Ma visite au Salon du Bourget.

Publié le par Jacques SAMELA.

Comme indiqué dans le dossier du mois de mai dernier, je me suis rendu au Salon du Bourget hier, afin tout d’abord d’y rencontrer mes partenaires sur le dossier aéronautique élaboré pour le quotidien Les Echos, je les en remercie encore, mais aussi pour vous donner une petite idée de l’ambiance.

Donc, arrivé à la gare du Bourget vers 9 h 30, il pleut, pas une petite pluie du début d’été, mais plutôt un déluge de fin d’été chaud et humide. Le ciel était noir, l’orage tonnait, c’est à croire que les organisateurs avaient prévu d’arroser (le mot n’est pas assez fort) la 50ème du Salon du Bourget dans la ville du Bourget ? Et si tel était le cas, chapeau, ce fut une belle réussite. Certains s’en rappelleront, notamment les plus mouillés.

Cependant, comme il fallait attendre les navettes gratuites, nombre de personnes se sont justement retrouvés plus que trempés. Idéal pour passer la journée sur un salon. Rusé, et pas mouillé, je décide de prendre un autre chemin, suivi par d’autres rusés, et de prendre un bus RATP, le 152 pour être très précis. Il y 2 ans, j’y étais allé à pieds. Plus long, mais sans pluie.

Le temps de parcours en bus permis au temps de se calmer, de m’emmener à destination, et là, d’attendre mon contact, qui sans le nommer (je le remercie encore), me permis de rentrer sur le salon. L’attente fut un peu plus longue que prévu, toujours en raison du temps, car bloqué sur l’autoroute, mais mon entrée s’effectua quand même, vers 11 h. Me jetant de suite sur un exemplaire du quotidien Les Echos pour vérification, on ne sait jamais, que dirai-je à mes partenaires ? Mais heureusement le dossier en question était en place, et quelle place, avec celui de la rédaction, d’où mon empressement d’aller saluer mes partenaires (je me répète mais bon, merci encore), et de leur en donner quelques exemplaires.

Ensuite, désireux de tâter le pouls de la manifestation, je me suis retrouvé sur le tarmac de l’aéroport du Bourget à prendre des photos que vous retrouverez ci-dessous, mais surtout à regarder les démonstrations en vol du Rafale, de l’A400M, et de l’A380. Je dois avouer que cela était assez impressionnant, et ce même si je ne suis pas un passionné d’avions, malgré mon service militaire dans l’Armée de l’air (Balard), mes lectures de la série « Buck Danny », ou encore le visionnage récurrent de la série télévisé intitulée « Les têtes brulées ».

Et après cet intermède au milieu des vrais aficionados de l’aéronautique, munis d'objectifs ou de jumelles de compétition, et de quelques pontes militaires et civils, car les affaires continuaient, notamment pour Airbus, je suis retourné voir mon contact pour le remercier à nouveau, discuter avec lui autour d’un verre, de choses et d’autres, et notamment d’économie avec l’exemple de la filière aéronautique, qui est certainement à suivre, avant de quitter définitivement le salon avec une nouvelle démonstration du Rafale, et un soleil radieux cette fois-ci. Comme quoi, les organisateurs avaient vraiment tout prévu.

Alors, j’espère que ce petit reportage (le premier d’une longue série ?) sans prétention vous aura plu, et que vous reviendrez lire ce blog, sans prétention également, mais avec comme idée d’informer tout en démontrant que les nouvelles économiques peuvent être bonnes en France

Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Ma visite au Salon du Bourget.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article