Teads, avènement d’une nouvelle licorne ?

Publié le par Jacques SAMELA.

Teads, avènement d’une nouvelle licorne ?

Le secteur des technologies publicitaires digitales ou Adtech, avait déjà été traité dans mon blog par le biais d’un sujet sur la société Criteo (19/11/13), mais, étant un des secteurs en pleine croissance aujourd’hui en France (voir documents ci-dessous), je reviens donc dessus, avec cette fois-ci la nouvelle pépite du moment, Teads (www.teads.tv).

Teads pour « Technology for Advertising », a été créée en 2011, et même si elle est considérée encore comme une start-up, certainement dans l’esprit, elle a déjà tout d’une grande PME de 450 personnes, avec un chiffre d’affaires espéré de 200 million d'Euros et plus pour 2017 (141 millions en 2015).

Son siège social est au Luxembourg, mais elle a des bureaux à Paris, Montpellier, ainsi qu’à Londres, New-York et Miami.

A l’origine de cette aventure, Pierre Chappaz, serial entrepreneur, comme il en existe de plus en plus en France, avec à son actif la création de plusieurs sociétés (Kelkoo, Wikio et Ebuzzing), et sa rencontre avec les fondateurs de Teads Media France, société spécialisée dans la monétisation des publicités en ligne, pour en 2014, la fusion de leur entreprise respective en une seule et même structure appelée Teads.

Aujourd’hui, cette société est classée première plateforme en matière de vidéo native, basant son succès sur un format vidéo de publicité appelé « inRead », non intrusif pour les internautes, un sacerdoce pour l’équipe en place, soucieuse d’éviter que ceux-ci deviennent anti-pub, suite à l’apparition permanente de pop-up durant leur navigation.

Et si il y a bien un autre crédo sur lequel ils ne reviendraient pour rien au monde, car c’est ce qui leur permet de devancer encore aujourd’hui YouTube et Facebook en tant que régie publicitaire par vidéo avec 1,2 milliards de clics ou un milliard de vidéos diffusées chaque mois, c’est bien celui des formats, avec du côté de l’ensemble des acteurs du secteur, l’utilisation du format dit « Instream », consistant à afficher une publicité vidéo avant l’accès au contenu, et du côté de Teads, une innovation, et même une invention de leur part, l’utilisation du format dit « Outstream », consistant lui à dissocier la publicité vidéo du contenu éditorial vidéo.

Sûre de ses acquis, et après avoir obtenue une ligne de financement de 43 millions d’Euros en août 2016 auprès d’un groupement de banques (BNPP, HSBC, Bank of China, Banque Palatine et BpiFrance), Teads va pouvoir s’atteler à attaquer le marché chinois et plus largement l’Asie, après s’être déjà implantée en Amérique Latine, au Japon, ou encore aux Etats-Unis, son premier marché (40 % de son C.A.) auprès des plus grands éditeurs que sont Forbes, Condé Nast ou le Washington Post, mais sans pour autant oublier la France, où elle représente 40 millions de visiteurs uniques, et dont les formats de publicité vidéo sont adoptés par l’ensemble des quotidiens nationaux et régionaux.

Et ce n’est pas sa nouvelle offre de vidéos verticales, pensée pour le mobile et appelée l’InRead Vertical qui devrait ralentir cette croissance, au contraire même, quand on sait que la majorité de l’audience des sites médias est mobile, que 60 % de son inventaire est sur mobile, générant près de 40 % de ses revenus (+ 500 % en 2015) alors que l’an dernier cela n’en représentait que 10 %, on aperçoit bien vite le potentiel d’avenir pour cette société, et ce même si l’un de ses fondateurs, en l’occurrence Loic Soubeyrand la quitte, pour s’occuper à plein temps de sa nouvelle création appelée Lunchr, et dont l’idée est de proposer un service de commande de repas à venir chercher au restaurant ou à consommer à table, et pour laquelle il vient de lever 2,5 millions d’Euros.

Donc, il est fort à parier que nous aurons l’occasion de croiser les formats de Teads, et pas seulement sur l’aspect mobile, car l’objectif est aussi de développer ses prestations sur le web, mais bien évidemment en y respectant l’audience, toujours à même de s’offusquer du matraquage publicitaire auquel nous sommes confrontés parfois, pour ne pas dire à chaque fois, et d’utiliser de plus en plus des bloqueurs de publicités.

Jacques Samela

 

Sources :

. www.teads.tv

. Wikipedia

. Frenchweb.fr du 18/03/16, du 09/06/16, 01/08/16, 29/11/16, du 12/01/17

Vus et lus dans Les Echos du 21 septembre 2016, et du 24 octobre 2016
Vus et lus dans Les Echos du 21 septembre 2016, et du 24 octobre 2016
Vus et lus dans Les Echos du 21 septembre 2016, et du 24 octobre 2016

Vus et lus dans Les Echos du 21 septembre 2016, et du 24 octobre 2016

Publié dans L'entreprise du mois

Commenter cet article