Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La France gagne

Publié le par Jacques SAMELA.

La France gagne
La France gagne

Ne gâchons rien

Partager cet article
Repost0

Ma France, etc…

Publié le par Jacques SAMELA.

Ma France, etc…
Ma France, etc…

Depuis près de 10 ans, en réponse au « French Basching » permanent et insidieux de l’époque, je tente à travers mon blog de démontrer que la France n’est pas ce pays que d’aucuns dépeignent en déclin, une récurrence depuis le début du 20ème siècle, en perte de vitesse et d’influence face une mondialisation galopante il est vrai, occasionnant de ci de là ce que j’appellerai moi une « mondialophobie » primaire, et sans oublier, même si de moins en moins, la sensation, erronée selon moi, de perdre sa souveraineté nationale au profit d’une Europe pourtant de plus en plus à même de représenter non pas une mais 27 souverainetés, au profit donc d’une plus grande aujourd’hui, européenne donc, capable demain de répondre aux exigences d’un monde en plein changement, devenant chaque jour de plus en plus dur, violent, interchangeable.

L’exemple de la Grande-Bretagne n’en est que plus flagrant, se retrouvant aujourd’hui un peu esseulée et sans réel pouvoir de décision face à la crise ukrainienne, obligée de suivre, en retrait, les décisions de l’UE, qui là, a su répondre avec force à l’attaque non justifiée de la Russie. N’oublions pas non plus sa réponse forte face à la crise sanitaire.

Donc, celles et ceux qui pensent que la France, seule, peut à nouveau retrouver son rang du 19ème siècle, se trompent fortement.

Et pourtant, malgré ce qui se passe autour de nous, ils sont encore nombreux à le penser, n’écoutant manifestement que ceux qui leur affirment que se retrancher sur soit même, ne peut qu’être bénéfique pour la France de demain. Le pensent t’ils vraiment, ou est-ce juste à des fins électorales, sachant pertinemment que leurs solutions n’amèneraient malheureusement que des dégâts ? Qui plus est pour les plus faibles.

Attention au retour de bâton, il peut être très violent, qu’il arbore le jaune ou une autre couleur.

Pour ma part, comme vous le savez désormais, et ce sans nier les problèmes, car il y en a c’est vrai, j’estime quand même que la France d’aujourd’hui ne va pas si mal, les chiffres parlent d’eux-mêmes, qu’elle répond de mieux en mieux aux défis en cours, même si pour certains cela ne va pas assez vite, qu’elle reprends sa place de leader en Europe, ainsi que dans le monde, seule ou justement accompagnée, que ses atouts sont toujours intacts, et de plus en plus appréciés par ceux qui souhaitent y investir, et donc, je ne souhaite pas qu’elle revienne des années en arrière, entravée par une vision étriquée et mensongère d’une économie s’autosuffisant à elle-même, telle une ligne Maginot virtuelle (https://www.geo.fr/histoire/a-quoi-servait-la-ligne-maginot-195514) interdisant à tout autre produit non fabriqué en France d’être comme aujourd’hui à disposition de chacun, tout en perdant ce qu’elle réalise comme efforts depuis plusieurs années pour rattraper le temps perdu, voire de le dépasser, et atteindre pourquoi pas des niveaux jamais envisagés auparavant. La French Tech en est un exemple fort, avec d’autres qui devraient suivre ou se confirmer, j’y crois.

Alors, l’économie dite circulaire, oui, pourquoi-pas, mais certainement pas à l’échelle globale d’un pays comme la France, plus simple à mettre à l’œuvre à l’échelle locale, car comment expliquer aux plus faibles, que les produits ou denrées alimentaires qu’ils avaient l’habitude de consommer, pourraient atteindre des prix devenus exorbitants pour leurs bourses, alors qu’on leur promettaient monts et merveilles ? Plus difficiles et ardues seraient les réponses.

Et comme l’histoire n’est jamais très loin quand il s’agit de la France, toujours sans être historien, je préfère préciser, et même si j’ai une vision certainement idéalisée, notamment par mes lectures anciennes et actuelles, il est clair que je penche plus vers ces moments qui ont fait de notre pays un modèle pour les opprimés du monde entier, hier comme aujourd’hui, n’ai-je point vue récemment notre devise sur une barricade dans la ville d’Odessa en Ukraine, qui soit dit en passant, a été créée par le cardinal de Richelieu, rappelez-vous également mon sujet sur La Marseillaise (http://competitiviteinfrance.overblog.com/search/La%20Marseillaise/), où j’indiquai qu’elles fut utilisée dans d’autres pays, afin d’appuyer révolutions, révoltes, synonyme pour eux de ce désir de liberté auquel nous croyons tous, la vraie, pas celle dont certains il y a encore peu de temps, dans le cadre de la crise sanitaire, dénonçaient sa soi-disant absence.

Et ces moments, ils sont vous l’imaginez, nombreux, la grande histoire de France en foisonne, comme elle foisonne de personnages qui ont façonnés à leur manière notre pays, laissant une marque indélébile de leur passage, de leurs actes. J’en oublierai c’est évident, mes choix ne seront peut-être pas les vôtres, mais comme il me fallait me décider, en voici quelques exemples.

Donc, pour commencer, le marquis de La Fayette (1757-1834), héros de la guerre d’indépendance américaine, sa statue trône devant l’entrée de la Maison Blanche à Washington, et partie prenante non négligeable de la Révolution française, Léon Gambetta (1838-1882), homme politique proclamant le retour de la République le 04 septembre 1870, après la défaite de l’armée française à Sedan et la capture de Napoléon III. Il quittera par la suite Paris assiégé en ballon.

Ensuite, que dire de Georges Clémenceau (1841-1929), résistant aux partisans d’une paix négociée avec l’Allemagne durant la 1ère guerre mondiale, rendant plusieurs fois visite aux poilus sur le front alors qu’il a déjà 76 ans, récoltant là son surnom de « Tigre », devenant à la victoire finale, le « Père de la Victoire ».

Après, un bond en avant avec celui qui n’est plus à présenter, le général de Gaulle (1890-1970), qui après l’appel du 18 juin 1940, appelant aux français souhaitant continuer le combat contre l’ennemi à le suivre, devint au fil des jours de ce conflit mondial, le point de ralliement d’une certaine idée de la France, celle que l’on appellera la France libre, regroupant notamment en son sein la désormais célèbre 2ème DB (https://www.2edb-leclerc.fr/la-2eme-db/), commandé par le général Philippe de Hauteclocque, plus connu sous le nom de général Leclerc (1902-1947), et qui amena ses troupes pour libérer Paris le 25 août 1944, après l’insurrection du peuple parisien et de l’ensemble des groupes de résistants, de tous bords, commandé entre autre par le colonel Rol-Tanguy (1908-2002), militant communiste, et membre influent de la résistance française, comme Jean Moulin (1899-1943) bien sûr, unificateur au nom du général de Gaulle de la résistance française en créant le Conseil national de la Résistance (https://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_national_de_la_R%C3%A9sistance), avant d’être arrêté à Lyon en 1943, torturé et finalement de mourir durant son trajet vers l’Allemagne nazie.

Résistance française (https://www.geo.fr/histoire/quel-a-ete-le-role-de-la-resistance-dans-la-liberation-de-la-france-204603), qui tout au long du conflit, apporta son lot de héros, de français comme vous et moi, ou pas, étrangers également, décidés à combattre avec leurs moyens l’ennemi du moment, ainsi que ceux qui avaient choisis le chemin de la collaboration, et qui moururent pour beaucoup sous la torture, fusillés, ou dans les camps de concentration.

Ma France, etc…
Ma France, etc…

Le Chant des partisans

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne
Ohé, partisans, ouvriers et paysans c'est l'alarme
Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes.

Montez de la mine, descendez des collines, camarades,
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades,
Ohé, les tueurs, à vos armes et vos couteaux, tirez vite,
Ohé, saboteurs, attention à ton fardeau, dynamite.

C'est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère
II y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves
Ici, nous, vois-tu, nous on marche, nous on tue ou on crève.

Ici, chacun sait ce qu'il veut, ce qu'il fait quand il passe
Ami, si tu tombes, un ami sort de l'ombre à ta place,
Demain du sang noir séchera au grand soleil sur nos routes
Chantez, compagnons, dans la nuit la liberté nous écoute.

Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne
Ami, entends-tu le vol noir du corbeau sur la plaine

Auteurs : Joseph Kessel et Maurice Druon

Source : LyricFind

 

Et pour rester dans cette période, que dire de Narvik (https://www.secondeguerre.net/articles/evenements/ou/40/ev_narvik.html), la seule victoire militaire française en mai 1940, de Bir Hakeim (https://www.france-libre.net/la-bataille-de-bir-hakeim/), où entre le 27 mai et le 11 juin 1942, des troupes françaises enrayèrent l’avancée de troupes italiennes et allemandes dans le désert de Lybie, sans oublier bien évidemment la libération de Paris le 25 août 1944, finissant en apothéose avec le discours désormais célèbre du général de Gaulle (https://www.reseau-canope.fr/cnrd/ressource/texte/3948#:~:text=Pourquoi%20voulez%2Dvous%20que%20nous,chacune%20de%20nos%20pauvres%20vies.), suivi de sa descente des Champs-Elysées acclamé par près d’un million de parisiens, eh bien que ce furent des moments forts de cohésion nationale, que nous pouvons retrouver aujourd’hui dans le sport, rappelez-vous la ferveur populaire en 1998 pour la victoire des Bleus à la Coupe du monde de football, pour celle de 2018, ou encore pour le 10ème grand chelem de l’équipe masculine de rugby, en attendant peut-être celui de l’équipe féminine, et là aussi je vais devoir faire l’impasse sur plein d’exemples tout aussi criants, mais bon, un moment il faut savoir s’arrêter, car là je pourrai y passer des heures.

Donc, tout ça pour dire que ce soit dans l’histoire avec un grand H, ou dans celle d’aujourd’hui, un peu trop jeune pour passer à la postérité, il est toujours question de ce que j’appellerai un esprit français, qui se transcende cependant que dans des moments comme ceux-ci, mais qui, quand on le vit, nous fait voir la France dans ce qu’elle a de meilleure, laissons le pire à d’autres, sans l’occulter pour autant, de meilleure donc, et ce sans faire de différences entre les français eux-mêmes, qu’ils soient de provenance, religions, couleurs ou sensibilités diverses.

Et pour ma part, j’ai toujours pensé que se sentir français, ce n’était pas juste une question de naissance, mais plutôt de ressenti, d’envie. Combien sont morts pour défendre cet idéal à la française, ou le défende encore aujourd’hui dans tous les domaines où la France est représentée, assez nombreux finalement, et ce sans pour autant renier ce qu’ils ont pu être auparavant.

Ma France, etc…
Ma France, etc…

Faisons donc en sorte que la France reste un modèle d’exemple, que beaucoup nous envie, qu’elle demeure le moteur d’une Europe en passe de devenir plus forte, capable de se faire respecter par quiconque, mais sans pour autant vouloir l’imposer par la force, et surtout, faisons que Nous, français, arrêtons d’être l’un des peuples les plus pessimistes au monde, de croire que comme les héros de la bande dessinée « Astérix & Obélix » le ciel peut nous tomber sur la tête à tous moment, soyons plutôt confiant, conscient également des difficultés actuelles et à venir, mais sûrs de nous-mêmes, et qu’ensemble, nous pourrons les surmonter. Soyons cela.

Jacques Samela

 

 

Partager cet article
Repost0

La France gagne (7)

Publié le par Jacques SAMELA.

La France gagne (7)
La France gagne (7)
Vus dans Les Echos du 05 & 06/04/22

Vus dans Les Echos du 05 & 06/04/22

 

Dans le cadre du salon "Go Entrepreneurs" Paris / 6 & 7 avril 2022

 

Avec presqu'un million d'entreprises créées en 2021, la France continue de démontrer que l'envie d'entreprendre des français ne cesse d'exploser.

La création d'entreprise bat un nouveau record : + 17,4 % VS 2020

Les Echos du 06 avril 2022

Partager cet article
Repost0

La France gagne (6)

Publié le par Jacques SAMELA.

La France gagne (6)
La France gagne (6)
Vu et lu dans Les Echos du 13/04/22

Vu et lu dans Les Echos du 13/04/22

Partager cet article
Repost0

La France gagne (5)

Publié le par Jacques SAMELA.

La France gagne (5)
La France gagne (5)
Vu et lu dans Les Echos du 06/04/22

Vu et lu dans Les Echos du 06/04/22

Partager cet article
Repost0

La France gagne (4)

Publié le par Jacques SAMELA.

La France gagne (4)
La France gagne (4)

French Tech : les startups ont levé autant d'argent en trois mois qu'en 2020

Trimestre historique pour la French Tech, qui a déjà levé plus de 5 milliards d'euros, un montant tiré par ses têtes de proue avec 11 méga-levées supérieures à 100 millions d'euros.

La Tribune du 12/04/22

Partager cet article
Repost0

Le Wagon, sur de bons rails

Publié le par Jacques SAMELA.

Le Wagon, sur de bons rails
Le Wagon, sur de bons rails

Il est considéré comme le premier réseau planétaire d’enseignement intensif dans les métiers du codage, dont la formation initiale est fondée sur ce que l’on appelle le « learning by doing ».

Son nom, Le Wagon (www.lewagon.com), sa nationalité, française, sa signification, aucune idée, si ce n’est qu’à priori cela n’a rien à voir avec le secteur ferroviaire. Leur logo ressemble même plutôt à un bus. Mais bon, si quelqu’un sait, n’hésitez-pas à me le dire.

Sinon, imaginé et fondé en 2013 par deux frères, Romain et Boris Paillard, autour d’un apéro, selon la légende, rejoint par la suite par celui qui deviendra leur associé, Sébastien saunier, les premiers cours furent proposés sous forme de cours du soir, mais très vite, avec le succès aidant, le besoin de professeurs se faisant pressant, ils créèrent finalement leur premier « bootcamp » un an après la création de leur structure.

Ah au fait, je pense connaître désormais la signification du nom, qui, si mes informations sont exactes, émanerait des deux frères, souhaitant prendre le train de la French Tech, en y rajoutant justement leur propre wagon. Il fallait y penser.

Mais pour en revenir au lancement de leur premier « bootcamp », il faut savoir que depuis, plus de 11 000 personnes y ont été formés, et ce dans les 25 pays et 40 villes (https://www.lewagon.com/fr/campuses), où la start-up dispose déjà de campus, répondant en cela à la demande pressante de Développeurs Web, de Product Managers, de designers, ou encore de Growth Hackers, confirmé en cela par la Commission européenne début 2020, qui estima justement qu’à l’horizon 2022, nous y sommes, 200 000 de ces postes n’y seraient pas pourvus.

Alors, à la différence de ses nombreux concurrents, Le wagon s’appuie lui sur une plateforme en ligne, dite par définition scalable*, offrant des outils clés en main aux professeurs et à leurs étudiants, afin d’apprendre en neuf semaines et 400 heures de cours, c’est le temps imparti de cette formation choc, le développement web et la data science.

Formation intensive donc, mais au final, équivalente après son obtention à un bac+3.

Et c’est sur cette particularité, son efficacité, désormais éprouvée, qu’ils souhaitent comptabiliser, afin d’asseoir encore plus leur rôle de leader, démontré notamment par sa notation sur la plateforme de référence SwitchUp (www.switchup.org), frôlant le maximum, en obtenant 4,98 sur 5.

Ce qui a eu pour effet d’attirer l’œil d’investisseurs potentiels, interpellés dès le début par sa rentabilité immédiate, avec en prime en 2020, une première levée de fonds de 17 millions d’Euros, leur permettant de préparer l’avenir sereinement, sans se préoccuper de leurs concurrents.

Et l’avenir, il est multiple. En effet, depuis 2018, leurs prestations s’adressent également aux grands groupes (Total, LVMH, l’Oréal, Decathlon, etc…) par le biais de leur programme intitulé « Le Wagon Executives », axé lui sur des formations d’une demi-journée, censées « acculturer » leurs salariés à la révolution numérique, des formations spécifiques, afin d’élargir les compétences des profils plus techniques, et bien évidemment des formations sur le modèle du bootcamp (voir plus haut), afin de transformer cette fois-ci en profondeur les compétences de l’ensemble des salariés (+ de 1 000 à ce jour).

Ensuite, et afin de ne pas fermer la porte à celles et ceux qui ne peuvent se rendre dans les campus actuellement en activité, des formations en lignes consacrées au développement web et à la data science ont été créées en octobre dernier, en français ou en anglais, avec à la clé une certification professionnelle reconnue par l’Etat.

Et comme le marché hexagonal intéresse autant que le marché international, hors Etats-Unis, concurrence autrement plus féroce que celle française, Le Wagon va ouvrir deux nouveau campus d’un nouveau genre, en Essonne et en Seine-et-Marne, afin de s’adresser cette fois-ci aux demandeurs d’emplois, peu ou pas diplômés, résidents de quartiers prioritaires ou de zones de revitalisation rurale. Entièrement financés par Pôle Emploi et l’Etat, les formations devraient durer cette fois-ci entre treize et quinze semaines (460 heures), certifiantes de niveau 6 (bac+3/+4), avec comme souhait d’y enrôler 200 candidats d’ici 2024.

Un troisième est prévu en Martinique, avec comme idée cette fois-ci d’y former en priorité des femmes, également demandeuses d’emplois. Le chiffre avancé est de 250.

Et pour mener ces futures formations, que j’appellerai de secondes chances, elles seront assurées par des professeurs similaires aux autres formations relatées ci-dessus, pour la plupart anciens alumni ou « wagonneurs » comme ils aiment à se distinguer, donnant un gage supplémentaire de leur efficacité et une assurance quant aux résultats attendus. Ils sont aujourd’hui plus de 1 200, tous en free-lance, et payés à la journée.

Mais, tous ceux qui sont passés par Le Wagon ne sont pas devenus professeurs, en effet, près de 200 start-ups auraient été créées par d’anciens élèves diplômés, dont leur propre structure auraient levée plus de 300 millions de dollars.

S’il fallait des preuves du niveau des formations proposées, en voici une belle.

Allez, je prends le pari que nous avons affaire-là, à une future Licorne, et vous, qu’en pensez-vous ?

Rendez-vous dans quelques mois.

*La « scalabilité » est la capacité d'un dispositif informatique à s'adapter au rythme de la demande. La capacité du matériel étant fixe, en particulier le débit binaire des réseaux et des disques durs, il existe une limite dans le nombre de demandes qui peuvent être traitées dans un temps donné. Au-dessus de cette limite les demandes sont multiplexées et la concurrence entre les demandes traitées simultanément provoque des délais d'attente supplémentaires qui font effet de goulot d'étranglement (Wikipedia)

Jacques Samela

 

Sources :

. https://www.latribune.fr/technos-medias/innovation-et-start-up/formation-au-code-le-wagon-leve-17-millions-d-euros-pour-devenir-une-reference-mondiale-841000.html

. https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-le-wagon-bascule-ses-formations-au-code-en-mode-virtuel-83833.html

. https://www.maddyness.com/2021/12/02/pole-emploi-wagon-formation-code/

. https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/success-stories/0700904475777-le-wagon-cette-ecole-made-in-france-qui-apprend-au-monde-entier-a-coder-347134.php

 

Publié dans L'entreprise du mois

Partager cet article
Repost0

La France gagne (3)

Publié le par Jacques SAMELA.

La France gagne (3)
La France gagne (3)

MARS 2022

RECORD 1Pour les projets d’implantations de sites industriels (323) en France en 2021, avec une hausse de 62 %. Cela suit la progression de 28 % en 2020 pour la recherche de bâtiments existants ou de fonciers pour développer de l’activité manufacturière.

L’Usine Nouvelle du 10 mars 2022

 

ENRICHISSEMENTDe 697 400 postes privés ou publics pour l’économie française en 2021, soit trois fois de plus que la moyenne des années 2015 à 2019.

Les Echos du 10 mars 2022

 

HAUSSEDe la production industrielle en France de 1,8 % en janvier 2022.

 

RECORD 2Pour les investissements étrangers en France en 2021, recensant 1 607 projetsen hausse de 32 % par rapport à 2020. Les deux tiers émanent de l’Europe, et 29 % relèvent du secteur de l’industrie.

L’Usine Nouvelle du 14 mars 2022

 

PROFITSDe près de 160 milliards d’Euros pour le CAC 40 en 2021, soit un nouveau record, dépassant en cela de plus de 60 % son pic de 2007.

Les Echos du 21 mars 2022

 

COULEURSRetrouvées pour les caisses de l’Etat avec le rebond économique en cours, avec un déficit public s’établissant à 6,5 %, alors qu’il était de 8,9 % en 2020.

Ecoreseau du 29 mars 2022

 

Partager cet article
Repost0

La France gagne (2)

Publié le par Jacques SAMELA.

La France gagne (2)
La France gagne (2)

FEVRIER 2022

 

ELOGESPour la France par le New York Times, estimant qu’elle s’en est mieux tirée que les autres durant la pandémie, grâce notamment au soutien de l’Etat via le chômage partiel, ainsi que la hausse des contrats d’apprentissage, réduisant le nombre de jeunes chômeurs.

Le Parisien Week-end du 04 février 2022

 

CREATIONDepuis septembre 2020 et le plan de relance de l’économie française, de près de 100 000 emplois grâce aux 782 projets de relocalisations industrielles, générant 5,4 milliards d’Euros d’investissements productifs.

Linkedin Actualités du 17 février 2022

Partager cet article
Repost0

La France gagne (1)

Publié le par Jacques SAMELA.

La France gagne (1)
La France gagne (1)

JANVIER 2022

 

FABULEUSEL’année 2021 pour les exportations françaises d’armements, avec un niveau jamais atteint d’environ 28 milliards d’Euros.

La Tribune du 05 janvier 2022

 

PREVISIONJusqu’à 15 000 embauches en 2022 pour la filière aéronautique, durement impactée en 2020 et 2021.

L’Usine Nouvelle du 05 janvier 2022

 

HISTORIQUELe nouveau record de création d’entreprises en France en 2021, frôlant le million (995 868), soit une augmentation de 17,4 % sur un an.

La Tribune du 14 janvier 2022

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>