Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'usine extraordinaire & Maker Faire Paris

Publié le par Jacques SAMELA.

L'usine extraordinaire & Maker Faire Paris
L'usine extraordinaire & Maker Faire Paris
L'usine extraordinaire & Maker Faire Paris
Vu et lu dans Les Echos du 21/09/18
Vu et lu dans Les Echos du 21/09/18

Vu et lu dans Les Echos du 21/09/18

Partager cet article
Repost0

Octobre 2018

Publié le par Jacques SAMELA.

Octobre 2018
Octobre 2018

CHAMPIONS. Les neuf jeunes apprentis officiant dans le secteur de la construction durant les olympiades des métiers à l’échelle européenne, avec une médaille d’or, deux médailles d’argent, trois médailles de bronze, et trois médailles d’excellence, permettant à la France de finir à la troisième marche du podium.

Batiactu du 01 octobre 2018

 

DISTINCTION. Pour le professeur Gérard Mourou, en obtenant le prix Nobel de physique pour ses travaux sur le laser, soit le 13ème français à avoir été distingué dans ce domaine.

FranceInfo du 03 octobre 2018

 

HAUSSE. De la fréquentation touristique en 2018, avec une progression de 2,3 % sur les huit premiers mois de l’année. 37 millions de nuitées ont été assurées par la clientèle européenne, 9,7 par les américains, et 8,9 par les asiatiques.

Le Figaro du 03 octobre 2018

 

COULEURS. Que devrait retrouver l’activité économique française au second trimestre 2018, grâce notamment aux gains de pouvoir d’achat dus aux mesures fiscales. Le PIB progresserait lui de 1,6 %.

Les Echos du 05 octobre 2018

 

FONDS. Au premier semestre 2018, les fonds levés par les start-up françaises ont progressé de 61 % par rapport à 2017.

Les Echos du 09 octobre 2018

 

VENTILATION. La PME familiale Secmo (www.secmo-france.com), spécialisé dans la chaudronnerie, fournira les ventilateurs des machines chargées de poser la fibre optique de Google en milieu urbain.

Les Echos du 11 octobre 2018

 

SECURISER. La PME francilienne Ercom (www.ercom.fr), va sécuriser les téléphones Samsung grâce à une technologie de chiffrement de bout en bout des appels, des SMS et des datas envoyés sur les réseaux sans fil.

EMBAUCHES. Les Chantiers de l’Atlantique (www.chantiers-atlantique.com) devront embaucher plus de cent personnes chaque année d’ici 2026, afin de construire les 11 paquebots prévus dans le carnet de commandes.

L’Usine Nouvelle du 12 octobre 2018

 

DYNAMIQUES. Les créations d’entreprises sur les douze derniers mois, avec une progression de 18 %.

Les Echos du 15 octobre 2018

 

CHAMPIONNE. Du monde la française Christelle Brua, élue la meilleur pâtissière par l’association Les grandes tables du monde, devenant au passage la première femme à obtenir ce prix.

CNEWS du 15 octobre 2018

 

CHIPER. Le groupe allemand Wolkswagen perd sa place de premier constructeur européen au profit de PSA.

L’Usine Nouvelle du 17 octobre 2018

 

PREMIERE. Commande pour le moteur Silvercrest du groupe Safran Aircraft Engines (SAE), au profit de la compagnie américaine NetJets, et pour 300 exemplaires.

Le Monde du 17 octobre 2018

 

CREATION. La troisième banque américaine, la Wells Fargo (www.wellsfargo.com), va créer un hub à Paris, afin de servir ses clients en Europe continentale, doublant ses effectifs avec une quarantaine d’arrivées.

EXPORT. Les éditeurs de logiciels tricolores ont réalisés plus de la moitié de leur chiffre d’affaires 2017 hors de l’Hexagone, progressant de 12 % pour atteindre 15 milliards d’Euros.

Les Echos du 17 octobre 2018

 

MISER. Sur la société française Hap2U (www.hap2u.net), spécialisé dans le domaine de l’haptique, pour le groupe allemand Daimler, lui permettant de s’ouvrir le marché de l’habitacle des véhicules automobiles.

Bref Eco su 17 octobre 2018

 

PREMIERE 2. Mondiale dans le domaine fluvial, avec l’installation de quatre hydroliennes fluviales dans le Rhône, à hauteur de Caluire et Cuire, près de Lyon, et ce pour une durée de 18 ans. D’une puissance de 320 KW, elle produira 1 Gigawatt-heure d’électricité par an, soit l’équivalent de la consommation énergétique de 44 ménages et 300 tonnes de CO2 évitées chaque année.

Le journal de l’éco du 18 octobre 2018

 

LANCEMENT. Le géant allemand du logiciel, SAP, va accueillir sur son site parisien, SAP.iO, un nouveau programme d’accélération appelé Foundry, avec comme idée d’accompagner chaque année une dizaine de pépites françaises.

Les Echos du 18 octobre 2018

 

OPTIMISTES. Les entreprises allemandes sur la situation économique de la France, avec 90 % de satisfaites, alors qu’il y a deux ans, elles n’étaient que 41 % à l’être. L’Allemagne représente toujours le deuxième contingent d’investisseurs étrangers en France.

Les Echos du 19 octobre 2018

 

PIC. Des déclarations d’embauches en France, avec 2,14 millions de plus d’un mois au troisième trimestre 2018. La part des CDI continuant également à augmenter.

Les Echos du 25 octobre 2018

 

ACHAT. De 442 blindés aux industriels français par la Belgique, avec 60 véhicules de combat médians du type « Jaguar », et 382 véhicules de combat légers de type « Griffon ».

VIPress.net du 26 octobre 2018

 

ACQUISITION. De l’américain Airware par la société française Delair (www.delair.aero), spécialisée dans les drones professionnels, devenant en cela le leader mondial du domaine, et rapatriant en même temps la société française Redbird, acheté en 2016 par l’entreprise américaine.

Frenchweb.fr du 30 octobre 2018

 

COOPERATION. Franco-chinoise dans l’espace, avec le lancement en Chine du premier satellite d’observation, chargé d’étudier le vent et les vagues à la surface des mers, afin d’améliorer les prévisions météorologiques marines, notamment pour prévoir les tempêtes et les cyclones.

Les Echos du 30 octobre 2018

 

CONTRAT. De plus d’un milliard de dollars pour le groupe d’ingénierie pétrolière, Technip (www.technip.com), pour l’extension et la modernisation d’une raffinerie en Egypte.

L’usine Nouvelle du 31 octobre 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0

Le rendez-vous de l'Europe : Son positionnement

Publié le par Jacques SAMELA.

Le rendez-vous de l'Europe : Son positionnement
Le rendez-vous de l'Europe : Son positionnement

Par ce sujet-ci, et dans la suite logique (la mienne) de mes précédentes publications, je souhaitai donc cette fois-ci rappeler ce qui ne parait pas être une évidence pour beaucoup d’entre nous, soit que l’Union Européenne est un acteur mondial phare et incontournable, et ce dans beaucoup de domaines.

En effet, avec son marché unique de 28 pays, bientôt 27 cause Brexit, l’UE est donc l’une des principale puissance économique et commerciale, avec notamment un PIB de 15 326 milliards d’Euros en 2017, représentant à l’échelle mondiale 22 % du PIB total (à prix courants 2016), et des échanges avec le reste du monde s’élevant à 15 % du commerce international de biens.

Et pourtant, elle ne compte que 6,9 % de la population mondiale avec près de 500 millions d’habitants (devant les USA) détenant un niveau de vie élevé, et un modèle sociale envié dans le monde entier, que nous devons garantir pour les générations futures, tout en l’améliorant bien sûr.

Mais l’Union Européenne c’est aussi sa monnaie, l’Euro, deuxième monnaie au niveau mondial derrière le dollar, qui bien évidemment est à consolider, et non à détricoter, afin qu’elle devienne dans l’avenir l’équivalente de la monnaie américaine. Pure utopie ? J’en parlerai une autre fois.

Membre du G8 et du G20, elle a développé depuis sa création une multitude de liens économiques, assortis d’une centaine d’accords internationaux, pesé de tout son poids sur les négociations du cycle de l’Uruguay du GATT en 1995, aboutissant à la création de l’organisation mondiale du commerce, tout en étant présente à travers quelque 140 délégations dans les capitales du monde entier, et auprès des principales organisations internationales.

Ensuite, elle est un acteur incontournable en matière de changement climatique, ainsi qu’en termes d’aides au développement vers les pays les plus pauvres, avec notamment l’Office Humanitaire des Communautés Européennes (ECHO), considéré comme l’un des plus efficaces instruments de secours humanitaire à l’échelle planétaire, classant l’UE au premier rang des donateurs du monde en aidant plus de 120 millions de personnes, et ce avec seulement 1 % de son budget annuel total, ce qui pour nous européens, représente seulement une dépense globale par personne de 2 €uros.

Donc voici en quelques lignes une idée je l’espère assez explicite de ce que représente l’UE dans ce monde globalisé et de plus en plus concurrentiel, voire dangereux, avec comme souhait que malgré les difficultés actuelles, ne soyons pas aveugles, elle reste cette exemple unique dans l’histoire, d’unions de pays autrefois pour certains belligérants, continuant à accueillir, dans un avenir à préciser, de nouveaux adhérents, afin de constituer un contrepoids efficace face aux blocs économiques naissants que deviennent la Chine et l’Inde, dépassant je vous le rappelle le milliard d’habitants, sans oublier la Russie et sa sphère d’influence, voire les Etats-Unis, s’éloignant aujourd’hui de ce monde que nous connaissons, auquel pourtant, elle a largement contribué.

Ce qui me fait dire que ceux qui souhaitent revenir au chacun pour soi, devraient y réfléchir à deux fois, afin d’éviter que nous devenions dans le futur, les vassaux désargentés de ces forces en devenir.

Ah, une dernière chose concernant l’Union Européenne, c’est également rappeler qu’elle reçue le prix Nobel de la paix en 2012, pour dixit le comité, distinguer les idéaux de l’intégration européenne, permettant depuis sa création de pacifier notre continent. Ne l’oublions pas.

Jacques Samela

 

Sources :

. https://europa.eu/european-union/about-eu/figures/economy_fr

. https://www.touteleurope.eu/actualite/l-economie-europeenne-et-l-euro.html

. https://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/d000564-l-union-europeenne-fait-debat/quelle-est-la-place-de-l-union-europeenne-dans-le-monde

 

 

 

Vus et lus dans Les Echos du 16/08/18 et du 08/11/18
Vus et lus dans Les Echos du 16/08/18 et du 08/11/18

Vus et lus dans Les Echos du 16/08/18 et du 08/11/18

Vus et lus dans Le Point n° 2408 du 25/10/18, et Les Echos du 18/10/18
Vus et lus dans Le Point n° 2408 du 25/10/18, et Les Echos du 18/10/18

Vus et lus dans Le Point n° 2408 du 25/10/18, et Les Echos du 18/10/18

Vus et lus dans Les Echos du 25/05/18, du 07/07/18 et du 28/07/18,
Vus et lus dans Les Echos du 25/05/18, du 07/07/18 et du 28/07/18,
Vus et lus dans Les Echos du 25/05/18, du 07/07/18 et du 28/07/18,

Vus et lus dans Les Echos du 25/05/18, du 07/07/18 et du 28/07/18,

Vu et lu dans Les Echos du 21/09/18

Vu et lu dans Les Echos du 21/09/18

Vus et lus dans Les Echos du 27/06/18 et du 25/07/18
Vus et lus dans Les Echos du 27/06/18 et du 25/07/18
Vus et lus dans Les Echos du 27/06/18 et du 25/07/18

Vus et lus dans Les Echos du 27/06/18 et du 25/07/18

Vus et lus dans Les Echos du 16/08/18 et du 17/09/18
Vus et lus dans Les Echos du 16/08/18 et du 17/09/18
Vus et lus dans Les Echos du 16/08/18 et du 17/09/18

Vus et lus dans Les Echos du 16/08/18 et du 17/09/18

Vu et lu dans Les Echos du 16/07/18

Vu et lu dans Les Echos du 16/07/18

Edition La Découverte

Edition La Découverte

Publié dans En bref

Partager cet article
Repost0

La Nouvelle Calédonie

Publié le par Jacques SAMELA.

La Nouvelle Calédonie
La Nouvelle Calédonie

Le référendum d’autodétermination ayant donné la victoire aux partisans du non à l’indépendance avec 56,4 % de suffrages, contre 43,3 % pour les partisans du oui, et ce, avant l’éventuelle organisation de deux prochaines votations d’ici 2022, comme prévu par l’accord de Nouméa en 1998, venant de se terminer, il me paraissait opportun de démontrer ce que ce petit bout de terre française pouvait apporter à l’avenir de notre pays.

Mais tout d’abord un petit peu d’histoire. Française depuis 1853, la Nouvelle Calédonie, qui se situe à plus de 16 000 km de Paris, compte aujourd’hui près de 270 000 habitants, composés par près de 40 % de kanaks, et près de 40 % d’européens ou caldoches, terme désignant la population non mélanésienne habitant l’ile depuis au moins deux générations.

Anciennement colonie pénitentiaire, elle abandonne ce titre au sortir de la 2ème guerre mondiale, ainsi que le code de l’indigénat, institué à l’ensemble des colonies françaises en 1881 par le gouvernement de Jules ferry.

Elle deviendra par la suite territoire outremer, disposant aujourd’hui d’un statut de large autonomie, obtenu à la suite des accords de Nouméa en 1998, conséquence d’une quasi- insurrection entre 1984 et 1988, terminée par la prise d’otage d’Ouvéa du 05 mai 1988, ayant entrainé la mort d’une vingtaine de personnes entre les preneurs d’otages et les forces de l’ordre.

Alors, d’aucuns dirent ou disent que si l’issue de ce référendum eut été favorable à l’indépendance, la France n’aurait perdu que 0,5 % de sa population, et 18 575,5 km2 de son territoire, soit 2,75 % de sa superficie globale. Mais est-ce bien vrai ?

En fait, elle aurait eu pour conséquence d’amoindrir la zone économique exclusive (ZEE) française de plus de 12 % (1 364 000 km2), soit aujourd’hui la deuxième au monde avec 11 millions de km2, derrière les Etats-Unis (11,6 millions de km2), et devant l’Australie (8,2 millions de km2), ce qui représente en termes de ressources émergées et immergées, un potentiel non négligeable, notamment dans le domaine de ce que l’on appelle les terres rares*, très utilisées dans les smartphones, les écrans d’ordinateurs portables, les éoliennes, ou encore les batteries des véhicules électriques, ce qui pour l’hexagone, dépourvue de pétrole ou de gaz, peut représenter pour son avenir, mais aussi pour l’Europe, une réponse significative à cette dépendance technologique, devenant de plus en plus stratégique pour les états aujourd’hui, mais surtout demain, notamment de la part d’une Chine, en passe de devenir la 1ère puissance du monde, malgré les agissements à contre-emploi me semble-t-il de Mr T, et dont la prédominance dans le contrôle et la production de ces matériaux fait craindre une certaine surenchère.

Ensuite, ce petit archipel, se situant au carrefour de l’Asie du Sud-Est, soit au plus proche de ces puissances émergentes, il permet donc à la France, tête de pont de l’Europe également, de se trouver là où se jouera certainement les compétitions de demain, quelle soient bien sur économiques, mais aussi militaires, avec des tensions déjà palpables sur le terrain. Sur ce sujet précis, il faut savoir que la France, grâce justement à la Nouvelle Calédonie, y maintient une présence militaire non négligeable, avec une base navale et une base aérienne, regroupant près de 2 000 militaires, considéré à juste titre par l’Australie, comme un point stabilisateur face à l’avancée continuelle de la Chine dans le pacifique.

Mais le sujet ne serait pas complet en oubliant ce qui parait être fondamental pour l’île et son avenir et que l’on appelle l’or vert, plus communément connu sous l’appellation nickel, et dont la Nouvelle Calédonie représente le sixième producteur mondial avec près de 210 millions de tonnes extraites chaque année. Elle en détiendrait même 25 % des ressources mondiales, grâce à l’ensemble de ses sites miniers, reconnus comme les plus prometteurs au monde, de part notamment la qualité de son minerai, convoité par la Chine, dépassant aujourd'hui les productions de l’Australie, sa proche voisine, et du Canada, ce qui permet à la France de bénéficier en quantité importante d’une matière première hautement stratégique pour la fabrication d’acier inoxydable, mais aussi pour le secteur de l’électronique, largement utilisateur et en grande quantité.

Et à l’échelle de l’île, elle représente un cinquième du PIB, 90 % d’exportations, et un emploi sur cinq, non négligeable, quand on connait les difficultés des territoires d’outre-mer à assurer à leurs administrés des emplois sur place, même si cette dépendance par moment, peut devenir problématique, en raison notamment des aléas du cours du nickel, divisé par deux entre 2011 et 2016, s’établissant aujourd’hui à près de 12 000 € la tonne. Et en plus, la concurrence devient de plus en plus rude, surtout en termes de coûts, portées notamment par des pays représentant aujourd’hui 70 % de la production mondiale que sont le Brésil et Madagascar.

Voilà, j’espère que ce petit sujet vous aura permis de vous faire votre petite idée sur la Nouvelle Calédonie, assez loin de nous il est vrai, et si peu représentée en métropole, si ce n’est par Christian Karembeu, champion du monde 98, ou Antoine Kombouaré, ancien entraineur du club de l’En Avant Guimgamp, et donc encore aujourd’hui partie prenante de notre pays.

*https://www.geo.fr/environnement/definition-terres-rares-scandium-yttrium-et-lanthanides-124433

Jacques Samela

 

Sources :

. Les Echos du 18/05/18 et du 02/11/18

. Le Figaro du 02/11/18

. 20 minutes du 05/11/18

Vu et lu dans 20 minutes du 05/11/18

Vu et lu dans 20 minutes du 05/11/18

Vu dans Télérama n° 3589 du 24/10/18

Vu dans Télérama n° 3589 du 24/10/18

Vu et lu dans Télérama n° 3589 du 24/10/18
Vu et lu dans Télérama n° 3589 du 24/10/18

Vu et lu dans Télérama n° 3589 du 24/10/18

Vu et lu dans Télérama n° 3589 du 24/10/18
Vu et lu dans Télérama n° 3589 du 24/10/18

Vu et lu dans Télérama n° 3589 du 24/10/18

Partager cet article
Repost0

Made in France

Publié le par Jacques SAMELA.

Made in France
Made in France
Vus et lus dans Les Echos du 19 & du 25/09/18, et l'Usine Nouvelle n° 3576 du 13/09/18
Vus et lus dans Les Echos du 19 & du 25/09/18, et l'Usine Nouvelle n° 3576 du 13/09/18
Vus et lus dans Les Echos du 19 & du 25/09/18, et l'Usine Nouvelle n° 3576 du 13/09/18
Vus et lus dans Les Echos du 19 & du 25/09/18, et l'Usine Nouvelle n° 3576 du 13/09/18

Vus et lus dans Les Echos du 19 & du 25/09/18, et l'Usine Nouvelle n° 3576 du 13/09/18

Partager cet article
Repost0

Phénix au zenith (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Phénix au zenith (suite)
Phénix au zenith (suite)

Phénix lève 15 millions d’euros pour lutter contre le gaspillage en Europe

08/11/2018 /frenchweb.fr

 

Le montant

La start-up française Phénix, qui lutte contre le gaspillage, a bouclé un tour de table de 15 millions d’euros mené par Environmental Technologies Fund (ETF Partners) et Bpifrance via le fonds Ville de Demain. Sofiouest, société d’investissement du groupe Ouest-France, et Arkéa via son fonds We Positive Invest ont également participé à l’opération. 

Le marché

Fondée en 2014 par Baptiste Corval et Jean Moreau, Phénix accompagne les entreprises, collectivités et associations dans leur transition vers l’économie circulaire, avec des solutions de réduction du gaspillage et de valorisation des déchets. Le défi est de taille pour l’entreprise puisque 10 millions de tonnes d’aliments consommables finissent chaque année à la poubelle en France, ce qui représente 16 milliards d’euros gaspillés, selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). 

Dans ce contexte, Phénix joue le rôle d’intermédiaire entre les enseignes de grande distribution, à la recherche d’économies sur leurs coûts de traitement des déchets, et les associations pour sauver les invendus de la poubelle. La société travaille avec plus de 950 associations (Croix-Rouge, Restos du Coeur, Secours Populaire…) et 1 000 clients en France pour lutter contre le gaspillage.

Elle se développe également en Espagne et au Portugal. Depuis sa création, il y a quatre ans, la jeune pousse assure avoir sauvé 15 000 tonnes de produits alimentaires ayant permis la distribution de 30 millions de repas. La société s’occupe aussi du traitement des déchets non-alimentaires (produits agricoles ou industriels) pour les valoriser au maximum.

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, plusieurs initiatives ont vu le jour au cours de ces dernières années. C’est notamment le cas de l’application Too Good To Go, qui permet d’acheter les invendus des commerçants (boulangers, traiteurs, supermarchés, hôtels…). La société fondée et dirigée par Lucie Basch affirme sauver 7 tonnes de nourriture par jour.

Les objectifs 

Ce tour de table doit permettre à Phénix d’accélérer son développement à l’international. Dans le même temps, la société compte investir dans le développement de nouveaux services digitaux et d’étendre son activité vers la gestion d’autres flux de déchets. «Cette levée de fonds nous donne les moyens d’étendre notre présence en France et à l’étranger, tout en étoffant notre offre au-delà de l’alimentaire», indique Jean Moreau, co-fondateur et président de Phénix.

Phénix : les données clés

Fondateurs : Baptiste Corval et Jean Moreau
Création : 2014
Siège social : Paris
Activité : lutte contre le gaspillage
Financement : 15 millions d’euros en novembre 2018

 

Et il y a de cela presque deux ans, Baptiste Corval, l'un des dirigeant de cette société, me fit l'honneur de présenter sa société. En voici le lien et bonne lecture :

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2017/01/phenix-et-la-seconde-vie-des-produits.html

Partager cet article
Repost0

Jean-Paul Gaultier (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Jean-Paul Gaultier (suite)
Jean-Paul Gaultier (suite)
Vu et lu dans Télérama n° 3587 du 10/1/18

Vu et lu dans Télérama n° 3587 du 10/1/18

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 24 octobre 2014, intitulé : Jean-Paul Gaultier : L'enfant terrible de la mode

Partager cet article
Repost0

Xavier Niel (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Xavier Niel (suite)
Xavier Niel (suite)

Iliad annonce 1 million d’utilisateurs en Italie depuis son arrivée fin mai

(AFP) 19/07/2018

 La branche italienne de l’opérateur français Iliad a annoncé avoir atteint 1 million d’utilisateurs en Italie moins de deux mois après son arrivée dans le pays et le lancement de ses services, le 29 mai. « Un peu plus d’un mois après son lancement sur le marché italien de la téléphonie mobile, Iliad arrive à 1 million d’utilisateurs, entre nouvelles souscriptions et portabilité, dépassant toutes les estimations publiées jusqu’à présent par les analystes et observateurs », indique Iliad Italie dans un communiqué.

Iliad est arrivé en Italie avec une offre à 5,99 euros par mois, incluant des SMS et des appels illimités en Europe et une offre internet de 30 gb ainsi que des appels illimités vers 65 pays du monde. Benedetto Levi, directeur général d’Iliad en Italie, avait précisé lors du lancement que l’offre était valable, « pour toujours », pour le « premier million de clients ».

Détecteur de mensonge…

Ce mercredi, Iliad a relancé son offre à 5,99 euros par mois, décidant de l’appliquer également aux prochains 200 000 clients, pour lesquels elle sera également valable pour toujours. « Nous sommes arrivés au chiffre de 1 million d’utilisateurs en un laps de temps surprenant et ces personnes parlent avant tout de la qualité du service proposé », a ajouté M. Levi, cité dans le communiqué. « Ce qui me fait le plus plaisir, c’est le bouche-à-oreille qui s’est créé avec les premiers clients qui se sont fait porte-parole envers les parents, les amis et connaissances », a-t-il ajouté.

Le directeur d’Iliad Italie a par ailleurs participé pendant une vingtaine de minutes à un débat en direct sur Facebook avec les clients ou ceux intéressés à en savoir davantage, a indiqué l’entreprise. Mais la curiosité réside dans le fait qu’il parlait relié à un détecteur de mensonge « pour souligner une fois de plus la confiance et la transparence sur lesquels Iliad fonde sa propre relation avec les clients », a-t-elle ajouté. En présentant son offre en mai, M. Levi avait souligné qu’il était temps de dire « ça suffit » aux pratiques en cours et de proposer une « offre complètement différente ». « Préparez-vous à la révolution », a-t-il lancé.

Dénoncer « les pratiques en cours » en Italie

Il avait alors dénoncé les pratiques en cours en Italie, avec des coûts cachés, des surcoûts comme le fait de facturer parfois 1,5 euro l’appel à son répondeur pour écouter ses messages. Il avait aussi rappelé que l’an passé, 120 000 usagers avaient saisi l’autorité de régulation des télécoms, l’Agcom, pour se plaindre des pratiques des opérateurs. Selon M. Levi, ce sont 4 milliards d’euros que les opérateurs ont pris l’an passé dans la poche des consommateurs, « par des petits stratagèmes comme la facture sur 28 jours au lieu de 30 ».

L’action Iliad décollait de près de 7%, jeudi à la Bourse de Paris, propulsée par l’annonce du million de clients conquis par sa branche italienne moins de deux mois après son arrivée dans la péninsule. A 10H03 (08H03 GMT), le titre gagnait 6,81% à 143,60 euros, dans un marché en recul de 0,59%.

 

School: l’école 42 de Xavier Niel essaime en Asie

Le 25/09/18 / frenchweb.fr 

Une école d’informatique gratuite sur le modèle de l’école 42 va être ouverte à Jakarta, la capitale indonésienne, la première de ce type en Asie. «L’Académie» devrait ouvrir en septembre 2019 pour 150 étudiants, financée notamment par la start-up OnlinePajak, selon un accord signé à l’occasion de la visite sur place du secrétaire d’État au Numérique Mounir Mahjoubi.

L’école 42 fondée à Paris par le patron de Free Xavier Niel dispose d’un campus à Fremont en Californie et a passé des accords avec des institutions partenaires pour répliquer son modèle de formation sans professeur basé sur des projets, en Ukraine, en Roumanie et en Afrique du Sud.

 

 

Nomination: Sophie Viger devient directrice générale de l’école 42

Le 09/10/18 / frenchweb.fr

L’école 42, co-fondé par Xavier Niel, annonce la nomination de Sophie Viger au poste de directrice générale. Cette dernière est nommée à la direction générale de 42 en France et aux Etats-Unis.

Sophie Viger a été développeuse indépendante, professeure de programmation informatique, directrice de la Web@cadémie, du Samsung Campus et de la Coding Academy by Epitech. Avec Florian Bucher, co-fondateur de 42, ils auront pour mission de poursuivre le développement de l’école, de doubler le nombre d’étudiants parisiens et de mettre en place un campus dans la capitale doté de 1000 logements et d’infrastructures de pointe. Ils auront également comme tâche d’accélérer le développement de 42 USA.

 

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le portrait français du 25/09/17, intitulé : Xavier Niel, l'oncle d'Amérique de la French Tech.

Partager cet article
Repost0

Isorg, Soitec (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Isorg, Soitec (suite)
Isorg, Soitec (suite)

Capteurs d’images imprimés : Isorg lève 24M€ pour passer aux grands volumes

 26/09/2018 / VIPress.net

L’électronique imprimée tient sa pépite. Isorg, société pionnière des capteurs d’images imprimés grand format, annonce une levée de 24 millions d’euros. La technologie d’Isorg consiste à convertir des substrats de plastique et de verre en surfaces intelligentes. Elle adresse de nombreux marchés comme les smartphones, tablettes et ordinateurs, mais aussi la biométrie et l’imagerie médicale.

Isorg est bien positionnée sur un marché en plein essor grâce à sa capacité à produire dans son usine de Limoges et à licencier sa technologie pour les marchés à très forts volumes. Les capitaux levés vont permettre de financer les dernières étapes de qualification de l’usine et finaliser les différentes applications en vue de leur commercialisation à grande échelle.

« Nous préparons activement le lancement commercial à grande échelle de nos capteurs d’images et de nos solutions d’électronique imprimée. Les fabricants d’électronique grand public et de dispositifs biométriques sont très demandeurs », indique Jean-Yves Gomez, directeur général et co-fondateur d’Isorg. « Cette levée démontre la confiance des investisseurs dans la technologie d’Isorg et dans le potentiel de marché de la société », ajoute Emmanuel Guérineau, directeur général délégué et co-fondateur d’Isorg.

Isorg, une société pionnière dans l’électronique organique et imprimée pour les photo-détecteurs et les capteurs d’images grand format, convertit des substrats de plastique et de verre en surfaces intelligentes. Ses capteurs optiques flexibles trouvent des applications dans de multiples secteurs : dispositif médical, sécurisation de l’identification et contrôle d’accès, objets connectés et électronique grand public. Créée en 2010, Isorg a pour partenaire le CEA-Liten, le centre de R&D du CEA dans les nouvelles technologies énergétiques et les nanomatériaux.

New Science Ventures (NSV), un fonds d’investissement américain, et Bpifrance, via son fonds Large Venture, ont mené ce tour aux côtés de Financière Fonds Privés (FFP) et des investisseurs historiques Sofimac Innovation (fonds FPCI Emergence Innovation 1 et Limousin Participations), CEA Investissement et Dynalim.

« NSV investit dans le monde entier dans des sociétés qui commercialisent des technologies de rupture répondant à des besoins non satisfaits ou qui apportent une très forte valeur ajoutée. Nous avons été impressionnés par l’équipe, la solidité du portefeuille de produits, ainsi que le potentiel disruptif de la technologie de capteurs d’images imprimés et de couches photosensibles pour de nombreuses applications client », souligne Somu Subramaniam, cofondateur et associé gérant chez New Science Ventures.

« Nous accompagnons la société depuis 2014 et nous sommes convaincus du potentiel de la technologie d’imagerie flexible imprimée. Aujourd’hui, nous lui renouvelons notre soutien et nous sommes heureux d’accueillir de nouveaux actionnaires pour accompagner Isorg dans cette nouvelle phase de développement », précise Nicolas Herschtel, directeur général adjoint du fonds Large Venture de Bpifrance.

 

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire l'article du 09 décembre 2014, intitulé : Isorg, une technologie française de rupture

 

Le Leti et Soitec lancent un centre d’innovation pour développer les substrats

 12/07/2018 / VIPress.net

Le Leti, institut de recherche du CEA, et Soitec ont annoncé une nouvelle collaboration et un accord de partenariat de cinq ans pour conduire la R&D de substrats avancés. Cet accord donne au partenariat traditionnel Leti-Soitec une nouvelle dimension et inclut le lancement d’un centre de prototypage de classe mondiale associant les équipements des partenaires pour développer de nouveaux matériaux. Le Substrate Innovation Centre mettra ainsi à disposition une ligne pilote pour partager l’expertise entre le Leti et Soitec.

Au Subtrate Innovation Center, situé sur le campus du Leti, les ingénieurs du Leti et de Soitec exploreront et développeront des fonctionnalités de substrats innovants, en se concentrant sur la connectivité 4G / 5G, l’intelligence artificielle, les capteurs et l’affichage, l’automobile, la photonique, et l’informatique de type edge computing.

Actuellement, les tranches SOI de Soitec sont utulisés pour fabriquer des puces destinées aux applications grand public, axées sur la performance, la connectivité et l’efficacité avec une consommation d’énergie extrêmement faible. Les applications comprennent les téléphones intelligents, les centres de données, l’automobile, les imageurs et les équipements médicaux et industriels, et cette liste ne cesse de s’allonger, tout comme le besoin de flexibilité pour explorer de nouvelles applications à partir du substrat.

Alors qu’une usine de fabrication typique a une flexibilité limitée pour essayer de nouvelles solutions et ne peut pas prendre de risques avec le prototypage, le Substrate Innovation Centre a pour mission de devenir le centre mondial d’évaluation et de conception de solutions de substrats pour répondre aux besoins futurs.

« L’innovation matérielle et l’ingénierie des substrats ouvrent de nouveaux horizons. Le centre d’innovation du substrat libérera la puissance de notre collaboration en R&D sur les substrats au-delà des roadmaps et des contraintes habituelles. Le Substrate Innovation Centre est une opportunité unique en son genre ouverte à tous les partenaires de l’industrie au sein de la chaîne de valeur des semiconducteurs », a déclaré Paul Boudre, p-dg de Soitec.

« La collaboration entre Leti et Soitec sur les matériaux SOI et différenciés, qui remonte au lancement de Soitec en 1992, a produit des technologies innovantes indispensables à une large gamme de produits et composants grand public et industriels », a déclaré Emmanuel Sabonnadière, président du Leti. « Ce nouveau centre commun sur le campus du Leti marque la prochaine étape de ce partenariat. En travaillant conjointement avec des fondeurs, des entreprises fabless et des fabricants de systèmes, nous offrirons à nos partenaires un avantage certain pour leurs futurs produits ».

 

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire l'article du 30 mai 2018, intitulé : Soitec, une réponse française et européenne

Partager cet article
Repost0

Novembre 2018

Publié le par Jacques SAMELA.

Novembre 2018
Novembre 2018

Du 06 au 07 novembre 2018

. Intelligent Building Systems / www.ibs-event.com

Le salon de la performance des bâtiments tertiaires industriels et collectifs

. SmartCity + SmartGrid / www.smartgrid-smartcity.com

Le salon de la ville et des territoires intelligents, durables et connectés

 

Du 06 au 08 novembre 2018

. Expoprotection / www.expoprotection.com

Le salon de la prévention et de la gestion des risques

 

Le 09 novembre 2018

. The French German Business Forum / www.lesechos-events.fr

L’Europe est-elle préparée pour la guerre commerciale ?

 

Du 10 au 12 novembre 2018

. Mif Expo / www.mifexpo.com

Le salon du Made In France

 

Le 12 novembre 2018

. Le Sommet des Govtech / www.govtechsummit.eu

Entrepreneur pour le secteur public

 

Le 13 novembre 2018

. Voice of innovation / www.lesechos-events.fr

Les grands défis de l’entreprise 2019

 

Du 14 au 16 novembre 2018

. Women’s Forum Global Meeting / www.womens-forum.com

. Mapic / www.mapic.com

Le salon de l’immobilier commercial

 

Le 15 novembre 2018

. Forum de la photonique / www.forum-photonique.fr

. Fundtruck 2018 : www.fundtruck.com

La finale du grand concours de startups

 

Du 19 au 22 novembre 2018

. European Cyber Week / www.european-cyber-week.eu

3ème édition de l’évènement européen de la cybersécurité

 

Du 20 au 21 novembre 2018

. BE 4.0 / www.industriesdufutur.eu

Le rendez-vous trinational du Grand Est France-Allemagne-Suisse

 

Le 21 novembre 2018

. Conférence « Des métros automatiques dans le monde » / www.ville-rail-transports.com

 

Du 21 au 22 novembre 2018

Le salon des Entrepreneurs / www.salondesentrepreneurs.com

 

Le 22 novembre 2018

. Plastic’s Day / www.plastium.fr

La plasturgie, une industrie en devenir

 

Du 22 au 25 novembre 2018

. L’Usine extraordinaire / www.usineextraordinaire.com

Revaloriser l’image de l’usine auprès des français

 

Du 26 au 29 novembre 2018

. All4Pack / www.all4pack.fr

Le salon international de l’emballage et de l’intralogistique

 

Du 27 au 28 novembre 2018

. Blockchain Corp / www.blockchainevent.fr

Explore the blockchain revolution

. Les assises de l’économie de la mer / www.economiedelamer.com

 

Du 27 au 30 novembre 2018

. Pollutec / www.pollutec.com

Le salon international des acteurs de l’environnement et de l’énergie au service de la performance économique

 

Du 28 au 29 novembre 2018

. La presse au futu.r / www.lapresseaufutur.com

Vers le futur des médias

. Fastener Fair / www.fastenerfairfrance.com

Le salon international des technologies de raccordements et de fixation

. 360 Possibles / www.360possibles.bzh

Découvrir e pratiquer les nouvelles formes de management

 

Le 29 novembre 2018

. Université d’automne du Réseau des Ambassadeurs / www.sofieagency.fr

L’industrie du futur

. Connected Day / www.connected-day.com

Le rendez-vous du digital retail

 

 

 

Publié dans Agenda

Partager cet article
Repost0