Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'aime - J'aime pas

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans le Parisien Weekend n°22 745 du 20 octobre 2017, Le Monde du 28 octobre 2017, Géo, Les Echos du 26 octobre 2017, Télérama n° 3523 du 19 juillet 2017, Le Monde du 26 octobre 2017
Vus et lus dans le Parisien Weekend n°22 745 du 20 octobre 2017, Le Monde du 28 octobre 2017, Géo, Les Echos du 26 octobre 2017, Télérama n° 3523 du 19 juillet 2017, Le Monde du 26 octobre 2017
Vus et lus dans le Parisien Weekend n°22 745 du 20 octobre 2017, Le Monde du 28 octobre 2017, Géo, Les Echos du 26 octobre 2017, Télérama n° 3523 du 19 juillet 2017, Le Monde du 26 octobre 2017
Vus et lus dans le Parisien Weekend n°22 745 du 20 octobre 2017, Le Monde du 28 octobre 2017, Géo, Les Echos du 26 octobre 2017, Télérama n° 3523 du 19 juillet 2017, Le Monde du 26 octobre 2017
Vus et lus dans le Parisien Weekend n°22 745 du 20 octobre 2017, Le Monde du 28 octobre 2017, Géo, Les Echos du 26 octobre 2017, Télérama n° 3523 du 19 juillet 2017, Le Monde du 26 octobre 2017
Vus et lus dans le Parisien Weekend n°22 745 du 20 octobre 2017, Le Monde du 28 octobre 2017, Géo, Les Echos du 26 octobre 2017, Télérama n° 3523 du 19 juillet 2017, Le Monde du 26 octobre 2017
Vus et lus dans le Parisien Weekend n°22 745 du 20 octobre 2017, Le Monde du 28 octobre 2017, Géo, Les Echos du 26 octobre 2017, Télérama n° 3523 du 19 juillet 2017, Le Monde du 26 octobre 2017

Vus et lus dans le Parisien Weekend n°22 745 du 20 octobre 2017, Le Monde du 28 octobre 2017, Géo, Les Echos du 26 octobre 2017, Télérama n° 3523 du 19 juillet 2017, Le Monde du 26 octobre 2017

Vus et lus dans Les Echos du 28 septembre 2017 et du 11 octobre 2017, et Le Monde du 18 octobre 2017
Vus et lus dans Les Echos du 28 septembre 2017 et du 11 octobre 2017, et Le Monde du 18 octobre 2017
Vus et lus dans Les Echos du 28 septembre 2017 et du 11 octobre 2017, et Le Monde du 18 octobre 2017
Vus et lus dans Les Echos du 28 septembre 2017 et du 11 octobre 2017, et Le Monde du 18 octobre 2017

Vus et lus dans Les Echos du 28 septembre 2017 et du 11 octobre 2017, et Le Monde du 18 octobre 2017

Publié dans J'aime - J'aime pas

Partager cet article
Repost0

La filière bio, à la croisée des champs et des chemins

Publié le par Jacques SAMELA.

Vu et lu dans Télérama n° 3524 du 26 juillet 2017
Vu et lu dans Télérama n° 3524 du 26 juillet 2017

Vu et lu dans Télérama n° 3524 du 26 juillet 2017

Alors que vient de s’achever ce qui semble être le salon bio par excellence en France, Natexpo (www.natexpo.com), et dans le cadre des Etats Généraux de l’Alimentation (www.egalimentation.gouv.fr), une petite incursion dans la filière bio en France me paraît aujourd’hui justifiée.

En effet, avec une progression d’un demi-milliard d’Euros au premier semestre 2017, portant ce marché à 7,5 milliards d’Euros, la filière en question semble avoir définitivement dépassé son image baba cool qui lui collait aux basques, devenue entre-temps la passion des bobos, et aujourd’hui la nouvelle marotte de neuf français sur dix, achetant désormais des produits bio, alors qu’en 2003, un français sur deux n’en consommait jamais.

Représentant déjà 3,5 % du marché alimentaire à domicile, ayant été multiplié par sept en l’espace de quinze ans, le désir de produits bio semble encore loin d’une préoccupation environnementale des français, privilégiant plutôt leur santé, estimant même se sentir en meilleure forme quand ils mangent régulièrement du bio, auquel il faut ajouter la peur des pesticides, des OGM, sans omettre également les différents crises alimentaires que furent la vache folle dans les années 1990, celle des concombres infectée de la bactérie E.coli en Allemagne, et plus récemment, celle de la viande de cheval retrouvée dans des plats préparés, même si au final, nous mangeons plus sainement que nos grands-parents.

Et comme aujourd’hui il y a aussi un souhait de retrouver des saveurs dites d’antan, l’engouement général pour cette filière n’en n’est certainement qu’à ses débuts, obligeant en cela la filière agro-alimentaire dans son ensemble à se renouveler, afin d’offrir en quantité suffisante les denrées alimentaires souhaitées, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

En effet, vu la constante augmentation de la demande, et ce que ce soit dans les magasins spécialisés, ou les grandes surfaces (42 % du marché), les 35 231 producteurs bio, représentant 8 % des fermes françaises, 6,5 % des sols cultivés (1,77 million d’hectares), et 118 000 emplois (producteurs et transformateurs), vont devoir produire à flux tendu, avant d’être rejoint par d’autres, car le passage de la production conventionnelle à la production bio se déroulant sur trois ans, assorti d’une aide à la conversion (250 € à l’hectare), ainsi que d’une autre aide au maintien pendant cinq ans, avec pour celle-ci, une remise en cause récente de la part du gouvernement actuel, souhaitant dès 2018, recentrer les budgets disponibles vers les aides à la conversion, suivant en cela le syndicat agricole FNSEA et la direction de Coop de France, l’organe représentatif de la coopération agricole française, estimant que le marché doit rémunérer la filière bio.

Bien évidemment, la Fédération nationale de l’agriculture biologique (FNAB) n’est pas satisfaite de cette nouvelle donne, alors qu’elle affirmait récemment vouloir atteindre un objectif de 8 % des surfaces  agricoles utiles en bio d’ici 2020, espérant devenir le premier pays bio d’Europe en 2022, assorti d’un plan spécifique à cette filière sur cinq ans, avec par exemple, atteindre 20 % de bio dans les cantine scolaires, orienter 1 % du montant des encours du livret de développement durable vers le bio, ou encore doubler le fonds Avenir Bio.

 Du côté du gouvernement, toujours dans le cadre des états généraux de l’alimentation, et à cœur de trouver des solutions autres, une suggestion a été proposée quant à la mise en place d’un fonds privé afin de financer des projets de développement et de structuration des filières bio. Je ne sais si cela suffira à rassurer la filière bio quant à la volonté aujourd’hui d’aller plus loin dans sa pérennisation ?

Car en ce qui concerne les consommateurs, ils sont vraiment passés de l’achat compulsif à l’achat habituel, ce qui commence à poser des problèmes de pénurie quant à l’approvisionnement de produits français, obligeant de trouver à l’étranger les denrées manquantes, s’éloignant en cela des désirs de ces mêmes consomm’acteurs quant à leur idée de privilégier une offre de proximité, de consommer local, favorisant les circuits courts par le biais des AMAP (associations pour le maintien d’une agriculture paysanne), ou les magasins de producteurs.

Donc, il serait de bon ton que l’ensemble des intervenants sur ce sujet puissent trouver des pistes pour l’avenir, avant que cet engouement vers le bio ne vire au désamour, parce qu’il deviendrait difficile de trouver suffisamment des aliments bio de qualité et de provenance hexagonale, avec comme conséquence, des prix toujours élevés, empêchant une part non négligeable de la population française, la moins argentée, de bénéficier de ces produits, et donc de manger plus sainement.

Evitons donc une nouvelle fracture sociale, et faisons en sorte que chacun puisse choisir les produits qu’il souhaite consommer, en fonction de ses désirs et non en fonction de l’importance de son porte-monnaie.

Jacques Samela

competitiviteinfrance@orange.fr

 

 Sources :

. Capital n° 308 de mai 2017

. Les Echos du 14/06/17 et du 18/09/17

. Le Monde du 16 et du 23/09/17

. 20minutes du 29/06/17

 

Quelques acteurs :

. www.fnab.com

. www.agencebio.org

. www.bioetlocal.org

 

Où acheter :

. www.naturalia.fr

. www.bio-c-bon.fr

. www.biocoop.fr

. www.lescomptoirsdelabio.fr

. www.lavieclaire.com

 

 

 

 

Vus et lus dans 20minutes du 24 mai 2017, Gala n° 1258 du 19 juillet 2017, Les Echos du 22 et du 27 février 2017, et du 02 juin 2017, Le Parisien du 29 mai 2017, l'Usine Nouvelle n° 3490 du 13 novembre 2016, Pleine Vie de mai 2017
Vus et lus dans 20minutes du 24 mai 2017, Gala n° 1258 du 19 juillet 2017, Les Echos du 22 et du 27 février 2017, et du 02 juin 2017, Le Parisien du 29 mai 2017, l'Usine Nouvelle n° 3490 du 13 novembre 2016, Pleine Vie de mai 2017
Vus et lus dans 20minutes du 24 mai 2017, Gala n° 1258 du 19 juillet 2017, Les Echos du 22 et du 27 février 2017, et du 02 juin 2017, Le Parisien du 29 mai 2017, l'Usine Nouvelle n° 3490 du 13 novembre 2016, Pleine Vie de mai 2017
Vus et lus dans 20minutes du 24 mai 2017, Gala n° 1258 du 19 juillet 2017, Les Echos du 22 et du 27 février 2017, et du 02 juin 2017, Le Parisien du 29 mai 2017, l'Usine Nouvelle n° 3490 du 13 novembre 2016, Pleine Vie de mai 2017
Vus et lus dans 20minutes du 24 mai 2017, Gala n° 1258 du 19 juillet 2017, Les Echos du 22 et du 27 février 2017, et du 02 juin 2017, Le Parisien du 29 mai 2017, l'Usine Nouvelle n° 3490 du 13 novembre 2016, Pleine Vie de mai 2017

Vus et lus dans 20minutes du 24 mai 2017, Gala n° 1258 du 19 juillet 2017, Les Echos du 22 et du 27 février 2017, et du 02 juin 2017, Le Parisien du 29 mai 2017, l'Usine Nouvelle n° 3490 du 13 novembre 2016, Pleine Vie de mai 2017

Vus et lus dans Les Echos du 20 juin 2017, et Express Hebdo (Carrefour) du 25 mars 2017
Vus et lus dans Les Echos du 20 juin 2017, et Express Hebdo (Carrefour) du 25 mars 2017
Vus et lus dans Les Echos du 20 juin 2017, et Express Hebdo (Carrefour) du 25 mars 2017

Vus et lus dans Les Echos du 20 juin 2017, et Express Hebdo (Carrefour) du 25 mars 2017

Vu et lu dans Les Echos Weekend
Vu et lu dans Les Echos Weekend
Vu et lu dans Les Echos Weekend

Vu et lu dans Les Echos Weekend

Vus et lus dans Les Echos 25 août 2017 et du 09  octobre 2017
Vus et lus dans Les Echos 25 août 2017 et du 09  octobre 2017

Vus et lus dans Les Echos 25 août 2017 et du 09 octobre 2017

Publié dans Les dossiers

Partager cet article
Repost0

Criteo, Quantum, Sigfox, OVH (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Vu et lu dans Les Echos du 11 octobre 2017
Vu et lu dans Les Echos du 11 octobre 2017

Vu et lu dans Les Echos du 11 octobre 2017

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire l'article du 19 novembre 2013 intitulé : Criteo : Le rêve américain.

Vu et lu dans Industrie & Technologies n° 1001 de septembre 2017
Vu et lu dans Industrie & Technologies n° 1001 de septembre 2017

Vu et lu dans Industrie & Technologies n° 1001 de septembre 2017

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire l'article du 02 janvier 2013 consacré à la société Medtech.

Vus et lus dans Enova n° 18 de septembre 2017, et Les Echos du 27 septembre 2017 et du 06 octobre 2017
Vus et lus dans Enova n° 18 de septembre 2017, et Les Echos du 27 septembre 2017 et du 06 octobre 2017
Vus et lus dans Enova n° 18 de septembre 2017, et Les Echos du 27 septembre 2017 et du 06 octobre 2017

Vus et lus dans Enova n° 18 de septembre 2017, et Les Echos du 27 septembre 2017 et du 06 octobre 2017

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire l'article du 24 mars 2015 intitulé : Sigfox, l'envol du papillon.

 

. Pour plus d'information, n'hésitez-pas à lire ou relire l'article du 05 octobre 2013 intitulé : OVH, une réussite française.

Partager cet article
Repost0

Crowdfunding, Fintech (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans Les Echos du 21 juin 2017, et du 20 septembre 2017, et Le Monde du 20 septembre 2017
Vus et lus dans Les Echos du 21 juin 2017, et du 20 septembre 2017, et Le Monde du 20 septembre 2017
Vus et lus dans Les Echos du 21 juin 2017, et du 20 septembre 2017, et Le Monde du 20 septembre 2017

Vus et lus dans Les Echos du 21 juin 2017, et du 20 septembre 2017, et Le Monde du 20 septembre 2017

Un incubateur de startups Fintech à La Défense pour rivaliser avec Londres Par Delphine Cuny /  22/10/2017 /  La Tribune 


Une trentaine de jeunes pousses de la finance et l’assurance seront hébergées au Swave, à la Grande Arche dans cette structure animée par l’agence de développement économique Paris&Co et financée par des partenaires, en premier lieu la Société Générale.

A l'heure du Brexit, le quartier de La Défense se rêve en capitale de la Fintech, ces startups qui réinventent la finance par la technologie. L'agence de développement économique Paris&Co a lancé ce vendredi l'appel à candidatures de son nouvel incubateur consacré à la Fintech et l'Insurtech (assurance), le Swave, qui ouvrira ses portes en décembre à la Grande Arche.

Une trentaine de startups seront hébergées dans ce lieu de 2.500 m2 qui occupera deux étages pleins. Ce sont les services de l'Etat, plus particulièrement ceux du préfet des Hauts-de-Seine, qui sont à l'origine de l'initiative, destinée à faire de « La Défense une alternative crédible, en termes d'attractivité et d'écosystème, aux meilleurs incubateurs européens. » Ils ont convaincu la Société Générale, dont le siège est à quelques mètres de la Grande Arche, de devenir le premier partenaire.

D'autres acteurs, le gérant d'actifs New Alpha AM (filiale de La Française), le Crédit Municipal de Paris et le cabinet Exton Consulting, se sont associés au projet qui a vocation à s'ouvrir à d'autres.

Parmi les pressentis : l'opérateur de marchés Euronext, l'assureur Axa, l'université Dauphine ou l'Inria. L'institut Louis Bachelier est un partenaire côté recherche, l'association professionnelle France Fintech, l'organisation de lobbying de la place Paris Europlace, l'initiative Finance for Tomorrow et le pôle de compétitivité Finance Innovation sont aussi partenaires.

« La Défense est le centre historique de la banque et la finance, nous voulons lui donner la capacité de devenir le centre international de la finance de demain, et ainsi stimuler l'attractivité du territoire et la création d'emplois », a déclaré la sous-préfète des Hauts-de-Seine, Isabelle Herrero, lors de la présentation à la presse vendredi.

Pas un incubateur de la Soc Gen

Un proche du dossier explique que le projet est né d'une volonté de rendre plus utile la convention de revitalisation économique signée par la Société Générale à la suite de plusieurs plans de sauvegarde de l'emploi. « C'est un projet co-construit par l'Etat, la préfecture des Hauts de Seine et la Société Générale », confirme une autre source. L'investissement pour la banque serait de 1 à 2 millions d'euros.

 « Ce n'est pas un incubateur propriétaire » a insisté Didier Valet, le directeur général délégué de la Société Générale, lors de la conférence de présentation vendredi.

La banque de La Défense a ouvert un espace d'open innovation, Le Plateau, où elle héberge des startups (surtout internes) au sein de son technopôle Les Dunes, à Val-de-Fontenay. La BNP a ouvert deux lieux d'accélération WAI, à Paris centre et à Massy-Saclay, et va ouvrir à Station F un accélérateur Fintech et Insurtech avec le spécialiste californien Plug and Play. Le Crédit Agricole a ouvert une demi-douzaine de pépinières de startups "Le Village by CA", où se trouvent des Fintech mais pas que.

 

Les autres partenaires du Swave paient un ticket de 50.000 euros. Ils devraient être une douzaine. L'incubateur aura un budget de fonctionnement annuel (avec son équipe de quatre personnes et un loyer à prix cassé accordé par le propriétaire Axa) de l'ordre d'un million d'euros et devra s'autofinancer d'ici deux ans par des ressources majoritairement privées, les contributions des grands groupes et les loyers, modérés, des jeunes entreprises incubées.

Néobanque, IA, Blockchain et finance verte

Le Swave accueillera des Fintech spécialisées dans quatre domaines : la "néo-finance" (les nouveaux modèles et nouveaux usages dans la banque et l'assurance, les paiements, le transfert d'argent, le crédit, etc), la cybersécurité (lutte contre le piratage de données, l'identification des clients, le cryptage des données, les crypto-monnaies et les applications de la technologie Blockchain), l'intelligence artificielle et le machine learning (big data, internet des objets, robot-conseiller) et la finance de demain, aussi bien la finance verte et durable que solidaire (inclusion financière).

Le recrutement sera ouvert à des jeunes entreprises internationales, notamment européennes, plutôt en amorçage mais aussi un peu plus matures. L'idée est bien sûr de profiter du Brexit pour attirer des talents qui avaient plutôt tendance à se tourner vers la capitale du Royaume-Uni, l'un des principaux hubs mondiaux de la Fintech avec Singapour. Les promoteurs du Swave soulignent que:

« l'innovation dans les services financiers reste plus limitée en France qu'au Royaume-Uni. Cela explique que de nombreuses Fintech se soient expatriées à Londres, notamment, pour bénéficier d'un écosystème plus favorable à l'innovation.  »

Un candidat est déjà sur les rangs, Benoît Guilleminot, docteur en mathématiques financières et fondateur de la startup Smile Investment Solutions, du conseil en investissement automatisé. Il a confié son souhait de bénéficier « de superbes locaux, de l'accompagnement qui fait gagner du temps » sans cacher « un intérêt business évident de travailler avec d'autres startups incubées et de nouer des collaborations avec de grands groupes. »

 

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 25 juillet 2014, intitulé : Le crowdfunding : Une chance pour nos entreprises ?

 

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 29 janvier 2016, intitulé : FinTech, de la confrontation à la complémentarité.

Partager cet article
Repost0

EdTech (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans Capital n° 15 de septembre 2017, et HDS Mag de Sept / Oct 2017, 20minutes, et Le Monde
Vus et lus dans Capital n° 15 de septembre 2017, et HDS Mag de Sept / Oct 2017, 20minutes, et Le Monde
Vus et lus dans Capital n° 15 de septembre 2017, et HDS Mag de Sept / Oct 2017, 20minutes, et Le Monde
Vus et lus dans Capital n° 15 de septembre 2017, et HDS Mag de Sept / Oct 2017, 20minutes, et Le Monde
Vus et lus dans Capital n° 15 de septembre 2017, et HDS Mag de Sept / Oct 2017, 20minutes, et Le Monde
Vus et lus dans Capital n° 15 de septembre 2017, et HDS Mag de Sept / Oct 2017, 20minutes, et Le Monde
Vus et lus dans Capital n° 15 de septembre 2017, et HDS Mag de Sept / Oct 2017, 20minutes, et Le Monde

Vus et lus dans Capital n° 15 de septembre 2017, et HDS Mag de Sept / Oct 2017, 20minutes, et Le Monde

Vus et lus dans Les Echos du 07 octobre 2017
Vus et lus dans Les Echos du 07 octobre 2017

Vus et lus dans Les Echos du 07 octobre 2017

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire l'article du 04 septembre 2017, intitulé : EdTech, déjà demain.

Partager cet article
Repost0

L'Europe (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans Le Monde du 21 et du 24, aout 2017, et du 06 et du 21 septembre 2017, 20minutes du 06 octobre 2017,
Vus et lus dans Le Monde du 21 et du 24, aout 2017, et du 06 et du 21 septembre 2017, 20minutes du 06 octobre 2017,
Vus et lus dans Le Monde du 21 et du 24, aout 2017, et du 06 et du 21 septembre 2017, 20minutes du 06 octobre 2017,
Vus et lus dans Le Monde du 21 et du 24, aout 2017, et du 06 et du 21 septembre 2017, 20minutes du 06 octobre 2017,
Vus et lus dans Le Monde du 21 et du 24, aout 2017, et du 06 et du 21 septembre 2017, 20minutes du 06 octobre 2017,
Vus et lus dans Le Monde du 21 et du 24, aout 2017, et du 06 et du 21 septembre 2017, 20minutes du 06 octobre 2017,

Vus et lus dans Le Monde du 21 et du 24, aout 2017, et du 06 et du 21 septembre 2017, 20minutes du 06 octobre 2017,

Vus et lus dans Les Echos du 22 et du 26 août 2017, et Le Monde du 20 septembre 2017
Vus et lus dans Les Echos du 22 et du 26 août 2017, et Le Monde du 20 septembre 2017
Vus et lus dans Les Echos du 22 et du 26 août 2017, et Le Monde du 20 septembre 2017
Vus et lus dans Les Echos du 22 et du 26 août 2017, et Le Monde du 20 septembre 2017

Vus et lus dans Les Echos du 22 et du 26 août 2017, et Le Monde du 20 septembre 2017

Vus et lus dans Les Echos du 22 août 2017 et du 02 octobre 2017, Le Monde du 27 septembre 2017
Vus et lus dans Les Echos du 22 août 2017 et du 02 octobre 2017, Le Monde du 27 septembre 2017
Vus et lus dans Les Echos du 22 août 2017 et du 02 octobre 2017, Le Monde du 27 septembre 2017

Vus et lus dans Les Echos du 22 août 2017 et du 02 octobre 2017, Le Monde du 27 septembre 2017

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 06 au 09 mars 2017, intitulé : L'Union Européenne, ma petite histoire.

Partager cet article
Repost0

Septembre 2017

Publié le par Jacques SAMELA.

Septembre 2017
Septembre 2017

A BORD. Brittany Ferries et le CEA Tech (www.cea-tech.fr) ont signé un accord de coopération en R&D pour étudier l’intégration de systèmes hybrides de production énergétique sur un navire (solaire, batteries, éolien), et sur l’amélioration du service Wifi à bord des navires.

Enova n° 18 de septembre 2017

 

PALMARES. Parmi les cinquante établissements supérieurs les mieux classés en mathématique dans le classement organisé par le cabinet chinois Shangai Ranking Consultancy, l’Université Pierre et Marie-Curie se positionne à la 3ème place, et l’Université Paris-Sud à la 5ème place.

Ca m’intéresse de septembre 2017

 

SUCCES. Le concepteur, fabricant et intégrateur d’équipements hydrogène, Mcphy (www.mcphy.com) vient de livrer à son client chinois Jiantou Yanshan Wind Energy des équipements de production d’hydrogène pour une application de power-to-gas, et deux générateurs  pour équiper les systèmes de refroidissement des alternateurs d’une centrale  thermique au Liban.

La lettre de l’AEPI de septembre 2017

 

PARTENARIAT. Le groupe Gemalto (www.gemalto.com) accélère l’adoption de IoT et l’innovation au Japon, en s’alliant avec l’opérateur du réseau mobile japonais SoftBank Corp, afin de mettre en place des services de connectivité IoT machine to machine pour les particuliers et les industriels.

Electronique-eci de septembre 2017

 

PROFITS. Les acteurs français du CAC 40 dégagent plus de 50 milliards de profits au 1er semestre 2017, en hausse de 23,55 %.

Les Echos du 02 septembre 2017

 

EN PLUS. United Airline va acheter 10 airbus A350 en plus de sa commande initiale, qui était de 35 unités.

EXTENSION. Le groupe Massey Ferguson (www.masseyferguson.com), fabricant de tracteurs, acquiert un nouveau terrain de 8 ha et 30 000 m2, afin d’agrandir son usine de Beauvais (Oise).

CHAMPIONS. La France compte parmi les pays où la pénétration de l’électricité dans la mobilité est la plus élevée au monde, en arrivant au 4ème rang du nombre de km parcourus (2,6 millions de km) grâce à des véhicules hybrides rechargeables, ou dotés de piles à combustible. La Chine est la première avec 22,5 millions de km parcourus, suivi des Etats-Unis avec 9 millions de km, et la Norvège avec 2,8 millions de km.

Les Echos du 07 septembre 2017

 

EXPORTATIONS. Porté par l’animation (+ 48,1 %) et la fiction (+ 20,8 %), les ventes de l’audiovisuel made in France ont progressé de 15 % en 2016, atteignant un chiffre d’affaires de 189 millions d’Euros, contre 164 en 2015.

Le Monde du 11 septembre 2017

 

PROGRAMME. L’Agence spatiale européenne (ESA) vient de confier à Airbus la réalisation d’un démonstrateur du futur programme européen de communications gouvernementales par satellites(GOVSATCOM), visant à fournir aux pays, organismes et opérateurs d’importance vitale européens des services sécurisés de communication par satellite.

VIPress.net du 11 septembre 2017

 

OPTIMISME. Celui des employeurs français, en atteignant son plus haut niveau depuis 2015, à + 4 % pour le 4ème trimestre 2017.

Le Figaro du 12 septembre 2017

 

CREATIONS. L’économie française a créé 81 400 emplois en net au 2ème trimestre 2017, soit + 0,3 %, et sur un an, 303 500 emplois.

Les Echos du 13 septembre 2017

 

EMBELLIE. L’industrie nautique française est au beau fixe avec une hausse des ventes de bateaux neufs dans l’Hexagone, soit une progression de 2,9 %, et une production pour l’export porté à 75 % de la construction de bateaux.

Le Monde du 13 septembre 2017

 

CHOIX. Celui du programme européen Horizon 2020 vers onze projets du CEA retenus pour la thématique « technologies de l’information et de la communication », accompagnés par une subvention de près de 10,5 millions d’Euros.

VIPress.net du 13 septembre 2017

 

 FUTUR. 1er contrat pour le futur lanceur Ariane 6, opérationnel en 2020, et dont le lancement concernera  quatre nouveaux satellites de la constellation européenne Galileo.

AFP du 15 septembre 2017

 

CROISSANCE. Celle retrouvée par les voyagistes français, avec une hausse du trafic quasi généralisé, soit une première depuis 2011.

Les Echos du 26 septembre 2017

 

INVESTISSEMENTS. Grand plan gouvernemental de 57 milliards d’Euros sur la durée du quinquennat, dont 4,6 milliards d’Euros pour améliorer la compétitivité des entreprises.

VIPress.net du 26 septembre 2017

 

 

 

 

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0

Glowee (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Glowee (suite)

Chers Vous,

Je sais que c'est un peu court, mais si le sujet sur la bioluminescence vous interpelle, et que vous êtes sur Paname aujourd'hui, vous pouvez dans le cadre de la fête des vendanges, vous rendre à La Recyclerie (www.larecyclerie.com) ce soir entre 18 h 30 H et 20 H pour une rencontre entièrement dédiée à ce sujet, avec comme interlocuteur, la société française Glowee (www.glowee.fr), présenté dans ma rubrique "L'entreprise du mois" du 23 mars 2017, sous le titre, Glowee, et la lumière (bioluminescente) fût.

Partager cet article
Repost0

La maison Poilâne, pétrie de talent

Publié le par Jacques SAMELA.

La maison Poilâne, pétrie de talent

Je ne sais vous, mais moi si il y a un aliment que j’apprécie au plus haut point, c’est bien le pain. Et tout particulièrement le pain Poilâne, avec sa forme et son goût à l’ancienne.

Donc, c’est en alliant mon plaisir, l’actualité avec la semaine du goût (www.legout.com), et bien sur une des images forte de la France (le pain sous toutes ses formes), que je vais vous compter son histoire, passée et actuelle.

Et donc, ce qui deviendra une affaire familiale, j’y reviendrai, commence au début des années 30 avec Pierre-Léon Poilâne, qui créa sa première boulangerie au 08 rue du Cherche Midi à Paris, avec dès le début la vente du désormais célèbre pain Poilâne, dont sa caractéristique est d’être un pain au levain* élaboré avec une farine de blé moulue à la meule de pierre, du sel de Guérande, et surtout d’être cuit au feu de bois, permettant une cuisson plus en profondeur que les fours électriques.

Au sortir de la 2ème guerre mondiale, malgré la demande pressante des français pour des pains à la mie blanche, synonyme de changement, voire d’ascension sociale après les restrictions alimentaires dues à cette période plus qu’agitée, il continue à proposer son pain à l’ancienne, avec comme conséquence, son exclusion des instances professionnelles de la boulangerie.

Quand on voit le succès de son pain aujourd’hui, mais aussi des divers pains à consonance ancienne, on peut considérer qu’il avait raison d’insister.

Et ce n’est pas l’un de ses fils, Lionel, décédé en 2002, qui dirait le contraire.

Petit dernier d’une fratrie de trois, formé très tôt avec son frère Max au monde de la boulange, il consolidera la maison Poilâne (www.poilane.com) au-delà des espérances de son père, avec une reconnaissance internationale non démentie encore aujourd’hui.

Considéré comme artiste, visionnaire, bouillonnant d’idées originales, ne se séparant jamais de son nœud papillon, il sut garder ce qui fit le succès de son père, en y alliant une organisation digne d’une entreprise, avec notamment le développement d’une gamme de pain (six à huit) fabriqués chaque jour, la construction d’une manufacture à Bièvres d’où sortent près de 7 000 pains par jour, en plus des 500 environs sortant eux du vieux four de la maison mère.

Reconnu grâce à la lettre P majuscule ourlé, ses pains se retrouvèrent très rapidement sur tous les continents, Japon, l’Asie du Sud-Est, les Etats-Unis, et bien évidemment en Europe, en Allemagne, et en Grande-Bretagne, où avant sa mort, il ouvrit même une filiale.

Donc, celui qui édicta une doctrine qui fit son succès, et qu’il appela la rétro-innovation, soit prendre le meilleur du passé et le meilleur du présent, disparut le 31 octobre 2002 avec sa femme, dans un accident d’hélicoptère, laissant la maison Poilâne sans son inspirateur, mais non sans héritier, ou plutôt héritière, car, avec l’accord de sa sœur cadette (Athéna), Apollonia, 18 ans, et malgré ses études d’économie et de gestion à Harvard (Boston), décida de prendre en maison l’affaire familiale.

Et aujourd’hui, avec sa sœur, elles sont à la tête d’une maison de près de 200 employés, trois boutiques à Paris en plus des 2 000 points de vente, deux en Grande-Bretagne (Londres), une en Belgique (Anvers), avoisinant chaque année 15 millions d’Euros de chiffre d’affaires.

Quant à demain, celle qui dit que le pain c’est toute sa vie, qu’elle mange pain, qu’elle dort pain, n’est pas près de s’arrêter, au contraire même, car elle compte marcher dans les pas de ses aïeuls, en gardant bien ancrée ce qui a fait leur succès, leur héritage, à tel point que la bataille que se livrait Lionel Poilâne et son frère Max au sujet de l’utilisation de la marque Poilâne, continue encore aujourd’hui d’empoisonner la famille toute entière, vu que les antagonistes campent toujours sur leurs positions.

Pour ma part, ne connaissant que ce pain ci, je ne prendrai donc pas part à cette brouille familiale, même si j'imagine que l’autre pain doit être bon, car l’air de rien, lui aussi a bénéficié du savoir-faire de son père.

Donc, n’hésitez-pas à vous faire vous-même votre idée, à me faire part des différences, si il y en a, mais surtout, n’hésitez-pas à vous rendre dans la boutique historique, comme le font de nombreux touristes, où vous pourrez voir le lustre en pain, confectionné pour la chambre à coucher de l’artiste espagnol Salvador Dali, ainsi que les 2 000 ouvrages, gravures et cartes postales sur l’art de la boulangerie, dont on dit qu’ils pourraient être à l’origine d’un future musée de la boulangerie française.

A voir donc, mais surtout à déguster. Le pain bien évidemment.

 

*Pain au levain : Utilisation d’un morceau de pâte de la fournée précédente qui sert à ensemencer la fournée suivante.

 

Jacques Samela

 

Sources :

. www.poilane.com      

. Wikipedia

. Le Figaro du 21/04/08

. Courrier international du 03/01/13

. Le nouvel économiste du 09/10/15

. La Croix du 27/07/16

. https://www.pluris.fr/com/?p=2&conid=755

 

Vu et lu dans La Croix du 27 juillet 2016
Vu et lu dans La Croix du 27 juillet 2016
Vu et lu dans La Croix du 27 juillet 2016
Vu et lu dans La Croix du 27 juillet 2016

Vu et lu dans La Croix du 27 juillet 2016

Publié dans L'entreprise du mois

Partager cet article
Repost0

Besson, Niel, Starck (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans Les cinémas Gaumont et Pathé, Les Echos du 17 août 2017, et du 28 septembre 2017, et Le Monde du 25 août 2017 et du 07 septembre 2017
Vus et lus dans Les cinémas Gaumont et Pathé, Les Echos du 17 août 2017, et du 28 septembre 2017, et Le Monde du 25 août 2017 et du 07 septembre 2017
Vus et lus dans Les cinémas Gaumont et Pathé, Les Echos du 17 août 2017, et du 28 septembre 2017, et Le Monde du 25 août 2017 et du 07 septembre 2017
Vus et lus dans Les cinémas Gaumont et Pathé, Les Echos du 17 août 2017, et du 28 septembre 2017, et Le Monde du 25 août 2017 et du 07 septembre 2017
Vus et lus dans Les cinémas Gaumont et Pathé, Les Echos du 17 août 2017, et du 28 septembre 2017, et Le Monde du 25 août 2017 et du 07 septembre 2017
Vus et lus dans Les cinémas Gaumont et Pathé, Les Echos du 17 août 2017, et du 28 septembre 2017, et Le Monde du 25 août 2017 et du 07 septembre 2017
Vus et lus dans Les cinémas Gaumont et Pathé, Les Echos du 17 août 2017, et du 28 septembre 2017, et Le Monde du 25 août 2017 et du 07 septembre 2017

Vus et lus dans Les cinémas Gaumont et Pathé, Les Echos du 17 août 2017, et du 28 septembre 2017, et Le Monde du 25 août 2017 et du 07 septembre 2017

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le portrait français du 29/09/15, intitulé : Luc Besson : Attention, silence, action.

 

 

Vu et lu dans Les Echos du 27 septembre 2017

Vu et lu dans Les Echos du 27 septembre 2017

. A lire : Xavier Niel face aux entrepreneurs http://www.kiosque.leparisien.fr/economie/index.html

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le portrait français du 25/09/17, intitulé : Xavier Niel, l'oncle d'Amérique de la French Tech.

Vu et lu dans Les Echos du 20 septembre 2017

Vu et lu dans Les Echos du 20 septembre 2017

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le portrait français du 31/03/15, intitulé : Philippe Starck, le touche à tout du design français

Partager cet article
Repost0