Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour Vous

Publié le par Jacques SAMELA.

Pour Vous
Pour Vous
Pixbay

Pixbay

 

Votre calendrier de l'Avent terminé, voici donc le jour tant attendu des cadeaux.

Photo J.S

Photo J.S

Joyeux Noël à Toutes et Tous.

Partager cet article
Repost0

Blachère Illumination, la magie des fêtes au rendez-vous

Publié le par Jacques SAMELA.

Blachère Illumination, la magie des fêtes au rendez-vous
Blachère Illumination, la magie des fêtes au rendez-vous

Alors que la fin d’année s’inscrit dans la sobriété énergétique, nos villes se sont posées la question d’illuminer ou pas leurs rues.

Cruel dilemme, faire des économies, faire plaisir à ses habitants ?

Manifestement, le choix a été fait, et nos rues seront à nouveau éclairées, et en plus, pour la plus grande majorité, par le leader, français, du secteur, la société Blachère Illumination (www.blachere-illumination.com).

Vu et lu dans Les Echos du 21/11/22

Vu et lu dans Les Echos du 21/11/22

En effet, et ce depuis sa création, en 1973, à Apt dans le Vaucluse, par Jean-Paul Blachère.

Soit bientôt 50 ans de bons et loyaux services, notamment durant la période des fêtes, où elle réalise 80 % de son chiffre d’affaires annuel.

Vu et lu dans 20 minutes du 18/11/22

Vu et lu dans 20 minutes du 18/11/22

Mais par-contre, depuis sa création, les choses ont bien changé, car d’une petite entreprise familiale qu’elle fût, et qu’elle est encore, elle est désormais devenue une entreprise de plus de 400 salariés dans le monde, dont près de 150 en France, illuminant plus de 1 000 villes (Monaco, New York, Londres, etc…), dont 60 % en France, des centres commerciaux, décorant plus de 150 pays, disposant pour cela d’un réseau mondial de près de 30 filiales.

Photos J.S / Champs-Elysées 2022
Photos J.S / Champs-Elysées 2022

Photos J.S / Champs-Elysées 2022

Et ce succès, l’entreprise se l’est bâtis à coup d’idées et de solutions toujours plus innovantes, comme par exemple l’utilisation des Led pour l’ensemble de leurs œuvres, les premiers même à l’avoir fait des 2008, le recyclage de leurs guirlandes, et depuis plusieurs années, la mise au point de deux procédés particulièrement judicieux, soit tout d’abord « Bioprint », matériau biodégradable, issu d’une canne à sucre biosourcée et sans OGM, permettant de supprimer plus de 80 % d’aluminium sur les décors, émettant en cela 10 fois moins de CO2, ne générant aucun rebut durant la fabrication, et assurant au final une recyclabilité totale, grâce au broyage de la structure sous forme de granulés.

Ensuite, le second procédé, tout aussi pertinent et ayant fait l’objet d’une quinzaine de brevets, il s’appelle « Recyprint », dont l’idée est d’utiliser des bouteilles en plastique, recueillies (https://blachere-illumination.com/news/1/de-la-bouteille-en-plastique-au-decor), triées et broyées en flocons puis en granulés, injectés par la suite dans des imprimantes 3D, devenues primordiales pour la création des décors aujourd’hui.

Mais ce n’est pas tout, car dans la suite logique de l’utilisation des Led, la société a conçu un outil appelé « Switch+ », permettant aux usagers de choisir les créneaux horaires d’allumage, ainsi qu’un autre outil appelé lui « Tempo », donnant là l’occasion aux collectivités de pouvoir limiter l’allumage des illuminations de Noël à 7 h par jour.

On ne peut pas être plus dans la sobriété énergétique que la société Blachère en fait, ce qu’elle revendique même carrément, en hissant au plus haut son éco-responsabilité, au même niveau que ses autres forces, que sont ses côtés créatifs et interactifs, ses signatures reconnaissables depuis sa création.

Et comme si cela ne suffisait pas, la société utilise désormais du papier issu de forêts certifiées FSC (Forest Stewardship Council) pour son catalogue, elle a installé des éoliennes sur son site de production, ainsi que des panneaux solaires pour éclairer son parking, et s’est engagé à utiliser pendant plusieurs années de l’électricité produits à partir d’énergies renouvelables.

Un vrai sacerdoce je vous dis, la direction disant même que c’est devenue un devoir de protéger la planète, et certainement plus une option.

Et pour en revenir à ses signatures si reconnaissables (voir plus haut), elles ont été à l’origine en 2016 de l’obtention par l’entreprise du label « Entreprise du patrimoine vivant » (https://www.luberon-apt.fr/blog/entreprises-du-patrimoine-vivant-du-pays-d-apt-luberon), portée notamment par ce qu’ils appellent leurs magiciens, soit les ferronniers de la maison, cintrant et soudants les différents profilés d’aluminium, recyclés vous vous en souvenez, afin de créer les désormais célèbres structures que sont les  sapins géants de plus de 25 m, les fontaines monumentales, ou les  tunnels multicolores de 100 m de long, décorant les villes du monde entier, et que vous pouvez voir, si vous passer à Apt, sur le showroom de 300 m2, situé au cœur même des ateliers.

N’hésitez-pas.

Jacques Samela

 

Sources :

. https://blachere-illumination.com/

. https://www.grandsudinsolite.fr/2770-84-vaucluse-blachere-illumination---champion-du-monde--des-decorations-de-noel.html

. https://www.herault-tribune.com/articles/blachere-illumination-des-decors-ecoresponsables-pour-faire-briller-les-collectivites/

. https://www.echodumardi.com/dossier/blachere-illumination-de-la-tour-eiffel-a-fifth-avenue/

. https://www.usinenouvelle.com/article/communique-vaucluse-blachere-illumination-des-eclairages-ecoresponsables-et-de-nouvelles-solutions-pour-decorer-les-communes.N2058742

 

A lire :

. https://parissecret.com/les-plus-belles-illuminations-de-noel-du-monde-signees-du-groupe-francais-blachere-illumination/

. https://www.20minutes.fr/societe/4010441-20221120-champs-elysees-glisse-coulisses-conception-nouvelles-illuminations

 

Vu et lu dans Prima Hors Série n° 14 732
Vu et lu dans Prima Hors Série n° 14 732

Vu et lu dans Prima Hors Série n° 14 732

Blachère Illumination, la magie des fêtes au rendez-vous
Blachère Illumination, la magie des fêtes au rendez-vous

Publié dans L'entreprise du mois

Partager cet article
Repost0

La filière bio, Le marché de Rungis, Phenix (suites) & Autres

Publié le par Jacques SAMELA.

La filière bio, Le marché de Rungis, Phenix (suites) & Autres
La filière bio, Le marché de Rungis, Phenix (suites) & Autres
Vu et lu dans Les Echos du 26/09/22
Vu et lu dans Les Echos du 26/09/22

Vu et lu dans Les Echos du 26/09/22

Le bio en berne

https://www.ecoreseau.fr/actualites/economie-societe/le-bio-en-berne-2022-11-28-89286?utm_source=sendinblue&utm_campaign=Matinale_Week-End_-_20221203&utm_medium=email

 

Par  Tanguy Patoux / Le 28 novembre 2022

 

L’alerte retentit depuis déjà un moment. En 2021, le marché du bio semblait poussif et reculait de 3,1 % par rapport à 2020. À l’aube de 2022, cette tendance s’était encore accentuée. Aujourd’hui, il est temps de faire le bilan.

Légume, fruit, œuf, lait … Tout y passe. Le recul des ventes dans le bio n’épargne aucun produit. -18 % pour la farine, -12 % pour le beurre… Au final, l’ensemble du marché recule de 10 % sur un an, le tout à l’approche des fêtes. À l’heure où l’inflation enflamme les prix dans les grandes surfaces, les premiers produits à en pâtir sont évidemment les plus onéreux. Les clients reviennent – peu à peu – à un mode de consommation moins responsable… mais plus économique.

La fin du rêve

Le marché du bio a été lucratif pour beaucoup d’agriculteurs et de revendeurs ces dernières années. De plus en plus de producteurs ont pris ce virage. Finalement, tout cela a mené à une bulle spéculative qui commence à montrer quelques limites. Tous les acteurs de ce marché doivent maintenant faire face au même problème : la surproduction.

Pourtant le bio a longtemps été encouragé par certains acteurs politiques et idéologiques. Les produits labellisés ont pris de plus en plus de place dans nos grandes surfaces. Sauf que les consommateurs ne suivent plus. Ces aliments, qui peuvent être jusqu’à 50 % plus chers que leur équivalent sans label, n’intéressent plus grand monde.

« Personne ne nous a dit de faire attention, que le bio concernait seulement 4 % des achats, et que l’offre ne devait pas dépasser la demande », témoignait déjà une agricultrice arboricole à l’AFP en août dernier. Comme elle, des centaines de fermiers et d’agriculteurs se retrouvent aujourd’hui avec un stock trop important sur les bras. Ce qui met en péril leur santé financière.

Une image qui s’érode

Après le green washing, doit-on s’attendre au bio washing ? En tout cas, certaines affaires pourraient l’évoquer. En 2021, la chaîne de magasin Biocoop se retrouve au beau milieu d’un conflit social. Dans plusieurs enseignes, les salariés révèlent que les conditions de travail ne sont pas bonnes. Les méthodes de gestion et management ressembleraient trait pour trait à celles des grandes surfaces traditionnelles. Une trahison pour le client qui fait confiance à Biocoop en raison des valeurs véhiculées par l’enseigne…

Le « consommer responsable » s’inscrit dans une démarche plus large que le seul label bio. Les consommateurs qui ont encore les moyens de s’offrir des produits plus chers – mais de meilleure qualité – se penchent vers des labels qui rémunèrent plus équitablement les producteurs et qui garantissent des produits de saisons. Les circuits courts sont également plébiscités. Aujourd’hui, le label AB  (Agriculture biologique) ne garantit aucun de ces critères.

Les nouvelles étiquettes BFE (Bio Français Équitable) et Bio cohérence tendent à se démocratiser, allant dans le sens des nouvelles priorités des consommateurs. Le désamour pour le bio n’est donc pas si catégorique. Il suffit juste de l’englober dans une démarche encore plus responsable

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2017/10/la-filiere-bio-a-la-croisee-des-champs-et-des-chemins.html

 

 

Le marché de Rungis veut se développer avec plusieurs plateformes logistiques

https://www.batiactu.com/edito/marche-rungis-veut-se-developper-avec-plusieurs-plateformes-63502.php?MD5email=8843226679e17408c0597aaee1b4b186&utm_source=news_actu&utm_medium=edito&utm_content=article

le 07/02/2022 

 

LOGISTIQUE. La société gestionnaire du marché de Rungis, au nord de Paris, aimerait voir les locaux s'étendre. Plusieurs constructions sont en discussion.

Le célèbre marché de gros de Rungis, au nord de Paris, pourrait s'agrandir. À l'étroit dans les murs qu'il occupe depuis plus de 50 ans, le marché pourrait bientôt voir la construction de plateformes logistiques adossées à des activités de production agricole et de transformation, selon un rapport remis ce lundi 7 février au Premier ministre. "Le marché a fortement besoin de surfaces supplémentaires d'entrepôts alimentaires frais", révèle le rapport. Le projet, intitulé "Agoralim", devrait créer "4.000 à 5.000 emplois directs non-délocalisables" et couvrir les besoins "de la terre à l'assiette". Il prendrait pour épicentre le triangle de Gonesse une enclave verte de 700 hectares dans l'est du Val-d'Oise, entre les aéroports de Roissy et du Bourget. 280 hectares sont potentiellement urbanisables.

C'est à cet endroit qu'un mégacomplexe de commerces et de loisirs Europacity, finalement enterré fin 2019 par Emmanuel Macron, devait être bâti. Le devenir du site suscite de nombreux débats. En effet, des défendeurs de l'environnement s'opposent à la création d'une gare de métro du Grand Paris express et d'une zone d'activités. À la place d'Europacity, la société gestionnaire du marché de Rungis, la Semmaris, propose de "sanctuariser" la centaine d'hectares de terres agricoles dans le sud du triangle et de permettre la création d'une plaine céréalière, où des projets de maraîchage, d'horticulture et d'élevage "selon les principes de l'agroécologie", adaptés aux besoins locaux, se côtoieraient. La société imagine également la construction d'une légumerie et des "équipements de formation, d'innovation et de sensibilisation au bien-manger".

Des millions d'euros nécessaires

La Semmaris a repéré trois sites autour de Gonesse qui pourraient convenir pour abriter des activités de distribution et de transformation de produits frais : Goussainville, Roissy-en-France et Bonneuil-en-France. Elle a affirmé à l'AFP ne pas souhaiter artificialiser de nouvelles terres. "On intervient sur des terrains qui sont déjà classés comme constructibles. La plupart du temps ce sont des friches ou des endroits où il y a eu des projets qui ont été abandonnés", a ajouté le président de la Semmaris, Stéphane Layani. "Si les conditions sont réunies par les pouvoirs publics, on pourra commencer à construire des choses dès 2025. Dès 2027, on aura engagé la majeure partie des travaux." La Semmaris dit être prête à débourser 700 millions d'euros pour "l'acquisition du foncier, la construction et l'aménagement des activités de transformation et de distribution". Mais pour que le projet puisse voir le jour, il faudrait que des acteurs publics et privés soient prêts à investir 700 millions d'euros supplémentaires.

 

Ouverture en 2027 de la Cité de la Gastronomie Paris-Rungis

https://www.valdemarne.fr/le-conseil-departemental/grands-projets/ouverture-en-2027-de-la-cite-de-la-gastronomie-paris-rungis

le 08/12/2022

 

Prochainement construite dans le Val-de-Marne, la Cité de la gastronomie Paris-Rungis a pour vocation de réunir gastronomie, arts, patrimoine, transmission, formation et innovation, à proximité du marché international de Rungis.

Un lieu unique pour explorer toutes les facettes de la gastronomie 

Depuis 2010, le "repas gastronomique des Français" est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

La Cité de la gastronomie Paris-Rungis sera organisée en cinq espaces distincts :

  • Le Cœur de la Cité présentera un parcours expérientiel innovant, des expositions, des ateliers immersifs et un jardin pédagogique.
  • Le Campus proposera à la fois des ateliers ludiques pour le grand public et et des cours pratiques et théoriques, destinés aux étudiants et aux professionnels du secteur. 
  • Les  Pavillons régionaux présenteront la restauration et les artisans régionaux tandis que les pavillons par filières présenteront les différents savoir-faire de la gastronomie (boucherie, charcuterie, fromagerie etc. ).
  • Le Lab accueillera des bureaux et des espaces d'agricultures urbaines pour les entreprises de l'agro-alimentaire.
  • Le Hub comprendra un centre de conférences et un auditorium pouvant accueillir des congrès et des salons et disposera d'une offre hôtelière originale et hybride. 

Une Cité à l'impact carbone limité 

Le groupement lauréat pour la construction et la gestion de la Cité a été désigné le 6 décembre 2022 : il associe Pitch Immo, marque du groupe Altarea, la société Gaïa Promotion, la foncière Hibrid et Ametis group. Quatre axes sont privilégiés pour orienter la construction et le fonctionnement de la Cité : 

  • La conception bioclimatique et performance énergétique : les eaux pluviales seront gérées à la source, afin de limiter les rejets et de réduire l’utilisation d’eau potable.
  • La préservation des ressources : 80 % des déchets de construction seront valorisés. 
  • La biodiversité et la nature en ville : des sols fertiles seront reconstitués sur ce terrain longtemps resté en friche.
  • Le confort, la santé et bien-être : une attention particulière sera portée au confort acoustique du site.

L'investissement du Département dans le projet

Membre du Syndicat mixte de la Cité de la Gastronomie Paris-Rungis, aux côtés de la Région Ile-de-France, de la Métropole du Grand Paris, de l'EPT Grand-Orly Seine Bièvre, de la Ville de Paris, de la Ville de Thiais, de la Ville de Chevilly-Larue et de la Ville de Rungis, le Département a investi 6 millions d'euros dans la création du site. Le Département est également engagé dans la requalification de la RD7 qui desservira la Cité, afin de conférer à cet axe un profil de boulevard urbain attractif. 

« Nous sommes heureux d’accompagner ce projet, car il répond vraiment aux défis de notre temps : il porte les valeurs fortes de l’alimentation durable et de la gastronomie responsable. C’est un projet qui a été pensé par et pour tous les territoires : il va porter haut les couleurs de la France et fera aussi la fierté de notre Département. » explique Olivier Capitanio, Président du département.

La Cité de la Gastronomie Paris-Rungis sera accessible via la ligne de métro 14, dont le prolongement sera mis en service dès 2024 (à 10 minutes de Paris, 20 minutes de la Gare de Lyon et 5 minutes de l'Aéroport international d'Orly), et via l'A6 et l'A86 (liaison Paris-Roissy).

Calendrier 

2027 : Ouverture

2024 : Début des travaux de construction

2022 : Désignation du groupement lauréat 

2021 : Consultation d’opérateurs

2018 : Création de la Cité hors-les-murs Paris-Rungis

2016 : Création du Syndicat Mixte de la Cité de la gastronomie Paris-Rungis

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2016/12/le-marche-de-rungis-origine-france.html

 

 

Vu et lu dans Les Echos du 20/09/22

Vu et lu dans Les Echos du 20/09/22

Vu et lu dans Télérama n° 3760 du 02/02/22

Vu et lu dans Télérama n° 3760 du 02/02/22

Vu et lu dans Télérama n° 3768 du 30/03/22

Vu et lu dans Télérama n° 3768 du 30/03/22

Partager cet article
Repost0

Ynsect (suite) & autre

Publié le par Jacques SAMELA.

Ynsect (suite) & autre
Ynsect (suite) & autre
Vus et lus dans Challenges n° 756 du 29/09/22, et Les Echos du 15/12/22
Vus et lus dans Challenges n° 756 du 29/09/22, et Les Echos du 15/12/22

Vus et lus dans Challenges n° 756 du 29/09/22, et Les Echos du 15/12/22

Vu et lu dans Femme Actuelle

Vu et lu dans Femme Actuelle

Partager cet article
Repost0

Allez Les Bleus, il reste de la place sur votre maillot

Publié le par Jacques SAMELA.

Allez Les Bleus, il reste de la place sur votre maillot
Allez Les Bleus, il reste de la place sur votre maillot
Photo J.S

Photo J.S

Partager cet article
Repost0

Le biomimetisme (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Partager cet article
Repost0

Tehtris (suite) & autres

Publié le par Jacques SAMELA.

Tehtris (suite) & autres
Tehtris (suite) & autres

À la rencontre d’Éléna Poincet, co-fondatrice et CEO de Tehtris

https://www.frenchweb.fr/a-la-rencontre-delena-poincet-co-fondatrice-et-ceo-de-tehtris/437796

Le 12/12/2022

Pour ce nouvel épisode de FrenchWeb CTO en partenariat avec La FrenchTechnous avons rencontré Éléna Poincet, co-fondatrice et CEO de Tehtris, l’une des 100 personnalités de la tech qui a marqué notre rédaction en 2022. 

Nous avons profité de son intervention à l’évènement Tech.Rocks Summit qui rassemble les Tech Leaders pour revenir sur son parcours et aborder les problématiques de cybersécurité auxquelles nos entreprises et administrations doivent faire face.

Après avoir passé 10 ans au sein de la DGSE et travaillé pour le Ministère des armées, Éléna Poincet a toujours voulu servir son pays en dehors des frontières. C’est lors d’une mission qu’elle rencontre Laurent Oudot, ingénieur à la DGSE et hacker depuis l’âge de 9 ans.

« En 2009, je lui ai proposé de créer notre entreprise », raconte-t-elle, « Les deux premières années, nous faisions du conseil pour les entreprises en simulant des cyberattaques très furtives, mais nous nous sommes rendu compte qu’il n’y avait pas de solution de cybersécurité capable de contrer nos attaques. En 2012, nous avons donc pivoté en créant notre propre solution de cybersécurité ».

Depuis, Tehtris évangélise le marché sur les sujets liés à la cybersécurité. « Il faut qu’il y ait une prise de conscience en France et en Europe que l’on a les entreprises suffisantes pour avoir notre autonomie sur les sujets de cybersécurité », poursuit Éléna Poincet. « Nous sommes très clairement en retard par rapport à d’autres grandes puissances. Il est important de créer une cyber-résilience ».

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2022/02/tehtris-la-parade-assuree.html

 

 

Vu et lu dans l'Express du 17/11/22

Vu et lu dans l'Express du 17/11/22

Vu et lu dans l'Express Hors-Série Villes 2022

Vu et lu dans l'Express Hors-Série Villes 2022

Partager cet article
Repost0

Novembre 2022

Publié le par Jacques SAMELA.

Novembre 2022
Novembre 2022

PROGRESSION. Du chiffre d’affaires 2021 des start-ups de la FrenchTech de 23 % en France, et de 15 % à l’international.

Business France du 03 novembre 2022

 

RACHAT. De deux centres de traitement de déchets aux Emirats arabes unis pour le groupe Veolia, lui permettant d’accroître sa présence dans la région, où 6 000 personnes le représente, et pour un chiffre d’affaires annuel de près de 800 millions d’Euros.

Les Echos du 04 novembre 2022

 

RECORD. L’année 2022 pour l’emploi des cadres, avec une anticipation de plus de 282 000 recrutements dans cette catégorie.

La Tribune du 07 novembre 2022

 

AUGMENTATION. Du nombre de start-ups à impact en France, avec une progression de 28 % par rapport à 2021. Employant 30 000 personnes, les 1 074 startups en question, ont levé 8,3 milliards d’Euros depuis leur création.

DYNAMIQUE. Le marché du travail en France au 3ème trimestre, avec 89 400 créations d’emplois nets. Le 1er était en progression de 0,4 %, et le second, de 0,5 %.

La Tribune du 08 novembre 2022

 

EXCEPTIONNELLE. La victoire de Caroline Garcia aux Masters, s’adjugeant son plus grand titre, ainsi que la 4ème place mondiale. Elle succède après 17 ans d’attente à Amélie Mauresmo.

Eurosport du 08 novembre 2022

 

SEDUCTIONS. Confirmées pour l’avion à propulsion électrique de la société Aura Aero, après l’enregistrement de 130 intentions de commandes en une semaine, pour une commercialisation en 2027.

Le Parisien du 09 novembre 2022

 

LANCEMENT. Du groupe Vinci sur le futur métro de Toronto (Canada), après avoir remporté l’un des trois contrats de ce projet d’infrastructures majeur de la capitale économique canadienne appelé l’Ontario Line.

Batiactu du 15 novembre 2022

 

DISTINCTIONS. Pour la ville de Cannes, qui après avoir été élue la meilleure destination d’Europe, vient de se voir décerner un World Travel Award pour l’ensemble des événements organisés en son sein.

La Tribune du 14 novembre 2022

 

POTENTIEL. De plus de 100 millions de dollars pour la société grenobloise Kalray (www.kalrayinccom), après s’être entendue avec une entreprise américaine de la high-tech, afin de lui assurer le développement et la fourniture de cartes d’accélération, basées sur ses processeurs DPU.

VIPress.net du 14 novembre 2022

 

IMPLANTATION. Des Galeries Lafayette en Inde, avec l’ouverture en 2024 et 2025 de deux grands magasins, et d’une plateforme de commerce électronique.

TeamFrance Export du 22 novembre 2022

 

RECETTES. De 375,9 millions d’Euros pour les fictions, documentaires ou films d’animation françaises dans le monde, soit en hausse de 6 % par rapport à 2020, et atteignant un nouveau record historique en 2021.

Le Moci du 22 novembre 2022

 

DEPLOYEMENT. Du plus grand parc européen d’éclairage public à énergie solaire à Agen, avec d’ici 2026, l’installation de six mille lampadaires, pour un investissement de 11 millions d’Euros.

La Tribune du 23 novembre 2022

 

CONCLUSION. D’un nouveau contrat d’achat d’électricité de 100 MW sur 12 ans entre le groupe Engie et Google. Produite à partir d’un parc éolien offshore au large de l’Ecosse, il s’agit du 3ème partenariat de ce genre entre les deux multinationales.

L’Usine Nouvelle du 24 novembre 2022

 

FRANÇAIS. Le champion du monde de l’œuf mayonnaise, en l’occurrence Grégoire Simon, chef de la Grande Brasserie à Bastille (Paris).

Society du 24 novembre 2022

 

COMMANDE. De 312 millions d’Euros pour le groupe Alstom, afin de concevoir et fabriquer 234 rames Metropolis à écartement standard pour l’extension de la phase IV du métro de Delhi (Inde), soit un réseau de 391 km comptant 286 gares.

Mobilités Magazine du 25 novembre 2022

 

STABLE. Le moral des chefs d’entreprises français en novembre, et ce malgré des doutes croissants et multiples sur l’avenir.

Les Echos du 25 novembre 2022

 

NETTE. Hausse des exportations françaises cette année, portées notamment par l’agroalimentaire et le secteur agricole (+28 %), le textile (+ 30 %), les produits pharmaceutiques et chimiques, les parfums et cosmétiques (+ 24 %), atteignant 439 milliards d’Euros sur les trois premiers trimestres, soit une hausse de 20 %.

Le Progrès du 29 novembre 2022

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0

Carmat (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Carmat (suite)
Carmat (suite)

Coeur artificiel : Carmat va reprendre ses implantations en France

https://www.la-croix.com/Coeur-artificiel-Carmat-reprendre-implantations-France-2022-10-26-1301239484

Le 26/10/2022

L'entreprise française Carmat va redémarrer les implantations de son cœur artificiel en France, après avoir reçu les autorisations réglementaires nécessaires pour reprendre son étude clinique dans l'Hexagone, a-t-elle annoncé mercredi.

Carmat, le concepteur d'un cœur artificiel, indique avoir obtenu les autorisations réglementaires nécessaires de la part de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et du comité de protection des patients pour redémarrer son étude clinique "EFICAS".

L'étude portera sur 52 patients éligibles à une transplantation en France et permettra à la société de recueillir des données supplémentaires sur l'efficacité et la sécurité de son cœur artificiel, indique Carmat. Cette étude permettra aussi d'obtenir des données médico-économiques pour soutenir le remboursement du dispositif, notamment en France.

Bas du formulaire

En vue de ce redémarrage, quatre centres ont suivi des formations de remise à niveau sur le produit et le protocole clinique et sont prêts à recruter les patients (APHP-HU Pitié Salpêtrière, CHRU Lille, CHU Rennes et CHU Strasbourg).

L'entreprise française Carmat va redémarrer les implantations de son cœur artificiel en France, après avoir reçu les autorisations réglementaires nécessaires / AFP/Archives

Mardi, la société avait déjà annoncé avoir obtenu les autorisations nécessaires en Europe pour reprendre les implantations, commerciales cette fois, de son cœur artificiel Aeson dans l'Union européenne et dans les autres pays reconnaissant le "marquage UE".

Carmat avait obtenu le marquage CE en Europe en décembre 2020 pour son cœur, en tant que "pont à la transplantation", c'est-à-dire pour les patients en attente de transplantation cardiaque.

Mais la société avait suspendu en décembre 2021 ses implantations, après des incidents ayant affecté certaines de ses prothèses.

Une enquête a permis de conclure que des défauts de qualité sur deux composants distincts de la prothèse étaient à l'origine de ces problèmes. Des actions correctives ont été entreprises avec pour horizon l'automne 2022 pour la reprise des implantations.

 

 

CARMAT LÈVE 31,1 MILLIONS D’EUROS

https://vipress.net/carmat-leve-311-millions-deuros/

Publié par Frédéric Fassot | 8 Déc 2022 

 

Le Français Carmat, concepteur et développeur d’un cœur artificiel total, visant à offrir une alternative thérapeutique aux malades souffrant d’insuffisance cardiaque biventriculaire terminale, annonce le succès de sa levée de fonds pour un montant total brut de 31,1 millions d’euros, dont 27,2 millions d’euros ont été souscrits par des investisseurs spécialisés et 3,9 millions d’euros par des investisseurs particuliers.

La société prévoit d’utiliser le produit de la levée de fonds pour soutenir le développement de ses activités et notamment, la montée en puissance de sa production, la reprise et la croissance des ventes de son cœur artificiel Aeson et le lancement de l’étude clinique Eficas en France. Les fonds levés, combinés aux ressources financières existantes de la société, lui permettent de financer ses activités, selon son « business plan » actuel jusqu’en juillet 2023.

« Forts de cette opération réussie, nous pouvons désormais aller de l’avant avec confiance et nous concentrer sur nos objectifs clés pour l’année à venir : développer nos ventes en Europe, démarrer l’étude clinique Eficas en France et continuer à reconstituer notre stock de prothèses. 2023 sera la première année commerciale complète pour Aeson, ce qui représente un réel espoir pour les patients souffrant d’insuffisance cardiaque biventriculaire terminale puisque, pour la première fois, un nombre conséquent d’entre eux aura accès à notre thérapie », souligne Stéphane Piat, directeur général de Carmat.

Carmat est une société medtech française qui conçoit, produit et commercialise le cœur artificiel Aeson. La société ambitionne de faire d’Aeson la première alternative à la transplantation cardiaque. Premier cœur artificiel physiologique au monde à être à la fois hautement hémocompatible, pulsatile et auto-régulé, Aeson pourrait sauver chaque année des milliers de patients en attente d’une greffe cardiaque Fondée en 2008, Carmat est implantée en région parisienne avec son siège social de Vélizy-Villacoublay et un site de production à Bois-d’Arcy. La société emploie plus de 200 personnes hautement spécialisées.

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2014/01/carmat-un-r%C3%AAve-se-r%C3%A9alise.html

 

Partager cet article
Repost0

Le fret ferroviaire (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Le fret ferroviaire (suite)
Le fret ferroviaire (suite)
Vu et lu dans Les Echos du 14/10/22
Vu et lu dans Les Echos du 14/10/22

Vu et lu dans Les Echos du 14/10/22

Vu et lu dans Les Echos du 31/10/22
Vu et lu dans Les Echos du 31/10/22

Vu et lu dans Les Echos du 31/10/22

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>