Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

In & Motion (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

In & Motion (suite)
In & Motion (suite)

In&motion séduit les investisseurs avec son airbag connecté pour motards, skieurs et cavaliers 

https://www.msn.com/fr-fr/finance/economie/in-motion-s%c3%a9duit-les-investisseurs-avec-son-airbag-connect%c3%a9-pour-motards-skieurs-et-cavaliers/ar-BB1bQ4sP?li=BBkG5mY

Le 11/12/20

 

A moto, l'airbag est le dernier rempart en cas d'accident pour éviter de graves séquelles corporelles. C'est aussi un creuset d'innovation sur lequel In&Motion s'est lancé avec des gilets intelligents pour motards, mais aussi pour cavaliers et skieurs.

La startup française créée par Rémi Thomas, Valentin Honoré et Pierre-François Tissot vient de réaliser une levée de fonds de 10 millions d'euros pour diffuser à l'international ses produits. Ce nouveau tour de table a été souscrit par deux fonds, le californien Upfront Ventures, partenaire historique de la société, et le français 360 Capital, ainsi que par la banque publique BPI France.

Son gilet se glisse sous les vêtements et, en cas de choc violent, se déploie en 55 millisecondes pour protéger le dos, l'abdomen, les clavicules, les cervicales et le thorax du pilote. Et cela, sans câble, ni capteurs comme les airbag moto traditionnels.

Un système d'abonnement

Tout est géré par l'In&Box, un cerveau numérique qui analyse la position et les mouvements du motard 1000 fois par seconde pour se déclencher au bon moment. Toutes ces données sont envoyées sur une appli mobile qui permet de vérifier l'état de la batterie du boitier et le fonctionnement du dispositif.

Désormais, la startup d'Annecy comte compte ouvrir dès l'an prochain des filiales en Allemagne et aux États-Unis. Elle veut aussi diversifier sa gamme de produits.

Le chiffre d'affaires, qu'In&motion ne souhaite pas dévoiler, est encore modeste et la société reste déficitaire, six ans après sa création. In&motion, qui compte une quarantaine de salariés, sous-traite la fabrication de ses gilets à des tiers.

Le groupe dispose d'une seconde source de revenus, récurrents, puisque les utilisateurs de ses produits doivent souscrire à un abonnement. Vente de matériel et abonnement contribuent à parts égales au chiffre d'affaires.

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2017/02/in-motion-tout-schuss.html

Partager cet article
Repost0

OVH, Parrot, Soitec (suites)

Publié le par Jacques SAMELA.

OVH, Parrot, Soitec (suites)
OVH, Parrot, Soitec (suites)

OVHcloud décroche le label de confiance SecNumCloud de l’Anssi

LE 12/01/2021  L’Usine Nouvelle

OVHcloud, la marque cloud d’OVH, annonce l’obtention du label SecNumCloud de l’Anssi, l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information, pour son offre de cloud privé hébergée. Il devient le troisième acteur français du cloud après Oodrive et Outscale à obtenir ce précieux sésame de sécurité et de confiance.

. Pour plus d'information, n'hésitez-pas à lire ou relire l'article du 05 octobre 2013, intitulé, OVH, une réussite française.

 

Les drones du Français Parrot vont équiper les trois armées françaises

Le 12/01/20 / CLUBIC

 

La direction générale de l'Armement (DGA) a choisi les mini-drones baptisés "ANAFI USA", développés en France et produits aux États-Unis, pour garnir les rangs des armées de l'air et de l'espace, de terre et la Marine.

L'annoncée est tombée le lundi 11 janvier 2021 en fin de journée. L'entreprise Parrot a confirmé, dans un communiqué de presse, avoir été retenue par la direction générale de l'Armement pour fournir aux armées françaises ses micro-drones ANAFI USA, à la base conçus pour les premiers secours et les professionnels. Le premier groupe de drone européen avait remporté l'appel d'offres lancé par l'État français en février dernier.

Parrot livrera des centaines de drones aux armées françaises sur les cinq prochaines années.

Après avoir fourni son drone Short-Range Reconnaissance (SRR) à l'armée américaine, Parrot va livrer ses drones ANAFI USA (qui s'en inspirent largement) à l'Armée de terre, l'Armée de l'air et de l'espace et la Marine nationale.

L'appel d'offres remporté octroie à Parrot un contrat-cadre de 5 ans avec le ministère français des Armées portant sur plusieurs centaines de petits aéronefs, mais aussi des équipements complémentaires, ainsi que le développement d'adaptations et la formation de pilotes référents au sein des services.

Le drone ANAFI USA, 500 grammes à la pesée, déployable en 55 secondes et classé dans la catégorie des micro-drones quadricoptères, est conçu pour accompagner les soldats dans leurs diverses missions d'observation et de reconnaissance. Dans sa catégorie justement, il fait office de champion avec son autonomie de 32 minutes de vol.

"C’est le fruit du travail minutieux accompli par nos équipes en France depuis plus de 2 ans, et celui de 10 ans d’expertises. En faisant le pari de développer la plateforme ANAFI, conçue pour le grand public, robustifiée pour les besoins des professionnels, et sécurisée pour les exigences des forces armées, nous avons franchi une étape importante pour le Groupe", a commenté Henri Seydoux, président et fondateur de Parrot.

Des propriétés étonnantes, et une sécurité pouvant résister à toute épreuve

Le drone ANAFI USA possède de redoutables propriétés, comme un zoom 32x, articulé autour de deux caméras 4K de 21 mégapixels chacune. Des scènes détaillées peuvent être suivies à une distance pouvant aller jusqu'à 5 km. Des détails "au centimètre" sont visibles jusqu'à 50 m, et il est possible de détecter des cibles humaines jusqu'à 2 km de distance, avec une précision avancée de 13 cm de détail.

Pour accompagner le zoom, ANAFI USA embarque une caméra thermique qui conserve toute son efficacité de jour comme de nuit. Et le drone, lui, est des plus discrets. Sa signature sonore ne dépasse pas les 79 dB à une distance d'1 m. Il devient carrément inaudible dès 130 m de distance.

L'un des points d'intérêts de l'appel d'offres de la DGA était la sécurité au sens large. L'ANAFI USA répond ainsi aux plus sévères exigences en matière de cybersécurité. Le logiciel du drone est par exemple protégé de toute tentative extérieure par sa signature numérique. Les données qu'il capte ne sont enregistrées que sur le segment sol, depuis lequel il faut les extraire et les analyser à l'aide d'une connexion physique.

Parrot précise que le traitement des données issues de son drone est soumis au RPGD et que toutes les data sont à la maîtrise de l'utilisateur, des armées françaises donc. Il est aussi dans la liste des équipements que peuvent se procurer les agences gouvernementales et forces de sécurité américaines, et est déjà utilisé par des policiers, agences fédérales et pompiers des USA et d'autres pays du monde. Confirmant ainsi l'aura des drones Parrot au sein des secteurs critiques.

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 23 février 2015, intitulé : Parrot, le perroquet connecté.

 

 

SOITEC LANCE UN PROGRAMME DE RECRUTEMENT DE 100 PERSONNES EN FRANCE

5 Jan 2021 | VIPress.net

Soitec poursuit sa trajectoire de croissance et lance un programme de création d’emplois à l’échelle de l’ensemble de l’entreprise appelé Elevate.

https://vipress.net/wp-content/uploads/2021/01/Soitec-050121.jpgDans un premier temps, Soitec vise le recrutement de 100 nouveaux hauts potentiels au sein de son siège et de ses installations de production à Bernin, près de Grenoble, aussi bien dans les domaines de l’ingénierie et de la technologie que dans ceux de l’exploitation et de la gestion. Une deuxième phase d’Elevate sera déployée à Singapour où Soitec emploie actuellement plus de 160 personnes et où le fabricant de tranches SOI accroît également sa production et ses opérations.

Soitec emploie aujourd’hui 1660 personnes dans le monde, dont 1460 en France et près d’un quart dans les domaines de l’innovation et de l’ingénierie. Soitec compte réaliser les nouveaux recrutements en France d’ici fin mars 2021, date qui correspond à la fin de son exercice fiscal.

« Nous lançons Elevate pour attirer une grande variété de talents et accompagner la forte croissance de notre activité. Avec Elevate, nous offrons des perspectives à une nouvelle génération de professionnels et nous prouvons qu’une entreprise française de haute technologie de portée mondiale peut renforcer ses activités en France et créer des emplois attractifs », déclare Paul Boudre, directeur général de Soitec.

Toutes les offres d’emploi sont disponibles dans la section « Travailler à Soitec » sur le site Internet de l’entreprise.

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire l'article du 30 mai 2018, intitulé : Soitec, une réponse française et européenne

 

 

Partager cet article
Repost0

Le rendez-vous de l'Europe

Publié le par Jacques SAMELA.

Le rendez-vous de l'Europe
Le rendez-vous de l'Europe

Ce que contient l'accord post-Brexit entre l'UE et le Royaume-Uni

Le 31/12/20 / BFM Business

 

L'accord de partenariat économique et commercial post-Brexit conclu entre l'UE et le Royaume-Uni, un document de 1246 pages, a été signé mercredi. Voici les grandes lignes du traité qui fixe le cadre de leurs relations à partir de vendredi.

Biens

L'accord garantit des échanges sans droits de douane ni quotas pour "tous les biens qui respectent les règles d'origine appropriées". Du jamais vu dans un accord commercial.

Cet accord inédit permet d'éviter une rupture dans les chaînes de production et évite des droits de douane de 10% pour le secteur automobile, 25% pour les produits transformés à base de poisson ou 50% pour le boeuf, les produits laitiers, la volaille, le porc, l'agneau, les céréales, le sucre et plusieurs produits alimentaires transformés.

Pour autant, les entreprises devront se soumettre à des formalités de déclarations douanières dans les deux sens, et des contrôles sanitaires sont prévus.

Le Royaume-Uni et l'UE s'engagent à respecter des conditions de concurrence équitables. Londres accepte de ne pas revoir à la baisse l'ensemble des législations et standards sociaux, environnementaux et climatiques européens en place le 31 décembre 2020 et de s'adapter à leur évolution.

L'accord prévoit la possibilité d'appliquer des mesures unilatérales de rééquilibrage, notamment des droits de douane, en cas de divergences importantes, lorsqu'elles peuvent entraîner une augmentation des coûts de production et donc un désavantage concurrentiel.

Différends

Si le Royaume-Uni ou l'UE ne respecte par le traité, un mécanisme contraignant de règlement des différends, comme il en existe dans la plupart des accords commerciaux, sera chargé de trancher les litiges.

Face à la ferme opposition de Londres, la Cour de justice de l'Union européenne n'interviendra pas dans ce processus. Un "Conseil conjoint" veillera à ce que l'accord soit correctement appliqué et interprété.

Pêche

L'accord prévoit de laisser aux pêcheurs européens un accès aux eaux britanniques pendant une période transitoire de 5 ans et demi, jusqu'en juin 2026. Pendant cette période, l'UE devra progressivement renoncer à 25% en valeur de ses prises, qui totalisent environ 650 millions d'euros par an.

Si le Royaume-Uni limite l'accès ou les captures de l'UE, l'UE peut prendre des mesures de rétorsion en imposant des droits de douane sur les produits de la pêche ou d'autres biens britanniques, voire suspendre une grande partie de l'accord commercial tout en maintenant intactes les règles de concurrence loyale.

Transports

Le traité garantit une connectivité aérienne, routière, ferroviaire et maritime continue, mais de manière moins avantageuse que si le Royaume-Uni restait membre du marché unique.

Des dispositions visent à assurer que la concurrence entre les opérateurs s'exerce dans des conditions équitables "afin que les droits des passagers, des travailleurs et la sécurité des transports ne soient pas compromis".

Programmes

Le Royaume-Uni continuera à participer à certains programmes de l'UE pour la période 2021-2027, comme le programme de recherche et d'innovation Horizon Europe, à condition qu'il contribue au budget européen. Mais le Royaume-Uni quitte le programme Erasmus d'échange d'étudiants.

Coopération judiciaire

L'accord "établit un nouveau cadre" en matière de coopération policière et judiciaire, "en particulier pour lutter contre la criminalité transfrontalière et le terrorisme".

Les deux parties continueront à partager l'ADN, les empreintes digitales et les informations sur les passagers et coopéreront par l'intermédiaire d'Europol.

Cette coopération pourra être suspendue si le Royaume-Uni renonce à son adhésion à la Convention européenne des droits de l'Homme ou "à la faire appliquer au niveau national".

Services financiers

À compter du 1er janvier, le Royaume-Uni ne bénéficiera plus des principes de libre circulation des personnes, de libre prestation de services et de liberté d'établissement.

Les prestataires de services britanniques perdront leur droit automatique d'offrir des services dans toute l'UE et devront s'établir dans l'UE pour continuer à exercer leurs activités.

Ils ne bénéficieront plus de l'approche du "pays d'origine" ou du concept de "passeport", selon lequel les autorisations délivrées par un État membre en vertu des règles de l'UE permettent d'accéder à l'ensemble du marché unique de l'UE.

Propriété intellectuelle

Toutes les appellations géographiques protégées existant dans l'UE actuellement resteront protégées au Royaume-Uni, mais Bruxelles n'a pas obtenu de garanties sur les appellations protégées qui seraient enregistrées à l'avenir.

Protection des données

Le Royaume-Uni restera soumis au cadre réglementaire de l'UE sur les transferts de données pendant six mois au maximum, le temps que Bruxelles détermine si les régime de protection des données proposé par Londres est bien équivalent au cadre européen.

Modalités de l'accord

L'accord sera piloté par un comité mixte, où siègeront les deux parties. Les modalités de la relation pourront être revues et amendées tous les cinq ans. Une sortie unilatérale devra être notifiée un an auparavant.

 

Vu et lu dans le Journal du Dimanche du 20/12/20
Vu et lu dans le Journal du Dimanche du 20/12/20

Vu et lu dans le Journal du Dimanche du 20/12/20

 

Ministers presented with new opportunites for joint military capabilities to overcome fragmented European defence landscape

https://eda.europa.eu/info-hub/press-centre/latest-news/2020/11/20/ministers-presented-with-new-opportunites-for-joint-military-capabilities-to-overcome-fragmented-european-defence-landscape

Brussels - 20 November, 2020

 

The first ever overview of the European defence landscape, the Coordinated Annual Review on Defence (CARD) report, identifies significant avenues for European defence cooperation with 55 new opportunities for countries to develop defence capabilities together. It recommends six next generation high impact capabilities as focus areas for joint European development efforts. The review also finds that the European defence landscape is characterised by high levels of fragmentation and low investment in cooperation.

The European Defence Agency (EDA) presented EDA Ministers of Defence today with the first CARD report developed in close coordination with the European External Action Service (EEAS) and the EU Military Staff (EUMS) over the past 12 months.

Head of the Agency, High Representative/Vice-President, Josep Borrell said: “For the first time, we have a unique overview of all 26 EDA Member States’ national defence planning and capability development efforts. This is the result of an in-depth dialogue with national defence planners at EU level. It provides Member States with areas in which there is great potential for European defence cooperation, providing Member States forces with modern equipment and improving their interoperability, including in CSDP missions and operations”.

PREPARING THE FUTURE TOGETHER

Based on Member States’ own planning and dialogues with national defence planners, the report identifies clear opportunities for multinational cooperation and has identified 55 opportunities across all military domains: Land (17); Air (14); Maritime (12); Cyberspace (3); Space (4) and Joint and Enabler (5). The report concludes many have the potential to deliver a significant impact on the European capability landscape, provide operational benefits and support EU’s strategic autonomy. It also recommends an additional 56 related collaborative opportunities for Research & Technology (R&T).  Member States approved the recommendations of the CARD cycle during today’s EDA Ministerial Steering Board.

The report identifies six next generation capabilities as focus areas for Member States to concentrate capability efforts on as they have a high potential of boosting the EU's and its Member States’ operational performance in the short and medium term, while also ensuring industrial know-how. These areas are considered to have good potential to be addressed through cooperation, based on Member States’ own considerations, and would allow for broad participation of nations at system and subsystem level. The six focus areas are: 

Main Battle Tank (MBT) – CARD recommends the joint development and acquisition of a next generation MBT in the long term (entry into service mid-2030s), and joint modernisation and upgrades of existing capabilities in the short-term. If Member States cooperate in upgrading or collaborate when introducing new ones, a 30% reduction of types and variants can be obtained by the mid-2030s. 11 countries expressed an interest in cooperation going forward.

European Patrol Class Surface Ship - CARD recommends replacing coastal and offshore patrol vessels within the next decade and developing an EU-wide approach for modular naval platforms. Opportunities for cooperation in joint off-the-shelf procurement, common logistics for similar vessels, common future functional requirements were found, with 7 Member States expressing an interest in cooperation.

Soldier Systems - CARD recommends modernising soldier systems through joint procurement of existing systems in the short term, including harmonising requirements, developing a user group for Joint Virtual Training & Exercises utilising common IT tools. In the long-term, it recommends developing commonly shared architecture by the mid-2020s for all subsystems using cutting-edge technology. 10 countries expressed an interest in cooperation going forward.

Counter UAS/ Anti Access/Area Denial - CARD recommends developing a European capability to counter unmanned aerial systems (UAS) to improve force protection, as well as contributing to establish a European standard for Anti Access/Area Denial (A2/AD). CARD concludes that European capability approaches towards A2/AD are clearly at a crossroads, whereby the capability is either developed in a collaborative manner or the capability will not be developed for European forces.

Defence in Space - CARD recommends developing a European approach to defence in space to improve access to space services and protection of assets in space. As an emerging operational domain, more collaboration would contribute to a greater involvement of Ministries of Defence and recognition of military requirements in wider space programmes conducted at EU level.

Enhanced Military Mobility - CARD recommends more active participation of all Member States in military mobility programmes, notably air and sea lift transportation, logistic facilities and increased resilience of related IT systems and processes under hybrid warfare conditions, by the mid-2020s.  

 EUROPEAN DEFENCE LANDSCAPE

The report finds that the European defence landscape is characterised by fragmentation, incoherence, and by defence cooperation spending falling well below agreed collective benchmarks. This includes military capability development, R&T efforts, defence industry support and operational aspects. It concludes that continuous efforts will be needed over a long period in defence spending, planning and cooperation to overcome costly fragmentation and benefit from synergies and enhanced military interoperability. Additionally, the CARD analysis finds that:

  • high diversity of types of military equipment and different levels of modernisation and interoperability drives the fragmentation and lack of coherence of the European landscape. This has a negative impact on the ability of Member States forces to operate together efficiently.
  • commitment to CSDP missions and operations is very low, with strong disparities between Member States in terms of engagement frameworks and overall operational effort.
  • CARD’s identified areas for cooperation would yield significant benefits in addressing Member States declared national priorities, due to a match in their planning and interests. Over time, this would generate significant operational advantage, especially when Member States deploy and operate forces together.

 TAKING COOPERATION FORWARD

CARD may result in new cooperation projects launched by Member States in various formats - under PESCO, within EDA or in other bilateral or multinational frameworks - should they choose to take them forward. The full report and its findings have been circulated among Member States.

 MORE INFORMATION :

 

 

LE CONSEIL EUROPÉEN DE L’INNOVATION INVESTIT DIRECTEMENT 178 MILLIONS D’EUROS DANS 42 START-UP

https://vipress.net/le-conseil-europeen-de-linnovation-investit-directement-178-millions-deuros-dans-42-start-up/

Le 7 Jan 2021

 

La Commission a annoncé la première vague d’investissements directs en fonds propres réalisés par l’intermédiaire du nouveau Fonds du Conseil européen de l’innovation (CEI). 42 start-up et petites et moyennes entreprises (PME) innovantes recevront ensemble un financement en fonds propres de quelque 178 millions d’euros en vue de mettre au point et de développer des innovations de rupture dans les domaines tels que la santé, l’économie circulaire ou la fabrication avancée.

« L’Europe compte de nombreuses start-up innovantes et talentueuses mais, trop souvent, ces entreprises restent de petite taille ou se relocalisent hors de l’Union. Cette nouvelle forme de financement, qui combine fonds propres et subventions, est propre au Conseil européen de l’innovation. Elle comblera le déficit de financement auquel sont confrontées des entreprises hautement innovantes et leur permettra de se développer en Europe en débloquant des investissements privés supplémentaires », souligne Mariya Gabriel, commissaire à l’innovation, à la recherche, à la culture, à l’éducation et à la jeunesse.

https://vipress.net/wp-content/uploads/2021/01/EIC-070120-300x214.jpgLes investissements en fonds propres, dans une fourchette allant de 500 000 euros à 15 millions d’euros par bénéficiaire, complètent le financement sous forme de subventions déjà fourni par l’intermédiaire du projet pilote d’Accélérateur du CEI pour permettre aux entreprises de se développer plus rapidement. C’est la première fois que la Commission réalise des investissements directs en fonds propres ou quasi-fonds propres, c’est-à-dire des investissements en fonds propres combinés à des subventions dans des entreprises en phase de démarrage, avec des prises de participation comprises entre 10% et 25% du capital.

Au total, depuis décembre 2019, 293 entreprises ont déjà été sélectionnées dans le cadre de l’Accélérateur du CEI pour bénéficier d’un financement global en subventions de plus de 563 millions d’euros. Parmi celles-ci, 159 entreprises ont été retenues pour recevoir en outre les nouveaux investissements en fonds propres du Fonds du CEI. Les 42 entreprises annoncées aujourd’hui sont les premières de ce groupe à avoir réussi le processus d’évaluation. Les résultats de ce processus sont encore attendus pour les 117 autres entreprises, qui devraient elles aussi bénéficier de tels investissements.

Le Français CorWave : première entreprise de l’UE à signer un accord d’investissement avec le Fonds du CEI

https://vipress.net/wp-content/uploads/2021/01/Corwave.jpgCorWave, une société française, a été le tout premier bénéficiaire d’un investissement direct en fonds propres. CorWave s’est donné pour mission de faire bénéficier les patients atteints d’insuffisance cardiaque sévère d’une nouvelle norme de soins. L’investissement de 15 millions d’euros du Fonds du CEI a joué un rôle crucial en incitant d’autres investisseurs à épauler la PME française. Pour la quatrième phase du financement de démarrage de CorWave, 35 millions d’euros d’investissements ont ainsi été réunis.

Ce projet doit permettre à CorWave de mettre sur le marché et de développer sa solution médicale innovante, un «dispositif d’assistance ventriculaire gauche» (DAVG) qui améliorera considérablement la vie des personnes atteintes d’insuffisance cardiaque sévère, en réduisant de moitié les complications graves et la nécessité d’une réhospitalisation, tout en améliorant nettement leur qualité de vie. L’entreprise, située en Île-de-France, à Clichy, développe une pompe cardiaque (dispositif d’assistance circulatoire) basée sur une technologie de rupture, la pompe à membrane ondulante. Ces fonds permettront à CorWave de finaliser son dispositif, de produire des pompes cardiaques implantables chez l’homme et de démarrer ses essais cliniques.

Les accords d’investissement avec les autres entreprises concernées sont en cours de finalisation et seront bientôt annoncés. Voici quelques exemples d’entreprises ciblées par cette première vague d’investissements :

  • Hiber (Pays-Bas) : une entreprise internationale de satellites et de communications qui fournit une connectivité mondiale et abordable pour l’internet des objets
  • XSUN (France) : une entreprise d’aéronefs solaires qui conçoit des drones autonomes en énergie, pouvant fonctionner sans aucune intervention humaine

Créé en juin 2020, le Fonds du Conseil européen de l’innovation (CEI) est une initiative de la Commission qui vise à réaliser des investissements directs en fonds propres et quasi-fonds propres (entre 500 000 euros et 15 millions d’euros) dans le capital de start-up et de PME. Il s’agit de la première intervention de l’UE sous la forme d’investissements en fonds propres et assimilés. Dans la phase actuelle, l’UE effectue de tels investissements, en combinaison avec des subventions, dans le cadre d’un financement mixte au titre du projet pilote d’Accélérateur du CEI. Le financement maximal alloué (en subventions et fonds propres) peut atteindre 17,5 millions d’euros.

Le Fonds du CEI vise à répondre à un besoin critique de financement auquel sont confrontées les entreprises innovantes pour porter leurs technologies parvenues à maturité technologique jusqu’au stade de la commercialisation. Le Fonds contribuera à combler ce déficit de financement au stade du démarrage des entreprises, pour lequel le marché du capital-risque de l’UE reste moins performant que le marché mondial. Son principal objectif n’est pas de maximiser le rendement des investissements, mais bien leurs effets, en accompagnant dans leur croissance les entreprises qui développent des technologies de pointe et de rupture, par un apport de capital patient.

Possibilités d’investissement dans le cadre du Conseil européen de l’innovation : https://ec.europa.eu/research/eic/index.cfm?pg=investing

 

Publié dans En bref

Partager cet article
Repost0

MERCI

Publié le par Jacques SAMELA.

MERCI
MERCI

Oui, un Grand MERCI à toutes celles et ceux qui me suivent depuis longtemps, depuis peu également, et qui souhaitent le faire encore pour longtemps.

Et comme aujourd'hui, le 11 janvier 2021, nous fêtons la Journée Mondiale du Merci (https://www.journee-mondiale.com/634/journee-mondiale--merci-.htm), faites comme moi, remerciez vos proches, votre famille, vos amis, vos collègues, etc…

Jacques Samela

 

Partager cet article
Repost0

Ma rétrospective 2020

Publié le par Jacques SAMELA.

Ma rétrospective 2020
Ma rétrospective 2020

Avant de s’impliquer totalement dans cette nouvelle année, et pour celles et ceux qui auraient ratés quelques publications, voici donc pour la 1ère fois ma rétro :

 

1/ Davos, que s’ouvre la 50ème

Rendue célèbre par Thomas Mann, avec son livre « La montagne magique », elle est aujourd’hui connue pour être l’hôte du WEF (World Economic Forum), ou plus simplement du nom de la ville elle-même, le Davos.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/01/davos-que-s-ouvre-la-50eme.html

 

2/ L’haptique by Actronika

Aujourd’hui, la communication entre l’homme et les objets numériques est presque exclusivement basée sur la vision et l’audition. Pourtant, le toucher joue également un rôle prépondérant dans la façon dont nous comprenons et nous interagissons avec notre environnement.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/02/l-haptique-by-actronika.html

 

3/ M2i Life & Osmobio, réponses françaises aux pesticides

L’Union européenne a prolongé son utilisation de 5 ans en 2017, quand la France, elle, l’interdisait dans les espaces publics, et depuis l’année dernière, chez les particuliers.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/02/m2i-life-osmobio-reponses-francaises-aux-pesticides.html

 

4/ Biotechs, la France au top

Eh oui, encore un secteur où la France se retrouve leader, en Europe, comme dans le monde entier.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/03/biotechs-la-france-au-top.html

 

5/ Christian Louboutin, retour à la source

Alors que venait de s’ouvrir au palais de la Porte Dorée (www.palais-portedoree.frl’exposition intitulée « L’Exhibitioniste », condensé de 30 ans de carrière du créateur Christian Louboutin, voici avant sa  réouverture, et donc la fin de notre confinement, un petit retour en arrière sur la vie et l’avènement du roi de vos pieds Mesdames, mais pas que, j’y reviendrai.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/04/christian-louboutin-retour-a-la-source.html

 

6/ De l’importance de l’Europe, et bien d’autres choses

Vous qui me suivez, pour certains depuis le début, pour d’autres depuis moins longtemps, vous devez donc savoir que je suis plutôt pro-européen, mes écrits de l’année dernière, élections obligent, l’attestent, eh bien je me demande si ce n’est pas durant des moments aussi difficile que celui que nous vivons aujourd’hui, que l’Union européenne devrait justement être à l’origine de réponses attendus par l’ensemble de la population européenne.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/04/de-l-importance-de-l-europe-et-bien-d-autres-choses.html

 

7/ Scop-Ti, résilience apaisante ?

Alors que la parole résilience* devient l’un des mots phares de cette période particulière que nous vivons aujourd’hui, il en est certains qui l’emploient chaque jour pour réussir ce qu’ils ont entrepris il y a de cela 6 ans, soit les salariés de la Société Coopérative Ouvrière Provençale de Thés et Infusions, plus connue sous l’appellation Scop-Ti (www.scop-ti.com).

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/04/scop-ti-resilience-apaisante.html

 

8/ COMPETITIVITE IN FRANCE

Comme vous le savez, c’est le nom de mon blog, créé il y a déjà de cela plusieurs années, en réponse à des lectures d’articles, souvent négatifs, sur l’état de l’économie française, voire de la France tout court, avec des discours du genre, le déclin avéré de notre pays, sa perte d’influence, etc...

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/05/competitivite-in-france.html

 

9/ Le château de Chantilly, son domaine, et ses à-côtés

Les 15, 16 & 17 mai devaient se tenir dans le parc du Château les journées des plantes de Chantilly (Oise), anciennement organisées au Château de Courson (www.domaine-de-courson.fr).

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/05/le-chateau-de-chantilly-son-domaine-et-ses-a-cotes.html

 

10/ De la Cornue à Le Creuset, en passant par Tefal

Pas une, pas deux, mais trois sociétés cette fois-ci. Soyons fous. Mais qu’à moitié, car l’air de rien, elles ont un dénominateur commun qui les relie, vous le savez ou vous l’avez deviné ? Le domaine de la cuisine bien sûr.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/06/de-la-cornue-a-le-creuset-en-passant-par-tefal.html

 

11/ L'Hygiaphone, un retour en grâce ?

Vous en avez entendu parler pendant la crise du covid-19, le groupe français Téléphone en a fait un de ses titres phares en 1977, Danny Boon en a relaté son utilisation difficile dans son sketch consacré à la Poste, et ceux qui comme moi ont un âge un peu avancé, l’ont croisé plus d’une fois dans les services publics, mais connaissez-vous vraiment son histoire ?

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/06/l-hygiaphone-un-retour-en-grace.html

 

12/ Ma petite histoire du 14 juillet

Vous le savez certainement, mais cette année, en raison de la crise que nous vivons encore aujourd’hui, et afin de remercier l’ensemble du personnel soignant, le 14 juillet, jour de la fête nationale, se fera exceptionnellement sans son défilé habituel, et sa traditionnelle cérémonie sera organisée elle sur la place de la Concorde en leur hommage.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/07/ma-petite-histoire-du-14-juillet.html

 

13/ La France, une autre histoire

Alors que cette année, plutôt particulière vous le savez bien, nous serons pour la plupart amenés à prendre nos vacances en France, celles des juilletistes, des aoûtiens, et peut-être plus nombreux encore, des septembristes, oui, cela se dit bien comme cela.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/07/la-france-une-autre-histoire.html

 

14/ Lactips, un nuage de lait pour la planète

On l’appelle communément le 7ème continent, et a été découvert en 1997 par le capitaine Charles Moore (www.changeursdemonde.net/Charles-J-Moore). Composé essentiellement de déchets plastiques, il s’étalerait sur 1,6 million de km2 dans l’océan pacifique, et dans une moindre mesure dans l’Atlantique, et représenterait 1/3 de l’Europe et 3 à 6 fois la France.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/07/lactips-un-nuage-de-lait-pour-la-planete.html

 

15/ Le Commissariat au plan ?

Au-delà du nominé, dont je parlerai brièvement à la fin du sujet, qu’est-ce vraiment que cette fonction de commissaire au plan qu’il vient d’obtenir, mais surtout, à quoi va servir la renaissance du commissariat au plan, ou CGP ?

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/09/le-commissariat-au-plan.html

 

16/ Anticipations, espoirs, réalité ?

Parce que l’année que nous vivons est exceptionnelle, unique en son genre même, et que tous les spécialistes, les vrais comme les faux, nous annonçait une rentrée difficile, économiquement, socialement et sanitairement parlant, je me disais qu’un sujet, le seul peut-être, plutôt à tendance optimiste, était de mise, sans pour autant m’auto-introniser es-spécialiste chevronné, ce que je ne suis pas, mais plutôt avec idée de dire que si l’on y croit fortement, tout peut arriver.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/09/anticipations-espoirs-realite.html

 

17/ L'Eldorado de la presqu'île guérandaise

Suite au confinement, et à l’émission « Echappées belles », que je visionnais tous les dimanches matin durant mes séances de vélo d’appartement, j’ai décidé de me rendre cet été en Loire Atlantique, où j’ai pu découvrir entre autres et avec intérêt ce que l’on appelle ici-bas l’or blanc de Guérande.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/10/industrie-territoires-l-eldorado-de-la-presqu-ile-guerandaise.html

 

 

18/ Le Fret ferroviaire, enfin un nouveau départ ?

L’Etat français compte donc en faire un de ses piliers de sa transition écologique, avec dès cette année, 63 millions d’Euros d’alloué, et 63 millions en 2021.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/10/le-fret-ferroviaire-enfin-un-nouveau-depart.html

 

19/ Les mousquetaires de l’hydrogène français

Si il y a un sujet d’actualité autre que celui de la crise sanitaire, c’est bien celui de l’hydrogène et de ses possibles applications, et donc de sa réponse à la problématique environnementale.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/11/les-mousquetaires-de-l-hydrogene-francais.html

 

20/ Que de temps perdu

Oui, que de temps perdu pour notre planète, et donc pour nous, quand on voit qu’aujourd’hui tous les constructeurs auto, je dis bien tous, des plus basiques au plus prestigieux, nous proposent désormais des véhicules hybrides, rechargeables ou pas, électriques, avec en embuscade l’hydrogène, le GNV, voire le solaire,  alors qu’il n’y a pas cinq ans, et à part Toyota avec son premier modèle en 1997 (la Prius), voire plus récemment avec Renault et sa Zoé, fabriquée depuis 2012,  ils nous disaient que ce moment de bascule mettrait encore pas mal de temps à arriver.

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/11/que-de-temps-perdu.html

 

21/ La fin du grand bluff ?

Ne vous l’avais-je pas annoncé également, après celle du KO de Mister T face à Joe Biden (http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/09/anticipations-espoirs-realite.html), que l’UE et la Grande-Bretagne trouveraient finalement un accord ?

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/12/la-fin-du-grand-bluff.html

 

22/ Un caviar bien de chez nous

Après les paludiers de la presqu’ile de Guérande (http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/10/industrie-territoires-l-eldorado-de-la-presqu-ile-guerandaise.html), voici les pisciculteurs du caviar à la française, car oui, cela existe également chez nous, et plus particulièrement en Nouvelle Aquitaine, avec six acteurs, dont quatre (Groupe KaviarCaviar House & PrunierCaviar de Francel’Esturgeonnière) sont regroupés sous l’appellation « Caviar d’Aquitaine » (www.caviar-aquitaine.org), les deux derniers (Perle Noire et Caviar de Neuvic) étant manifestement indépendant, et un en Sologne, intitulé tout simplement, Caviar de Sologne (www.caviardesologne.fr).

Lire la suite

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/12/industrie-territoires-un-caviar-bien-de-chez-nous.html

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Carmat (suites)

Publié le par Jacques SAMELA.

Carmat (suites)
Carmat (suites)

Le cœur artificiel Carmat a obtenu la certification européenne, sa commercialisation va pouvoir débuter

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/info-franceinfo-le-c%c5%93ur-artificiel-carmat-a-obtenu-la-certification-europ%c3%a9enne-sa-commercialisation-va-pouvoir-d%c3%a9buter/ar-BB1cvBEi?li=BBkGbOY

 Le 06/01/20 / France Info

 

Le marquage CE a été obtenu après des années d’essais cliniques et d’amélioration. Sept patients doivent encore être implantés pour achever l’étude-pivot. La commercialisation commencera au deuxième trimestre 2021.

La commercialisation du cœur artificiel Carmat conçu par le professeur Alain Carpentier, va pouvoir débuter au prochain trimestre. La société française qui a développé ce cœur vient d'obtenir le marquage CE (certification européenne), selon les informations que vous révèle France Info mercredi 6 janvier.

Cette certification européenne a été obtenue après des années d’essais cliniques et d’amélioration. La première implantation a eu lieu le 12 décembre 2013. Claude Dany, le patient, avait survécu 2 mois et demi et ouvert la voie à cette technologie. La commercialisation du cœur artificiel Carmat intervient avant même que les essais cliniques ne soient terminés. Sept patients doivent encore être implantés pour achever l’étude-pivot.

Un coeur pour les patients en fin de vie

Le cœur Carmat est encore loin de prolonger durablement la vie des malades. Lors des essais cliniques, seul un patient a réussi à survivre plus de deux ans, quand une transplantation classique permet d’espérer vivre quasiment 20 ans de plus. C’est pourquoi ce cœur s’adresse aux patients en insuffisance cardiaque terminale, donc en fin de vie. Il pourrait notamment leur permettre de tenir jusqu’à ce qu’un greffon naturel soit libre. Il y a en effet pénurie de cœurs naturels.

Environ 500 greffes cardiaques sont réalisées chaque année, alors que plus de 10 000 Français sont en attente d’une transplantation. Carmat prévoit de fabriquer environ 300 cœurs artificiels par an d’ici trois ans dans son usine de Vélizy (Yvelines). Ce cœur artificiel coûte environ 150 000 euros. La question est désormais de savoir quelle sera la prise en charge de la Sécurité sociale.

 

 

Le cœur artificiel de l’entreprise française Carmat autorisé à la vente en Europe

Le 24/12/20 / Ouest France

 

Le 22 décembre, l’entreprise française Carmat, spécialisée dans la biotechnologie, a obtenu le marquage CE pour son cœur artificiel. Elle peut donc désormais le commercialiser.

L’entreprise française de santé Carmat peut commercialiser son cœur artificiel sur l’ensemble du territoire de l’Union Européenne dès 2021. La société de biotechnologie a obtenu le marquage CE le 22 décembre.

Le cœur artificiel développé par Carmat est un dispositif à destination des personnes souffrant d’insuffisance cardiaque. Le cœur artificiel a pour but de remplacer les ventricules du cœur afin de reproduire « l’action d’un cœur natif, fournissant un soutien circulatoire mécanique et rétablissement une circulation mécanique et rétablissant une circulation sanguine normale dans le corps », précise l’entreprise sur son site.

Des commandes attendues en Allemagne

Selon Les Echos, des premières commandes sont attendues en Allemagne, pour le second trimestre 2021. « Dès janvier, nous allons accélérer la montée en puissance de nos activités de production et intensifier les discussions avec nos principaux clients cibles, afin de procéder à un lancement commercial fluide au cours du deuxième trimestre 2021 », s’est félicité Stéphane Piat, directeur général de la firme, dans un communiqué.

En février dernier, l’entreprise française avait reçu l’approbation pour un essai clinique aux États-Unis sur des patients humains. Fondée en 2008, Carmat avait réalisé la première implantation d’un cœur bioprothétique à Nantes en 2016. Le 20 octobre dernier Carmat avait pu reprendre ses essais cliniques de son cœur artificiel en France.

Le cœur artificiel de Carmat n’a aucun équivalent médico-technologique dans le monde, rappellent Les Echos.

 

 . Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 23/01/14, intitulé : Carmat : Un rêve se réalise.

Partager cet article
Repost0

Comment anticiper l'avenir ?

Publié le par Jacques SAMELA.

Comment anticiper l'avenir ?
Comment anticiper l'avenir ?
Vu et lu dans Les Echos du 23/09/20

Vu et lu dans Les Echos du 23/09/20

Haut-commissaire au plan, François Bayrou détaille sa feuille de route

https://www.ouest-france.fr/politique/haut-commissaire-au-plan-francois-bayrou-detaille-sa-feuille-de-route-7046397

le 10/11/2020 

Le haut-commissaire au plan dévoile ses priorités : aménagement du territoire, avenir des jeunes, indépendance industrielle…

 

François Bayrou a été auditionné mercredi 4 novembre par la commission des affaires économiques du Sénat.

Pourquoi un Commissariat au plan ?

François Bayrou, nommé haut-commissaire au plan début septembre, rappelle que si un pays comme la Chine gouverne à 30 ans, la France, elle, ne le fait qu’à 30 jours et encore ! » Pour le maire de Pau, oublier ce travail de prospective est donc une erreur absolue. « Cette crise sanitaire a démontré l’impréparation du pays. Il nous faut absolument améliorer notre indépendance dans la production de matériels de soins et de médicaments. 

Comment François Bayrou compte-t-il travailler ?

Ils seront une quinzaine autour de lui. Le maire de Pau entend être en contact intime  avec les industriels, les chercheurs…  La France est la championne du monde des compétences inutilisées. Il faut mettre ces gisements en exploitation. 

Un Premier ministre bis ?

François Bayrou s’en défend. « Je ne cherche pas de pouvoir. Je veux simplement que ces questions autour de l’avenir du pays soient réimplantées dans le débat. »

Quels thèmes prioritaires ?

Le maire de Pau compte, notamment, réfléchir sur l’aménagement du territoire. « Il y a d’autres modes de vie que la métropolisation galopante. » Une petite équipe du plan travaillera donc depuis Pau. « Il n’est pas nécessaire d’être à Paris pour participer à la réflexion sur le futur du pays. »

La question de l’avenir des jeunes préoccupe également François Bayrou.   Quand on a 20 ou 22 ans et que l’univers qu’on vous propose, c’est le confinement ; quand aucune porte n’est ouverte sur le marché du travail, je suis inquiet. Cela fait des décennies qu’il n’y a plus de projets pour les jeunes. 

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/09/le-commissariat-au-plan.html

Partager cet article
Repost0

Malgré tout, CHAMPAGNE

Publié le par Jacques SAMELA.

Malgré tout, CHAMPAGNE
Malgré tout, CHAMPAGNE
Vu et lu dans Art & Décoration
Vu et lu dans Art & Décoration

Vu et lu dans Art & Décoration

Vu et lu dans Art & Décoration
Vu et lu dans Art & Décoration

Vu et lu dans Art & Décoration

Vu et lu dans Art & Décoration
Vu et lu dans Art & Décoration

Vu et lu dans Art & Décoration

Vus et lus dans Challenges n° 662 du 09/07/2, et Les Echos du 28/09/20
Vus et lus dans Challenges n° 662 du 09/07/2, et Les Echos du 28/09/20

Vus et lus dans Challenges n° 662 du 09/07/2, et Les Echos du 28/09/20

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 29 décembre 2017, intitulé : Le champagne, des bulles, des bulles, toujours des bulles.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.

A consommer avec modération.

 

Partager cet article
Repost0

Industrie & Territoires : Un caviar bien de chez nous

Publié le par Jacques SAMELA.

Industrie & Territoires : Un caviar bien de chez nous
Industrie & Territoires : Un caviar bien de chez nous

Après les paludiers de la presqu’ile de Guérande (http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/10/industrie-territoires-l-eldorado-de-la-presqu-ile-guerandaise.html), voici les pisciculteurs du caviar à la française, car oui, cela existe également chez nous, et plus particulièrement en Nouvelle Aquitaine, avec six acteurs, dont quatre (Groupe Kaviar, Caviar House & Prunier, Caviar de France, l’Esturgeonnière) sont regroupés sous l’appellation « Caviar d’Aquitaine » (www.caviar-aquitaine.org), les deux derniers (Perle Noire et Caviar de Neuvic) étant manifestement indépendant, et un en Sologne, intitulé tout simplement, Caviar de Sologne (www.caviardesologne.fr).

Et ces acteurs permettent l’air de rien à la France de revendiquer la 3ème place au classement des producteurs de caviar, derrière la Chine et l’Italie, avec pour l’année 2019, 43,5 tonnes recueillis, dont 41,5 tonnes en Aquitaine, et 2 tonnes en Sologne.

Mais au fait, comment se fait-il que la France soit devenue une terre de production de ce met de choix, et bien évidemment de luxe ?

Tout d’abord, il faut savoir que la salaison des œufs remonterait aux Phéniciens, mais que c’est surtout au XVII siècle en Russie, sans oublier l’Iran, où l’appellation caviar viendrait d’un mot perse qui signifierai « œufs de poisson », que la production à vraiment pris son envol, avec une petite anecdote concernant sa première apparition en France et le roi Louis XV, goûtant et recrachant illico presto le caviar offert par le tsar Pierre Le Grand son invité.

Mais l’intérêt véritable des français viendrait lui après la révolution bolchévique (1917), et l’arrivée en nombre de ces russes dits blancs, car tsaristes et non rouges comme étaient appelés les communistes, avec dans leurs valises des boites de ce met si apprécié à la cour du dernier tsar de Russie, et qui en France se mariera à merveille avec le champagne (http://competitiviteinfrance.overblog.com/2017/12/le-champagne-des-bulles-des-bulles-toujours-des-bulles.html), devenant en cela  le couple parfait des fêtes mémorables de la haute société française de l’époque.

Mais l’engouement fut tel, et pas seulement en France, que la production en elle-même fût mise en danger, car issue de la pêche à l’esturgeon sauvage, notamment dans la mer Caspienne, où justement les réserves commencèrent à baisser drastiquement, avant que la convention de Washington pour la protection des espèces en danger décida en 1998 d’ajouter l’esturgeon sur la liste des espèces en voie de disparition, ce qui obligera l’ensemble de la profession à changer sa puisette de main, et de passer définitivement à l’élevage en en pisciculture.

Ce que la France commença même à échafauder dès 1993, avec des études menées par le CEMAGREF à l’époque, l’INRAE aujourd’hui (www.inrae.fr) pour un repeuplement naturel de ce poisson vieux de 300 millions d’années quand même, menant finalement à des évaluations plus que positives pour considérer l’élevage en ferme comme une solution non dénuée de sens, en cela qu’elle permettait aux esturgeons sauvages de se régénérer définitivement, sans pour autant rendre ce produit déjà rare et donc cher, impossible à produire en quantité raisonnable.

Et c’est donc en France (déjà en Aquitaine) que les premières fermes d’élevage furent installées, produisant donc ce caviar d’élevage connu désormais, soit près de 90 % de la production mondiale aujourd’hui, mais aussi produisant des alevins d’esturgeons élevés par la suite dans le monde entier.

Mais aujourd’hui, et plus particulièrement cette année, la profession fait face à une baisse inquiétante de ses commandes, dû bien évidemment à la fermeture des restaurants, qui représente chaque année 40 % de leurs ventes, mais aussi à une concurrence féroce, qui elle, représentée notamment par la Chine et ses 90 tonnes de production chaque année, dont 40 % importé en France, à des prix défiant toute concurrence, risquant au final de tuer une spécificité française, car ne l’occultons pas, ce produit est toujours considéré comme le nec plus ultra, donc cher, voire très cher, pour bon nombre de français.

Français, qui comme moi, ne connaissaient pas ou peu l’existence d’une production hexagonale (21 %), même si 53 % en ont déjà goutés au moins une fois, pour ma part, jamais, et 12 % en consommant chaque année.

Mais au fait, pourquoi est-ce encore relativement cher aujourd’hui, alors que sa production n’est plus liée aux aléas des récoltes d’antan ?

La rareté malgré tout, mais manifestement pas seulement, car la production en elle-même est quand même assez longue, avec notamment une attente de 7 ans avant que la femelle esturgeon puisse pondre des œufs, avec seulement  1kg environ pour un spécimen de 8 kg, et suivi par une fabrication pouvant atteindre 13 opérations dans un environnement stérilisé, nécessitant bien évidemment une maîtrise technique de très haut niveau.

Alors, même si les ventes vers l’Asie (Japon, Hong-Kong, Singapour) sont plutôt bien reparties, et que la filière fait le forcing, publicitaire, médiatique, pour que les ventes hexagonales compensent au mieux le manque à gagner de cette année, certains demandent avec insistance la création d’une indication géographique protégée (IGP), garante d’un savoir-faire et d’une origine géographique (justement) bien définie, s’appliquant habituellement aux secteurs agricoles, agroalimentaires et viticoles, mais étonnement pas obligatoire pour ce produit.

Donc, à ceux qui en dégustent chaque année, vous vous rappelez, ils représentent 12 %, à ceux qui en dégustent occasionnellement, et puis à ceux qui souhaiteraient marquer le coup cette année, privilégiez la production nationale,  tout en évitant quand même les contres-façons, nombreuses sur internet.

Jacques Samela

 

Sources :

. https://franchementbien.fr/du-caviar-made-in-france/#:~:text=La%20France%20produit%2035%20tonnes%20de%20caviar%20par,des%20fermes%20d%E2%80%99%C3%A9levage%2C%20comme%20ceux%20produits%20en%20France.

. https://www.ouest-france.fr/economie/agriculture/covid-19-le-caviar-francais-cherche-a-sauver-son-noel-7080439

. https://kissmychef.com/uncategorized/les-francais-et-le-caviar/

. https://www.caviarpassion.com/content/94-caviar-francais.html

 

A lire :

. https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/marketing-vente/0610102456420-caviar-les-producteurs-a-la-peche-aux-consommateurs-pour-les-fetes-341279.php#xtor=RSS-24

. https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/financer-sa-croissance/le-caviar-made-in-france-huso-leve-745-000-euros-102605.php

. https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/kaviari-%c3%a0-la-t%c3%aate-de-l-entreprise-familiale-karin-nebot-veut-d%c3%a9complexer-le-caviar/ar-BB1cchT6?li=BBkGbOY

Vu et lu dans Version Femina n° 3857 du 13/12/20

Vu et lu dans Version Femina n° 3857 du 13/12/20

Publié dans Les dossiers

Partager cet article
Repost0

La fin du grand bluff* ?

Publié le par Jacques SAMELA.

La fin du grand bluff* ?
La fin du grand bluff* ?

Ne vous l’avais-je pas annoncé également, après celle du KO de Mister T face à Joe Biden (http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/09/anticipations-espoirs-realite.html), que l’UE et la Grande-Bretagne trouveraient finalement un accord ?

Deviendrai-je finalement Madame Irma ?

J’aurai bien aimé pour la situation sanitaire, qui comme vous le savez ne s’arrange pas particulièrement, et qui plus est dans l’attente du retour des fêtes. Car en effet, j’avais escompté d’une amélioration nette avant décembre. Raté, mais on y croit avec l’arrivée des vaccins.

Mais revenons à cet accord tant attendu, même du côté britannique malgré ce bluff permanent tout au long des pourparlers, certainement à peaufiner.

En effet, plusieurs questions demeurent, comme par exemple le respect des règles écrites dans les 1 000 pages et plus de l’accord, avec un Boris Johnson jamais avare d’un mensonge grossier pour appuyer sa politique, ce que deviendra finalement la Grande-Bretagne dans plusieurs années, quand on connait les velléités de l’Ecosse à rejoindre à nouveau l’Union Européenne, l’éventuelle réunification des deux Irlande, dont une est toujours partie-prenante de l’UE, et quid du Pays de Galles également ?

Certains britanniques disent même qu’avec le Brexit, effectif dès le 1er janvier 2021, leur ile vient de retourner aux années cinquante, mais cette fois-ci sans leur empire derrière eux, et avec un nouveau président américain, à la différence de Mister T, d’origine irlandaise, et peu amène avec BJ, le comparant même à son ancien adversaire, anéantissant, au moins pour quelque temps, un possible accord commercial de grande ampleur.

Donc, qu’en sortira-t-il réellement, un Royaume désuni, un futur roi limité à la seule Angleterre ? L’avenir nous le dira, mais en tout cas, face aux enjeux de demain, il est clair que son influence diminuera significativement.

*Bluff : Mot d’origine britannique. Procédé pratiqué surtout au poker, et qui consiste à miser gros sans avoir un bon jeu, afin que l’adversaire renonce à jouer. Le Petit Larousse

Jacques Samela

 

A lire :

. https://www.franceinter.fr/brexit-quatre-ans-de-negociations-resumes-en-cinq-minutes-de-lecture

 

Vus et lus dans Le Figaro du 10/09/20, le JDD du 20/12/20, et les Echos du 30/09/20
Vus et lus dans Le Figaro du 10/09/20, le JDD du 20/12/20, et les Echos du 30/09/20
Vus et lus dans Le Figaro du 10/09/20, le JDD du 20/12/20, et les Echos du 30/09/20

Vus et lus dans Le Figaro du 10/09/20, le JDD du 20/12/20, et les Echos du 30/09/20

Vu et lu dans le JDD du 27/12/20
Vu et lu dans le JDD du 27/12/20

Vu et lu dans le JDD du 27/12/20

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>