Le Mobilier National, au service des ors de la République

Publié le par Jacques SAMELA.

Le Mobilier National, au service des ors de la République
Le Mobilier National, au service des ors de la République

Les Journées Européennes du Patrimoine (www.journeesdupatrimoine.culture.gouv.fr) approchent (18 & 19 septembre 2021), avec son lot de lieux divers et variés à découvrir. Et si cette année, votre désir est de trouver l’originalité, voire la visite d’un lieu unique au monde, je vous conseille celui que l’on appelle aujourd’hui  le Mobilier National (www.mobiliernational.culture.gouv.fr) ?

Le quoi ? Mais qu’est-ce donc, un nouveau magasin de déco ?

Eh bien non, il s’agit en fait de ce qui fut un temps le Garde-Meuble de la Couronne française, créé en 1604 par le roi Henri IV, afin de pourvoir en meubles et tapisseries les différentes résidences royales éparpillées au sein du royaume de France de l’époque. Lui-même remplaça ce qui était appelé encore auparavant l’intendance royale.

Vu dans Art & Décoration n° 556 de janvier / février 2021
Vu dans Art & Décoration n° 556 de janvier / février 2021

Vu dans Art & Décoration n° 556 de janvier / février 2021

Réorganisé en 1663 par Colbert (1619-1683), durant le règne du roi Louis XIV, installé en 1772 à l’hôtel de la Marine, récemment rénové et ouvert désormais au public, il fut pillé et supprimé pendant la Révolution, appelé Mobilier Impérial sous Napoléon 1er, tout en devenant au fil du temps et des régimes, une institution unique tant en France qu’à l’étranger, avec comme missions, d’assurer la conservation, la restauration et l’enrichissement de ses collections, ce qui représente aujourd’hui encore, plus de 130 000 pièces, objets mobiliers ou textiles, de perpétuer et de transmettre des techniques traditionnelles des métiers d’arts, de mener des recherches afin de mettre au point de nouvelles techniques, tout en y assurant une formation dans l’ensemble des spécialités représentées, et de créer aussi des œuvres d’arts textiles (tapis, tapisseries, dentelles, broderies), du mobilier contemporain, mis en valeur par la suite dans le cadre de présentations, expositions, prêts, catalogues ou publications de toutes sortes.

Et ce sans oublier bien évidemment ce pour quoi cette institution a été pensée, créée, soit l’ameublement des hauts lieux de pouvoir ou de représentations de la République aujourd’hui, du royaume hier, comme les ministères, les préfectures, les ambassades, ainsi que les 650 autres lieux de l’Etat, dont sont inclues bien évidemment les diverses résidences présidentielles.

Donc, pour ceux qui seraient vraiment intéressé de s’y rendre, sachez que le site actuel se situe au 42 avenue des Gobelins, à Paris, et ce depuis 1662. Par-contre, le bâtiment d’origine lui n’est plus, puisqu’il a été remplacé par un édifice créé pour l’occasion en 1937 (https://paris-promeneurs.com/le-mobilier-national/), par l’architecte de renom Auguste Perret (1874 - 1954), considéré comme l’un des pionniers du béton armé en France, et connu pour son œuvre phare, la reconstruction du centre-ville de la ville du Havre, inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO (https://www.seine-maritime-tourisme.com/fr/je-decouvre/10-lieux-incontournables/le-havre/architecture-perret-le-havre.php).

Vu dans Art & Décoration n° 556 de janvier / février 2021
Vu dans Art & Décoration n° 556 de janvier / février 2021

Vu dans Art & Décoration n° 556 de janvier / février 2021

Vu dans Art & Décoration n° 556 de janvier / février 2021
Vu dans Art & Décoration n° 556 de janvier / février 2021

Vu dans Art & Décoration n° 556 de janvier / février 2021

S’y trouvent donc entreposés divers objets, en attente de placement, mais aussi un ensemble d’ateliers de restauration, sept en tout, dont celui créé en 1964 à l’initiative du ministre de la culture de l’époque, André Malraux (1901 – 1976), connu sous l’appellation « ARC » pour Atelier de recherche et de création, avec comme objectif de promouvoir la création du design contemporain dans les bâtiments officiels, hôpitaux, maisons de la culture, logements, centres de vacances, ou encore prisons (aussi), soit la création de plus de 600 prototypes d’une centaine de designers durant plus de 50 ans d’activités. Roger Tallon (http://competitiviteinfrance.overblog.com/2016/11/roger-tallon-en-voiture-simone.html), Andrée Putman, ou encore Matali Crasset, créatrice du bureau de la première dame actuelle, Madame Macron, en sont d’illustres exemples.

Vus et lus dans Le Journal du Dimanche du 21/02/21, et Le Parisien Weekend n° 23846 du 30/04/21
Vus et lus dans Le Journal du Dimanche du 21/02/21, et Le Parisien Weekend n° 23846 du 30/04/21
Vus et lus dans Le Journal du Dimanche du 21/02/21, et Le Parisien Weekend n° 23846 du 30/04/21
Vus et lus dans Le Journal du Dimanche du 21/02/21, et Le Parisien Weekend n° 23846 du 30/04/21

Vus et lus dans Le Journal du Dimanche du 21/02/21, et Le Parisien Weekend n° 23846 du 30/04/21

Cependant, s’estimant quelque peu éloignée de son écosystème, en l’occurrence l’ensemble de ce que l’on nomme les métiers d’art, c’est « grâce » au 1er confinement, qu’elle s’est finalement attelée à reprendre contact, en lançant tout d’abord une campagne de restauration de 150 000 Euros pour des pièces de la collection des années 30 à 50, la relance de la production française de laine auprès d’une entité appelée Collectif Tricolor (www.collectiftricolor.org), dont font partie le groupe de luxe LVMH, Le Slip Français, ou encore la société Saint James, avec comme objectif d’ici 2024 d’accroître de 4 % à 24 % la part de la laine « Fabriqué en France », ce qui au vu du nombre de moutons élevés dans l’hexagone, 7 millions, est loin d’être irréalisable, ensuite un partenariat avec les PME d’Aubusson, reconnu mondialement, permettant en cela la préservation de 120 emplois, et aussi la commande exceptionnelle d’un montant de 250 000 Euros, passée auprès de designers contemporains, d’éditeurs et de galeries françaises, privilégiant en cela les jeunes créateurs, car selon elle, les plus impactés par la crise sanitaire à la sortie de leurs écoles respectives. L’idée serait même de réitérer l’opération cette année et l’année prochaine.

Vu et lu dans Les Echos du 15/12/20

Vu et lu dans Les Echos du 15/12/20

Ce qui finalement, dans le cadre du plan de relance du ministère de la Culture, représentera une manne financière non négligeable d’un million d’Euros, permettant aux 500 partenaires identifiés, parmi les PME, ateliers, artisans, éditeurs, designers, architectes d’intérieur du secteur, d’être accompagnés, tout en apportant un continuum dans son activité et ses missions, que vous connaissez à présent, ainsi qu’une créativité nouvelle, garante d’un renouvellement précieux pour ce trésor national durant les prochaines décennies.

Alors, convaincus ? Si oui, excellente visite.

Jacques Samela

 

Sources :

. www.mobiliernational.culture.gouv.fr

. Le Journal du Dimanche du 21/02/21

. Arts & Décoration n° 556 de janvier/février 2021 

. https://www.lesechos.fr/industrie-services/services-conseils/le-mobilier-national-acteur-de-la-relance-des-metiers-dart-1273545

A voir :

. https://www.hotel-de-la-marine.paris/L-Hotel-de-la-Marine/Le-Garde-Meuble-de-la-Couronne/garde-meuble-couronne

. http://www.mobiliernational.culture.gouv.fr/fr/expositions-et-evenements/palais-disparus-de-napoleon

 

 

Publié dans Les dossiers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article