Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Internet, 50 ans

Publié le par Jacques SAMELA.

Photo J.S.
Photo J.S.

Photo J.S.

Vu et lu dans Jitec n° 215 / mai-juin 2019
Vu et lu dans Jitec n° 215 / mai-juin 2019
Vu et lu dans Jitec n° 215 / mai-juin 2019

Vu et lu dans Jitec n° 215 / mai-juin 2019

Vu et lu dans Les défis du CEA n° 236 / avril 2019
Vu et lu dans Les défis du CEA n° 236 / avril 2019

Vu et lu dans Les défis du CEA n° 236 / avril 2019

Vu et lu dans Les défis du CEA n° 236 / avril 2019
Vu et lu dans Les défis du CEA n° 236 / avril 2019

Vu et lu dans Les défis du CEA n° 236 / avril 2019

Publié dans Les Experts

Partager cet article
Repost0

OVH (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

OVH (suite)
OVH (suite)
Vu et lu dans Les Echos du 10/10/19

Vu et lu dans Les Echos du 10/10/19

OVHcloud ne veut pas vivre le fiasco du cloud souverain

https://www.frenchweb.fr/ovhcloud-ne-veut-pas-vivre-le-fiasco-du-cloud-souverain/378712?utm_source=FRENCHWEB+COMPLETE&utm_campaign=d559255eda-EMAIL_CAMPAIGN_2019_07_16_AM_COPY_01&utm_medium=email&utm_term=0_4eb3a644bc-d559255eda-106733281

Patrick Randall (Decode Media) avec l'AFP

10/10/2019

 

L’OVHcloud Summit, qui se tient jeudi 10 octobre à Paris Expo Porte de Versailles, célébrera les 20 ans d’OVH, aka « On Vous Héberge? » ou « Oles Van Herman », le surnom d’Octave Klaba, le fondateur de l’entreprise qu’il conviendra désormais d’appeler OVHcloud, signe d’une internationalisation de l’entreprise née dans un sous-sol d’Iliad dans le 11e arrondissement de Paris.

Une édition qui sera l’occasion de revenir « sur cette épopée (…) qui nous a permis de nous hisser parmi les leaders mondiaux du cloud », annoncent Octave Klaba et son CEO Michel Paulin, qui a rejoint OVH il y a un an pour accélérer l’internationalisation de l’entreprise fondée 1999 et aujourd’hui membre du Next40. Nous vous proposons de revenir sur cinq points clés de cette épopée.

Du soutien d’Iliad à la prise de participation des fonds KKR et Towerbrook

Vingt ans après sa création, OVHcloud compte 30 data centers dans 12 villes dans le monde (en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Pologne, aux Etats-Unis, au Canada, à Singapour et en Australie). Cinq autres sont en construction, notamment en Inde et en Corée du Sud. Forte de 2 200 employés à travers le monde, l’entreprise basée à Roubaix, d’où est originaire une partie de la famille d’Octave Klaba, revendique aujourd’hui 1,5 million de clients et 3,8 millions de sites hébergés dans le monde. Après un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros sur l’exercice fiscal 2017-2018, elle revendique un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros sur la période 2018-2019.

Pour en arriver là, OVHcloud est passé par plusieurs phases de développement (chacun avec leurs parts de hauts et de bas):

  • En 2000, la startup, alors l’une des premières entreprises européennes d’hébergement, voit son activité décoller. Avec le soutien de Xavier Niel et Iliad, Octave Klaba développe une offre à destination des TPE, PME et startups. La force de l’offre: des délais de livraison courts et une dépendance réduite aux fournisseurs à une époque où l’hébergement web était une activité laborieuse pour les entreprises. OVH développe également un système innovant de refroidissement qui fonctionne avec l’eau pompée dans les nappes phréatiques, transitée ensuite dans son data center (en location) pour baisser la température des cartes mères.
  • De 2004 et 2009, OVH s’étend en Europe avec des filiales en Pologne, en Espagne, aux Pays-Bas, en Irlande, en Finlande, en Lituanie et en République tchèque. Octave Klaba décide également de déménager le siège social de l’entreprise de Paris à Roubaix et y construit son premier data center. Le premier réseau fibre optique est également déployé et OVH devient officiellement un télécom.
  • A partir de 2010, l’entreprise nordiste cherche à diversifier son activité: c’est le début de l’ère du cloud pour OVH avec une première offre de cloud privé. En 2011, OVH développe une offre de cloud public basé sur OpenStack. L’hébergeur web, désormais le premier en Europe, dépasse ensuite l’Europe en 2012 avec l’ouverture de bureaux et de data center aux Etats-Unis et au Canada. Il construit un an plus tard à Gravelines le plus grand data center en Europe, doté de 400 000 serveurs.
  • En 2016, l’expansion internationale se confirme: OVH réunit 250 millions d’euros auprès des fonds américains KKR & Co (spécialiste des entreprises familiales comme OVH et des entrepreneurs européens) et TowerBrook Capital Partners (adapté aux entreprises dirigées par leur fondateur) contre une participation minoritaire, et signe un an plus tard une ligne de crédit de 400 millions d’euros auprès de JP Morgan Chase, le CIC Nord Ouest et la Banque commerciale du marché nord Europe. En 2017, l’entreprise acquiert vCloudAir, le cloud public de VMware.
  • En septembre 2017, OVH annonce son intention de recruter jusqu’à 13 000 personnes dans le monde d’ici 2025 pour atteindre 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires. L’entreprise nordiste indiquait aussi vouloir atteindre les 4 200 collaborateurs à la fin de 2019, dans le cadre d’un plan de recrutement fraichement lancé et centré sur la France. Des ambitions revues à la baisse cette année: Octava Klaba a fait état dans un post de blog en juin dernier d' »erreurs de recrutement » et déconseillait le « blitzscaling ».

Une nouvelle équipe de direction pour se poser en tant qu’alternative cloud crédible à AWS, Microsoft Azure et Google Cloud

A l’été 2018, pour accélérer l’internationalisation d’OVHcloud, Octave Klaba se choisit un CEO champion des télécoms, Michel Paulin, ancien directeur général de SFR. Il a notamment pour mission d’assurer la mise en oeuvre du plan stratégique « Smart Cloud », qui vise à consolider le positionnement d’OVHcloud en tant qu’alternative cloud crédible à AWS, Microsoft Azure et Google Cloud. Octave Klaba conserve la fonction de président du conseil d’administration. Le nouvel homme fort de l’hébergeur européen a réalisé l’essentiel de sa carrière dans les télécoms, l’IT et le web. Il a notamment supervisé l’entrée en Bourse de Neuf Cegetel lorsqu’il en était CEO (avant de diriger Méditel et SFR).

La nomination de Michel Paulin traduit la volonté d’OVHcloud de s’entourer de personnes clés et de profils techniques pour assurer son hypercroissance. C’est ainsi que Sylvain Rouri, ancien senior vice-president of global sales chez Survey Sampling International et sales director chez France Télécom, devient chief sales officer chez OVH fin 2017. Il a pour mission d’implémenter les stratégies globales de vente de l’entreprise en dirigeant les ventes directes et indirectes.

Alain Fiocco, ex-CTO de Cisco et ancien d’Alcatel, rejoint OVHcloud début 2018 en tant que CTO. Il est chargé de gérer les unités produits, R&D, ainsi que le déploiement des produits et solutions OVHcloud. L’entreprise s’était précédemment entourée en mars 2017 de Dominique Michiels en tant que chief service delivery officer. Ancien de Worldline, il supervise les services d’OVH. En juillet 2017, OVH avait aussi recruté Francois Sterin, ancien de Google et France Télécom, comme chief industrial officer. Il pilote l’infrastructure technique de l’entreprise. En août de la même année, c’est Frédéric Etheve, qui a fait ses armes chez France Télécom, McKinsey & Company et Google, qui rejoint les rangs de l’hébergeur. En 2018, Miroslaw Klaba, frère d’Octave et jusque-là CTO de la société, prend les fonctions de chief information officer.

L’entreprise a en outre trouvé un nouveau chief financial officer (en janvier 2019) en la personne de Yann Leca, fort de près de 30 ans de fonctions financières dans différents entreprises de tailles variées, une nouvelle chief human resources officer (en décembre 2018) avec Line Cadel, jusque-là HR business partner manager, et un nouveau chief legal officer (en mai 2018) avec Adam Smith, ancien de chez Safran, DCNS et Airbus.

Comment OVHcloud a su se hisser au niveau de ses rivaux américains

OVHcloud mise encore aujourd’hui sur ce qui a fait sa force ces 20 dernières années: le focus sur le développement d’un modèle intégré, une forte capacité à innover, et un choix de s’axer sur la règlementation (rivaliser avec Amazon et Google n’est pas forcément chose aisée).

En termes d’innovation, l’entreprise dispose par exemple d’une usine de serveurs de 14 000 mètres carrés à Croix, dédiée à la fabrication, la logistique et la R&D. Le taux annuel de production de serveurs, précédemment de 120 000, est aujourd’hui à 400 000 serveurs.

« Il y a 15 ans, OVH a fait un choix technologique et industriel qui est de refroidir les puces de ses serveurs par de l’eau. Il n’y a pas de climatisation, pas de ventilation, ça coûte moins cher à produire et consomme moins d’énergie. Nous avons déposé un brevet pour ces ‘Waterblocks’ dont sont équipés nos 30 centres de données répartis sur 12 sites », a expliqué Michel Paulin.

Aujourd’hui, et dans l’optique de faire d’OVHcloud un élément indispensable des stratégies cloud des entreprises, la société a par ailleurs prévu de présenter lors de son sommet son nouveau produit OVHCloud Marketplace. Celui-ci aura pour ambition de « rassembler et offrir l’ensemble des offres d’un écosystème d’entreprises partageant la même vision d’entraide, de partage et de coconstruction », annonce OVH. La place de marché proposera une « sélection d’offres et de solutions basées sur les infrastructures OVHcloud et soutenues par un réseau de partenaires-vendeurs sélectionnés ».

OVH pourra en outre détailler sa nouvelle game d’infrastructures lancée fin septembre, six mois après la refonte complète de son offre de serveurs dédiés. Cette nouvelle gamme, qui propose quatre configurations, entend répondre « aux besoins d’évolutivité et de performance des entreprises de tailles intermédiaires, des administrations ou des universités, pour notamment bâtir des architectures de serveurs en cluster ou gérer d’importantes bases de données »

L’évènement permettra enfin à OVH de détailler ses nouveaux produits et offres, dont: les solutions d’OVH pour le secteur de la santé ; OVHcloud Prescience, outil d’apprentissage automatique qui vise à accélérer les projets de machine learning des entreprises (lancé en avril dernier) ; Enterprise Cloud Databases, nouvelle offre de bases de données « as a Service » lancée cette année ; et les dernières innovations des gammes bare metal et les prochains projets de ces gammes.

Le « temps des écosystèmes et des communautés »

Une session de l’OVHcloud Summit sera dédiée aux partenaires d’OVHcloud. Le mois dernier, l’entreprise a étendu à l’international son partner program destiné à favoriser la formation des partenaires, leur assistance à la vente et le support technique autour des solutions d’OVH.

« Les temps ont changé. On n’est plus dans un rapport capitalistique, de rachats. On est dans le temps des écosystèmes et des communautés. Des partenariats et des plateformes », souligne Octave Klaba dans son post de blog du mois de juin.

« D’où l’initiative lancée il y a un an et que j’avais appelée ‘virtual GAFAM’. (…) Si les européens font écosystème et bossent ensemble, on peut être aussi fort que les Gafam, tout en respectant nos valeurs européennes de privacy. Ce mode de fonctionnement partage mieux la valeur créée et évite les phénomènes de dominance abusive », ajoute-t-il.

Cette ambition reflète les nouveaux enjeux qui attendent OVH: enrichir son écosystème pour accentuer sa position sur les big caps. L’entreprise s’est développée avec succès sur les TPE/PME. Il s’agit aujourd’hui d’aller chercher les Accenture, Capgemini, Deloitte et autres Sopra Steria, tout en développant son offre historique dédiée aux startups et nouvelles entreprises technologiques.

OVHCloud ne veut pas vivre le fiasco du cloud souverain tel que l’ont vécu Orange et SFR avec CloudWatt et Numergy

Début octobre, le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire a annoncé la volonté du gouvernement de développer une offre cloud alternative pour contourner le Cloud act américain. Cette loi permet aux agences de sécurité du pays de réquisitionner auprès des opérateurs de cloud américains des données de leur clients, même si ces données sont stockées à l’étranger. Il a donc demandé à Dassault Systèmes (3DS Outscale, filiale à part entière depuis 2017) et OVH de travailler sur la mise en place d’un « cloud de confiance » capable d’accueillir les données des entreprises françaises et européennes. Ce nouveau cloud souverain pourrait être créé en collaboration avec l’Allemagne dans un premier temps, puis éventuellement à un niveau européen, a fait savoir M. Le Maire.

Octave Klaba et Michel Paulin ont répondu à l’affirmative à l’appel du gouvernement. Ils ne souhaitent toutefois pas répéter les erreurs du passé commises par leurs concurrents. En 2011, le gouvernement avait lancé le projet « Andromède » (150 millions d’euros d’investissement), première tentative de cloud souverain qui s’est soldée par un échec. Le plan a mené aux projets Cloudwatt (porté par Orange et Thales, il sera désactivé le 1er février 2020) et Numergy (absorbé par SFR en janvier 2016).

« Je n’utilise pas l’expression ‘cloud souverain’, mais ‘cloud de confiance’. En 2012, on l’avait contraint à un marché de niche, avec deux acteurs (CloudWatt et Numergy, NDLR) dans un Meccano industriel très compliqué qui fonctionnait avec beaucoup d’argent public. Aujourd’hui, on ne demande pas d’argent public. On ne va pas inventer une nouvelle technologie, mais s’appuyer sur les standards du marché et travailler avec les acteurs en place. On promeut un écosystème ouvert qui n’emprisonne pas les clients », a également souligné Michel Paulin.

Octave Klaba a aussi fait savoir que la vision d’OVH n’est pas de créer un cloud souverain, mais bien un « trusted cloud » dédié à la gestion des données de ses clients.

Pour développer cette nouvelle infrastructure, OVH entend ainsi rester les mains libres et ne pas dépendre des subsides de l’Etat, que ce soit sous forme de subventions ou de demandes de prestations.

Les premières propositions d’OVH et Dassault Systèmes doivent être livrées en décembre 2019.

« Nous sommes dans une compétition technologique mondiale d’une férocité assez inégalée dans les dernières années, avec deux ensembles majeurs: les Etats-Unis et la Chine. Un impératif pour l’Europe et la France est d’être au niveau de cette compétition technologue mondiale », a déclaré le secrétaire d’État chargé du Numérique Cédric O lors de l’OVHcloud Summit. « Certains de nos alliés peuvent prendre parfois des lois un peu extra-territoriales », a-t-il ajouté.

M. O a décrit une stratégie cloud de l’Etat qui se joue sur trois cercles: la capacité de l’Etat à développer ses propres applications et infrastructures cloud ; le cloud privé ; et la capacité à utiliser des fournisseurs de cloud public.

« Il fut un temps où l’Etat s’est dit que le cloud souverain, il pouvait le faire par lui-même et pour lui-même », a-t-il également souligné. « Pourquoi OVH est important pour nous? (…) Parce que la première force d’OVH est de s’être développé tout seul, sans nous. Si OVH est fort, c’est parce qu’OVH est compétitif. Dans un monde comme le nôtre de mondialisation, de compétition, les seules solutions viables sont les solutions compétitives. Il fallait avoir une certaine audace à l’époque pour se dire qu’un acteur français, à Roubaix, pouvait être capable de concurrencer de très grands acteurs internationaux ».

L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron chargé des participations publiques et de l’économie numérique a par ailleurs noté que pour créer une offre de cloud de confiance européen, « OVH tout seul n’y arrivera pas »: « on est dans un monde où l’imbrication entre IaaS, PaaS, SaaS, fait que la plupart des clients, de plus en plus, ne veulent pas s’embêter avec une infrastructure d’un côté, une plateforme de l’autre ».

« La solution ne viendra jamais de l’Etat. Notre job, c’est de créer les conditions », a-t-il également affirmé.

OVH: les donnés clés

Fondateurs: Octave Klaba
Création: 1999
Siège social: Paris
Effectifs: 2 200
Secteur: cloud
Marché: hébergement internet, cloud, serveurs dédiés
Chiffre d’affaires: 600 millions d’euros en 2018-2019, 500 millions d’euros en 2017-2018


Financement: près de 650 millions d’euros levés auprès de CIC Nord Ouest, JP Morgan Chase, Banque Commerciale du Marché Nord Europe, Kohlberg Kravis Roberts, TowerBrook Capital Partners

 

. Pour plus d'information, n'hésitez-pas à lire ou relire l'article du 05 octobre 2013, intitulé, OVH, une réussite française.

Partager cet article
Repost0

Glowee (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Glowee (suite)
Glowee (suite)

Tech & Youth – Comment Sandra Rey veut faire émerger la bioluminescence sur le marché de la lumière ?

Pierre Berthoux - le 16 octobre 2019

https://www.alliancy.fr/a-laffiche/start-up/2019/10/16/comment-sandra-rey-veut-faire-emerger-la-bioluminescence-sur-le-marche-de-la-lumiere?utm_source=Newsletter17octobre&utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter

 

C’est au tour de Sandra Rey, fondatrice de Glowee, de jouer le jeu. Cette start-up utilise des micro-organismes marins pour produire un éclairage bioluminescent et écologique.

Sandra Rey nous présente son activité et répond à quatre questions :

– Ses plus grandes réussites ?
– Comment se différencier sur le marché de la lumière ?
– Comment assurer la confiance dans son écosystème ?
– Quels challenges ?
– Quel impact environnemental visé ?
– Est-ce que défendre son éthique est compatible avec la course à l’innovation ?

 

Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 23 mars 2017, intitulé : Glowee, et la lumière (bioluminescente) fût

Partager cet article
Repost0

Novembre 2019

Publié le par Jacques SAMELA.

Novembre 2019
Novembre 2019

Du 04 au 08 novembre 2019

. Salon Batimat / www.lemondialdubatiment.com

 

Le 05 novembre 2019

. Les Assises de l’Industrie / www.evenements.inforpo-digital.com

Exportation, relocalisation, Made in France : La reconquête de l’industrie

. Impact PME / www.impact-pme.com

 

Le 06 novembre 2019

. Digital x Outdoor / www.digital-x-outdoor.com

Le digital au Coeur de la réussite de votre entreprise

 

Du 08 au 11 novembre 2019

. Salon du Made in France / www.mifexpo.fr

 

Du 12 au 14 novembre 2019

. European Utility Week / www.european-utility-week.com

L’écosystème énergétique intelligent

 

Du 13 au 14 novembre 2019

. Blockchain Paris / www.blockchainevent.fr

Le rendez-vous n°1 des applications business de la blockchain

. BendWebMix / www.blendwebmix.com

Conférence sur les nouveaux métiers, les nouveaux usages et les nouvelles technologies du web

 

Le 14 novembre 2019

. Teratec Quantum Computing Initiative / www.teratec.eu

Séminaire sur le calcul quantique

 

Du 14 au 16 novembre 2019

. L’Usine extraordinaire / www.usineextraordinaire.com

 

Du 19 au 20 novembre 2019

. BE 4.0 / www.industriesdufuture.eu

Salon de l’industrie du futur

 

Du 19 au 21 novembre 2019

. Europack Euromanut CFIA / www.europack-euromanut-cfia.com

Process, emballage & manutention

. Le Salon des Maires / www.salondesmaires.com

Villes et territoires durables Horizon 2030

 

Du 20 au 21 novembre 2019

. Fatigue Design2019 / www.fatiguedesign.org

Conférence internationale

. Salon des Entrepreneurs de Nantes / www.salondesentrepreneurs.com

 

Du 20 au 22 novembre 2019

. Women’s Forum Global Meeting. 19 / www.womens-forum.com

 

Du 26 au 27 novembre 2019

. Transrail Connection 2019 / www.transrail-connection.com

Le rendez-vous international du ferroviaire et de la mobilité urbaine

. Voicetech Paris / www.voicetechparis.com

Ouvrons la voix aux usages de demain

. Paris Citylife / www.evenement.latribune.fr

Bougeons la ville ! “Quelles mobilités demain ?”

 

Du 27 au 28 novembre 2019

. Future Days / www.futuredays.fr

L'évènement du Grand Paris sur les villes de demain

 

Le 28 novembre 2019

. Energies pour l’Industrie / www.energiespourlindustrie.fr

Transition énergétique et compétitivité des entreprises

. Journée 100 % Europe / www.systematic-paris-region.org

Financements, aides et bonnes pratiques pour aborder l’Europe

 

Publié dans Agenda

Partager cet article
Repost0

Le rendez-vous de l'Europe : Une nouvelle équipe, de nouvelles ambitions

Publié le par Jacques SAMELA.

Le rendez-vous de l'Europe : Une nouvelle équipe, de nouvelles ambitions
Le rendez-vous de l'Europe : Une nouvelle équipe, de nouvelles ambitions
Vus et lus dans les Echos du 11/09/19
Vus et lus dans les Echos du 11/09/19

Vus et lus dans les Echos du 11/09/19

Vus et lus dans les Echos du 10/09/19 et du 11/09/19
Vus et lus dans les Echos du 10/09/19 et du 11/09/19
Vus et lus dans les Echos du 10/09/19 et du 11/09/19

Vus et lus dans les Echos du 10/09/19 et du 11/09/19

Et ne ratez-pas le mois prochain, dans cette même rubrique, l'entrevue de Chloé sur son expérience d'étudiante Erasmus. A bientôt.

Publié dans En bref

Partager cet article
Repost0

Champagne, Vuitton (suites)

Publié le par Jacques SAMELA.

Champagne, Vuitton (suites)
Champagne, Vuitton (suites)
Vu et lu dans Les Echos du 07/10/19

Vu et lu dans Les Echos du 07/10/19

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 29 décembre 2017, intitulé : Le champagne, des bulles, des bulles, toujours des bulles.

Vus et lus dans Les Echos du 18/10/19 et du 21/10/19
Vus et lus dans Les Echos du 18/10/19 et du 21/10/19

Vus et lus dans Les Echos du 18/10/19 et du 21/10/19

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 15 février 2016, intitulé : Louis Vuitton, une saga française.

Partager cet article
Repost0

ECOCEM

Publié le par Jacques SAMELA.

Photo J.S.
Photo J.S.

Photo J.S.

Bonjour,

Vous avez je l’espère apprécié le sujet concernant l’avènement des bétons écologiques, français, porté par deux sociétés hexagonales que sont donc Cem'In'Eu & HGCT (http://competitiviteinfrance.overblog.com/search/hoffmann%20green%20cement/), cependant, une autre société, européenne car irlandaise à l’origine, mais avec une présence en France, m’a interpellée sur le fait qu’elle était également présente sur ces activités innovantes. Donc pour compléter ce sujet plus que d’actualité, voici une présentation on ne peut plus complète de la société en question, Ecocem (www.ecocem.fr), recueillie justement grâce à leur initiative.  Bonne lecture.

Jacques Samela

ECOCEM
ECOCEM
ECOCEM
ECOCEM
ECOCEM
ECOCEM
ECOCEM
ECOCEM
ECOCEM
ECOCEM
ECOCEM
ECOCEM
Vus et lus dans Les Echos du 18 et du 25/10/19
Vus et lus dans Les Echos du 18 et du 25/10/19

Vus et lus dans Les Echos du 18 et du 25/10/19

Publié dans Les Experts

Partager cet article
Repost0

Septembre 2019

Publié le par Jacques SAMELA.

Septembre 2019
Septembre 2019

LEVEE. Record pour les start-up françaises au 1er semestre 2019, avec un montant total de 2,8 milliards d’Euros.

HAUSSE. De la production française de pommes, avec une récolte de 1,65 million de tonnes, soit une production en hausse de 12 % sur un an.

ACCELERATION. Des embauches dans l’artisanat et le commerce de proximité durant le 1er semestre 2019.

ACQUISITION. Du roi des gratte-ciel new-yorkais, Vidaris (www.vidaris.com),  par le champion français de la certification de bâtiment, Socotec (www.socotec.fr), ce qui porte à la 6ème acquisition hors de France depuis le début de l’année 2019.

Les Echos du 03 septembre 2019

 

CONTRAT. De 900 millions de dollars pour le fabricant français de tubes sans soudure Vallourec (www.vallourec.com), portant sur la fourniture pendant cinq ans de tubes à la compagnie pétrolière d’Abou Dhabi, Adnoc (www.adnoc.ae).

VITRINE. De renom pour le groupe Vinci (www.vinci.com), après que l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry, dont il est le concessionnaire, ait obtenu par le Conseil international des aéroports (ACI) le titre de meilleur aéroport européen, avec depuis 2016, une constante augmentation de son trafic passagers de 8 % par an.

PROGRESSION. De l’emploi salarié de 0,2 % au 2ème trimestre 2019, provenant notamment du secteur privé avec 45 800 emplois sur les 56 200 postes créés à cette période. Sur un an, La France a créé 269 900 emplois.

Les Echos du 10 septembre 2019

 

CREATION. En vue de 25 000 emplois en 2019 pour le secteur du bâtiment, en meilleure forme que prévu.

Les Echos du 11 septembre 2019

 

OPTIMISME. En hausse pour les patrons français, avec un indicateur de confiance progressant de 3 % pour atteindre 78 %, retrouvant en cela son niveau de septembre 2018.

BFM du 19 septembre 2019

 

AMELIORATION. Du moral des ménages français pour le 9ème mois d’affilée, avec un indicateur de confiance atteignant son plus haut taux depuis janvier 2018, soit 104.

BFM du 25 septembre 2019

 

RESISTANCE. De La France face au ralentissement mondial, avec un climat des affaires ayant progressé de 1 point en septembre.

Les Echos du 25 septembre 2019

 

PREMIERE. Pour l’armateur français, CMA CGM (www.cma-cgm.fr), avec la mise à l’eau du premier géant des mers au gaz naturel liquéfié, avant l’arrivée de huit autres déjà commandés. 400 mètres de longueur, 61,3 mètres de largeur, avec une capacité de 23 000 conteneurs, tels seront les caractéristiques de ces futurs navires.

Les Echos du 26 septembre 2019

 

 

 

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0

Canada, le partenaire idéal ?

Publié le par Jacques SAMELA.

Canada, le partenaire idéal ?
Canada, le partenaire idéal ?

L'histoire française du Canada commence avec la première traversée de Jacques Cartier en 1534 et la découverte de ce qu'il appellera la Nouvelle France, plus connu aujourd'hui sous le nom de Québec.

 

Entre-temps et jusqu'à aujourd'hui, quelques événements significatifs comme l'obligation pour la France de céder en 1763 le Canada à l'Angleterre suite à sa défaite à la bataille dite des Plaines d'Abraham en 1759, marquant une rupture nette avec sa partie francophone, retrouvée seulement et réellement avec l'ouverture d'un consulat à Québec en 1859, suivi cent ans plus tard par l'ouverture de la délégation générale du Québec à Paris, et enfin le 24 juillet 1967, avec le fameux discours du général de Gaulle, clôturé par la phrase polémique à l'époque, et devenue célèbre depuis, “Vive le Québec libre”, occasionnant là, la plus grande crise franco-canadienne de l'histoire de leurs relations, redevenant tout à fait normales seulement en 1977, avec la mise en place de rencontres inter-gouvernementales tous les deux ans, ayant pour but de fixer et d'adapter des objectifs communs aux deux Etats.

 

Alors attention, comme vous le savez, il y a d'un côté le Québec, partie intégrante du Canada francophone, et de l'autre côté, la partie anglophone, la plus importante en nombre, mais peut-être pas la plus significative, notamment pour nous français.

 

Commençons donc pas celle qui retient le plus notre attention, avec des 1964 la mise en place du programme UBIFRANCE-Québec, permettant la mise en place d’une coopération industrielle entre leurs PME, ayant permis par exemple sur ces dix dernières années, d'engendrer des investissements de plus de 50 millions de dollars, et la création de près de 500 emplois au sein des entreprises ayant bénéficié de ces missions.

 

Ensuite, la France y est le deuxième investisseur étranger, avec près de 300 filiales de groupes français (Ubisoft, OVH, Décathlon), employant près de 30 000 personnes, elle y est également un des trois principaux clients européens derrière les Etats-Unis, et en ce qui concerne les échanges universitaires, initiés dès les années 60, ce sont près de 90 % d'étudiants français qui choisissent le Québec sur la destination Canada.

 

Quant à la présence du Québec en France, elle n'est pas en reste, avec notamment près de 200 entreprises y employant près de 10 000 personnes, plus de 1500 nouveaux étudiants chaque année, sans compter qu'avec près de 300 000 touristes chaque année en France, il représente un contingent non négligeable de visites, faisant de notre pays, la première destination européenne par excellence pour nos cousins d'Amérique.

 

Et en ce qui concerne le pays dans son ensemble, deuxième pays le plus grand du monde derrière la Russie, Québec y compris, avec ses 36,7 millions d’habitants, une croissance de 1,4 % prévue pour cette année, et un chômage plafonnant à 5,4 %, et au-delà de la signature du CETA ou Accord économique et commercial global (AECG) avec l'Union européenne, j'y reviendrai, il faut donc savoir que la France, aux derniers chiffres datant de 2018, était le 7ème partenaire mondial et le 3eme européen du Canada en termes d'échanges de biens et services, avec une augmentation de 10,5 % pour les marchandises, de 3 % pour les services, et d'une croissance de 14 % pour le stock bilatéral d'investissements directs.

 

Quant aux investissements croisés, tout en confirmant l'attrait de la France auprès des investisseurs canadiens, avec environ 250 filiales française d'entreprises canadiennes dans l'hexagone, employant près de 20 000 personnes, elle est de fait la 6ème destination européenne et la 20eme mondiale avec un stock de 7,4 milliards de dollars en 2018, en hausse de 9,5 % par rapport à l'année d'avant.

 

La présence française au Canada est quant à elle non négligeable, avec environ 1130 filiales canadiennes d'entreprises françaises, employant plus de 100 000 personnes, principalement situées au Québec et dans l'Ontario, y étant le 6ème investisseur européen et le 12ème mondial, avec un stock de 13,5 milliards de dollars, en hausse de 17 % par rapport à 2017.

 

Mais les relations entre ces deux pays ne s'arrête pas là, car s’étant engagés à renforcer leurs coopérations en sciences, technologies et innovation, s'intensifient donc des rapports privilégiés dans des domaines stratégiques comme l'aéronautique, occasionnant par exemple dans le domaine spatial une coopération récurrente avec l'Agence spatiale européenne (ESA) depuis 1979 sur les matériaux avancés, mais aussi dans le domaine des biotechnologies appliquées à la santé et à l'Agro l'industrie, des écotechnologies, des énergies renouvelables, ou encore des technologies pour l'agriculture de précision.

 

Sans oublier également les relations politiques, plus proches aujourd'hui, et certainement due à son premier ministre du moment, Justin Trudeau, permettant de renforcer une convergence de vues sur certains dossiers chauds du moment, comme ceux concernant le libre-échange, sacrément écorné par Mister T aujourd'hui, mais aussi concernant le renforcement de leur coopération en matière de climat, d'environnement, de diversité culturelle, de développement, ainsi que concernant les recherches liées au développement de l'intelligence artificielle.

 

C'est donc avec attention que la France suivra les prochaines élections fédérales du 21 octobre, aujourd’hui donc, car comme les Etats-Unis, le Canada est un état fédéral, afin notamment de savoir si elle pourra continuer à compter sur ce partenaire de poids face aux soubresauts d'aujourd'hui et de demain, tout en continuant à tisser des liens toujours aussi forts, représenté notamment par les 100 000 et plus de ressortissants français résidant dans cette partie de l'Amérique du nord.

 

Bien évidemment, le Québec en recueille une part non négligeable, et continuera à le faire, mais la partie anglophone n'est pas en reste, pouvant devenir dans l'avenir une destination de choix pour des français parlant parfaitement ou même quelque peu l'anglais, dû notamment à la recherche de personnes qualifiées, assurées d’apporter une plus-value à ces territoires de croissance. Avis aux amateurs.

 

Jacques Samela

 

Sources :

 

. Wikipedia

 

. Challenges n° 618 du 11/07/19

 

. https://www.ccfc-france-canada.com/dossiers-et-actualites/relations-economiques-france-canada/relations-economiques-france-canada

 

. https://quebec.consulfrance.org/histoire-des-relations-bilaterales

 

. https://www.canadainternational.gc.ca/

 

. https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/

 

https://lejournaldeleco.fr/exporter-nos-competences-locales/#.XVp5lU17mM8

 

 

Evènement :

 

Du 04 au 06 novembre 2019

 

. Les 32èmes Entretiens Jacques Cartier / www.centrejacquescartier.com

Le RDV France - Québec

 

Vus et lus dans Les Echos du 05/04/18, et Le Journal des français à l'étranger n° 4 / hiver 2019
Vus et lus dans Les Echos du 05/04/18, et Le Journal des français à l'étranger n° 4 / hiver 2019
Vus et lus dans Les Echos du 05/04/18, et Le Journal des français à l'étranger n° 4 / hiver 2019

Vus et lus dans Les Echos du 05/04/18, et Le Journal des français à l'étranger n° 4 / hiver 2019

Vu et lu dans Les Echos du 10/07/19

Vu et lu dans Les Echos du 10/07/19

Vu et lu dans Les Echos Week-end
Vu et lu dans Les Echos Week-end

Vu et lu dans Les Echos Week-end

Vu et lu dans Les Echos Week-end
Vu et lu dans Les Echos Week-end

Vu et lu dans Les Echos Week-end

Vu et lu dans Le Monde du 12/10/19
Vu et lu dans Le Monde du 12/10/19

Vu et lu dans Le Monde du 12/10/19

Vus et lus dans Les Echos du 30/07/19, et Le monde du 05/06/19
Vus et lus dans Les Echos du 30/07/19, et Le monde du 05/06/19

Vus et lus dans Les Echos du 30/07/19, et Le monde du 05/06/19

Vu et lu dans Le Monde du 12/10/19
Vu et lu dans Le Monde du 12/10/19

Vu et lu dans Le Monde du 12/10/19

Vu et lu dans Femme Actuelle n° 1826 du 23/09/19
Vu et lu dans Femme Actuelle n° 1826 du 23/09/19

Vu et lu dans Femme Actuelle n° 1826 du 23/09/19

Le guide des PVTistes au Canada
Le guide des PVTistes au Canada

Le guide des PVTistes au Canada

Canada, le partenaire idéal ?

Publié dans Les dossiers

Partager cet article
Repost0

La filière bio (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

La filière bio (suite)
La filière bio (suite)
Vus et lus dans Les Echos du 05/06/19, du 12/07/19, et du 03/09/19
Vus et lus dans Les Echos du 05/06/19, du 12/07/19, et du 03/09/19
Vus et lus dans Les Echos du 05/06/19, du 12/07/19, et du 03/09/19

Vus et lus dans Les Echos du 05/06/19, du 12/07/19, et du 03/09/19

Vus et lus dans Les Echos du 11/07/19, et le Parisien Weekend du 06/09/19
Vus et lus dans Les Echos du 11/07/19, et le Parisien Weekend du 06/09/19
Vus et lus dans Les Echos du 11/07/19, et le Parisien Weekend du 06/09/19

Vus et lus dans Les Echos du 11/07/19, et le Parisien Weekend du 06/09/19

Le bio plus efficace que les pesticides selon l'INRA

 le 20/08/2018 / L’Usine Nouvelle

Alors que l'utilisation et la  dangerosité  du  glyphosate  sont de plus en plus questionnées, les chercheurs de l'INRA de Rennes montrent, dans un article publié  mi-juillet  dans Nature  Sustainability , que l'agriculture biologique est aussi efficace que la pratique conventionnelle contre les parasites.

Les partisans du glyphosate le clament depuis des mois : il n’y a, à l’heure actuelle, aucune technique aussi efficace que l’utilisation du fameux pesticide pour protéger les cultures. Un argument que les chercheurs de l’INRA de Rennes viennent de mettre à mal. Dans une étude publiée cet été dans la revue scientifique Nature Sustainability, les chercheurs démontrent que la culture en agriculture biologique est au moins aussi efficace que la pratique conventionnelle. "Nous démontrons que, par rapport aux systèmes de culture conventionnels, l’agriculture biologique favorise le potentiel biologique global de lutte antiparasitaire", expliquent les scientifiques.

Une efficacité due à la régulation naturelle des parasites plus importante dans les systèmes de culture d'agriculture biologique que dans les systèmes conventionnels, et ce pour tous les types de bio-agresseurs. Pour arriver à ce résultat, l’INRA de Rennes a analysé plus de 177 études réalisées sur le sujet. Certes, les scientifiques observent une présence plus importante des mauvaises herbes dans les champs bio, mais selon eux, c’est la "présence de ces cultures non désirées qui permet de lutter au mieux contre les maladies et les ravageurs ".

Un recours judiciaire pour faire interdire le glyphosate en France

Les résultats de cette étude interviennent alors que le glyphosate est de plus en plus questionné. La semaine passée, un tribunal de Californie condamnait le géant de l’agro-chimie Monsanto à indemniser un jardinier atteint de cancer après qu’il ait utilisé du glyphosate. "Nos conclusions ouvrent des perspectives d’intérêt pour réduire l’utilisation de fongicides ou d’insecticides de synthèse sans pour autant augmenter les niveaux d’infestation des pathogènes ou des ravageurs", expliquent les chercheurs de l’INRA.

Une optique sur laquelle les députés du groupe Europe Ecologie Les Verts devraient s’appuyer. Les députés écologistes ont, en effet, ce lundi 20 août, déposé un recours judiciaire en référé pour faire interdire en France les herbicides contenant du glyphosate produit par Monsanto. 

Vu et lu dans Gala n° 137 du 10/10/19

Vu et lu dans Gala n° 137 du 10/10/19

Vu et lu dans Elle n° 3838 du 12/07/19
Vu et lu dans Elle n° 3838 du 12/07/19

Vu et lu dans Elle n° 3838 du 12/07/19

Vu et lu dans Elle n° 3838 du 12/07/19
Vu et lu dans Elle n° 3838 du 12/07/19

Vu et lu dans Elle n° 3838 du 12/07/19

Vu et lu dans Ca m'interesse / Automne 2019
Vu et lu dans Ca m'interesse / Automne 2019
Vu et lu dans Ca m'interesse / Automne 2019

Vu et lu dans Ca m'interesse / Automne 2019

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 27/10/17, intitulé : La filière bio, à la croisée des champs et des chemins.

 

Salon international des produits biologiques (www.natexpo.com) / Du 20 au 22 octobre 2019

Salon international des produits biologiques (www.natexpo.com) / Du 20 au 22 octobre 2019

Partager cet article
Repost0