Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Brevets (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 21 avril 2015, intitulé : France brevets, valorisation à la française.

. Pour suivre la remise du Prix de l'inventeur européen 2016 du 09 juin 2016 : http://www.epo.org/learning-events/european-inventor/stream.html

Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016
Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016
Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016
Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016
Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016
Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016
Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016
Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016
Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016
Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016
Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016
Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016
Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016

Vus et lus dans Ecoreseau n°27 de février 2016, Electroniques n°68 de février 2016, Le Parisien Economie du 29 février 2016, Les Echos du 04 mars 2016, du 05 avril 2016, du 27 avril 2016 et du 06 juin 2016

Partager cet article
Repost0

Les IAA (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 14 mars 2016, intitulé : Les IAA, de nombreux challenges à relever.

Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3457 du 25 février 2016, Smart-Industries n° 9 de mars 2016, Les Echos du 11 avril 2016, et Libération du 10 mai 2016
Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3457 du 25 février 2016, Smart-Industries n° 9 de mars 2016, Les Echos du 11 avril 2016, et Libération du 10 mai 2016
Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3457 du 25 février 2016, Smart-Industries n° 9 de mars 2016, Les Echos du 11 avril 2016, et Libération du 10 mai 2016
Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3457 du 25 février 2016, Smart-Industries n° 9 de mars 2016, Les Echos du 11 avril 2016, et Libération du 10 mai 2016
Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3457 du 25 février 2016, Smart-Industries n° 9 de mars 2016, Les Echos du 11 avril 2016, et Libération du 10 mai 2016
Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3457 du 25 février 2016, Smart-Industries n° 9 de mars 2016, Les Echos du 11 avril 2016, et Libération du 10 mai 2016
Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3457 du 25 février 2016, Smart-Industries n° 9 de mars 2016, Les Echos du 11 avril 2016, et Libération du 10 mai 2016
Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3457 du 25 février 2016, Smart-Industries n° 9 de mars 2016, Les Echos du 11 avril 2016, et Libération du 10 mai 2016
Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3457 du 25 février 2016, Smart-Industries n° 9 de mars 2016, Les Echos du 11 avril 2016, et Libération du 10 mai 2016

Vus et lus dans l'Usine Nouvelle n° 3457 du 25 février 2016, Smart-Industries n° 9 de mars 2016, Les Echos du 11 avril 2016, et Libération du 10 mai 2016

Partager cet article
Repost0

Les entreprises familiales (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

. Pour plus d'information sur le sujet, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 12 octobre 2015, intitulé : Les entreprises familiales, pérennité et compétitivité.

Vus et lus dans Les Echos du 23 mai 2016,et Courrier Cadres & Dirigeants de février 2016
Vus et lus dans Les Echos du 23 mai 2016,et Courrier Cadres & Dirigeants de février 2016
Vus et lus dans Les Echos du 23 mai 2016,et Courrier Cadres & Dirigeants de février 2016
Vus et lus dans Les Echos du 23 mai 2016,et Courrier Cadres & Dirigeants de février 2016
Vus et lus dans Les Echos du 23 mai 2016,et Courrier Cadres & Dirigeants de février 2016
Vus et lus dans Les Echos du 23 mai 2016,et Courrier Cadres & Dirigeants de février 2016

Vus et lus dans Les Echos du 23 mai 2016,et Courrier Cadres & Dirigeants de février 2016

Partager cet article
Repost0

Confiance et croissance, ou croissance et confiance ?

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans Challenges n° 463 du 04 février 2016, Ecoreseau et Management de février 2016
Vus et lus dans Challenges n° 463 du 04 février 2016, Ecoreseau et Management de février 2016
Vus et lus dans Challenges n° 463 du 04 février 2016, Ecoreseau et Management de février 2016
Vus et lus dans Challenges n° 463 du 04 février 2016, Ecoreseau et Management de février 2016
Vus et lus dans Challenges n° 463 du 04 février 2016, Ecoreseau et Management de février 2016
Vus et lus dans Challenges n° 463 du 04 février 2016, Ecoreseau et Management de février 2016
Vus et lus dans Challenges n° 463 du 04 février 2016, Ecoreseau et Management de février 2016

Vus et lus dans Challenges n° 463 du 04 février 2016, Ecoreseau et Management de février 2016

Partager cet article
Repost0

Tolix, le renouveau d'une dame de fer

Publié le par Jacques SAMELA.

Après Fermob (voir le dossier du 01/07/13), voici une autre incursion dans le monde, français, du mobilier dit industriel, en l’occurrence Tolix (www.tolix.fr).

Son modèle phare, connu sous le nom de chaise A, est exposé au centre Georges Pompidou à Paris, et au MoMa de New York.

Par-contre, sa fabrication elle, est toujours située à Autun en Saône et Loire (Bourgogne), fief de son créateur, Xavier Pauchard (1880-1948), pionnier de la galvanisation en France.

En effet, jeune plombier-zingueur, il créer un atelier de chaudronnerie en 1908, afin de produire des articles à usages en tôle galvanisés, suivi dans les années 20 par la production d’une gamme complète de meubles métalliques (chaises, fauteuils, tabourets, tables, etc…), et en 1927, le dépôt de la marque en question.

Ces meubles, dits à usage collectif, sont utilisés dans les jardins publics, les cafés, les bureaux, les hôpitaux, avec notamment l’utilisation de cette chaise A sur le paquebot Normandie en 1935, considéré comme l’un des plus beaux paquebots au monde, et durant l’Exposition Universelle de Paris en 1937.

A la mort du créateur, deux de ses fils reprennent l’activité, et créent en 1954 la société Tolix, complétant la gamme de mobilier par la table « 55 » et le fauteuil « A56 », avec près de 60 000 pièces fabriquées chaque année par les 80 ouvriers que compte l’entreprise.

Familiale jusqu’en 2004, année de sa liquidation judiciaire, elle est reprise de suite par Madame Chantal Andriot, son ancienne directrice financière, accompagnée d’une vingtaine de salariés, garant d’un certain savoir-faire, avec comme souhait de redonner un souffle nouveau à cette entreprise un peu endormie, perpétuant en cela l’exigence de la qualité et l’innovation.

Elle s’entourera également de deux jeunes designers que sont Jean-François Dingjian et Eloi Chafaï de l’agence Normal Studio, afin d’apporter ce côté contemporain largement manquant.

Aujourd’hui, avec 95 salariés, une utilisation renforcée de machines numériques ultra-performantes, l’entreprise Tolix réalise la moitié de son chiffre d’affaires à l’export, avec une part non négligeable aux Etats-Unis, et son produit phare, la chaise A donc, se retrouve dans tous les hôtels Mama Shelter du designer français Philippe Starck (voir le dossier du 31 mars 2015), et la marque Conran Shop (www.conranshop.fr) la vend dans l’ensemble de ses boutiques.

Ce succès, récompensé en 2006 par l’obtention du label « Entreprise du patrimoine vivant», on le doit grâce à l’engouement du mobilier à l’esthétique industrielle, mais surtout à sa dirigeante actuelle, qui a su, au moment de la reprise de l’entreprise, avec ses 20 employés, repenser l’élaboration de leurs produits en répondant enfin aux attentes des clients, mais surtout en misant sur la couleur, plus dans l’air du temps, et non démenti encore aujourd’hui.

Et afin de continuer sur cette lancée, c’est dans le cadre des 80 ans de l’existence de cette entreprise que sa dirigeante a confié à huit designers la décoration de chaises A (plus à présenter désormais), leur demandant une interprétation toute personnelle, avec au final, l’exposition « Face to Face with an Icon », passé notamment par Milan, l’une des capitale du design européen, si ce n’est mondial.

C’est donc une nouvelle ère qui s’ouvre à cette octogénaire, avec comme idée, de se servir du passé (réédition du petit fauteuil appelé « La Mouette »), pour se préparer un avenir radieux.

Jacques Samela

Sources :

. Télérama n° 3412 du 03 juin 2015

. Magazine Le Parisien du 03 juillet 2015

. Industrie & Technologies du 08 septembre 2015

. www.franchementbien.fr

. http://facetoface.tolix.fr

Tolix, le renouveau d'une dame de fer
Tolix, le renouveau d'une dame de fer
Tolix, le renouveau d'une dame de fer
Tolix, le renouveau d'une dame de fer

Publié dans L'entreprise du mois

Partager cet article
Repost0

Juin 2016

Publié le par Jacques SAMELA.

Du 01 au 02 juin 2016

. Seanergy / www.seanergy-convention.com

Du 01 au 03 juin 2016

. Nanotech / www.setcor.org

Le 02 juin 2016

. Forum 5i / www.forum5i.fr

Du 06 au 07 juin 2016

. 10ème rencontres de la performance énergétique / www.planbatimentdurable.fr

Du 07 au 09 juin 2016

. Sepag / www.salon-sepag.fr

Du 08 au 09 juin 2016

. Nafems France 2016 / www.nafems.org

. Enova Angers / www.enova-event.com

. Svtm / www.svtm.eu

Le 16 juin 2016

. Inosport / www.inosport.fr

Du 13 au 17 juin 2016

. Eurosatory / www.eurosatory.com

Du 14 au 16 juin 2016

. Transports public 2016 / www.transportspublics-expo.com

. Interoute & Ville / www.interoute-ville.com

Du 15 au 16 juin 2016

. Salon des Entrepreneurs Lyon / www.salondesentrepreneurs.com

. Process Industries Breizh / www.processindustries.fr

Du 28 au 30 juin 2016

. World Nuclear Exhibition / www.world-nuclear-exhibition.com

. Toulouse Space Show / www.toulousespaceshow.eu

. Sud Agro Industries / www.sudagroindustries.com

Du 30 juin au 02 juillet 2016

. Viva Technology / www.vivatechnologyparis.com

Juin 2016

Publié dans Agenda

Partager cet article
Repost0

J'aime / J'aime pas

Publié le par Jacques SAMELA.

Vus et lus dans Les Echos du 26 février 2016, du 03 et du 07 mars 2016, du 13 avril 2016, et du 24 mai 2016
Vus et lus dans Les Echos du 26 février 2016, du 03 et du 07 mars 2016, du 13 avril 2016, et du 24 mai 2016
Vus et lus dans Les Echos du 26 février 2016, du 03 et du 07 mars 2016, du 13 avril 2016, et du 24 mai 2016
Vus et lus dans Les Echos du 26 février 2016, du 03 et du 07 mars 2016, du 13 avril 2016, et du 24 mai 2016
Vus et lus dans Les Echos du 26 février 2016, du 03 et du 07 mars 2016, du 13 avril 2016, et du 24 mai 2016
Vus et lus dans Les Echos du 26 février 2016, du 03 et du 07 mars 2016, du 13 avril 2016, et du 24 mai 2016
Vus et lus dans Les Echos du 26 février 2016, du 03 et du 07 mars 2016, du 13 avril 2016, et du 24 mai 2016
Vus et lus dans Les Echos du 26 février 2016, du 03 et du 07 mars 2016, du 13 avril 2016, et du 24 mai 2016

Vus et lus dans Les Echos du 26 février 2016, du 03 et du 07 mars 2016, du 13 avril 2016, et du 24 mai 2016

Publié dans J'aime - J'aime pas

Partager cet article
Repost0

Iran, des opportunités à ne pas rater

Publié le par Jacques SAMELA.

Iran, des opportunités à ne pas rater

Samedi 16 janvier 2016, la communauté internationale lève les sanctions économiques misent en place en 2006, afin de forcer l’Iran à stopper son programme nucléaire, soupçonné d’ambitions militaires.

Le 28 janvier 2016, durant la visite du président iranien Hassan Rohani à Paris, une première depuis 1998, le groupe Airbus décroche un accord pour l’achat de 118 appareils, Aéroports de paris et le groupe Bouygues signent eux un protocole d’accord pour l’extension de l’aéroport de Téhéran, la capitale du pays, et le groupe Vinci a été choisi lui pour développer les aéroports de Mechhed et d’Ispahan.

Mais, qu’en est-il vraiment de ce que d’aucuns appellent déjà aujourd’hui le nouvel eldorado ?

Tout d’abord, la 4ème réserve mondiale de pétrole, la 2ème de gaz, et un PIB avoisinant les 400 milliards de dollars.

Ensuite, avec près de 80 millions d’habitants, avides de produits de consommation occidentaux, dont la moitié est âgé de 20 à 45 ans, avec plus de 200 000 ingénieurs formés par an, et près de 800 000 diplômés de l’enseignement supérieur, ce pays, grand comme trois fois la France, bénéficie de bonnes infrastructures ferroviaires, portuaires et aéroportuaires, s’appuyant également sur un réseau de télécommunication bien développé.

Le secteur industriel est également de bonne facture, avec des points forts dans le secteur automobile, la sidérurgie, le textile, la plasturgie, sans oublier le secteur des mines, avec un potentiel peu soupçonné de 43 milliards de tonnes de réserve de minéraux, composés de charbon, de cuivre, d’or, et de minerai de fer.

Seulement, avec les sanctions économiques, l’Iran a justement besoin aujourd’hui de restructurer et de moderniser ses capacités de production, ses infrastructures, et c’est là que la France peut y jouer, voire y rejouer son rôle, car, les relations commerciales franco-iraniennes s’étant développées dès le moyen-âge, sous la dynastie des Safavides (1501-1736), c’est donc avec une sensibilité à la culture française, une bonne image glanée au fil du temps, et une appréciation non démentie pour le savoir-faire à la française qui permettra ce rapprochement souhaité de parts et d’autres.

Mais, de 4 milliards d’Euros d’échanges commerciaux en 2004, à 500 millions d’Euros en 2013, il est indéniable que la France fut la grande perdante des sanctions contre l’Iran, avec en 2013, 0,82 % de parts de marché et en 2014, 0,68 %, la plaçant au septième rang en tant que fournisseur de ce pays. La Chine, la Corée du sud et l’inde s’adjugeant eux les trois premières places, car n’étant pas assujettis aux sanctions.

Et, pour rattraper ce temps perdu, il faudra donc à la France de patienter, car ce marché en devenir, dont les investissements sont estimés entre 30 et 50 milliards, est assez difficile d’accès pour celui qui compte venir seul, car encore assez protectionniste, l’Iran n’est qu’à la 118ème place dans le classement sur la facilité des affaires, avec une administration tatillonne, et des clivages politiques importants, dont il faut connaître, et surtout ne pas négliger.

Donc, c’est plutôt en privilégiant les partenariats que la France et l’Iran pourront reconstruire des relations économiques quelques peu malmenées ces dernières années, avec comme exemple, le secteur automobile et notamment Renault qui a su malgré les aléas garder des contacts plus que poussés, le secteur pharmaceutique avec Sanofi qui dispose lui d’un bureau de représentation, et qui vend ses produits par un réseau de grossistes, ou encore le secteur agroalimentaire, avec le groupe Belem>, présent depuis 2007 sous la forme d’une co-entreprise avec une société locale.

Et, s’il est un secteur sur lequel la France peut s’appuyer pour accompagner sa reconquête, c’est bien celui de la cosmétique, car avec le positionnement de septième marché mondial, deuxième marché du Moyen-Orient évalué à 3,5 milliards de dollars, et l’absence des marques américaines, il serait pertinent que nos champions se placent rapidement, en tenant compte bien sur des spécificités du pays, mais en faisant jouer un savoir-faire reconnu partout ailleurs.

Mais bien évidemment, d’autres secteurs, déjà bien représentés aujourd’hui, permettront certainement à la France de poser des jalons pour l’avenir, en l’occurrence l’agroalimentaire, les services, l’industrie manufacturière, la santé, le secteur pharmaceutique.

Et pour appuyer l’ensemble des entreprises désirant se confronter à ce marché prometteur, l’agence gouvernementale Business France (www.businessfrance.fr) y a ouvert un bureau en septembre dernier, avec comme actions notamment, d’accompagner des délégations d’entreprises sur des salons phares, comme par exemple la Foire industrielle de Téhéran en octobre prochain, et la Coface (www.coface.fr) a rouvert elle ses lignes d’assurance-crédit, étant donné que les banques iraniennes sont à nouveaux connectées aux échanges Swift.

Donc, tout n’est pas acquis, loin de là même, car les trois pays cités plus hauts ne se laisseront pas faire aussi facilement, mais contrairement à ceux-ci, la qualité des produits français, garant d’un savoir-faire reconnu, et répondant aux désirs de consommation des iraniens, sauront certainement faire la différence.

Jacques Samela

Sources :

. L’Usine Nouvelle n° 3 449 du 17 décembre 2015.

. Les Echos du 18 janvier 2016.

. Challenges du 04 février 2016.

. Mécasphère du mois de mars 2016.

. L’Usine Nouvelle n° 3 459 du 10 mars 2016.

. Le Monde du 04 mai 2016.

. www.tresor.economie.gouv.fr/pays/iran >

. www.senat.fr >

Iran, des opportunités à ne pas rater
Iran, des opportunités à ne pas rater
Iran, des opportunités à ne pas rater
Iran, des opportunités à ne pas rater

Publié dans Les dossiers

Partager cet article
Repost0

La filière robotique française (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 03 avril 2013, intitulé : La filière robotique, une filière d'avenir pour l'industrie française ?

Vus et lus dans Les Echos du 15 février 2016, L'Usine Nouvelle n° 3 457 du 25 février 2016, et dans Ecomeca n° 66 de mars 2016
Vus et lus dans Les Echos du 15 février 2016, L'Usine Nouvelle n° 3 457 du 25 février 2016, et dans Ecomeca n° 66 de mars 2016
Vus et lus dans Les Echos du 15 février 2016, L'Usine Nouvelle n° 3 457 du 25 février 2016, et dans Ecomeca n° 66 de mars 2016
Vus et lus dans Les Echos du 15 février 2016, L'Usine Nouvelle n° 3 457 du 25 février 2016, et dans Ecomeca n° 66 de mars 2016
Vus et lus dans Les Echos du 15 février 2016, L'Usine Nouvelle n° 3 457 du 25 février 2016, et dans Ecomeca n° 66 de mars 2016
Vus et lus dans Les Echos du 15 février 2016, L'Usine Nouvelle n° 3 457 du 25 février 2016, et dans Ecomeca n° 66 de mars 2016
Vus et lus dans Les Echos du 15 février 2016, L'Usine Nouvelle n° 3 457 du 25 février 2016, et dans Ecomeca n° 66 de mars 2016

Vus et lus dans Les Echos du 15 février 2016, L'Usine Nouvelle n° 3 457 du 25 février 2016, et dans Ecomeca n° 66 de mars 2016

Partager cet article
Repost0

Carmat, Gemalto, Netatmo, Opendatasoft, Parrot (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

1/ Pour plus d'informations sur Carmat, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 23 janvier 2014.

2/ Pour plus d'informations sur Gemalto, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 30 septembre 2014.

3/ Pour plus d'informations sur Netatmo, " " le dossier du 18 janvier 2016.

4/ Pour plus d'informations sur Opendatasoft, " " le dossier du 23 novembre 2015.

5/ 40 M€ de pertes pour Parrot au 1er trimestre / 17/05/2016 / VIPress.net

Le groupe Parrot a réalisé au premier trimestre un chiffre d’affaires de 33,1 M€. Ajusté des éléments non récurrents, le chiffre d’affaires du 1er trimestre est de 49,4 M€. Sa perte opérationnelle ressort à 40,3 M€ et à 25,9 M€ ajusté des éléments non récurrents. La perte nette part du groupe s’établit ainsi à 39,1 M€ et les intérêts minoritaires, soit les participations dans les start-up évoluant dans l’écosystème des drones civils professionnels, représentent une perte de 1,0 M€.

De caractère exceptionnel, ces résultats sont ponctuellement affectés par la mise en place de la nouvelle organisation permise par l’augmentation de capital pour saisir au mieux l’importante opportunité du marché des drones.

Les dépenses de R&D du trimestre se sont en particulier élevées à 16,7 M€, contre 14,8 M€ au 1er trimestre 2015. La R&D se focalise sur la finalisation d’une sélection de produits grand public à lancer au 2e semestre et sur la verticalisation des technologies, solutions et services drones professionnels par métiers (cartographie, agriculture de précision et surveillance).

Les recrutements en cours visent à porter l’effectif de la R&D Groupe à au moins 650 personnes (contre 516 au 31/03/16) et ainsi permettre une accélération durable du rythme de lancement de produits et de la capacité d’innovation dans les drones civils grand public et professionnels.

" Ces résultats ne reflètent évidemment pas nos ambitions de croissance de 2016. En revanche, ils s’expliquent par la mise en place de la nouvelle organisation de notre stratégie commerciale et les nombreuses actions pour structurer le groupe et accompagner son développement. C’est une optimisation profonde de nos méthodes et de nombreux recrutements en France et à l’international pour servir notre capacité d’innovation, notre développement et notre originalité.

Cette étape est indispensable à la construction d’un acteur de référence sur le marché des drones civils. Nous abordons l’avenir, et en particulier les lancements de drones et d’objets connectés du second semestre, avec de meilleurs atouts pour conquérir nos marchés », assure Henri Seydoux, p-dg et fondateur de Parrot.

Fondé en 1994, Parrot, dont le siège est à Paris, conçoit, développe et commercialise des produits sans fil de haute technologie à destination du grand public et des grands comptes dans trois principaux secteurs : les drones civils et professionnels, systèmes de communication mains-libres et d’info-divertissement pour la voiture, ainsi que les objets connectés dans les domaines du son et du jardin notamment.

Au 31 mars 2016, les effectifs du groupe étaient de 1 137 personnes contre 1 046 au 31 décembre 2015.

Vus et lus dans Les Echos du 29 février 2016, du 07 mars 2016, du 22 mars 2016, du 18 avril 2016, et dans l'Usine Nouvelle du 10 mars 2016
Vus et lus dans Les Echos du 29 février 2016, du 07 mars 2016, du 22 mars 2016, du 18 avril 2016, et dans l'Usine Nouvelle du 10 mars 2016
Vus et lus dans Les Echos du 29 février 2016, du 07 mars 2016, du 22 mars 2016, du 18 avril 2016, et dans l'Usine Nouvelle du 10 mars 2016
Vus et lus dans Les Echos du 29 février 2016, du 07 mars 2016, du 22 mars 2016, du 18 avril 2016, et dans l'Usine Nouvelle du 10 mars 2016
Vus et lus dans Les Echos du 29 février 2016, du 07 mars 2016, du 22 mars 2016, du 18 avril 2016, et dans l'Usine Nouvelle du 10 mars 2016
Vus et lus dans Les Echos du 29 février 2016, du 07 mars 2016, du 22 mars 2016, du 18 avril 2016, et dans l'Usine Nouvelle du 10 mars 2016

Vus et lus dans Les Echos du 29 février 2016, du 07 mars 2016, du 22 mars 2016, du 18 avril 2016, et dans l'Usine Nouvelle du 10 mars 2016

Partager cet article
Repost0