Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carmat, Medtech (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans Le Parisien et Les Echos du 07 février 2017, l'Usine Nouvelle n° 3504 du 23 février 2017, Les Echos du 20 avril 2017 et du 03 mai 2017
Vus et lus dans Le Parisien et Les Echos du 07 février 2017, l'Usine Nouvelle n° 3504 du 23 février 2017, Les Echos du 20 avril 2017 et du 03 mai 2017
Vus et lus dans Le Parisien et Les Echos du 07 février 2017, l'Usine Nouvelle n° 3504 du 23 février 2017, Les Echos du 20 avril 2017 et du 03 mai 2017
Vus et lus dans Le Parisien et Les Echos du 07 février 2017, l'Usine Nouvelle n° 3504 du 23 février 2017, Les Echos du 20 avril 2017 et du 03 mai 2017
Vus et lus dans Le Parisien et Les Echos du 07 février 2017, l'Usine Nouvelle n° 3504 du 23 février 2017, Les Echos du 20 avril 2017 et du 03 mai 2017

Vus et lus dans Le Parisien et Les Echos du 07 février 2017, l'Usine Nouvelle n° 3504 du 23 février 2017, Les Echos du 20 avril 2017 et du 03 mai 2017

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire :

- Carmat : Un rêve se réalise (23/01/14).

- Medtech (02/01/13).

Partager cet article
Repost0

BlaBlaCar, Criteo, Netatmo, Qwant (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans L'usine Nouvelle n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 13 février 2017, Management n° 253 de juin 2017, et Télérama n° 3502 du 22 février 2017
Vus et lus dans L'usine Nouvelle n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 13 février 2017, Management n° 253 de juin 2017, et Télérama n° 3502 du 22 février 2017
Vus et lus dans L'usine Nouvelle n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 13 février 2017, Management n° 253 de juin 2017, et Télérama n° 3502 du 22 février 2017
Vus et lus dans L'usine Nouvelle n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 13 février 2017, Management n° 253 de juin 2017, et Télérama n° 3502 du 22 février 2017
Vus et lus dans L'usine Nouvelle n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 13 février 2017, Management n° 253 de juin 2017, et Télérama n° 3502 du 22 février 2017
Vus et lus dans L'usine Nouvelle n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 13 février 2017, Management n° 253 de juin 2017, et Télérama n° 3502 du 22 février 2017
Vus et lus dans L'usine Nouvelle n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 13 février 2017, Management n° 253 de juin 2017, et Télérama n° 3502 du 22 février 2017
Vus et lus dans L'usine Nouvelle n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 13 février 2017, Management n° 253 de juin 2017, et Télérama n° 3502 du 22 février 2017

Vus et lus dans L'usine Nouvelle n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 13 février 2017, Management n° 253 de juin 2017, et Télérama n° 3502 du 22 février 2017

Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire les dossiers :

. BlaBlaCar : Le 22 janvier 2015.

. Criteo : Le 19 novembre 2013.

. Netatmo : Le 18 janvier 2016

. Qwant : Le 12 juin 2015

                                                                      

Partager cet article
Repost0

J'aime - j'aime pas

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans L'Usine Nouvelle n° 3512 du 20 avril 2017, n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 10 mai 2017, et le Parisien Eco du 22 mai 2017
Vus et lus dans L'Usine Nouvelle n° 3512 du 20 avril 2017, n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 10 mai 2017, et le Parisien Eco du 22 mai 2017
Vus et lus dans L'Usine Nouvelle n° 3512 du 20 avril 2017, n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 10 mai 2017, et le Parisien Eco du 22 mai 2017
Vus et lus dans L'Usine Nouvelle n° 3512 du 20 avril 2017, n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 10 mai 2017, et le Parisien Eco du 22 mai 2017
Vus et lus dans L'Usine Nouvelle n° 3512 du 20 avril 2017, n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 10 mai 2017, et le Parisien Eco du 22 mai 2017

Vus et lus dans L'Usine Nouvelle n° 3512 du 20 avril 2017, n° 3513 du 27 avril 2017, Les Echos du 10 mai 2017, et le Parisien Eco du 22 mai 2017

Une usine chinoise délocalisée... dans le Sud-Ouest de la France

Le Figaro / Le 22 mai 2017

 

L'entreprise Uniconcept, basée à Shenzhen, va ouvrir une unité de production d'étuis de smartphones à Gaillac (Tarn). Elle espère faire des économies sur les coûts d'acheminement et les taxes douanières. Une trentaine d'emplois vont être créés.

Une délocalisation à l'envers. Gaillac, petite bourgade tranquille entre Albi et Toulouse, est surtout connue pour son vignoble. Qu'importe. Une unité de production d'étuis pour smartphones et de conditionnement quitte la Chine pour s'y réinventer. «Ce n'est pas un effet d'annonce, c'est confirmé», affirme Eddy Belefdil, l'un des actionnaires d'Uniconcept, la firme basée à Shenzhen qui fabrique une flopée d'accessoires pour téléphone. La production devrait démarrer dès la fin de l'été, avec une trentaine d'emplois à la clef. Un certain nombre de postes pourraient être proposés à des anciens d'Alphacan, une entreprise spécialisée dans la fabrication de profilés PVC qui a lancé un plan social à Gaillac fin 2016 visant 92 emplois.

Le marché est porteur: un million d'étuis sont vendus chaque mois en France. Il s'agit dans un premier temps de réduire les coûts d'expédition, de gagner en rapidité et en flexibilité en se rapprochant des revendeurs. Le but est aussi d'économiser les taxes douanières. Evidemment, la main d'oeuvre n'a pas n'a pas le même coût sur les rives du Tarn que sur celles de la rivière des Perles, à quelques kilomètres de Hong Kong. Pourtant, Uniconcept espère proposer aux distributeurs des prix 20% moins chers qu'aujourd'hui. Un calcul qui tient aussi compte de l'arrivée d'une part d'automatisation dans le processus de fabrication tel qu'il existe aujourd'hui dans l'usine de Shenzhen.

La production d'autres accessoires pourraient arriver à Gaillac en 2018. «On veut y aller étape par étape, explique Eddy Belefdil, qui développe la marque Swiss charger. Il faut que les salariés se familiarisent avec les produits». Une centaine d'emplois pourraient à terme être créés.

Le combat des pouvoirs publics

La commune tarnaise entretient des liens commerciaux et culturels forts avec la Chine, de longue date, grâce au secteur viticole. Patrice Gausserand, le maire, également chargé du developpement économique à la communauté d'agglomération, entend parler du projet d'Uniconcept. Il rencontre alors les dirigeants à Hong Kong. «Ils cherchaient à venir en France mais avaient du mal à prendre une décision. On a travaillé à leurs côtés. Les entreprises ne s'installent que si on les accompagne». L'élu joue le rôle d'entremetteur pour dénicher, en 48 heures, un local à louer. Un bâtiment inutilisé de 1100 m2 est proposé par l'entreprise de meubles JP Delmas, qui propose même de prendre en charge le coût des travaux, afin de faciliter l'implantation de l'entreprise chinoise. «J'ai été surpris de la disponibilité de nos interlocuteurs et des différents organismes comme par exemple Pole emploi, pointe l'actionnaire d'Uniconcept. En Chine, c'est le règne du chacun pour soi». Aujourd'hui, le maire est optimiste et évoque l'installation d'autres entreprises. «Je ne voulais pas d'un panneau “Gaillac ville morte”».

 

Vus et lus dans Management d'avril 2017
Vus et lus dans Management d'avril 2017

Vus et lus dans Management d'avril 2017

Publié dans J'aime - J'aime pas

Partager cet article
Repost0

Juin 2017

Publié le par Jacques SAMELA.

Juin 2017
Juin 2017

Le 01 juin 2017

. Forum 5i / www.forum5i.fr

L’industrie du futur en cinq points.

 

Du 04/06/17 au 07/07/17

Paris Tech Festival / www.paris.fr

Plusieurs évènements internationaux dédiés à l’innovation.

 

Le 06 juin 2017

. Robots collaboratifs et autonomes / www.innovergne.fr

La robotique collaborative ou cobotique, enjeu majeur de l’Usine du Futur

. IPC / www.ct-ipc.com

Rencontre sur l’allègement du véhicule.

 

Du 06 au 07 juin 2017

. Smart Energies Expo / www.sgparis.fr

La filière énergie de demain.

. AI Paris 2017 / www.aiparis.fr

L’évènement B2B dédié à l’intelligence artificielle.

 

Le 08 juin 2017

. Forum Villes et Territoires Intelligents / www.lagazzettedescommunes.com

. 12ème convention annuelle du Pôle Systematic Paris-Region / www.events-systematic-paris-region.org

 

Du 08 au 10 juin 2017

. Futur en Seine / www.futur-en-seine.paris

Le plus grand festival du numérique en Europe.

 

Du 13 au 14 juin 2017

. Le salon des entrepreneurs / www.salondesentrepreneurs.com

 

Du 13 au 15 juin 2017

Onlylight 2017 / www.onlylight-event.com

L’évènement où l’innovation et les utilisations de la lumière se rencontrent.

. Sépag / www.salon-sepag.fr

Le salon des Equipements et Process Agroalimentaires.

 

Du 13 au 16 juin 2017

. FIP Solution Plastique / www.f-i-p.com

Le salon de la plasturgie en France.

 

Le 15 juin 2017

. Inosports 2017 / www.inosport.fr

L’évènement innovation sport, loisirs, santé, bien-être.

 

Du 15 au 17 juin 2017

. Vivatechnology / www.vivatechnology.com

2ème édition de l’évènement Tech français.

 

Du 19 au 25 juin 2017

. Le salon du Bourget / www. Siae.fr

La 52ème édition du salon international de l’aéronautique et de l’espace.

 

Le 20 juin 2017

Cloud Days 2017 / www.clouddays.fr

Big Data, IoT, Sécurité, Intelligence Artificielle.

 

Du 20 au 22 juin 2017

. Préventica / www.preventica.com

Santé / Sécurité au travail

. Sud Agro Industries / www.sudagroindustries.com

Le rendez-vous grand sud des équipementiers et prestataires de l’agro-alimentaire.

 

Le 22 juin 2017

. Les rencontres de l’entreprise responsable / www.brefeco.com

 

Le 27 juin 2017

. Journée technique de l’électronique & Electrons d’or 2017 / www.acsiel.fr

. Journée Ecobiz Innovation / www.journeeinno.grenoble-ecobiz.biz

 

Du 27 au 28 juin 2017

. Forum Teratec / www.teratec.eu

Evènement majeur en France et en Europe pour le Big Data, la simulation, et le HPC.

 

Le 28 juin 2017

. Forum Asie / www.auvergne-business.fr

Comment développer et réussir vos affaires en Asie ?

 

Du 28 au 29 juin 2017

. Leti innovation Days / www.letidays.com

 

Du 28 au 30 juin 2017

. JNC / www.jnc20.sciencesconf.org

Journées nationales sur les composites.

 

Le 29 juin 2017

. Fujitsu World Tour 2017 : www.silicon.fr

L’évènement phare de l’innovation franco-japonaise.

 

Le 30 juin 2017

. Sital 2017 / sital@univ-orleans.fr

Le salon de l'innovation en traitement automatique du langage.

 

Juin 2017

Publié dans Agenda

Partager cet article
Repost0

Le luxe français (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans Les Echos du 18 mai 2017, et Mag'in France n° 4 de novembre - décembre 2016
Vus et lus dans Les Echos du 18 mai 2017, et Mag'in France n° 4 de novembre - décembre 2016
Vus et lus dans Les Echos du 18 mai 2017, et Mag'in France n° 4 de novembre - décembre 2016
Vus et lus dans Les Echos du 18 mai 2017, et Mag'in France n° 4 de novembre - décembre 2016
Vus et lus dans Les Echos du 18 mai 2017, et Mag'in France n° 4 de novembre - décembre 2016
Vus et lus dans Les Echos du 18 mai 2017, et Mag'in France n° 4 de novembre - décembre 2016
Vus et lus dans Les Echos du 18 mai 2017, et Mag'in France n° 4 de novembre - décembre 2016
Vus et lus dans Les Echos du 18 mai 2017, et Mag'in France n° 4 de novembre - décembre 2016

Vus et lus dans Les Echos du 18 mai 2017, et Mag'in France n° 4 de novembre - décembre 2016

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 29 février 2016, intitulé : Le luxe français, savoir-faire, rayonnement et avenir.

. http://www.frenchweb.fr/rendez-vous-sur-24-sevres-la-nouvelle-plateforme-shopping-de-lvmh

Partager cet article
Repost0

Impression 3D

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3504 du 23 février 2017, Télérama et Ca m'intéresse d'avril 2017
Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3504 du 23 février 2017, Télérama et Ca m'intéresse d'avril 2017
Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3504 du 23 février 2017, Télérama et Ca m'intéresse d'avril 2017
Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3504 du 23 février 2017, Télérama et Ca m'intéresse d'avril 2017
Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3504 du 23 février 2017, Télérama et Ca m'intéresse d'avril 2017
Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3504 du 23 février 2017, Télérama et Ca m'intéresse d'avril 2017

Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3504 du 23 février 2017, Télérama et Ca m'intéresse d'avril 2017

Du 30 mai au 01 juin 2017

. Add Fab / www.addfab.fr

Le premier salon de la fabrication additive à Paris

Partager cet article
Repost0

FabLab (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans Les Echos du 30 mars 2017, du 02 & 10 mai 2017, Le Petit Bulletin du 12 avril 2017, et Capital n° 251 d'avril 2017
Vus et lus dans Les Echos du 30 mars 2017, du 02 & 10 mai 2017, Le Petit Bulletin du 12 avril 2017, et Capital n° 251 d'avril 2017
Vus et lus dans Les Echos du 30 mars 2017, du 02 & 10 mai 2017, Le Petit Bulletin du 12 avril 2017, et Capital n° 251 d'avril 2017
Vus et lus dans Les Echos du 30 mars 2017, du 02 & 10 mai 2017, Le Petit Bulletin du 12 avril 2017, et Capital n° 251 d'avril 2017
Vus et lus dans Les Echos du 30 mars 2017, du 02 & 10 mai 2017, Le Petit Bulletin du 12 avril 2017, et Capital n° 251 d'avril 2017
Vus et lus dans Les Echos du 30 mars 2017, du 02 & 10 mai 2017, Le Petit Bulletin du 12 avril 2017, et Capital n° 251 d'avril 2017
Vus et lus dans Les Echos du 30 mars 2017, du 02 & 10 mai 2017, Le Petit Bulletin du 12 avril 2017, et Capital n° 251 d'avril 2017

Vus et lus dans Les Echos du 30 mars 2017, du 02 & 10 mai 2017, Le Petit Bulletin du 12 avril 2017, et Capital n° 251 d'avril 2017

Partager cet article
Repost0

Rungis, ski (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans Les Echos du 28 mars et du 20 avril 2017
Vus et lus dans Les Echos du 28 mars et du 20 avril 2017
Vus et lus dans Les Echos du 28 mars et du 20 avril 2017

Vus et lus dans Les Echos du 28 mars et du 20 avril 2017

Domaines skiables : l’emploi a été sauvegardé

19 mai 2017 / Patricia REY / Eco Savoie Mont Blanc

 

Malgré un hiver 2016/2017 faiblement enneigé, l’activité des domaines skiables en France a globalement bien résisté. Sur le front de l’emploi, les engagements ont été tenus.

Rien n’était gagné, et pourtant… En dépit d’un hiver compliqué, fragilisé en début de saison par le manque de neige, les domaines skiables ont su tirer “le meilleur parti“ de la situation. Le savoir-faire des professionnels en termes de travaux et de damage des pistes allié aux investissements en neige de culture se sont avérés déterminants.

Reconduction des contrats de travail

En décembre, l’absence de neige qui a eu pour effet immédiat une diminution sensible des skieurs (et plus largement des touristes) a obligé les professionnels des stations à réduire la voilure… et à reporter les embauches. Comme attendu, les opérateurs de domaines skiables ont appliqué la reconduction des contrats de travail (cf. article 16 de la convention collective de la branche), même si les accords d’entreprise prévoient souvent une durée minimale de saison.

Pour preuve, à Noël, 90 % des saisonniers des domaines skiables étaient déjà embauchés en Savoie et dans les Alpes du Sud où la neige était plus abondante, les deux tiers dans les Pyrénées, et la moitié en Haute-Savoie et en Isère. Toutefois, au vu du faible niveau d’ouverture des pistes, et a fortiori de la fréquentation des domaines skiables, le personnel a été placé en activité partielle jusqu’en janvier. Le retour à des températures plus froides a, par la suite, permis de finaliser l’enneigement en neige de culture des pistes et d’ouvrir en totalité les domaines skiables équipés.

Expérimentation de CDI-Intermittents

Selon Domaines skiables de France (DSF), l’équipement des stations en enneigeurs est une solution pour garantir la sécurisation des embauches et des parcours professionnels saisonniers. Dans cette logique, et fort de ce constat, DSF a obtenu en fin de saison l’autorisation de la Ministre du travail d’expérimenter des CDI-Intermittents dans la branche, comme l’autorisent les nouvelles dispositions de l’article 87 relatives à la Loi travail de 2016. Cet arrêté du 6 avril 2017 pris par la Ministre vient s’ajouter, à titre expérimental pour deux ans et demi, aux outils mis en place par la profession pour sécuriser davantage les personnels saisonniers, en vue de leur fidélisation et de leur professionnalisation.

Pour finir, grâce à des vacances de février et de printemps satisfaisantes, la fréquentation de l’hiver 2016/2017 recule seulement de 2 % au regard de l’hiver dernier, et de – 6 % par rapport à la moyenne des quatre hivers précédents. Quant aux recettes de ventes de forfaits, elles sont en stabilité au niveau national (comme les années précédentes d’ailleurs), indiquait DSF, dans son dernier bilan publié le 11 mai.

Pour en savoir plus : www.domaines-skiables.fr  

 

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire les dossiers intitulés :

- Le marché de Rungis, origine France (23/12/17).

- La France, en haut des sommets (15/02/17).

 

 

Partager cet article
Repost0

Laguiole & Opinel : A couteaux tirés

Publié le par Jacques SAMELA.

Laguiole & Opinel : A couteaux tirés

Non ce sujet n’a rien à voir avec l’élection présidentielle à peine terminée, et encore moins avec les élections législatives, il concerne tout simplement les deux acteurs les plus significatifs de la coutellerie française, en l’occurrence Laguiole et Opinel.

Commençons donc par Laguiole, mais sans aucun favoritisme de ma part, seulement en suivant l’alphabet, qui comme vous le savez peut-être, est un couteau pliant à cran forcé, à la différence de l’Opinel, qui lui est un couteau à cran d’arrêt.

Donc, en 1829, Pierre-Jean Calmels, habitant le village de Laguiole, créa le couteau du même nom, en s’inspirant de deux modèles de couteaux qu’étaient le capuchadou, couteau des paysans de l’Aubrac, et du navaja espagnol, couteau de poche provenant de la Catalogne, et ramené par ces mêmes paysans de retour de leurs périples saisonniers.

En 1840, il lui ajoute un poinçon, et en 1880, un tire-bouchon. Quand à sa forme habituelle, elle remonte elle aux années 1860, complétée par la suite au début du XXème siècle (1908-1909) par l’apparition de l’abeille, et sa fabrication, elle est principalement réalisée dans le bassin thiernois, résultat de 7 siècles d’expérience et de savoir-faire dans le domaine de la coutellerie artisanale, et dont la capitale en est toujours la ville de Thiers (Puy-de-Dôme).

Aujourd’hui encore, pour avoir un vrai couteau laguiole, il existe deux acteurs que sont, la manufacture « Laguiole Arbalète Genès David » (www.laguiole-arbalete.com), labélisée par l’Etat comme « Entreprise du Patrimoine Vivant », plus de 200 ans d’existence au compteur, et la manufacture Forge de Laguiole (www.forge-de-laguiole.com), créée elle en 1987, aboutissement d’un projet fou des élus et des acteurs économiques de la ville de Laguiole de relancer une forge digne de ce nom, également labélisée « Entreprise du Patrimoine Vivant », et dont le siège, bâtiment de verre et d’aluminium avec une lame de 18 mètres de haut, imaginée par Philippe Starck (voir le portrait français du 31 mars 2015), a pour but de rappeler le savoir-faire ancestral avec la modernité et le dynamisme d’aujourd’hui.

Et dieu sait si ce dynamisme fût de nombreuses fois malmené, en raison notamment de cette concurrence asiatique bénéficiant d’une force de frappe hors normes, obligeant les derniers vrais fabricants à se regrouper et donnant naissance à la signature « Esprit de Thiers », tout en privilégiant des critères esthétiques et de qualité, d’innovation, garant en cela d’un savoir-faire ancestral difficilement copiable.

Mais parfois, il n’y a pas besoin d’aller si loin pour trouver des empêcheurs à tourner en rond, avec cet entrepreneur français, qui en 1993 déposa la marque en France, et en 2005 en Europe, afin de commercialiser bien sûr de la coutellerie, mais aussi d’autres produits dérivés. Mais là aussi, grâce à des actions communes, et suite à une décision de la Cour de justice européenne (CJUE), la marque Laguiole pourra être utilisée à nouveau par les fabricants du territoire historique.

Leur prochain combat, que l’Etat accepte enfin que la terminaison « laguiole » soit considéré comme une véritable indication d’origine géographique, jugée trop vague aujourd’hui, ce qui laisse le champs- libre à ce genre de procédés. D’autres aux attentes similaires, l’attendent avec impatience. A suivre.

Passons maintenant à Opinel, qui vous le verrez, représente une autre facette de la coutellerie française, plus industrielle celle-ci.

Créée en 1890 par Joseph Pinel, l’entreprise familiale, basée à Chambéry en Savoie, a donc 126 ans d’existence passée, et une particularité, c’est d’avoir décliné en 12 tailles numérotées de 1 à 12, son couteau phare.

En effet, le fondateur, souhaitant satisfaire le plus grand nombre de personnes, eu l’excellente idée de fabriquer son couteau en plusieurs tailles, jamais fait dans le monde si particulier de la coutellerie, ce qui eut pour effet un succès quasi immédiat, avec en 1911 une médaille d’or l’Exposition international de Turin. Et à la différence du Laguiole, le logo, inspiré des armoiries de Saint-Jean de Maurienne, fut déposé en 1909, ainsi que la bague tournante de sécurité qui bloque la lame, appelé le « virobloc », inventée elle en 1955 par l’un des fils, Marcel Opinel.

Aujourd’hui, toujours sur ce créneau alliant la qualité et un prix imbattable, le couteau n°8 étant vendu à moins de 10 €uros, Opinel représente près de 300 références, du couteau pour les activités de plein air, en passant par ceux utilisables en cuisine, à table, mais aussi déclinées en outils pour le jardinage. On estime que depuis la création, ce sont près de 300 millions d’Opinel qui ont été vendus.

Et avec 4,5 millions de pièces produites chaque année, pour la majeur part sur place en Savoie, une innovation récurrente depuis sa création, une diversification assumée, des ventes dans près de 70 pays (45 % de son chiffre d’affaires), dont 5 % aux Etats-Unis, avec l’objectif de passer à 10 % d’ici 5 ans, l’entreprise a doublé ses ventes, passant de 10 M€ en 2009 à plus de 20 M€ en 2015. Quant aux profits, secret absolu, dû certainement à la légendaire discrétion des savoyards, que l’on dit plutôt taiseux, mais aussi le propre de toute entreprise familiale qui se respecte (lire le dossier du 12 octobre 2015).

Quant à l’avenir de ces deux pointures de la coutellerie française, il est bien évidemment axé vers une augmentation de la fabrication de produits dits de milieu et de haut de gamme, afin notamment de contrecarrer la concurrence asiatique, avec cependant quelques différences, comme le recentrage sur la qualité, son savoir-faire ancestral et son implantation régionale pour Laguiole, ou par la propension pour Opinel à renouveler chaque année sa gamme en élargissant en permanence son offre, devenant même au passage un objet fashion avec l’utilisation de couleurs comme le rose fuchsia, le vert pomme ou le mandarine.

Et pour ceux qui s’intéressent au monde du couteau en général, et qui passeraient du côté de la ville de Thiers, ne ratez-pas la 27ème édition du salon Coutellia les 20 & 21 mai prochain.

Jacques Samela

 

Sources :

. Wikipedia

. www.forge-de-laguiole.com

. www.laguiole-arbalete.com

. www.aubrac-laguiole.com

. AFP du 05 avril 2017

. Les Echos du 31 août 2015

. Capital / Juillet 2016

. Le Parisien Eco du 03 octobre 2016

 

 

 

Vus et lus dans Mag'in France n° 4 de novembre-décembre 2016, et les Echos du 31 août 2015
Vus et lus dans Mag'in France n° 4 de novembre-décembre 2016, et les Echos du 31 août 2015
Vus et lus dans Mag'in France n° 4 de novembre-décembre 2016, et les Echos du 31 août 2015
Vus et lus dans Mag'in France n° 4 de novembre-décembre 2016, et les Echos du 31 août 2015
Vus et lus dans Mag'in France n° 4 de novembre-décembre 2016, et les Echos du 31 août 2015
Vus et lus dans Mag'in France n° 4 de novembre-décembre 2016, et les Echos du 31 août 2015
Vus et lus dans Mag'in France n° 4 de novembre-décembre 2016, et les Echos du 31 août 2015
Vus et lus dans Mag'in France n° 4 de novembre-décembre 2016, et les Echos du 31 août 2015
Vus et lus dans Mag'in France n° 4 de novembre-décembre 2016, et les Echos du 31 août 2015

Vus et lus dans Mag'in France n° 4 de novembre-décembre 2016, et les Echos du 31 août 2015

Publié dans L'entreprise du mois

Partager cet article
Repost0

Agir pour ne pas subir

Publié le par Jacques SAMELA.

Agir pour ne pas subir

A nouveau président, nouvelle rubrique.

En effet, prenant modèle sur les « Think Tanks », cette nouvelle rubrique s’appellera « Ma boîte à penser », et comme son nom l’indique, elle aura pour but de recueillir mes idées, mes souhaits, mes réactions, etc…

Mais au fait, savez-vous ce qu’est un « Think tank » ?

Alors, d’après ce que j’ai pu en lire, ce sont souvent des organisations de droit privé, indépendantes, réunissant des experts, vouées à la recherche d’idées et de solutions relatives au bien commun, mais sans participer à un pouvoir politique.

Mais, n’étant ni une organisation de droit privé, n’étant pas accompagné d’experts, et non affilié à un parti politique, c’est donc en toute indépendance que je souhaite malgré tout interpeller quiconque me lira sur des sujets d’actualités, d’être à mon niveau force de propositions, sans attendre d’éventuels appels du pied, car au sortir de cette élection présidentielle, un constat (le mien), notre duplicité.

En effet, nous nous plaignons (les français) du manque de considération de nos élites, et en même temps, nous sommes en attente de leurs décisions. Que faire alors ?

Eh bien, sans vouloir révolutionner quoi que ce soit, je compte par ce biais intervenir quand cela me semblera opportun de le faire (mon côté indépendant), réagissant à des informations glanées de-ci de-là.

Et donc, pour commencer l’activité de mon « Think Tank » personnel, je souhaiterai aujourd’hui mettre l’accent sur ces régions de France (voir les chiffres du premier tour de l’élection présidentielle), autrefois bassins de l’industrie française, ayant amplement participé à la reconstruction de la France d’après-guerre, et aujourd’hui fiefs d’un vote protestataire, désenchanté, par manque notamment d’une visibilité de leur avenir, ainsi que celui de leurs enfants.

Donc, en réinventant les plans quinquennaux de l’époque (jusqu’en 2005 en France), je pense qu’il serait de bon ton pour les cinq ans à venir, de trouver des solutions afin de revitaliser ces territoires en les rendant attractifs à des investisseurs français et étrangers, susceptibles d’apporter des réponses au manque de travail, tout en créant l’élan nécessaire pour que celles-ci retrouvent enfin une deuxième jeunesse, oubliant leurs splendeurs d’antan, pour rêver à celles plus radieuses de demain, l’exemple d’Euratechnologies (www.euratechnologies.com) dans les hauts de France en est un exemple significatif (voir ci-dessous).

Alors, pour les mesures, il faudrait bien évidemment faire intervenir l’ensemble des acteurs de ces régions avec l’aide de l’Etat, mais sans pour autant occulter les souhaits des habitants, afin qu’ils puissent enfin prendre à bras le corps ces projets, et participer pleinement à l’élaboration de leur vie future.

Et comme elles sont limitrophes de pays comme la Belgique, l’Allemagne, partenaires de longues dates, il faudrait que l’Union Européenne puisse également y participer en concertation avec l’Etat français, en facilitant les échanges, les idées, en initiant des projets transfrontaliers communs, appuyés en cela par la Banque Européenne d’Investissement (BEI), déjà à l’œuvre heureusement.

Donc, voici pour cette nouvelle rubrique, qui je l’espère vous interpellera, voire vous poussera même à y intervenir, ou à agir de votre côté.

Jacques Samela

Vu et lu dans Les Echos du 18 mars 2016, et du 28 février 2017
Vu et lu dans Les Echos du 18 mars 2016, et du 28 février 2017
Vu et lu dans Les Echos du 18 mars 2016, et du 28 février 2017

Vu et lu dans Les Echos du 18 mars 2016, et du 28 février 2017

Partager cet article
Repost0