Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le biomimétisme (à noter & suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Le biomimétisme (à noter & suite)
Le biomimétisme (à noter & suite)
Biomim'expo 2022

https://my.weezevent.com/biomimexpo-2022

 

Biomim’expo, c’est le grand rassemblement des acteurs et des parties prenantes du Biomimétisme et des innovations bio-inspirées, les approches qui s’inspirent de la Nature pour innover et créer les conditions d’un modèle de développement renouvelé et respectueux de l’environnement.

CONFIGURATION EXCEPTIONNELLE 2022: 2 jours : mardi 25 et mercredi 26 octobre 2022.

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2021/03/le-biomimetisme-la-france-enfin.html

Partager cet article
Repost0

Le luxe français (suite) & complément

Publié le par Jacques SAMELA.

Le luxe français (suite) & complément
Le luxe français (suite) & complément

Hermès, LVMH, Kering : l’insolente bonne santé des géants du luxe

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/agroalimentaire-biens-de-consommation-luxe/hermes-lvmh-le-luxe-resiste-rebond-inattendu-des-ventes-au-troisieme-trimestre-937498.html?xtor=EPR-2-[l-actu-du-jour]-20221020&_ope=eyJndWlkIjoiODg0MzIyNjY3OWUxNzQwOGMwNTk3YWFlZTFiNGIxODYifQ%3D%3D

Le 20 Oct 2022

 

Malgré la conjoncture économique mondiale très incertaine, le groupe de luxe Hermès a réalisé au troisième trimestre 3,14 milliards d'euros de ventes, soit un bond de 32,5% sur un an, a-t-il annoncé. La semaine dernière, l'autre géant du luxe, LVMH, avait également fait état de ventes supérieures aux attentes. Enfin, le groupe Kering (Gucci, Yves Saint Laurent...) démontre aussi que la demande de produits de luxe résiste à l'inflation. Et malgré le Covid, la Chine reste une locomotive.

Les majors français du luxe ont un point commun sur ce troisième trimestre : leurs résultats dépassent les attentes, et ce alors que le ralentissement et le risque de récession frappent les économies développées. Mais les clients des marques LVMH, Hermès, et du groupe Kering (Yves Saint Laurent, Gucci, Balenciaga...), boostés par la reprise des voyages post Covid, ont plus que jamais été au rendez-vous, malgré l'inflation galopante.

A commencer par le groupe Kering. Le groupe détenu par François-Henri Pinault affiche plus de 5 milliards d'euros de ventes au troisième trimestre, soit près d'un milliard, ou 23%, supplémentaire comparé à la même période en 2021.

« Dans un environnement de plus en plus complexe, nous conservons la flexibilité nécessaire pour soutenir la profitabilité du groupe et nous poursuivons les investissements à long terme de toutes nos maisons, et en premier lieu de Gucci », a déclaré le PDG, cité dans le communiqué.

Toutes les zones géographiques sont en progression et plus particulièrement l'Europe de l'Ouest (+74%) et le Japon (+31%). L'activité en Amérique du Nord (+1%) se maintient, la clientèle touristique américaine ayant profité à l'Europe. La croissance en Asie-Pacifique est de 7% malgré les restrictions sanitaires en Chine continentale.

Aussi, Yves Saint Laurent poursuit son ascension frôlant le milliard d'euro de ventes (+30%). Gucci, la marque phare du groupe atteint 2,58 milliards d'euros de vente au troisième trimestre (+9% en comparable) grâce à une "très bonne dynamique en Europe de l'Ouest", soutenue par la clientèle locale et les touristes, notamment américains

Hermès progresse aussi au Japon et en Chine

Hermès a aussi annoncé jeudi avoir réalisé au cours du troisième trimestre 3,14 milliards d'euros de ventes, soit un bond de 32,5% sur un an. Le chiffre d'affaires trimestriel, en hausse de 24% à taux de change constant, est supérieur aux attentes des analystes. Sur neuf mois, le chiffre d'affaires du groupe s'élève à 8,6 milliards d'euros (+30% à taux de change courants et +24 % à taux de change constants).

Toutes les zones géographiques affichent de « très solides performances », selon un communiqué du groupe. L'Asie, hors Japon, progresse de 21% à taux de change constants avec un fort rebond de 34% au troisième trimestre. « Les ventes en Grande Chine (Chine continentale, Hong Kong, Taïwan, Macao) ont fortement rebondi, malgré les fermetures temporaires liées aux contraintes sanitaires », souligne Hermès.

Le Japon progresse de 21% sur 9 mois grâce à la clientèle locale. L'Amérique (+28% sur 9 mois) poursuit sa progression au troisième trimestre. L'Europe hors France (+25%) et la France (+28%) ont profité de la reprise des flux touristiques. « On a bénéficié du retour des Américains, de la clientèle du Moyen-Orient et de la clientèle d'Asie du sud qui sont venues s'ajouter à la clientèle locale », a détaillé Éric du Halgouët, directeur général finances de Hermès lors d'une conférence téléphonique avec la presse.

Tous les métiers du groupe progressent

Cette progression des ventes concerne tous les métiers du groupe « avec une progression remarquable des Vêtements et Accessoires, de l'Horlogerie et des Autres métiers au troisième trimestre ». La croissance de la Maroquinerie-Sellerie (+13%), cœur de métier de Hermès, a bénéficié du fort rebond de la Grande Chine au 3e trimestre. Pour faire face à cette demande, cinq projets de maroquineries sont d'ailleurs en cours. La division Vêtement et Accessoires a progressé de 38%, le métier Soie et Textiles de 27%, les Parfum et Beauté de 18%, l'Horlogerie de 55% et les autres métiers de 31%.

Dans ce contexte performant économiquement, Hermès « accélère ses recrutements au second semestre ». Le groupe rappelle aussi avoir œuvré en faveur du pouvoir d'achat de ses salariés en France et en Europe. Après l'augmentation de 100 euros bruts mensuels annoncé en janvier en France, afin de limiter les effets de l'inflation (en complément des augmentations annuelles et la prime exceptionnelle de 3.000 euros versée à tous les collaborateurs du groupe en février), le groupe rappelle aussi avoir « augmenté à nouveau de 100 euros bruts mensuels l'ensemble des salaires en Europe à compter de juillet ».

Les ventes de LVMH en hausse, portées par la vigueur du dollar

La semaine dernière, mardi 11 octobre, le plus grand groupe de luxe au monde, le groupe LVMH (qui possède Louis Vuitton, Dior et Sephora, Bulgari et Tiffany), faisait également état d'un bond de ses ventes au troisième trimestre. Supérieures aux attentes, elles ont été portées par ses clients fortunés qui se sont rués sur ses marques de mode, dont les Américains qui profitent de la force du dollar pour visiter les boutiques en Europe.

 Ainsi, le chiffre d'affaires trimestriel du propriétaire de Louis Vuitton et Dior s'est élevé à 19,76 milliards d'euros, soit une croissance organique de 19% sur un an, alors que le consensus de Visible Alpha cité par UBS tablait sur une croissance de 13%. La division mode et maroquinerie, la plus importante du groupe, a affiché une croissance de 22% par rapport à la même période de 2021.

Qui achète ces produits ? Les ventes en Europe, aux Etats-Unis et au Japon sont en forte hausse depuis le début de l'année, en raison de la demande solide de la clientèle locale et de la reprise des voyages internationaux, selon le groupe. « Dans le domaine de la mode et de la maroquinerie, une partie de l'activité s'est déplacée des Etats-Unis vers l'Europe, les citoyens américains bénéficiant de la force du dollar », a déclaré mardi le directeur financier de LVMH, Jean-Jacques Guiony, aux analystes lors d'une conférence téléphonique. « L'Asie (y compris la Chine) connaît une progression moindre sur les neuf premiers mois de 2022 même si le dernier trimestre s'améliore grâce à l'allègement partiel des restrictions sanitaires », a dit le groupe. LVMH a en effet également bénéficié d'une amélioration de ses activités en Chine grâce à l'assouplissement des restrictions anti Covid-19.

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2016/02/le-luxe-francais-savoir-faire-rayonnement-et-avenir.html

 

 

Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022

Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022

Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022
Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022

Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022

Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022
Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022

Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022

Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022
Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022

Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022

Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022
Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022

Vu et lu dans Cem n° 80 de septembre 2022

Partager cet article
Repost0

Innovafeed (suite) & autre

Publié le par Jacques SAMELA.

Innovafeed (suite) & autre
Innovafeed (suite) & autre
Vu et lu dans Les Echos du 21/09/22
Vu et lu dans Les Echos du 21/09/22
Vu et lu dans Les Echos du 21/09/22

Vu et lu dans Les Echos du 21/09/22

Invers lève 15 M€ pour accélérer la production et la transformation d’insectes

https://www.brefeco.com/actualite/rse/invers-leve-15-meu-pour-accelerer-la-production-et-la-transformation-dinsectes

PUBLIÉ LE 29/09/2022

L'entreprise auvergnate Invers, spécialisée dans la production d’insectes pour l'alimentation animale, vient de finaliser une levée de fonds de 15 millions d'euros aux côtés de ses actionnaires historiques et de deux nouveaux entrants. Cette opération va lui permettre d'accroître ses capacités de production.

Créée en 2016 par Stéphanie Cailloux et Sébastien Crépieux, Invers produit et transforme des insectes - des vers de farine - comme source alternative de protéines pour l'alimentation animale. Après une première levée en 2019 qui avait permis l’entrée au capital de Limagrain, du Crédit Agricole Centre France et d’UI Investissement, la start-up auvergnate annonce avoir finalisé un financement à hauteur de 15 millions d'euros. Outre ses investisseurs historiques, deux nouveaux participent au tour de table : IDIA Capital Investissement (via son fonds CA Transitions) et Agri Impact, un véhicule géré par Citizen Capital.

Un modèle de production vertueux

Cette opération permettra à l’entreprise de poursuivre son développement par l’accroissement de ses capacités de production et le déploiement de son modèle circulaire basé sur des partenariats avec des coopératives agricoles et des agriculteurs.

Concrètement, Invers produit les démarrages d’élevage (jeunes larves) puis les confie aux agriculteurs qui les font croître dans des bâtiments spécialisés et les récoltent à maturité. Invers les collecte alors pour les transformer. « Cette organisation permet de limiter les risques sanitaires à plusieurs niveaux, notamment grâce à des élevages de taille moyenne répartis sur le territoire, chacun suivi par un éleveur (...)Le modèle Invers offre ainsi aux agriculteurs-éleveurs d’insectes une diversification de leur activité et une nouvelle source de revenus, à l’abri des aléas climatiques, tout en favorisant leur transition vers une agriculture circulaire et durable ».

La construction d’un nouveau couvoir permettra, dès septembre 2023, d’alimenter de nombreux élevages agricoles, et de multiplier les capacités de production de Invers par dix. « Ce financement va nous permettre de continuer à développer toute une filière de production, actuellement en déploiement en région Aura, puis en dupliquant le modèle sur plusieurs régions françaises », ajoute Sébastien Crepieux, président d'Invers.

Déjà 500 points de vente en France

Les produits Invers s’adressent au grand public (croquettes pour chiens et chats, produits pour la basse-cour et les poissons de bassins) et aux professionnels de l’élevage. Ils sont aujourd’hui distribués dans 500 points de vente en France.

Partager cet article
Repost0

Le rendez-vous de l'Europe : Bon anniversaire Arte

Publié le par Jacques SAMELA.

Le rendez-vous de l'Europe : Bon anniversaire Arte
Le rendez-vous de l'Europe : Bon anniversaire Arte
Vu et lu dans 20 Minutes du 28/09/22

Vu et lu dans 20 Minutes du 28/09/22

Vu et lu dans Les Echos du 16/09/22
Vu et lu dans Les Echos du 16/09/22

Vu et lu dans Les Echos du 16/09/22

Publié dans En bref

Partager cet article
Repost0

L'industrie 4.0 selon Vincent Rivière

Publié le par Jacques SAMELA.

L'industrie 4.0 selon Vincent Rivière
L'industrie 4.0 selon Vincent Rivière

Ces dernières années, le secteur industriel n'a cessé d'évoluer. Nous parlons même d’une nouvelle révolution industrielle. Mais connaissez-vous vraiment l’Industrie 4.0 ?

Avant d'évoquer l'Industrie 4.0, revenons quelques siècles en arrière. À la fin du 18e siècle, l'Europe va vivre sa première révolution industrielle. Les travaux qui étaient principalement réalisés manuellement vont être mécanisés, grâce notamment à la machine à vapeur inventée par James Watt en 1760. La deuxième révolution va débuter quant à elle vers 1870. Cette fois-ci, c'est l’électricité, apparue au début du siècle et l'exploitation du pétrole qui la provoqueront.

Durant cette période, de nouvelles méthodes de travail vont également être inventées afin d'accroître la productivité Industrielle. Parmi-elles, le Taylorisme et le Fordisme. La troisième révolution va voir le jour dans les années 1960-1970. L'électronique va être au cœur de cette révolution. Avec lui, l'automatisation et la robotisation vont permettre d'améliorer une nouvelle fois la productivité des industries. Pour finir, celle que nous traversons depuis maintenant une dizaine d'années, la quatrième révolution industrielle, ou Industrie 4.0. 

Pour beaucoup de personnes, l’industrie 4.0 consiste principalement à surveiller et à contrôler en temps réel une machine en installant des capteurs. La réalité est tout autre. L'industrie 4.0 est beaucoup plus que cela ; elle est avant tout un ensemble de briques technologiques, permettant d'optimiser et d'exploiter dans les meilleures conditions une installation industrielle. Chacune de ces briques doit permettre de solutionner un problème en particulier.

En 2022, le coût des énergies est devenu la principale problématique des industriels. La consommation énergétique du secteur industriel représente 19% de la consommation totale française (2020 - SDES, Bilan énergétique de la France). Il devient donc primordial pour chaque industriel de maîtriser sa consommation énergétique.

Dans ce contexte, l'Industrie 4.0, avec l'intégration de capteurs et de solutions IIot (Objet connecté) va permettre d'identifier certaines anomalies. Par exemple, la détection d'une fuite d'eau ou d'air comprimée. Selon l’importance de celle-ci, son coût annuel peut représenter plusieurs centaines/milliers d'euros.

À l'échelle industrielle, la multiplication de celles-ci peut représenter un budget de plusieurs milliers d'euros ! Sans compter les kilowattheures d'électricité et les litres d'eau consommés inutilement. L'interconnectivité de ces nouveaux équipements, combinés avec un logiciel d'Intelligence Artificielle (IA) va permettre de détecter automatiquement ces fuites, pour ensuite venir piloter des actionneurs qui vont les isoler du réseau. Pour finir, un outil de supervision va historiser cette défaillance, puis émettre une alerte aux équipes de maintenances à travers différents outils de communication : sms, mail ou message instantané.

L'industrie française a également besoin d'embaucher, mais elle est confrontée depuis plusieurs années à une pénurie de main-d'œuvre. Début 2022, d'après l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), près de 70 000 emplois étaient à pourvoir immédiatement. Si rien n'est fait, la situation risque d'empirer dans les prochaines années avec de nombreux départs à la retraite.

Avec cette problématique, l'intégration de robots et de cobots doit permettre aux industriels de combler en partie de ce manque de candidats. Pour beaucoup, la robotique était synonyme de perte d'emploi. Or, il n'en est rien ; l'humain est toujours présent : son rôle a cependant évolué en même temps que la technologie. Les cobots et robots industriels viennent désormais en soutien à l'opérateur en lui supprimant des tâches répétitives. Pour préserver la santé de ses salariés, un industriel peut également opter pour l'acquisition d'exosquelettes, dans le but par exemple d'aider un opérateur dans ses tâches nécessitant le port de charges lourdes.

Bien évidemment, l'intégration de ces nouvelles technologies doit se faire en parfaite collaboration. L'Industrie 4.0 doit permettre à tous les collaborateurs d'acquérir de l'autonomie et de monter en compétences, afin de trouver un sens à son travail ; quête qui est devenue essentielle dans la société actuelle.

Durant ces prochaines années, l'investissement dans ces nouvelles technologies va devenir incontournable pour les industriels sous peine de voir leur productivité décroître. Cependant, un autre problème de taille subsiste. La pénurie de composants. Le délai d'approvisionnement de certains matériels électroniques et électriques est passé de quelques jours, à plusieurs semaines, voire plusieurs mois dans certains cas.

C'est pourquoi de nombreux intégrateurs travaillent dès à présent avec des logiciels de création de jumeaux numériques. Ces nouveaux outils permettent de reproduire le fonctionnement réel d'une machine, d'une ligne de production ou d'une usine dans un environnement virtuel. La disponibilité du matériel au début du projet n'est donc plus nécessaire, de nombreuses simulations peuvent être réalisées uniquement à partir d'un ordinateur. Une seconde technologie peut également venir en aide aux industriels touchés ces pénuries de pièces. Il s'agit de l'impression 3D ou fabrication additive. Produire des pièces en polymères, en fibre de carbone ou même en acier inoxydable directement au sein de son usine, pour en assurer la maintenance par exemple, est aujourd'hui devenue une réalité.

Avec ces quelques exemples, vous l'aurez compris, toutes ces briques technologiques 4.0 ont l'avantage de pouvoir s'adapter aux besoins de chaque industriel. Peu importe sa taille, son secteur d'activité ou sa capacité d'investissement, il y a forcément une solution 4.0 qui répondra à sa problématique. La plus grande difficulté restera le choix de partenaires de confiance pour garantir une transition réussie !

Rivière Vincent

Fondateur et rédacteur du site lindustrie40.fr (https://lindustrie40.fr/)

Automaticien Industriel

https://www.linkedin.com/in/riviereautomation

 

Et pour accompagner cette intervention, dont je remercie l'auteur, voici d'autres informations relatant du sujet du jour.

Vu et lu Mesures de mai-juin 2022
Vu et lu Mesures de mai-juin 2022

Vu et lu Mesures de mai-juin 2022

Vu et lu Mesures de mai-juin 2022
Vu et lu Mesures de mai-juin 2022

Vu et lu Mesures de mai-juin 2022

Vu et lu dans CEM de septembre 2021
Vu et lu dans CEM de septembre 2021

Vu et lu dans CEM de septembre 2021

Pour rappel, voici les liens de la double intervention de l'expert cité ci-dessus, consacré à son domaine de prédilection, l'intelligence artificielle

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2019/12/l-ia-selon-neovision-i.html

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2019/12/l-ia-selon-neovision-ii.html

 

Et comme l'innovation ne s'arrête jamais, voici un sujet consacré à l'avènement de l'industrie 5.0

https://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/manufacturier/preparez-vous-a-larrivee-de-lindustrie-50/633316

Publié dans Les Experts

Partager cet article
Repost0

Les journées particulières de .......

Publié le par Jacques SAMELA.

Les journées particulières de .......
Les journées particulières de .......

Les Journées Particulières de LVMH mettent en lumière la diversité des métiers et des savoir-faire au sein des Maisons du Groupe en France et au-delà des frontières.

 

https://www.lvmh.fr/groupe/engagements/transmission-savoir-faire/les-journees-particulieres/

En 2011, LVMH lançait les Journées Particulières afin de faire découvrir au grand public la diversité des métiers et des savoir-faire des Maisons du Groupe. Cette opération sans égale de la part d’une entreprise privée manifeste l’attention que le groupe LVMH porte à l’excellence artisanale de ses Maisons et au savoir-faire européen. Le succès de l’opération illustre parfaitement l’attachement du public à ce patrimoine et aux lieux de grande tradition artisanale – ateliers, chais, caves, hôtels particuliers, demeures familiales, boutiques historiques… – qui constituent, pour la France comme pour tous les pays d’Europe, un atout de tout premier ordre, tant en termes de rayonnements économique que culturel.

Lors des éditions de 2011, 2013, 2016 et 2018, LVMH a accueilli le grand public et dévoilé la richesse du patrimoine et des savoir-faire que les Maisons du Groupe illustrent et perpétuent de génération en génération. Par des visites guidées, des démonstrations de savoir-faire, des conférences ou des parcours interactifs, nos artisans – horlogers, couturières, dames de table, bottiers, maîtres de chai, joailliers, malletiers, remueurs, premières d’atelier et chefs cuisiniers – partagèrent leur passion et leur goût de l’excellence.

Parmi les lieux ouverts en France, en Italie, en Espagne, en Suisse, au Royaume-Uni et en Pologne : les salons Dior avenue Montaigne, les ateliers de commandes spéciales Louis Vuitton d’Asnières, les salons Chaumet place Vendôme ou l’atelier de souliers sur mesure de Berluti, le Grand Bureau de Dégustation Hennessy à Cognac, le site de fabrication de Guerlain à Orphin, le domaine viticole Numanthia en Espagne, la Maison de parfumerie Acqua di Parma en Italie, ou bien encore les Maisons horlogères ZenithTAG Heuer et Hublot en Suisse.

Devenu incontournable, l’événement a rassemblé lors de sa dernière édition plus de 180 000 personnes, venues découvrir la diversité des métiers et des savoir-faire des Maisons du Groupe.

La prochaine édition de l’événement aura lieu les 14,15 et 16 octobre 2022. Au total, ce sont 93 lieux de 57 Maisons qui ouvriront leurs portes gratuitement dans 15 pays. Cette invitation offrira un moment d’exception à la rencontre de celles et ceux qui façonnent le futur du luxe en faisant vivre et évoluer ce patrimoine exceptionnel, fait de savoir-faire, de métiers et de lieux iconiques et uniques au monde.

Vu et lu dans Les Echos du 23/02/22

Vu et lu dans Les Echos du 23/02/22

Vu et lu dans Galvano Organo n° 900 de juin 2022

Vu et lu dans Galvano Organo n° 900 de juin 2022

Partager cet article
Repost0

Le rendez-vous de l'Europe : Erasmus (Info & Rappels)

Publié le par Jacques SAMELA.

Publié dans En bref

Partager cet article
Repost0

La filière cosmétique (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

La filière cosmétique (suite)
La filière cosmétique (suite)

Le salon international Cosmetic 360, tremplin de l’innovation, revient pour sa 8e édition

https://www.industries-cosmetiques.fr/le-salon-international-cosmetic-360-tremplin-de-linnovation-revient-pour-sa-8e-edition/

Par Cosmetic Valley  Le 5 Octobre 2022

 

Le rendez-vous mondial de l’innovation pour la filière parfumerie-cosmétique revient les 12 et 13 octobre 2022 au Carrousel du Louvre réunissant plus de 220 exposants issus de 16 pays. Ce salon international couvre les accélérations dans de nombreux domaines (sourcing, technologies, RSE, etc.) offrant une vitrine de l’innovation à 360°, pour les grands acteurs, les start-ups, les PME, les chercheurs et les porteurs de projets innovants issus des 4 coins de la planète. Cette 8ème édition se tiendra sous le signe des révolutions technologiques, portées notamment par l’essor de l’intelligence artificielle.

Pleins phares sur l’intelligence artificielle pour cette 8e édition. Découvrez l’IA à travers tout le salon avec :  

  • Un village « AI for Cosmetics » animé par la Région Ile-de-France et l’agence d’attractivité Choose Paris Region
  • Le TechCorner IA sur lequel un laboratoire du CNRS présentera un outil de diagnostic de la peau qui permettra de développer des produits personnalisés,
  • Le programme Open Innovation IA par CHANEL, L’OREAL, LVMH Research, rejoints pour la première fois par Pharma & Beauty Group,
  • Un prix coup de cœur du jury IA pour les Cosmetic 360 Awards afin de récompenser une innovation notable parmi les exposants.
  • Un programme de conférences dédié à l’Intelligence Artificielle (sponsor : Ecomundo) selon 4 thèmes : 
    • Intelligence Artificielle et société
    • Intelligence Artificielle et environnement 
    • Intelligence Artificielle et marketing
    • Intelligence Artificielle et performance industrielle
  • Un hackathon SupplyChain4ResponsibleBeauty (sponsor : Groupe Deret). 
  • L’expérience Greentech : Grâce à la réalité virtuelle, envolez-vous dans la montgolfière Greentech pour un voyage à travers le temps qui vous fera découvrir toute l’histoire des ingrédients cosmétiques, de la préhistoire à la beauté connectée d’aujourd’hui.
  • Un village « AI for Cosmetics » animé par la Région Ile-de-France et l’agence d’attractivité Choose Paris Region
  • Le TechCorner IA sur lequel un laboratoire du CNRS présentera un outil de diagnostic de la peau qui permettra de développer des produits personnalisés,
  • Le programme Open Innovation IA par CHANEL, L’OREAL, LVMH Research, rejoints pour la première fois par Pharma & Beauty Group,
  • Un prix coup de cœur du jury IA pour les Cosmetic 360 Awards afin de récompenser une innovation notable parmi les exposants.
  • Un programme de conférences dédié à l’Intelligence Artificielle (sponsor : Ecomundo) selon 4 thèmes : 
    • Intelligence Artificielle et société
    • Intelligence Artificielle et environnement 
    • Intelligence Artificielle et marketing
    • Intelligence Artificielle et performance industrielle
  • Un hackathon SupplyChain4ResponsibleBeauty (sponsor : Groupe Deret). 
  • L’expérience Greentech : Grâce à la réalité virtuelle, envolez-vous dans la montgolfière Greentech pour un voyage à travers le temps qui vous fera découvrir toute l’histoire des ingrédients cosmétiques, de la préhistoire à la beauté connectée d’aujourd’hui.

Les autres fers de lance du salon

Si l’IA est un point d’orgue de 2022, COSMETIC 360 sera le lieu de nombreuses innovations avec deux autres thématiques phares : 

  • L’Eco-responsabilité avec de nouvelles solutions cosmétiques pour les économies de ressources : la cosmétique solide, les formulations bio-sourcées, l’upcycling.
  • Le Wellness avec des innovations de bien-être conjuguant cosmétique, neurosciences,  nouvelles sensorialités d’ingrédients.

A découvrir également

  • La zone Cosmetopeai sur laquelle deux projets européens seront présentés. AgriWaste Value et InnCoCells concernent respectivement les co-produits issus de l’arboriculture et de la viticulture pour la cosmétique, et le développement de matières premières naturelles pour la filière.
  • La Factory zone dédiée aux équipementiers innovants.
  • Le village start-up avec 30 jeunes entreprises innovantes (sponsor Beauty Tech Chartres).
  • La présence renforcée d’acheteurs internationaux à rencontrer sur le stand de Business France / Team France export.

COSMETIC 360 accueillera par ailleurs plusieurs délégations de clusters cosmétiques internationaux : Canada, Thaïlande, Taiwan, Espagne, Portugal, Italie, Royaume-Uni, Colombie, Corée du Sud, et France dont la collectivité territoriale de la Martinique.

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2019/10/la-filiere-cosmetique-une-embellie-francaise.html

 

 

Partager cet article
Repost0

Août 2022 & Septembre 2022

Publié le par Jacques SAMELA.

Août 2022 & Septembre 2022
Août 2022 & Septembre 2022

AOUT 2022

REBOND. De la croissance en France au 2ème trimestre, augmentant de 0,5 % grâce à l’apport et au retour des touristes étrangers.

Les Echos du 01 août 2022

 

DIRECTION. Le Mexique pour le groupe Vinci, après avoir acquis 29,5 % de l’opérateur OMA, concessionnaire de 13 aéroports dans ce pays, ayant accueillis l’an dernier 18 millions de passagers, 23 avant le Covid.

Les Echos du 02 août 2022

 

PREMIER. Marché pour Colas Rail au panama, en participant à la réalisation du projet de monorail de la future ligne 3 du métro de la capitale.

Batiactu du 05 août 2022

 

OUVERTURE. D’une usine en Malaisie pour le français Leuze (www.leuze.com), expert international en matière de capteurs d’automatismes, afin de doubler ses capacités de production en Asie.

Mesures du 31 août 2022

 

CONCLUSION. D’un accord en Chine pour le français Sequans Communications (www.sequans.com), développeur et fournisseur de solutions 5G / 4G pour les appareils IoT, avec pour les trois prochaines années des revenus dépassant les 50 millions de dollars.

VIPress.net du 31 août 2022

 

SEPTEMBRE 2022

OBTENTION. D’une mégafab de 5,7 milliards d’Euros à Crolles (AURA), après l’accord signé entre le franco-italien STMicroelectronics et le fondeur américain GlobalFoundries, avec comme objectif de doubler la production de puces en France d’ici à 2030, et de créer 1 000 emplois directs sur le site en question.

ATTRACTIVITE. De la France confirmée, après le montant de 10,7 milliards d’Euros confirmé durant l’évènement « Choose France », faisant de l’Hexagone le leader des pays européens depuis trois ans.

L’Usine Nouvelle de septembre 2022

 

COURONNEMENT. Pour Karim Benzema, après avoir obtenu le titre de meilleur joueur UEFA de l’année, avant l’annonce du Ballon d’or, pressenti comme le grand favori.

Le Parisien Weekend du 02 septembre 2022

 

RECORDS. Pour le groupe Pernod Ricard, après avoir atteint la barre des 10 milliards d’Euros, l’enregistrement d’un taux de croissance jamais aussi haut depuis 30 ans, un bond de son résultat opérationnel de 19 % à, à 3 milliards d’Euros, de son bénéfice à 53 %, et des parts de marché partout dans le monde.

Les Echos du 02 septembre 2022

 

CREATION. D’un centre de R&D à Brest par le groupe américain Accenture, société mondiale des services professionnels, avec à la clé l’embauche de 500 emplois d’ici 3 ans, rejoignant en cela les 7 000 employés en France aujourd’hui.

Actu IA du 06 septembre 2022

 

REVISION. A la hausse pour la croissance française en 2022, porté à 2,6 % au lieu de 2,3 % annoncé.

La Tribune du 07 septembre 2022

 

CARTON. Pour les programmes audiovisuels français à l’étranger, ayant atteint en termes de ventes, préventes et apports de coproduction internationaux, la somme de 375,9 millions d’Euros en 2021. L’année en cours s’annonce également sous de bons auspices.

RECORD. Pour la filière nautique en 2021, après avoir atteint 79 % de résultat pour la partie export, et une progression de 4,9 % quant à son chiffre d’affaires (4,9 milliards d’Euros).

Le Moci du 07 septembre 2022

 

CHOIX. De deux designers français, Nathan Hubert et Mano Silberzahn, pour représenter la France durant la 23ème édition du James Dyson Award, afin notamment de présenter leur ustensile de cuisine réparable.

L’Usine Nouvelle du 07 septembre 2022

 

SELECTION. De TotalEnergies pour installer 4 400 points de recharge pour véhicules électriques en Belgique, et dont l’alimentation proviendra d’une électricité 100 % renouvelable d’origine éolienne, produite en Mer du Nord.

Mobilités Magazine du 08 septembre 2022

 

CONTRAT. Majeur pour Thales et son activité aéronautique civile, après avoir signé un accord de plus de 100 millions d’Euros avec la compagnie aérienne Emirates, afin de fournir un système de divertissement dernier cri.

INVESTISSEMENT. De 130 millions d’Euros pour le groupe Merck en Alsace (Molsheim), afin de créer une 3ème unité de production de poches stériles à usages uniques. 800 personnes devraient être embauchées d’ici 2028.

PROGRESSION. De l’emploi industriel en France, avec 0,3 % au 2ème trimestre, retrouvant son niveau de fin 2019, à 3,19 millions de salariés.

L’Usine Nouvelle du 08 septembre 2022

 

PREMIERE. Pour le Printemps, en ouvrant au 2ème trimestre 2022 un grand magasin de 5 000 mètres carrés dans le quartier de Wall Street à New York.

Les Echos du 08 septembre 2022

 

PARTICIPATION. De la société bourguignonne Metalliance (www.metalliance-tsi.com) à la construction du métro automatisé de Sydney (Australie), en livrant 12 engins mobiles, permettant de transporter le matériel nécessaire pour réaliser le tunnel du futur tronçon.

La Tribune du 12 septembre 2022

 

VAINQUEUR. Le photographe français Armand Sarlangue, après avoir présenté sa photo de la fissure volcanique située près du volcan islandais Fagradalssfjall, durant le concours international de photographies aériennes Drone Photo Awards.

EcoRéseau Business du 12 septembre 2022

 

ACCORD. Entre la Sodern (www.sodern.com) et la société américaine Redwire, afin de produire ensemble, aux Etats-Unis, le viseur d’étoiles Eagle Eye.

La Tribune du 13 septembre 2022

 

LIVRAISON. Pour 177 millions d’Euros de dix trains régionaux Coradia Stream du groupe Alstom à Barcelone, pour la liaison avec l’aéroport, avec 15 ans de maintenance assurée pour la flotte en question.

Jec Composites du 13 septembre 2022

 

RELEVE. A la hausse des prévisions de croissance pour 2022 de la part du gouvernement, avec 2,7 % au lieu de 2,5 %.

La Tribune du 14 septembre 2022

 

OUVERTURE. D’un 2ème atelier dans le Puy-de-Dome, avec 250 emplois à la clé, et pour le groupe, un 7ème pôle maroquinier de 500 artisans.

La Montagne du 16 septembre 2022

 

FRANCHISSEMENT. De la distance de 1.175 km avec un seul plein pour un train à hydrogène du groupe Alstom en Allemagne.

COMMANDE. De 17 trains électriques Coradia Stream supplémentaires en Roumanie pour le groupe Alstom.

La Tribune du 18 septembre 2022

 

SIGNATURE. D’un nouveau contrat dit de support pour Naval Group en Arabie Saoudite, concernant les frégates de Sawari 1 et 2, vendues en 1980. Le montant est évalué entre 120 et 200 millions d’Euros.

La Tribune du 19 septembre 2022

 

MAJEURS. Les investissements dédiés au spatial par la France, après que le gouvernement ait décidé de débloquer plus de 9 milliards d’Euros sur les trois prochaines années consacrées à la recherche et à l’industrie spatiale en particulier.

VIPress.net du 19 septembre 2022

 

POURSUITE. De son implication sur la construction de l’autoroute E18 en Norvège pour le groupe Eiffage, après avoir remporté un 3ème marché consacré à la section centrale, venant compléter les deux précédents lots remportés en 2020.

Batiactu du 19 septembre 2022

 

FINANCEMENT. De quatre projets européens en France dans le domaine de l’hydrogène, représentant un investissement global de 140 millions d’Euros, dont 41 venant de l’UE. Les acteurs choisis sont SAS Dijon Métropole Smart EnergHy, Air Liquide, Hype Assets, et Hynamics, filiale de l’EDF.

H2 Mobile.fr du 19 septembre 2022

 

EMBARQUEMENT. De Transdev, Vinci, et NGE dans la nouvelle ligne de métro de la ville de Toronto au Canada, dont la longueur fera 15,6 km.

Les Echos du 19 septembre 2022

 

ROUTE. Vers le pays du Soleil levant (Japon) pour le groupe Colas, après y avoir annoncé la commercialisation de sa solution de revêtement photovoltaïque Wattway.

Batiactu du 21 septembre 2022

 

RENFORT. De l’investissement de TotalEnergies au Qatar, après y avoir investi 1,5 milliards dans le projet North Field South, détenant désormais 9,375 % des 25 % attribués par Doha à des partenaires internationaux.

Les Echos du 26 septembre 2022

 

METAMORPHOSE. De la French Tech en 10 ans d’existence, ayant engendrée une vingtaine de licornes, générée plus de 8 milliards d’Euros de chiffre d’affaires, et créée des dizaines de milliers d’emplois.

ENREGISTREMENT. De 117 milliards d’Euros de prises de commande en 2021 pour la France dans le domaine de l’armement, soit le 3ème meilleur exercice de l’histoire, et avant une année 2022 exceptionnelle, qui devrait afficher un montant quasiment deux fois plus important, grâce notamment à la commande par les Emirats arabes unis de 80 Rafale. La France reste donc dans le top 5 des exportateurs de défense.

Les Echos du 28 septembre 2022

 

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0

Laguiole (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Laguiole (suite)
Laguiole (suite)
Vu et lu dans Les Echos du 25/02/22

Vu et lu dans Les Echos du 25/02/22

Vu et lu dans Les Echos du 26/09/22
Vu et lu dans Les Echos du 26/09/22

Vu et lu dans Les Echos du 26/09/22

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>