Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lending Club (Upgrade) et Medtech (Quantum Surgital) (suites)

Publié le par Jacques SAMELA.

Lending Club (Upgrade) et Medtech (Quantum Surgital) (suites)
Lending Club (Upgrade) et Medtech (Quantum Surgital) (suites)
Vu et lu dans Challenges n° 707 du 26/08/21

Vu et lu dans Challenges n° 707 du 26/08/21

Vu et lu dans Electroniques de novembre 2021

Vu et lu dans Electroniques de novembre 2021

Quantum Surgical : le prêt de 15 millions d’euros de la BEI qui va accélérer le lancement de son robot médical

https://www.industrie-techno.com/article/quantum-surgical-le-pret-de-15-millions-d-euros-de-la-bei-qui-va-accelerer-le-lancement-de-son-robot-medical.67062#xtor=EPR

 

La start-up de Montpellier, spécialisée dans les medtech, va bénéficier d’un financement de 15 millions d’euros a annoncé la Banque européenne d’investissement le 19 octobre. Inscrit dans une levée de fonds de 40 millions, cet investissement permettra le lancement commercial de son robot chirurgical, capable d’assister les chirurgiens dans l’ablation percutanée de tumeurs.

Le robot de Quantum Surgical n’avait pas encore de nom lorsqu’Industrie et Technologies avait fait le portrait de son PDG, Bertin Nahum, deux ans plus tôt. La Banque européenne d’investissement (BEI) a annoncé le 19 octobre 2021, un financement de 15 millions d’euros pour permettre à la start-up montpelliéraine d’accélérer l’adoption clinique de leur technologie.

Epione – ainsi qu’ils ont choisi de l’appeler – est un robot chirurgical conçu pour assister les praticiens dans leurs opérations d’ablation de tumeurs de l’abdomen, comme celles que l’on retrouve dans le cas du cancer du foie. La technique repose en l’insertion d’une aiguille à travers la peau, jusqu’à la tumeur à détruire. Le robot est équipé d’une intelligence artificielle capable d’intégrer différents types d’images (ultrasons, scanner ou IRM), et possède une précision millimétrique. Le premier essai clinique s’est terminé en février dernier, traitant avec succès 24 tumeurs hépatiques sur 21 patients.

La levée de fonds globale de Quantum Surgical cumule 40 millions d’euros, avec comme investisseurs Ally Bridge, Bpifance et la Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon. Le prêt de la BEI intervient quant à lui dans le cadre du Font de garantie européen chargé de soutenir les entreprises européennes dans l’après-pandémie, qui s’élève à 25 milliards d’euros.

 

Médical : Quantum Surgical lève 40 millions d’euros

https://www.machinesproduction.fr/article/medical-quantum-surgical-leve-40-millions-deuros?utm_source=Sarbacane&utm_medium=email&utm_campaign=News%20machpro_1112

LE  20/10/2021

 

Le français Quantum Surgical, qui conçoit des robots médicaux pour le traitement mini-invasif du cancer, a réalisé une levée de fonds de 40 millions d’euros, a annoncé, mardi 19 octobre, cette jeune entreprise fondée en 2017 à Montpellier (Hérault). Menée par le groupe d’investissement mondial spécialisé dans les sciences de la vie Ally Bridge Group (ABG), via un investissement de 20 millions d’euros, cette levée comprend également des financements de la Banque européenne d’investissement, de Bpifrance et de la Caisse d’Epargne Languedoc-Roussillon.

Cette opération permettra à l’entreprise montpelliéraine de procéder au lancement commercial de son robot médical Epione, conçu pour aider les médecins à réaliser des ablations tumorales percutanées dans l’abdomen.

En 2020, Quantum Surgical avait noué un partenariat avec Stäubli Robotics, afin de travailler sur l’apport de la robotique dans les traitements mini-invasifs des cancers. « Nous sommes extrêmement reconnaissants et fiers que Quantum Surgical confirme sa confiance en Stäubli, comme partenaire de choix pour cette nouvelle application de soins aux patients, au service de leur bien-être », avait déclaré Gerald Vogt, directeur Général de Stäubli Robotics.

http://competitiviteinfrance.overblog.com/l-entreprise-du-mois-medtech

Partager cet article
Repost0

Hydrogène & Hyvolution 2021 (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Hydrogène & Hyvolution 2021 (suite)
Hydrogène & Hyvolution 2021 (suite)
Vu et lu dans Actu Environnement / Avril 2021
Vu et lu dans Actu Environnement / Avril 2021

Vu et lu dans Actu Environnement / Avril 2021

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Vu et lu dans Environnement Magazine n° 1784 de novembre 2020

Vu et lu dans Environnement Magazine n° 1784 de novembre 2020

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Partager cet article
Repost0

Le 11 novembre : Anecdotes, suites et conséquences

Publié le par Jacques SAMELA.

Le 11 novembre : Anecdotes, suites et conséquences
Le 11 novembre : Anecdotes, suites et conséquences

Bon, vous le savez, le 11 novembre est aujourd’hui un jour férié chez nous, marquant l’anniversaire de l’armistice signé en 1918 par les belligérants que furent l’Allemagne, et de ce que l’on appela à l’époque la Triple Entente, composée de la France, la Grande-Bretagne, et les Etats-Unis.

Le son des canons s’est donc tût à la onzième heure du onzième jour du onzième mois de cette année, avec comme résultat, 1 500 000 victimes françaises, et 8 millions de morts et de blessés au total, tous pays confondus.

Mais par-contre connaissiez-vous cette anecdote, soit que le dernier mort, considéré, de cette guerre fût un français du nom d’Augustin Trébuchon, 40 ans, soldat de 1ère classe et estafette au sein de la 9ème compagnie du 415ème régiment de la 163ème division d’infanterie, touché mortellement à la tête, alors qu’il portait un message à son officier, entre 10 h 45 et 10 h 55, soit à un quart d’heure de la dite fin des hostilités ?

Alors, je dis bien considéré, car d’autres informations indiquent qu’un autre soldat français, du nom d’Emile Andreux fût touché mortellement par un obus allemand cinq minutes avant l’heure fatidique, voire, qu’un soldat américain cette fois-ci, Henry Gunther, fût lui abattu par une mitrailleuse allemande à 10 h 59, soit une minute avant le clap de fin.

D’autres noms circulent, mais au final cela reste et restera difficile à vérifier, car le front étant très large et plus qu’accidenté en raison des bombardements continus, l’information dut se perdre maintes et maintes fois.

Et en plus, au de-là de savoir qui fût réellement le dernier tué de ce conflit, le sujet principal est finalement loin d’être là, si ce n’est que ceux-ci, et certainement d’autres, non pas eu cette dernière chance d’en ressortir vivants et de passer à la postérité.

Donc, si l’histoire retient le premier cité, l’histoire de ce conflit ne s’arrêta finalement et définitivement que 8 mois plus tard, le 28 juin 1919, avec la signature du traité de Versailles, où l’Allemagne, considéré comme la nation responsable, dut rendre à la France, l’Alsace et la Lorraine, prisent à la précédente guerre de 1870, dut accepter la présence de troupes françaises sur son territoire, ainsi que de payer des sommes considérables pour les dommages causés, ce qui au final nourrira ce sentiment de revanche que le peuple allemand gardera tout au long des années précédant l’avènement d’Adolph Hitler, qui soit dit en passant était aussi un ancien combattant de cette confrontation mondiale. Il se dit que l’origine de la 2ème guerre mondiale viendrait en partie de ces humiliations ressenties.

Et pour en revenir au traité de Versailles, il faut savoir aussi que fut créé à son occasion le précurseur de l’ONU, j’ai nommé la SDN ou Société des Nations.

Porté par le président américain de l’époque, Woodrow Wilson, qui y voyait là l’occasion d’éviter un nouveau bain de sang, sa création fût approuvé par 44 états, dont 31 avaient pris part à la guerre, seulement voilà, son pays, par l’entremise du Sénat des Etats-Unis, ne signa jamais la Charte stipulant sa création, ce qui au final rendit presque inopérante son action pour la suite de l’Histoire avec un grand H. D’un point de vue personnel, il obtint malgré tout le Prix Nobel de la paix cette année.

Et pendant ce temps-là, loin de ces considérations diplomatiques, un virus frappe le monde entier depuis 1918, en l’occurrence la dite grippe espagnole, qui malgré son nom (voir lien ci-dessous) démarra aux Etats-Unis dès le mois de mars de cette année dans des bases militaires de l’Etat du Kansas, causée manifestement par le croisement d’une souche humaine de la grippe saisonnière H1N8, et d’une souche aviaire de type N1, d’où cette appellation aujourd’hui connue, H1N1.

Et avec l’arrivée des troupes américaines en avril 1918 en France, la maladie s’est propagée telle une trainée de poudre sur l’ensemble du champ de bataille, avant d’atteindre l’ensemble de l’Europe, affaiblie par la guerre, et ensuite le monde entier. Cette pandémie deviendra la plus meurtrière de l’histoire humaine avec près de 50 millions de morts, loin devant la précédente, connue sous l’appellation « peste noire », ayant sévie elle en Europe essentiellement en 1348, causant la mort de 34 millions de personnes, soit près de la moitié de la population européenne de l’époque.

Et contrairement à celle d’aujourd’hui, aucuns vaccins ne furent découverts, par-contre, des quarantaines furent imposées, faisant finalement disparaitre cette grippe qu’au bout de la 3ème vague, qui aura duré quand même deux ans. A retenir.

Jacques Samela

 

Sources :

. https://www.linternaute.fr/sortir/guide-des-loisirs/1256729-11-novembre-2021-que-celebre-t-on-ce-jour-ferie/

. https://www.1jour1actu.com/info-animee/que-sest-il-passe-le-11-novembre-1918

. https://fr.wikipedia.org/wiki/Augustin_Tr%C3%A9buchon

https://www.un.org/fr/about-us/history-of-the-un/predecessor#:~:text=Pr%C3%A9curseur%20de%20l'Organisation%20des,la%20paix%20et%20la%20s%C3%A9curit%C3%A9%20%C2%BB

https://www.linternaute.fr/actualite/guide-histoire/2490101-grippe-espagnole-date-origine-morts-pandemie-1918/

 

Photo / www.pexels.com

Photo / www.pexels.com

Partager cet article
Repost0

N'oubliez-pas, cela commence demain

Publié le par Jacques SAMELA.

N'oubliez-pas, cela commence demain
N'oubliez-pas, cela commence demain
Photo J.S

Photo J.S

Publié dans Agenda

Partager cet article
Repost0

Edtech (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Partager cet article
Repost0

Soitec (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Soitec (suite)
Soitec (suite)

SOITEC PRÉVOIT DÉSORMAIS 975 M$ DE CHIFFRE D’AFFAIRES ANNUEL

https://vipress.net/soitec-prevoit-desormais-975-m-de-chiffre-daffaires-annuel/

Publié par Frédéric Fassot | 21 Oct 2021 | 

Grâce à un bon deuxième trimestre, Soitec enregistre le meilleur semestre de son histoire. Sur sa lancée, le fabricant de tranches SOI relève à 975 millions de dollars sa prévision de chiffre d’affaires annuel, soit une hausse de 45% par rapport à l’exercice précédent.

https://vipress.net/wp-content/uploads/2021/10/soitec-four200mm-300x152.jpg

Soitec

Soitec annonce un chiffre d’affaires consolidé de 192,7 millions d’euros pour le 2e trimestre de l’exercice 2021-2022 (clos le 30 septembre 2021), en hausse de 36,9% par rapport au chiffre d’affaires de 140,8 millions d’euros réalisé au 2e trimestre 2020-2021. Par rapport au 1er trimestre 2021-2022, le chiffre d’affaires du 2e trimestre progresse de 5,2% à taux de change constants, soit le cinquième trimestre de suite enregistrant une croissance séquentielle.

« En enregistrant à nouveau une forte croissance au cours du deuxième trimestre, nous avons réalisé le meilleur semestre de notre histoire, avec une performance robuste dans chacun de nos trois marchés finaux. Grâce à la forte valeur ajoutée qu’apportent nos produits, nous continuons à bénéficier du déploiement de la 5G, de la reprise du secteur automobile, ainsi que des tendances de marché favorables dans le domaine des appareils intelligents. En raison de ce niveau d’activité élevé et d’une solide performance opérationnelle, nous revoyons à la hausse nos prévisions de chiffre d’affaires et de marge EBITDA pour l’ensemble de notre exercice fiscal », commente Paul Boudre, directeur général de Soitec.

Soitec a de nouveau bénéficié d’une forte croissance dans les communications mobiles, son premier marché final, qui continue d’être porté par le déploiement de la 5G. Ceci se traduit par une hausse des ventes de substrats RF-SOI dédiés aux applications de radiofréquence et des ventes de substrats POI dédiés aux filtres RF.

Cette croissance a été possible grâce notamment aux augmentations de capacité de l’usine de Singapour spécialisée dans les plaques SOI de 300 mm et de l’unité de Bernin III dédiée aux substrats POI de 150 mm.

Bénéficiant de la reprise soutenue du marché automobile, Soitec a enregistré une bonne performance dans l’automobile et l’industrie, comme en témoigne la hausse des ventes de substrats Power-SOI. Soitec a également enregistré une augmentation de ses ventes liées aux appareils intelligents, avec une hausse des ventes de substrats Photonics-SOI et celles de substrats FD-SOI pour les objets connectés et les applications de edge computing.

Soitec s’attend désormais à ce que son chiffre d’affaires de l’exercice 2021-2022 atteigne environ 975 millions de dollars (contre 950 millions de dollars annoncés précédemment), ce qui représente une croissance d’environ 45% à taux de change constants par rapport au chiffre d’affaires de l’exercice 2020-2021.

Grâce à un niveau d’activité supérieur et à une bonne performance opérationnelle, Soitec réhausse également son objectif de marge d’EBITDA pour sa division Electronique pour l’exercice 2021-2022 à environ 34% contre un objectif précédent autour de 32%.

​​​http://competitiviteinfrance.overblog.com/2018/05/soite-une-reponse-francaise-et-europeenne.html

Partager cet article
Repost0

Kinéis (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Kinéis (suite)
Kinéis (suite)

VERS DES ANTENNES MINIATURES POUR L’IOT SATELLITAIRE

Publié par Pascal Coutance | 18 Oct 2021 VIPress.net

 

Kinéis et le CEA-Leti unissent leurs expertises pour développer la prochaine génération d’antennes miniatures pour l’IoT satellitaire permettant une connectivité hybride basse consommation associant connexion radio terrestre et satellitaire (dans la bande 400 MHz) en relais.

Depuis quelques années, la multiplication des projets de constellations de nanosatellites dédiés à l’IoT constitue la promesse d’un accès à de nouveaux services s’appuyant sur une couverture mondiale.

Parmi les acteurs de ce secteur, la start-up toulousaine Kinéis, qui a levé pas moins de 100 millions d’euros l’an dernier, a récemment signé un contrat avec Rocket Lab, fournisseur de services de lancements et de systèmes spatiaux basé aux États-Unis, pour une mise sur orbite de ses solutions dès le deuxième trimestre 2023.

https://vipress.net/wp-content/uploads/2021/10/Kineis-18-10-2021-300x238.jpg

Parmi les solutions qu’il développe, l’opérateur satellitaire toulousain travaille sur des objets communicants à connectivité hybride mettant en oeuvre une connexion radio terrestre et satellitaire (dans la bande 400 MHz) en relais. Moins consommatrice d’énergie, l’utilisation d’une communication basse fréquence présente l’avantage d’améliorer l’autonomie des produits, ce qui est un vrai plus dans les applications IoT. Reste qu’une fréquence de communication plus basse implique une antenne plus grande, au point de rendre son encombrement incompatible avec des objets communicants de très petite taille.

C’est pour résoudre cette équation à première vue insoluble que Kineis et le CEA-Leti unissent leurs expertises, dans le cadre du projet Artes+ MONAMI de l’ESA. L’organisme de R&D entend ainsi capitaliser sur son expertise en conception et en intégration d’antennes miniatures pour réduire la taille de ces antennes d’un facteur 7,5.

Les travaux porteront notamment sur des techniques de chargement réparti sur l’antenne – afin d’émuler une taille plus importante -, ainsi que sur un design adapté afin de conserver les performances d’origine de l’antenne malgré sa taille réduite. L’autre point de développement consistera à générer un rayonnement d’antenne à polarisation circulaire pour la liaison satellite, ce qui reste un défi pour les antennes miniatures.

Kineis et le CEA-Leti ont d’ores et déjà procédé à des essais préliminaires qui montrent qu’une antenne de 5 cm maximum peut remplir le cahier des charges d’une connectivité hybride pour l’IoT satellitaire et est en passe d’être mise au point par les deux partenaires. L’enjeu est de taille car les applications visées sont potentiellement nombreuses, cette technologie permettant à des personnes, des marchandises, des animaux ou encore des capteurs environnementaux de rester connectés en permanence où qu’ils se trouvent sur la planète.

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2021/06/le-nouvel-espace-a-la-francaise.html

 

 

Partager cet article
Repost0

Novembre 2021

Publié le par Jacques SAMELA.

Novembre 2021
Novembre 2021

Le 04 novembre 2021

. Les Assises de l’industrie (www.events.usinenouvelle.com)

Reconstruire l’industrie française.

 

Du 06 au 14 novembre 2021

. Marjolaine, le salon Bio (www.salon-marjolaine.com)

Le plus grand marché bio de France.

 

Du 08 au 10 novembre 2021

. Santexpo (www.santexpo.com)

Salon international Santé & Innovation.

 

Du 09 au 10 novembre 2021

. Sido Paris (www.sido-event.com)

La convergence des technologies IoT, IA, XR et Robotique.

. Mobility for Business (www.mobility-for-business.com)

Le salon leader en France dédié aux solutions et applications mobiles.

 

Du 11 au 14 novembre 2021

. MIF Expo (www.mifexpo.fr)

Le salon du Made In France.

 

Le 16 novembre 2021

. Journée Ambition Europe (www.auvergnerhonealpes-entreprises.fr)

Recherche & Innovation.

 

Du 16 au 18 novembre 2021

. Prod & Pack (www.prodandpack.com)

Process, Emballage, Logistique, Recyclage.

. Le Salon des Maires (www.salondesmaires.com)

 

Le 18 novembre 2021

. Deep Tech 100 % Europe (www.systematic-paris-region.org)

 

Du 22 au 24 novembre 2021

. World Forum 2021 (www.worldforum2021.com)

Are we next ?

 

Le 23 novembre 2021

. Photonics (Online Meetings) (www.minalogic.com)

Evénement européen dédié aux projets photoniques.

 

Du 23 au 24 novembre 2021

. Cloud Expo Europe (www.cloudexpoeurope.fr)

Le plus grand rassemblement annuel d’experts du Cloud en France.

 

Du 24 au 25 novembre 2021

. Automotive Connection 2021 (www.automotive-connection.eu)

Exposition B2B & Conférences dédiées à l’innovation dans l’industrie automobile.

. Salon des Entrepreneurs (www.salondesentrepreneurs.com)

 

Du 24 au 26 novembre 2021

. SIFA (www.expo-sifa.com)

Le salon du froid et de ses applications.

 

Du 30 novembre 2021 au 02 décembre 2021

. WNE (www.world-nuclear-exhibition.com)

Le salon mondial du nucléaire.

. Préventica Paris (www.preventica.com)

Le salon professionnel qui a pour objectif de garantir Santé et Sécurité au travail et d'améliorer les conditions de vie des salariés.

 

 

 

 

 

Publié dans Agenda

Partager cet article
Repost0

BleuBlancRouge

Publié le par Jacques SAMELA.

BleuBlancRouge
BleuBlancRouge

Comme vous le savez désormais, j’interviendrai chaque mois jusqu’à la prochaine présidentielle, sur un sujet me semblant important pour comprendre notre pays, le connaître, ce qu’il est aujourd’hui, ce qu’il était hier, voire demain, ses institutions, ses représentations, afin que chacun de nous, nous puissions en tout état de cause prendre la bonne décision dans un choix qui à chaque fois semble primordial pour la France, pour nos vies, mais qui selon moi, cette fois-ci, peut représenter un tournant majeur, en raison notamment de l’agissement de certains, qui dans un but indéfinissable, ou alors plutôt le contraire, s’autorisent à « révisionner », voire « négationner » certains pans de l’Histoire de France, afin d’en réécrire leur propre version.

Dans la littérature de science-fiction, cela s’appelle une uchronie (https://www.polytechnique.edu/bibliotheque/fr/regard-sur-uchronie-et-dystopie-entre-imaginaire-et-r%C3%A9alit%C3%A9).

Point ici, et après mon interprétation autour de la devise de la République française (http://competitiviteinfrance.overblog.com/2021/09/liberte-egalite-fraternite.html), voici celle consacrée au drapeau tricolore, basée sur une histoire et des « légendes », initiées il y a plus de 200 ans.

Tout commencerait donc au moment de la révolution française de juillet 1789, avec en ligne de mire la révolution américaine de 1776, où la garde nationale, commandée par un de ses héros (celle américaine), le général de La Fayette, arbora à sa demande des cocardes rouge et bleu, les couleurs de la ville de Paris, le blanc n’intervenant que plus tard, mais sans vraiment savoir qui du général ou du roi Louis XVI survint ce rajout, qui je le rappelle est la couleur des royalistes.

Ensuite, à l’automne 1790, l’assemblée constituante (https://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Assembl%C3%A9e_constituante/182724) décida que l’ensemble des bateaux français, de guerre comme de commerce, porteraient dorénavant un pavillon à trois bandes verticales, représentant les trois couleurs citées ci-dessus. Le sens vertical fut choisi afin d’éviter la comparaison avec le pavillon néerlandais, utilisant les mêmes couleurs, mais donc dans l’autre sens.

Mais ce fut surtout en 1794, le 15 février (27 pluviose an II) plus précisément, que la  Convention nationale (https://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Convention_nationale/114563) décréta que le drapeau national serait formé de trois bandes verticales, toujours à l’œuvre aujourd’hui.

Quant à l’ordre des couleurs, il se dit que ce fut le peintre et révolutionnaire Jacques-Louis David (1748-1825) qui eut le privilège de choisir.

Photo / www.pexels.com

Photo / www.pexels.com

Mais, loin d’être de tout repos, comme l’histoire de France en fait, son existence fut jalonné de nombreux soubresauts, comme durant les périodes dites de Restauration (https://lelephant-larevue.fr/thematiques/restauration-difficile-experience/), de 1814-1815 et 1815-1830, où il perdit ses couleurs bleu et rouge, au profit du blanc monarchique, ou encore en 1848, durant la proclamation de la République (un prochain dossier), où les insurgés de l’époque voulurent utiliser un drapeau rouge sang, finalement oublié, grâce à l’intervention du poète Alphonse de Lamartine (1790-1869), alors dans le gouvernement provisoire, qui sut à cette occasion défendre le drapeau tricolore, lui conférant une aura patriotique, à même de rallier à son panache les français de toute tendance confondue. En voici le texte :

... le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie. [...] Si vous m'enlevez le drapeau tricolore, sachez-le bien, vous enlevez la moitié de la force extérieure de la France, car l'Europe ne connaît que le drapeau de ses défaites et de nos victoires dans le drapeau de la République et de l'Empire. En voyant le drapeau rouge, elle ne croira voir que le drapeau d'un parti ; c'est le drapeau de la France, c'est le drapeau de nos armées victorieuses, c'est le drapeau de nos triomphes qu'il faut relever devant l'Europe. La France et le drapeau tricolore, c'est une même pensée, un même prestige, une même terreur au besoin pour nos ennemis.

Alphonse de Lamartine (https://www.elysee.fr/la-presidence/le-drapeau-francais)

Aujourd’hui, mentionné dans l’article 2 de la Constitution française de 1958 comme emblème national de la République française, il flotte sur tous les édifices publics, mémoriaux (monuments aux morts, Arc de Triomphe), ambassades, consulats, il est déployé durant les cérémonies officielles, civiles et militaires, et il représente un des éléments forts de la fête nationale.

Dans un esprit moins solennel, il est aussi utilisé durant des événements sportifs pour accompagner les exploits des représentants français à l’œuvre, durant les échecs, la tendance est plutôt de baisser pavillon comme on dit.

Il fut également largement déployé suite aux attentats de 2015, afin d’affirmer haut et fort notre soutien à la Nation attaquée.

Pour ma part, et pour ceux qui ont connu le service militaire, à la fin de mes classes, durant la cérémonie de clôture, sur la place d’armes, au petit matin, frais et brumeux, après l’allocution du colonel et la levée des couleurs, je ressenti une certaine fierté en levant la tête vers ce drapeau flottant au vent, avec le sentiment de participer à un événement important, solennel, car cette cérémonie se clôtura en musique, militaire bien sûr, et en défilant devant une flopée de gradés, comme durant le défilé du 14 juillet en fait.

Bon, j’avais 20 ans, et féru d’histoire (ce que je suis toujours), notamment des moments glorieux de l’histoire de France, j’avais certainement l’impression de vivre le mien de moment d’histoire.

Mais pour revenir au drapeau, qui mieux que le tableau du peintre Eugène Delacroix (1798-1863) intitulé « La Liberté guidant le peuple* », visible au Louvre,  pour représenter sa symbolique et son importance, hier comme aujourd’hui ?

Photo / www.kazoart.com

Photo / www.kazoart.com

Moins il est vrai pour imposer des velléités guerrières ou belliqueuses, ce qui fut fait plus d’une fois, mais plutôt pour fédérer aujourd’hui autour d’un symbole fort de la nation les français de toutes conditions, qu’ils soient natifs, dans le (bon) sens, issus de plusieurs générations, où venant d’autres horizons, s’appropriant cet emblème significatif et tout ce qui s’y rattache, rendant finalement la France on ne peut plus meilleure au fil de son histoire millénaire (les exemples ne manquent pas, mais certains ne le souhaitent pas, car il n’y a aucune obligation à cela), à l’inverse de ce que d’aucuns s’échinent à faire, soit de diviser. A l’œuvre hier comme aujourd’hui.

* https://www.kazoart.com/blog/loeuvre-a-la-loupe-la-liberte-guidant-le-peuple-de-delacroix/

Jacques Samela

Partager cet article
Repost0

Délocalisations, relocalisations (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Délocalisations, relocalisations (suite)
Délocalisations, relocalisations (suite)

(RE)LOCALISATIONS : LE GOUVERNEMENT ANNONCE 10 NOUVEAUX PROJETS LAURÉATS EN ÉLECTRONIQUE

https://vipress.net/relocalisations-le-gouvernement-annonce-10-nouveaux-projets-laureats-en-electronique/

Publié par Frédéric Fassot | 27 Oct 2021 

 

Mardi, à l’occasion d’un colloque dédié aux enjeux de (re)localisation, le gouvernement a dévoilé une liste de 58 nouveaux projets lauréats soutenus par le plan France Relance, afin de (re)localiser des productions dans des secteurs critiques dont 10 en électronique. Découvrez le détail des projets portés par Bourgogne Services Electronique, ECM Greentech, Absolut System, Spark Lasers, Cibel, Sil’tronix Silicon Technologies, Idemia France, Mirsense, Pfeiffer Vacuum et Crosscall.

A ce jour, 95 projets ont été retenus dans l’électronique, soutenus à hauteur de 128,2 millions d’euros pour 413,2 millions d’euros d’investissements productifs.

Les dix nouveaux projets retenus en électronique

. Projet « BSE-H » : BOURGOGNE SERVICES ELECTRONIQUE

Le Creusot (71) – Région Bourgogne-Franche-Comté

Chavanod (74), Crolles et Le Versoud (38) – Région Auvergne-Rhône-Alpes

Bourgogne Services Electronique (BSE) est un sous-traitant spécialisé dans la conception et la fabrication de cartes et d’équipements électroniques, notamment les objets connectés. La stratégie de BSE est d’accélérer sa croissance en prenant une stature d’ETI. Par l’acquisition de deux sites d’industrialisation et de production d’équipements électroniques en Rhône-Alpes, BSE vise les 50 M€ de chiffre d’affaires par la promotion du « made in France », dont les demandes clients de relocalisation, la robotisation des unités de production, la poursuite du développement d’un très fort écosystème « French Fab », en affirmant son leadership sur le développement et la fabrication d’objets connectés au sein d’une industrie française forte 5.0.

. Projet « ECM-SiC » : ECM GREENTECH

Grenoble (38) – Région Auvergne-Rhône-Alpes

Le projet ECM SiC a pour objectif de produire en France des réacteurs de croissance de lingots de carbure de silicium avec le procédé associé et de permettre la création d’unités de fabrication de wafers de carbure de silicium. Ce projet contribuera ainsi à la souveraineté de la France vis-à-vis de ce matériau stratégique pour les filières de la voiture électrique et des énergies renouvelables.

. Projet « ICCIR » : ABSOLUT SYSTEM

Seyssinet Pariset (38) – Région Auvergne-Rhône-Alpes

Le projet ICCIR, porté par la société Absolut System, en partenariat avec Lynred et HGH, a pour objectif de créer une nouvelle génération de machines à froid haute performance et fiabilité à base de tubes à gaz pulsé (Pulse-Tube). Intégré aux détecteurs infrarouges conçus par Lynred, ce refroidisseur cryogénique permet un fonctionnement plus performant et durable des caméras infrarouges produites par la société HGH. Ce projet permettra de renforcer la capacité nationale de production de briques technologiques pour le développement de filières d’avenir à forts enjeux de souveraineté. Une quinzaine d’emplois devraient être créés.

. Projet « LASINFRANCE » : SPARK LASERS

Martillac (33) – Région Nouvelle-Aquitaine

Spark Lasers est un acteur de l’électronique qui conçoit, développe et commercialise des lasers compacts à impulsions ultrabrèves pour l’intégration dans des systèmes optoélectroniques. Les lasers à impulsions brèves sont des briques élémentaires de nombreux systèmes optoélectroniques. Le projet a pour but de moderniser les outils et méthodes de production de l’entreprise afin d’accroître la compétitivité des lasers femtosecondes produits par Spark Lasers et positionnés sur des secteurs à forte croissance tels que l’imagerie à haute résolution appliquée aux neurosciences ou l’optique quantique. Les améliorations de la production sont basées sur la semi-automatisation des procédés industriels.

. Projet « MICROPCB » : CIBEL

Belleme (61) – Région Normandie

En réponse à la pénurie en semiconducteurs observée à l’échelle mondiale, affectant la totalité de la chaine de valeur électronique, et face à la prédominance sur ce secteur des géants asiatiques (Taïwan, Corée du Sud) et américains, les composants micro/nanoélectroniques deviennent un enjeu de souveraineté technologique et économique à la fois pour l’Union Européenne et la France, aujourd’hui fortement dépendantes des importations de puces électroniques. Le projet « μPCB » vise, par la modernisation des lignes de production de CIBEL, à produire de manière industrielle des circuits imprimés complexes permettant le développement d’une filière technologique d’avenir.

. Projet « P2F2S-V2 » : SIL’TRONIX SILICON TECHNOLOGIES

Archamps (74) – Région Auvergne-Rhône-Alpes

Sil’Tronix Silicon Technologies est une société spécialisée dans la fabrication de produits en silicium cristallin sur mesure à destination des industriels (horlogerie de luxe, capteurs industriels, aéronautique, défense et instrumentation médicale), des laboratoires de recherche et des universités. L’entreprise produit principalement des wafers, une plaque très fine de matériau semi-conducteur monocristallin utilisée pour fabriquer des composants de microélectronique. Son projet vise à renforcer sa compétitivité en modernisant ses équipements, et en digitalisant et augmentant ses capacités de production.

. Projet « PROJET VITRE » : IDEMIA FRANCE

Vitré (35) – Région Bretagne

IDEMIA, leader mondial en solutions biométriques et de sécurité, est un groupe français qui conçoit et fabrique notamment des cartes bancaires et SIM pour divers clients (dans les secteurs financiers, télécommunications, identité, sécurité publique, IoT). Il projette de construire un nouveau site de production destiné au développement et à la fabrication de solutions de paiement et de connectivité. Il prévoit d’investir dans un espace de production et de recherche et dans de nouveaux matériels pour améliorer sa productivité et réduire ses consommations énergétiques.

. Projet « SENSORLINE » : MIRSENSE

Palaiseau (91) – Région Ile-de-France

Grenoble (38) – Région Auvergne-Rhône-Alpes

L’entreprise mirSense développe et commercialise des modules lasers et des modules d’analyse optique d’émissions multi-gaz de haute performance (< 1 ppm), avec une action en temps réel, associant des lasers infrarouges (lasers à cascade quantique) et un détecteur photo-acoustique, pour des solutions fixes ou portables. Grâce à ce projet, l’entreprise va établir une ligne de production sur les sites de Palaiseau et de Grenoble afin d’accompagner les demandes clients dans les domaines de l’environnement et de la défense et d’industrialiser les nouveaux capteurs miniatures issues de la recherche industrielle chez mirSense. 28 emplois pourraient être créés d’ici 2023.

. Projet « SMART PUMP » : PFEIFFER VACUUM

Annecy (74) – Région Auvergne-Rhône-Alpes

Pfeiffer Vacuum est une entreprise spécialisée dans les pompes à vide primaires sèches (sans lubrifiant) et les pompes turbo moléculaires à paliers magnétiques pour les marchés du semiconducteur et du traitement de surface. Son projet porte sur le développement d’une gamme de pompes primaires sèches innovantes destinées au marché du semiconducteur et sur la mise en place des investissements en vue de l’industrialisation de la première phase d’une nouvelle gamme de pompes primaires. 50 emplois pourraient être créés grâce à ce projet.

. Projet « X-LAB2 » : CROSSCALL

Aix-en-Provence (13) – Région Provence-Alpes-Côte-D’Azur

Crosscall est spécialisé dans la production de smartphones durables et de leur écosystème d’accessoires. Le projet X-LAB 2 consiste à relocaliser en France la part de R&D, effectuée jusqu’ici en Asie, pour monter en qualité, maîtriser l’ensemble de la chaine de développement de nouveaux terminaux mobiles et renforcer leur écoconception. Le projet créera 14 emplois directs et sera complété par une politique de formation pour la montée en compétences et par la collaboration avec des sous-traitants locaux, dans l’objectif de créer des emplois indirects. 44 emplois pourraient être créés d’ici 2024. Ce projet s’inscrit dans une démarche plus globale de relocalisation de la production de terminaux neufs ainsi que de création d’une unité de reconditionnement afin de donner une seconde vie aux produits Crosscall.

https://vipress.net/wp-content/uploads/2021/10/Focus-271021.jpg

Le 31 août 2020, le gouvernement avait lancé l’appel à projets « (Re)localisation » visant à soutenir les investissements dans 5 secteurs stratégiques : la santé, l’agroalimentaire, l’électronique, les intrants essentiels à l’industrie (chimie, matières premières, métaux, etc.) et les télécommunications-5G. Initialement ouvert jusqu’au 17 novembre 2020, et doté d’une enveloppe de 600 millions d’euros dans le cadre de France Relance, l’appel à projets a ensuite été prolongé jusqu’au 7 septembre 2021 et ses fonds abondés au sein de l’enveloppe de France Relance pour atteindre près de 850 millions d’euros.

L’annonce de 58 nouveaux lauréats porte le nombre total de projets à 407, depuis le lancement de l’appel à projets. Ces projets représentent 2,7 milliards d’euros d’investissements industriels, dont 729 millions d’euros de soutien de l’Etat.

https://vipress.net/wp-content/uploads/2021/10/repart-271021.jpg

Outre les 95 projets soutenus dans l’électronique, certains projets lauréats dans les télécoms et la santé font également appel à de l’électronique. 23 projets lauréats dans les télécoms-5G sont ainsi soutenus à hauteur de 96,5 millions d’euros pour 289,5 millions d’euros d’investissements productifs. Dans la santé, ce sont 114 projets lauréats, soutenus à hauteur de 147,6 millions d’euros pour 512,7 millions d’euros d’investissements productifs.

Autre appel à projets piloté au niveau territorial par les préfets et les régions, le Fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires s’inscrit dans le cadre du programme Territoires d’industrie. Ouvert de septembre 2020 à fin octobre 2021, il a été doté par l’Etat et les Régions de 850 millions d’euros dans le cadre de France Relance. Ce sont en particulier 217 projets de (re)localisation industrielle qui ont été soutenus, pour un milliard d’euros d’investissements industriels, dont 104 millions d’euros d’aides de l’Etat.

Au total, 624 projets de (re)localisation ont été rendus possibles depuis septembre 2020, dans le cadre de France Relance, permettant ainsi de créer ou de conforter près de 77 000 emplois industriels, souligne le gouvernement.

 

https://www.economie.gouv.fr/colloque-relocaliser-26-octobre-bercy

 

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2014/09/delocalisations-relocalisations.html

Partager cet article
Repost0