Le biomimétisme, la France enfin

Publié le par Jacques SAMELA.

Le biomimétisme, la France enfin
Le biomimétisme, la France enfin

Comme souvent, pas comme toujours, mais comme bien souvent quand même et c’est bien dommage, la France se retrouve un moment donné distancée dans tel ou tel domaine. Celui en présentation ce jour, le biomimétisme, ne dérogeant pas à cette constatation, car en 2016, un retard évident était déjà constaté, notamment vis-à-vis de l’Allemagne, ayant elle structurée depuis de nombreuses années un réseau d’acteurs, composé de start-ups, de PME, de grandes entreprises, d’universités, où près de 20 établissements enseigne cette « nouvelle » science, autour de ce thème plus que prometteur.

Et pourtant, en 2007, il était déjà considéré comme un outil incontournable de la prochaine révolution industrielle en cours, à même de répondre à un développement définitivement plus durable.

Le biomimétisme, la France enfin
Le biomimétisme, la France enfin
Vu et lu dans Ecomeca  de février 2021
Vu et lu dans Ecomeca  de février 2021

Vu et lu dans Ecomeca de février 2021

Et puis, comme souvent, notre pays a enfin décidé de se pencher pour de bon sur ce sujet, avec l’inauguration en 2014 du Centre européen d’excellence en biomimétisme (CEEBIOS), dont l’objectif sera de fédérer un réseau de compétences, tout en devenant un trait d’union entre la recherche fondamentale ou appliquée, les entreprises, voire les ONG, s’intéressant également de très près à ces différentes techniques.

Et depuis, le centre en question, a déjà identifié près de 200 équipes de recherche travaillant sur le sujet, touchant des secteurs comme la chimie, l’énergie, la robotique, ou encore le domaine des matériaux.

Vu et lu dans Jitec n° 226 de mars/avril 2021
Vu et lu dans Jitec n° 226 de mars/avril 2021
Vu et lu dans Jitec n° 226 de mars/avril 2021
Vu et lu dans Jitec n° 226 de mars/avril 2021

Vu et lu dans Jitec n° 226 de mars/avril 2021

Mais au fait, avant d’aller plus loin, savez-vous vraiment ce qu’est le biomimétisme* ?

Relancé en 1997 par la biologiste américaine Janine Benyus et son livre intitulé « Biomimicry : Innovation Inspired by Nature », il aurait pour les spécialistes près de 4 milliards d’année d’existence, et comme son nom l’indique (si si), il consiste à s’inspirer du monde vivant pour tirer parti des solutions produites par la nature, intégrant pour ce faire toutes les formes, matières, propriétés, processus et fonctions du vivant à différentes échelles (microscopique, macroscopique, écosystémique).

Et les exemples concrets ne manquent pas, car il faut savoir que Léonard de Vinci s’inspirait déjà à son époque des oiseaux et des ailes de chauve-souris pour dessiner ses machines volantes (http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/petitblogdeleonard/2018/03/28/laile-volante-de-leonard-de-vinci/), que les frères Wright, pionniers américains de l’aéronautique, s’inspirèrent eux des vols de pigeons pour élaborer le 1er aéronef plus lourd que l’air (https://www.herodote.net/17_decembre_1903-evenement-19031217.php), et que le Velcro ou Scratch que nous connaissons tous, a été élaboré à partir de plantes dites à crochets, comme la bardane ou la benoîte commune (https://www.especes-menacees.fr/le-saviez-vous/velcro-biomimetisme-plante/).

Mais  bien d’autres, plus actuels ont fait eux aussi l’objet d’inspirations naturelles, comme par exemple l’observation des vautours permettant à Airbus d’améliorer une aile sur l’A320 (https://tpe183.wordpress.com/2017/01/24/ii-le-biomimetisme-ameliorateur-des-vols/), occasionnant en cela une économie de 4 % sur le carburant, soit l’équivalent de plusieurs centaines de millions d’Euros épargnés chaque année, ou encore l’étude de la trompe du moustique par deux entreprises pharmaceutiques japonaise, Terumo Corporation et Okano Industrial, leur permettant d’inventer une aiguille conique ne faisant pas mal, intégré désormais sur les seringues Nanopass 33, vendues à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde (https://www.wipo.int/ipadvantage/fr).

Vu et lu dans Les Echos du 19/02/21

Vu et lu dans Les Echos du 19/02/21

Et je pourrais continuer tant les exemples sont nombreux, mais ne souhaitant pas écrire un livre sur le sujet, je vous engage à vous rendre sur l’ensemble des liens et des documents que vous trouverez tout au long de ce sujet.

Cependant, ayant encore de quoi vous informer, voici la suite.

Donc, comme je vous l’écrivais ci-dessus, la France, après un certain retard, a enfin décidé de s’intéresser de près à ce nouveau processus de conception, avec par exemple le 29 novembre 2019, l’organisation d’une journée de travail sur le sujet, intitulée « Biomimétisme : quels leviers de développement & quelles perspectives pour la France ?** », sous l’égide de France Stratégie (www.strategie.gouv.fr), le Ceebios (déjà vu plus haut), et le cabinet Myceco (www.myceco.com), avec l’idée que ce modèle alternatif, remplace la dite traditionnelle synthèse des matériaux, se reposant essentiellement sur l’usage abondant des énergies fossiles que sont le charbon, le pétrole ou encore le gaz, et réponde en cela aux objectifs que se fixent chaque année les différentes « COP », ainsi que l’Europe, ayant elle aussi pris le sujet comme une de ses priorités pour l’avenir, avec notamment le lancement d’un plan d’action en faveur de l’éco-innovation, la création d’un Observatoire de l’éco-innovation, l’OEI (www.eco-innovation.eu), et la constitution d’un réseau européen appelé European Biomimicry Alliance (www.biomimicry.eu), calqué sur le modèle américain, existant depuis de nombreuses années, permettant justement aux Etats-Unis d’en être le leader sur la scène internationale, suivi de la Chine, la France se positionnant elle plutôt vers la 5ème place, derrière l’Allemagne et la Grande Bretagne.

Mais bien évidemment, rien n’est perdu, car, que cela vienne de petites structures (startups, TPE, PME), de grands groupes, de centres de recherche renommés comme le CNRS (www.cnrs.fr), qui vient d’inscrire le biomimétisme dans ses priorités stratégiques pour la période 2020-2023, et bien d’autres que vous découvrirez dans les documents joints, il semble effectivement que ce sujet d’avenir donc, le devienne également chez nous, avec comme preuve supplémentaire, les 300 millions d’Euros et plus levés durant ces cinq dernières années.

Et de l’argent il en faudra pour accompagner ces projets, évitons comme cela arrive de temps en temps, qu’ils partent sous d’autres cieux, car, loin d’être limité, d’autres spécificités pointent leur nez, comme par exemple le géomimétisme, désignant lui l’ensemble des pratiques consistant à piéger le carbone atmosphérique dans les sols et les organismes vivants, avec comme actions concrètes la reforestation, à même de rafraîchir le climat, le développement de l’agroécologie, l’élargissement des zones humides, ou encore la constitution de puits de carbone océaniques.

*https://universiteouverte.u-cergy.fr/biomimetisme-le-vivant-comme-modele-de-societe

**https://cdn.weweb.app/public/clients/myceco/RappFrStrat-200709.pdf

Jacques Samela

 

Sources :

. www.ceebios.com

. https://www.gralon.net/articles/materiel-et-consommables/materiels-industriels/article-biomimetisme---quand-l-industrie-s-inspire-de-la-nature-9884.htm

. https://www.bearingpoint.com/fr-fr/blogs/energie/le-biomimetisme-au-service-du-developpement-durable-4-milliards-dannees-damelioration-continue-13-biomimetisme-formel/

. https://www.lesechos.fr/thema/transition-energetique/biomimetisme-quand-la-nature-inspire-des-innovations-plus-vertes-1240323

. https://positivr.fr/pole-eco-conception-biomimetisme/#:~:text=Le%20biomim%C3%A9tisme%20en%20France%20En%20France%2C%20le%20Centre,ainsi%20qu%E2%80%99%C3%A0%20celui%20d%E2%80%99outils%20d%E2%80%99accompagnement%20et%20de%20formations.

. https://euramaterials.eu/thematiques/les-multiples-marches-concernes-par-les-materiaux/

. https://up-magazine.info/livres/ecologie/65868-geomimetisme-reguler-le-changement-climatique-grace-a-la-nature/

. https://www.strategie.gouv.fr/publications/performances-economiques-environnementales-de-lagroecologie

 

A voir :

https://www.mnhn.fr/fr/explorez/dossiers/nature-futur-biomimetisme

 

 

Vu et lu dans Elle du 15/01/21, l'Usine Nouvelle n° 3677 du 08/10/20, et Télérama n° 3708 du 03/02/21
Vu et lu dans Elle du 15/01/21, l'Usine Nouvelle n° 3677 du 08/10/20, et Télérama n° 3708 du 03/02/21
Vu et lu dans Elle du 15/01/21, l'Usine Nouvelle n° 3677 du 08/10/20, et Télérama n° 3708 du 03/02/21
Vu et lu dans Elle du 15/01/21, l'Usine Nouvelle n° 3677 du 08/10/20, et Télérama n° 3708 du 03/02/21

Vu et lu dans Elle du 15/01/21, l'Usine Nouvelle n° 3677 du 08/10/20, et Télérama n° 3708 du 03/02/21

Le biomimétisme, la France enfin

Publié dans Les dossiers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article