difficulté de trouver parmi les héritiers le bon profil, et pour les créateurs de passer la main, œuvre d’une vie, de leur vie. Et pourtant, ces étapes sont très importantes, car aujourd’hui, au vu du nombre d’entreprises centenaires, soit près de 1 400, il y a une entreprise familiale centenaire (EFC) qui disparaît chaque mois. Mais, fort heureusement, beaucoup résistent, et ont même pour certaines dépassées ce nombre, comme par exemple le groupe Saint-Gobain (www.saint-gobain.com), anciennement Manufacture Royale des Glaces de Miroirs, et qui, avec 570 ans d’existence, lui vaut d’être aujourd’hui la plus ancienne entreprise familiale française.

Sans oublier également que ces entreprises centenaires représentent près de 125 000 emplois et un chiffre d’affaires supérieur à 500 millions d’Euros. A ne pas négliger donc.

Et à ne pas négliger non plus, l’attractivité de ces structures auprès de la population française, soit près de sept actifs sur dix, très attachée à des valeurs peu usitées dans les autres entreprises, et déjà vues plus haut, soit le sens des valeurs, l’authenticité, les notions de fidélité, l’engagement des dirigeants à long termes, mais aussi un climat social apaisé, et un espace de dialogue entre collaborateurs et dirigeants.

Donc, oui l’entreprise familiale peut être un modèle à suivre pour les autres entreprises, en mettant justement l’accent sur la stabilité, la logique du long terme, et privilégier les ressources humaines, avec pour objectif de sceller un accord de partenariat entre les principales forces vives de l’entreprise.

C’est ce que certains appellent un « changement de paradigme ».

Rendez-vous d’en plusieurs années.

Jacques Samela

Sources :

. Les Echos du 07/10/2013

. Les Echos du 15/01/2014

. Les Echos du 21/10/2014

. L’Usine Nouvelle du 12/06/2015

. Les Echos du 08/06/2015

. La Tribune du 29/09/2015

www.fbn-france.fr

www.efc-centenaires.fr

www.entreprises-familiales.com

www.economie.gouv.fr/transmettre-mon-entreprise

. Family Business Network / Montreux / 14 – 17 octobre 2015

www.fbnsummit.org

. Trophées de l’entreprise familiale

www.tropheedeschenes.fr

. A lire :

La stratégie du propriétaire, enquête sur la résilience des entreprises familiales face à la crise. Alain Bloch, Nicolas Kachaner, Sophie Mignon. Editions Pearson.

Les entreprises familiales, pérennité et compétitivité
Les entreprises familiales, pérennité et compétitivité
Les entreprises familiales, pérennité et compétitivité
Les entreprises familiales, pérennité et compétitivité

Publié dans Les dossiers

Partager cet article
Repost0

FabLab (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

. Pour plus d'informations, lire ou relire le dossier du 05 mai 2015, intitulé "FabLab, la création collaborative au service de l'innovation".

Vus et lus dans les Echos du 07 et du 22 septembre 2015.
Vus et lus dans les Echos du 07 et du 22 septembre 2015.
Vus et lus dans les Echos du 07 et du 22 septembre 2015.

Vus et lus dans les Echos du 07 et du 22 septembre 2015.

Partager cet article
Repost0

Septembre 2015

Publié le par Jacques SAMELA.

. Le groupe keolis (www.keolis.com) a prolongé jusqu’en 2020 son contrat avec Rail services Virginia (USA) pour l’exploitation des trains desservant les banlieues sud et ouest de Washington DC .

RATP Dev (www.ratpdev.com) s’est vu confier l’exploitation des transports scolaires du Southern Columbia Area School District (Pennsylvanie – USA) pendant cinq ans. Déjà bien implantée aux Etats-Unis, elle réalise 10 % de son chiffre d’affaires, et emploie près de 3 000 salariés.

Ville, rail & Transports / Septembre 2015.

. La PME Chabas et Besson (www.chabas-besson.com) a décroché un marché de 1,3 millions d’Euros auprès de Novarka (www.novarka.com) pour livrer une centaine de gros vérins, servant à actionner la fermeture des portes de l’arche de Tchernobyl, recouvrant le réacteur nucléaire ayant explosé en 1986.

Les Echos du 01 septembre 2015.

. Grace à la réduction des dépenses, le déficit de l’Etat s’est réduit de 4,3 milliards d’Euros en un an. A l’inverse, les recettes ont quant à elles augmentées de 2,9 milliards d’Euros, atteignant même 173 millions d’Euros fin juillet.

Le Parisien du 09 septembre 2015.

. Nouveau record pour les programmes audiovisuels français en 2014 avec plus de 210 millions d’Euros de ventes et préventes, et une progression de 17 %, et ce dans tous les genres confondus (animation, fiction, documentaire, etc…). L’animation reste le secteur le plus rentable avec 45 millions d’Euros de chiffre d’affaires, et la fiction explose elle de 49,3 % comparé à 2013.

Les Echos et Libération du 09 et du 10 septembre 2015.

. La filiale du groupe Airbus, spécialisée dans la fabrication d’hélicoptères (www.airbushelicopters.com) vient d’engranger un contrat pour 100 hélicoptères en Chine. Le montant n’est pas spécifié.

. L’Insee confirme la légère hausse de l’emploi au deuxième trimestre, soit 23 800.

Les Echos du 10 septembre 2015.

. D’après les statistiques de l’Insee, le pouvoir d’achat des ménages français a augmenté de 1,9 % par rapport à la même période de l’année précédente, soit le niveau le plus élevé depuis 2008.

Capital du 11 septembre 2015.

. Pour la première fois, un double français remporte l’US Open de tennis. Il s’agit de Nicolas Mahut, connu pour avoir joué, et perdu, le plus long match de tennis en 2010 à Wimbledon, soit onze heures, et donc de Pierre-Hugues Herbert. Ils jouaient contre le britannique Jamie Murray et l’australien John Peers. Le résultat, 6-4, 6-4. Bravo.

Le 12 septembre 2015.

. Le groupe Bonduelle (www.bonduelle.fr) vient d’acquérir une nouvelle usine au Canada, soit la huitième dans ce pays. Il réalise sur ce continent près d’un tiers de son activité, avec un chiffre d’affaires de 650 millions d’Euros, et compte passer d’une part de marché à 85 % à 100 %.

Les Echos du 14 septembre 2015.

. Inauguration en fanfare du premier site d’assemblage du groupe Airbus aux Etats-Unis. Le site se trouve à Mobile en Alabama, il a coûté 600 millions de dollars, et va employer au départ près de 200 personnes. L’objectif est de produire dès 2018, de 40 à 50 avions par an.

AFP du 14 septembre 2015.

. Le fabricant français de petites centrales hydrauliques, Mecamidi (www.mecamidi.com), va construire 15 installations en Afrique (Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Gabon, Guinée et Mozambique) d’ici 2020, qui cumuleront une puissance de 200 mégawatts pour alimenter l’équivalent de 1 million d’habitants.

Les Echos du 16 septembre 2015.

. Le groupe Altice (www.altice.fr), maison mère de Numericable-SFR, achète le quatrième câblo-opérateur américain Cablevision (www.cablevision.com) pour 17,7 milliards de dollars. L’objectif, générer 50 % des revenus outre-Atlantique.

Les Echos du 18 septembre 2015.

. Un jeune français remporte le prix incubateur durant le concours Google Science Fair grâce à son robot jardinier baptisé « Bot2Karot ». Il s’appelle Eliott Sarrey, et, est élève de 3ème au collège Jules Ferry de Neuves-Maisons en Lorraine. La récompense comprend un chèque de 10 000 dollars, et un mentorat d’un an pour poursuivre son projet et sa passion.

Industrie & Technologies du 22 septembre 2015.

. Le « plan 100 000 » de pôle emploi a permis à 65 000 chômeurs de retravailler. Ciblé sur les métiers en tension, ce sont donc près de 6 bénéficiaires sur 10 qui ont trouvé un emploi.

Les Echos du 23 septembre 2015.

. Le spécialiste des tubes en acier haut de gamme, Vallourec (www.vallourec.com), va fournir 14 000 tonnes de tubes dans le golfe du Mexique, au profit de l’entreprise américaine Hess (www.hess.com). Le contrat s’élève à près de 40 millions de dollars.

Le Figaro du 23 septembre 2015.

. Après la fermeture de l’usine Fralib à Gémenos, la coopérative Scop-TI (www.scop-ti.com), créée par des anciens employés, vient de lancer ses nouvelles marques, avec comme tête de gondole « 1336 », comme le nombre de jours passés à lutter contre le groupe Unilever. L’arrivée en rayon est prévue pour bientôt. Pour plus d’informations sur les scop, lire ou relire le dossier du 30/10/13.

Les Echos du 28 septembre 2015.

. Ce sont près de 722 start-up étrangères qui ont candidaté au French Tech Ticket (www.frenchtechticket.paris) pour faciliter l’installation d’entrepreneurs étrangers en France, porteurs de projets ambitieux. Seules 50 bénéficieront de visas gratuits et de place dans un incubateur.

. La reprise dans la construction de logements se confirme. Les permis de construire ont progressés de 8,7 % sur la période de juin à août, et les mises en chantier ont augmentés de 0,7 %.

Les Echos du 28 septembre 2015.

. La meilleure bière du monde est française, et parisienne. Elle s’appelle Thawack, elle a remporté le prix de la meilleure black IPA aux World Beer Awards, et, elle est élaborée par l’entreprise Frogbeer (www.frogpubs.com), gérée par Eugénie Mai-Thé à Saint-Denis (93), et ce depuis 1993. Cette bière avait déjà reçu une médaille d’or au Brussels Beer Challenge en 2014. D’autres médailles furent attribuées à cette société, deux en or pour la Ginger Twist et l’Inseine, et une en argent pour la Natural Blonde.

Le Figaro du 29 septembre 2015.

Septembre 2015

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0

Grande-Bretagne (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

. Pour plus d'informations, lire ou relire le dossier du 18/09/15, intitulé "God save the queen, and the UK".

. A lire également :

Les investissements britanniques en France et en Languedoc Roussillon.

http://www.investsuddefrance.com/uploads/paytodownload/2015-10/1443744000_174d7b7eafd3f83737f603ef79eeddc4.pdf

Vus et lus dans Les Echos du 07 aout, du 25 septembre, et du 28 septembre 2015
Vus et lus dans Les Echos du 07 aout, du 25 septembre, et du 28 septembre 2015
Vus et lus dans Les Echos du 07 aout, du 25 septembre, et du 28 septembre 2015
Vus et lus dans Les Echos du 07 aout, du 25 septembre, et du 28 septembre 2015

Vus et lus dans Les Echos du 07 aout, du 25 septembre, et du 28 septembre 2015

Partager cet article
Repost0

Golden Blogs Awards et programme suivant

Publié le par Jacques SAMELA.

Chères abonnées et lectrices, mais aussi chers abonnés et lecteurs,

Comptant sur votre assiduité depuis le début de l’aventure, dans quelques semaines, j’espère pouvoir également compter sur vos suffrages.

En effet, dans le cadre de la 6ème édition des « Golden Blogs Awards », et donc de mon inscription, vous pouvez dès à présent voter pour mon blog, afin pourquoi pas, d'obtenir l’un des trophées remis en cette occasion unique de la dite « blogosphère », prévu le 10 novembre prochain.

Pour cela, il suffit juste d’aller sur le site que voici : www.golden-blog-awards.fr

N’hésitez-donc pas.

Ensuite, après le portrait français consacré à Luc Besson, ou le dossier sur la Grande-Bretagne, je vous donne rendez-vous prochainement avec des sujets consacré à la réussite des entreprises familiales, la marque Longchamp, ou encore le big data à la française.

A très bientôt donc.

Jacques Samela

Golden Blogs Awards et programme suivant
Golden Blogs Awards et programme suivant
Partager cet article
Repost0

Altrad, Carmat, Douane (suites)

Publié le par Jacques SAMELA.

. Pour plus d'informations sur Altrad, lire ou relire l'article du 29 avril 2014.

. Pour plus d'informations sur Carmat, lire ou relire l'article du 23 janvier 2014.

. Pour plus d'informations sur la douane, lire ou relire l'article du 17 juillet 2015.

Articles vus et lus dans les Echos du 01 septembre 2015 (Carmat), du 21 septembre 2015 (Altrad), et du 22 septembre 2015 (la douane)
Articles vus et lus dans les Echos du 01 septembre 2015 (Carmat), du 21 septembre 2015 (Altrad), et du 22 septembre 2015 (la douane)
Articles vus et lus dans les Echos du 01 septembre 2015 (Carmat), du 21 septembre 2015 (Altrad), et du 22 septembre 2015 (la douane)
Articles vus et lus dans les Echos du 01 septembre 2015 (Carmat), du 21 septembre 2015 (Altrad), et du 22 septembre 2015 (la douane)

Articles vus et lus dans les Echos du 01 septembre 2015 (Carmat), du 21 septembre 2015 (Altrad), et du 22 septembre 2015 (la douane)

Partager cet article
Repost0

Si ils le disent, c'est que c'est vrai

Publié le par Jacques SAMELA.

. Venus écouter le ministre des Affaires étrangères à New York, plusieurs patrons américains ont vanté les mérites de la France et dénoncé certains clichés. « Je vous jure, nous n’avions pas répété avant ! » Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, venu vendre la politique de réformes de son gouvernement aux patrons et investisseurs américains à New York, était lui-même surpris.

Plusieurs d’entre eux ont défendu la France mieux que ne l’aurait fait un ministre. « Beaucoup de critiques sur la France sont injustes.

Le droit des affaires est équilibré, le droit du travail est bien plus flexible qu’on ne le dit, s'est enflammé Leonard Levie, PDG d’American Industrial Acquisition Corporation, spécialisée dans la restructuration d'entreprises en difficulté. Bien sûr, ce n'est pas facile de réduire les effectifs, mais on s’en sort en adaptant le temps de travail.

Et puis l’énergie est bon marché, les infrastructures de transport sont parmi les meilleures du monde, et il n’y a jamais de class action ! On fait des économies colossales par rapport aux Etats-Unis. »

Un point soulevé par d’autres. « C’est aussi difficile de licencier quelqu’un aux Etats-Unis qu’en France, confirme Loïc Moisand, patron de la start-up Synthesio installée à New York.

En France, cela ne coûte rien, mais aux Etats-Unis, vous devez payer des fortunes en frais d’avocat pour éviter les poursuites ! » Pour lui, il est par ailleurs « plus facile de créer son entreprise en France, car les allocations chômage vous aident les premières années. Aux Etats-Unis, il faut tout de suite trouver des investisseurs. »

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/021372024306-quand-des-patrons-americains-defendent-la-france-devant-fabius-1161324.php?WVTzh0ADwC4cIrQt.99#

Si ils le disent, c'est que c'est vrai
Partager cet article
Repost0