Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Deeptech & Bpifrance (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Deeptech & Bpifrance (suite)
Deeptech & Bpifrance (suite)

Plan Deeptech : 3 chiffres, 2 ans, un seul but

https://www.lanouvellerepublique.fr/economie/plan-deeptech-3-chiffres-2-ans-un-seul-but

le 15/03/2021 

 

Lancé en 2019, le plan Deeptech fête ses deux ans. Aujourd’hui, Bpifrance dresse le bilan à travers trois chiffres optimistes, toujours au service d’une même ambition : faire de la France une deeptech nation.

« Si cette dernière année a rebattu de nombreuses cartes, elle a renforcé notre conviction que les technologies de rupture peuvent impacter durablement nos sociétés. », constate Paul-François Fournier, directeur exécutif Innovation de Bpifrance. Malgré une année difficile, les deeptech se sont montrées résilientes. Elles sont aujourd’hui 1 700 à représenter 10 % de l’ensemble des startups françaises et captent plus de 20 % des montants levés, avec 1,1 Md€ en 2020. Pour accompagner cette tendance, le plan Deeptech passe à la vitesse supérieure.

200 startups deeptech créées en 2 ans

Le plan Deeptech, c’est un budget de 2,5Md€ sur 5 ans. C’est aussi une résolution ferme d’accompagner la croissance de la Deeptech et de la renforcer à travers trois leviers : stimuler la création, accompagner la croissance et dynamiser les écosystèmes d’innovation sur les territoires et par filières. Depuis son lancement, 200 startups ont été créées, malgré un go-to market particulièrement capitalistique, soit 40 % de plus qu’en 2018.

Engagé aux côtés des deeptech, Bpifrance a massivement soutenu leurs créations. Près de 400 d’entre elles ont bénéficié en 2020 de 220M€ de financements à l’innovation, sous forme de subventions et d’avances remboursables. 270 d’entre elles ont également bénéficié de formations et de diagnostics personnalisés, mais aussi intégré la Communauté « Les Deeptech », dont le but est de favoriser la mise en relation des acteurs de l’écosystème.
 
Côté investissement, grâce au Fond National d’Amorçage (FNA) - géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir, et dont l’objectif est d’augmenter le nombre des startups qui osent sauter le pas - l’écosystème se consolide. En ce début d’année, la Deeptech représente pas moins de 60 % des sociétés du portefeuille.

870 M€ injectés par Bpifrance en investissement indirect

Ainsi, en seulement 2 ans, les investissements de Bpifrance dans les startups ont augmenté de 58 % pour atteindre 221M€. Et grâce aux investissements en fonds de fonds, ce sont près de 870M€ qui ont été injectés par Bpifrance dans l’écosystème. L’objectif initial d’1,3Md€ d’investissement fixé pour 2023 est réévalué à 2Md€ au vu de la dynamique actuelle.


De leur côté, les financements deeptech seront réhaussés de 50 % en 2021, avec encore plus de moyens pour faire rayonner le secteur et l’élargir. « La Deeptech sera un levier clé pour assurer une meilleure résilience face aux crises sanitaires ou contribuer à une relance de l’économie plus verte. Plus que jamais l’Etat, à travers le Plan Deeptech opéré par Bpifrance, se mobilise », affirme Paul-François Fournier.
 
Dans le contexte actuel, le plan Deeptech se donne plus que jamais pour ambition de
renforcer 
les acteurs des solutions de demain. Trois axes prioritaires ont été défini : la Greentech, avec notamment la création du fonds Ecotechnologies 2 d’un montant de 300 M€, dans le cadre du Programme d’investissement d’avenir (PIA) ; la santé, avec le lancement du startup studio ArgoBio, doté de 50 M€ et l’Industrie du futur.

10 000 participants au Deeptech Tour

Pour accompagner ces dynamiques de financement et d’investissement, Bpifrance a déployé plusieurs actions et outils de sensibilisation à la création d’entreprise avec notamment le Deeptech Tour.


La Deeptech entretient un lien privilégié avec la recherche scientifique sur laquelle elle repose pour développer des solutions technologiques de rupture. Ce continuum laboratoire-marché a été renforcé durant l’année 2020 grâce à cette tournée des campus qui a compté plus de 10 000 participants dans 16 établissements.

Alors que 44 % des doctorants voient aujourd’hui l’entrepreneuriat comme une option à l’issue de leur thèse, la plateforme www.lesdeeptech.fr a vu le jour afin compléter les dispositifs de sensibilisation déjà existants et faciliter le parcours des chercheurs et porteurs de projets dans le secteur.


En 2021, Bpifrance continuera à encourager l’intérêt des chercheurs envers le secteur en intégrant le Deeptech Tour à sa 7e édition de Big et élargira l’usage de la plateforme Les Deeptech par un service supplémentaire pour recruter des associés et des co-fondateurs mais aussi attirer des talents nationaux et internationaux vers des startups deeptech.

 

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2017/06/les-deep-tech-innovations-de-rupture-ou-disruptives.html

http://competitiviteinfrance.overblog.com/bpi-france-la-banque-de-la-reconqu%C3%AAte

Vu et lu dans Les Echos du 17/02/21
Vu et lu dans Les Echos du 17/02/21

Vu et lu dans Les Echos du 17/02/21

Partager cet article
Repost0

Carmat (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Carmat (suite)
Carmat (suite)

Coeur artificiel : Carmat lève 56 millions d'euros

https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/coeur-artificiel-carmat-leve-56-millions-deuros-1296622?xtor=CS1-25

le 9 mars 2021

La start-up française a procédé à une augmentation de capital. Des fonds qui lui permettront notamment d'accélérer sa cadence de production et de mener à bien la commercialisation d'Aeson, son coeur artificiel, prévue pour le deuxième trimestre 2021.

 

Un pas de plus vers la commercialisation du coeur artificiel Carmat. Alors que le produit de la medtech française, qui a obtenu le marquage CE fin décembre 2020, est attendu sur le marché européen au deuxième semestre 2021, la société a annoncé lundi 8 mars avoir levé 55,7 millions d'euros.

Une opération effectuée via une augmentation de capital, réalisée avec suppression du droit préférentiel de souscription. Celle-ci devrait permettre à Carmat « d'accélérer la montée en cadence de sa production » explique l'entreprise cotée en Bourse, dans un communiqué destiné aux investisseurs sur son site internet.

Financement des activités jusqu'à « mi-2022 »

L'augmentation du capital donnera lieu à « l'émission de 2.320.298 actions nouvelles », précise le document. « Soit 17,8 % du capital social de la société ». Une offre, qui, « combinée à la trésorerie actuelle […], devrait permettre à Carmat de financer ses activités selon son plan d'affaires actuel, jusqu'à mi-2022 ».

Quatre choses à savoir sur le coeur artificiel de Carmat

« Carmat peut désormais se concentrer sereinement sur le lancement commercial d'Aeson - le nom donné au coeur artificiel, NDLR - en Europe, la montée en puissance de la production et l'expansion du plan clinique, notamment aux Etats-Unis », s'enthousiasme Stéphane Piat, directeur général de la société dans le communiqué.

« Nous avons maintenant les ressources pour mettre notre dispositif unique à la disposition d'un plus grand nombre de patients souffrant d'insuffisance cardiaque en phase terminale, ce qui a toujours été le but de Carmat. »

 

CARMAT OBTIENT UNE SUBVENTION DE 1,4 M€ DANS LE CADRE DU PLAN DE RELANCE

Le 10 Mar 2021 / VIPress.net

Carmat, concepteur et développeur du projet de cœur artificiel total qu’il considère comme le plus avancé au monde, visant à répondre à un besoin médical insatisfait en offrant une alternative thérapeutique aux malades souffrant d’insuffisance cardiaque biventriculaire terminale, annonce avoir obtenu une subvention de 1,4 M€ en tant que lauréat de l’appel à projets « Plan de relance pour l’industrie – Secteurs stratégiques » du Ministère chargé de l’Industrie.

Ce financement contribuera au programme d’industrialisation « CAP 23 » qui vise à dimensionner la production du cœur Aeson pour sa phase commerciale à travers trois axes :  l’augmentation de la capacité de production de Carmat sur son site industriel de Bois-d’Arcy ; la digitalisation de ce site ; et le renforcement du maillage de fournisseurs industriels de la société en France.

Une cadence de production annuelle de plusieurs centaines d’unité à l’horizon 2023

« Nous sommes ravis que notre programme industriel ait retenu l’intérêt du jury dans le cadre de cet appel à projets. Ce financement, combiné au produit de notre récente levée de fonds, viendra accompagner la montée en capacité de notre production pour atteindre une cadence de plusieurs centaines de cœurs Aeson par an à horizon 2023. Carmat pourra ainsi répondre à la demande des centres hospitaliers dans les différents pays européens tout en poursuivant à plus grande échelle ses essais cliniques, notamment aux Etats-Unis », souligne Stéphane Piat, directeur général de Carmat.

https://vipress.net/wp-content/uploads/2021/03/Carmat-100321.jpg

Carmat se propose de répondre, à terme, à un enjeu de santé publique majeur lié aux maladies cardiovasculaires, première cause de mortalité dans le monde : l’insuffisance cardiaque. Grâce à la poursuite du développement de son cœur artificiel total Aeson, composé de la bioprothèse implantable et du système portable d’alimentation externe auquel elle est reliée en permanence, Carmat a pour ambition de pallier le manque notoire de greffons dont sont victimes des dizaines de milliers de personnes souffrant d’insuffisance cardiaque terminale irréversible, les plus malades des 20 millions de patients concernés par cette maladie évolutive en Europe et aux États-Unis.

 

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 23/01/14, intitulé : Carmat : Un rêve se réalise.

 

Partager cet article
Repost0

Février 2021

Publié le par Jacques SAMELA.

Février 2021
Février 2021

OUVERTURE. D’un centre de R&D dédié à la 5G pour l’américain Qualcomm Technologies. Partagé entre Lannion et Issy les Moulineaux, il aidera à piloter le développement de la 5G à l’échelle française, européenne et mondiale.

L’Usine Nouvelle du 29 janvier 2021 / Rattrapage

 

 

PREVISIONS. D’embauches chez le 6ème fabricant européen de meubles de cuisine, l’alsacien Schmidt, avec près de 100 nouveaux salariés sur l’année 2021, et ce, afin d’accompagner notamment une hausse des ventes de cuisines de 50 % dans l’ensemble de ses 500 magasins.

EMBAUCHES. Importantes dans le Maine et Loir, avec pour le constructeur de camions suédois Scania, près de 250 recrutements sur son site de production d’Angers, et pour Thales, près de 500 nouveaux salariés sur son site de Cholet.

Le Parisien du 01 février 2021

 

OBTENTION. D’une 3ème commande pour le groupe Thales et son système radio IMBITR (Improved Multiband Inter/Intra Team radio), dans le cadre du programme Army Leader radio de l’US Army, afin de mettre en œuvre son réseau tactique intégré (ITN). 6 000 radios seront déployées dans le monde entier aux termes de ce contrat.

VIPress.net du 02 février 2021

 

FOURNITURE. De trois nouveaux modules du groupe Airbus pour la capsule Orion du programme lunaire américain Artemis, visant à terme le retour d’astronautes sur le sol lunaire. D’un montant de 650 millions d’Euros, le contrat concerne les missions 4, 5 et 6 de ce programme.

BFM Business du 02 février 2021

 

FINANCEMENT. Imminent par la Banque des territoires de logements sociaux en France, grâce aux 650 millions d’Euros de fonds européens remis par la BEI (Banque européenne d’investissements) et la CEB (Banque de développement du Conseil de l’Europe).

Batiactu.com du 03 février 2021

 

NOUVELLES. Embauches en CDI pour Arc International à Arques, avec une campagne de recrutement de 225 personnes.

L’Usine Nouvelle du 04 février 2021

 

SIGNATURE. D’un contrat avec un client d’Europe centrale pour Drone Volt, expert en IA et constructeur de drones civils professionnels. D’un montant s’élevant à plus de 5 millions d’Euros, ce sont près de 300 drones hercules 20 Spray qui devraient être livrés, dont une cinquantaine dès cette année.

VIPress.net du 09 février 2021

 

CONTRAT. De 3 milliards d’Euros pour Thales, afin de construire une constellation de 300 satellites pour des liaisons internet de l’entreprise canadienne Telesat.

RFI du 09 février 2021

 

BAISSE. Du nombre des défaillances d’entreprises en 2020 en France, avec – 39 %, soit 31 212 contre 51 201 en 2019.

La Tribune du 10 février 2021

 

DISTINCTION. Exceptionnelle pour l’Université de Nantes, et une première pour un établissement français, en l’occurrence le laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes (LS2N) en recevant un Emmy Award pour la création d’un algorithme de compression de vidéo pour Netflix.

Linkedin du 11 février 2021

 

CREATION. De 10 000 emplois en 2020 par les entreprises du French Tech 120 (FT120), label gouvernemental dédié aux startups en phase d’hyper-croissance.

Alliancy du 12 février 2021

 

EXTENSION. Du domaine maritime français de près de 150 000 km carrés, incluant désormais de nouveaux territoires au large de la Réunion et des îles Saint-Paul et Amsterdam dans les Terres australes.

Le Parisien Weekend du 12 février 2021

 

PREMIERE. Mondiale pour Thales, en digitalisant la signalisation ferroviaire de la Deutsche Bahn, la SNCF allemande. Le montant du contrat se monte à 129 millions d’Euros.

L’Usine Nouvelle du 15 février 2021

 

AUGMENTATION. Des demandes d’étudiants étrangers souhaitant venir étudier en France (+ 10 %), avec une forte hausse venant des pays d’Afrique francophone, représentant 60 % des dossiers déposés.

Les Echos du 19 février 2021

 

CHAMPION. Du monde Emilien Jacquelin, en remportant la poursuite des championnats du monde de biathlon à Pokljuka en Slovénie, tout en impressionnant l’ensemble des participants, en abattant 20 cibles en 85 secondes.

Le Parisien Weekend du 19 février 2021

 

RECORD. Mondial attribué par le Guinnes world records pour les sociétés Eiffage génie civil et Chantiers modernes construction, après l’élaboration du plus long coffrage glissant réalisé en une fois.

Batiactu. Com du 23 février 2021

 

RENFORCEMENT. Pour Ericsson et son centre de R&D 5G en France, avec la poursuite des recrutements pour atteindre en 2023, 300 personnes (60 aujourd’hui), et élargir vers de nouveaux axes de travail comme l’automation et l’IA.

VIPress.net du 24 février 2021

 

A BORD. Pour le missilier MBDA en équipant les nouvelles frégates égyptiennes MEKO du Missile VL-Mica NG, devenant ainsi le 1er marché international de ce système de défense antiaérienne.

La Tribune du 24 février 2021

 

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0

Phenix (suite et confirmation)

Publié le par Jacques SAMELA.

Phenix (suite et confirmation)
Phenix (suite et confirmation)

L’Europe et l’Asie dans le viseur de Phenix pour lutter contre le gaspillage alimentaire

https://www.frenchweb.fr/leurope-et-lasie-dans-le-viseur-de-phenix-pour-lutter-contre-le-gaspillage-alimentaire/417289?utm_source=FRENCHWEB+COMPLETE&utm_campaign=4c486bb2d1-EMAIL_CAMPAIGN_2019_07_16_AM_COPY_01&utm_medium=email&utm_term=0_4eb3a644bc-4c486bb2d1-106733281

Le 10/03/2021

 

Interview de Jean Moreau, co-fondateur et CEO de Phenix

https://www.frenchweb.fr/wp-content/uploads/2021/03/Jean-Moreau-Phenix.jpg 

Crédit : Phenix.

Sur un marché européen où le gaspillage alimentaire représente une perte de 143 milliards d’euros et 88 millions de tonnes de nourriture jetées chaque année, le chantier est immense. Parmi les acteurs qui luttent contre ce gaspillage alimentaire, la start-up française Phenix veut gagner du terrain en Europe.

Déjà présente en France, en Espagne et au Portugal, la société déploie ses services en Belgique et en Italie.

Dans le cadre de son expansion à l’international, Phenix mise sur son application mobile lancée en janvier 2019 pour permettre aux consommateurs d’acheter à prix réduit les invendus de près de 6 000 commerces (supermarchés, magasins bio, épiceries, boulangers, bouchers, fromagers…).

Utilisée par 1,5 million de personnes, cette application vient s’ajouter à la plateforme initiale déployée par l’entreprise pour jouer le rôle d’intermédiaire entre les professionnels (enseignes de grande distribution, industriels, producteurs…), à la recherche d’économies sur leurs coûts de traitement des déchets, et les associations, pour sauver les invendus de la poubelle.

 

Une présence dans 10 pays européens en 2023

Depuis sa création en 2014 par Baptiste Corval et Jean Moreau, Phenix indique avoir permis de sauver 115 millions de repas de la poubelle, dont 44 millions rien qu’en 2020. En moyenne, la société permet de sauver 120 000 repas par jour, soit 60 tonnes de produits alimentaires. Alors qu’elle cherche à passer la vitesse supérieure depuis son tour de table de 15 millions d’euros, bouclé en en novembre 2018, la start-up se fixe pour objectif de sauver plus de 450 000 repas par jour à l’horizon 2023 avec une présence dans une dizaine de pays européens. 

Toutefois, Phenix ne lorgne pas que sur le marché européen. La société s’intéresse également à l’Asie, où elle mène d’ailleurs un test à Hong Kong, avant un éventuel déploiement dans plusieurs grandes villes asiatiques.

Une approche qui tranche avec celle de Too Good To Go, qui a levé 25 millions d’euros en janvier pour accélérer son développement aux États-Unis. Outre-Atlantique, la société dirigée par Lucie Basch espère sauver 4 millions de repas en 2021. Si Phenix surveille le marché américain, le moment n’est pas venu de s’y lancer aux yeux de Jean Moreau, co-fondateur et CEO de Phenix : «On considère que le marché américain n’est pas encore totalement mature.» La société française a déjà de quoi faire en Europe et en Asie.

Il y a de cela plus de trois ans (11/01/17), Baptiste Corval, l'un des dirigeant de cette société, me fit l'honneur de me la présenter. En voici le lien :

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2017/01/phenix-et-la-seconde-vie-des-produits.html

Partager cet article
Repost0

Isorg, Soitec (suites)

Publié le par Jacques SAMELA.

Isorg, Soitec (suites)
Isorg, Soitec (suites)

ISORG REÇOIT LA CERTIFICATION DU FBI POUR SON MODULE À PHOTODIODE ORGANIQUE POUR SCANNERS D’EMPREINTES DIGITALES

https://vipress.net/isorg-recoit-la-certification-du-fbi-pour-son-module-a-photodiode-organique-pour-scanners-dempreintes-digitales/

Le 9 Mars 2021 

 

Isorg, société pionnière des photo-détecteurs organiques et des capteurs grande surface, annonce que son module FAP 10 (Fingerprint Acquisition Profile – profil d’acquisition d’empreintes digitales) a reçu la certification du FBI, une première dans la catégorie des capteurs optiques basés sur des photodiodes organiques (OPD – Organic PhotoDiode).

L’approbation par l’administration américaine du module FAP 10, le premier d’une nouvelle génération de capteurs optiques, indique que le marché mondial de la biométrie est prêt à intégrer l’électronique organique dans ses applications de sécurité.

https://vipress.net/wp-content/uploads/2021/03/Isorg-080321.jpg Le module biométrique FAP 10 peut ainsi désormais être utilisé dans des applications de sécurité, en particulier pour l’identification via appareils portables lors des contrôles d’accès dans les aéroports ou dans d’autres bâtiments pour lesquels un très haut niveau de sécurité est nécessaire.

Le module FAP 10 est fabriqué en imprimant une photodiode organique sur une matrice de transistors à couches minces (TFT Backplane – Thin Film Transistor). Isorg déclare être le seul fabricant au monde capable de produire des capteurs OPD en volume. La société est prête à fournir des lots industriels grâce à son usine située à Limoges.

Le FAP 10 s’appuie sur le savoir-faire de la société en matière d’optique. En conséquence, il apporte un avantage significatif aux clients grâce à sa capacité à supporter une luminosité importante, depuis un éclairage intérieur intense jusqu’à la lumière directe du soleil. La police, les agents de sécurité et d’autres forces opérationnelles peuvent ainsi effectuer des contrôles en intérieur comme en extérieur sans que le scanner d’empreintes digitales ne produise des images saturées. La validation rapide de l’identité d’une personne est ainsi possible dans toutes les conditions météorologiques ou sous une forte lumière artificielle.

« Cette certification du FBI confirme notre capacité à fournir des modules de biométrie basés sur l’électronique organique à même de relever les défis du marché de la sécurité tout en répondant à ses exigences strictes. Nous sommes les premiers à obtenir cette approbation de sécurité pour un capteur d’empreintes digitales OPD. Notre produit offre une image de grande qualité, ainsi que la précision et la robustesse dont les clients ont besoin pour le contrôle aux frontières, le contrôle d’accès, l’identification des électeurs, etc. Le marché de la sécurité bénéficiera de nos développements en continu. Nous prévoyons d’obtenir la certification sur des facteurs de forme plus grands (jusqu’à FAP 60), en nous basant sur notre technologie OPD évolutive », déclare Jean-Yves Gomez, p-dg d’Isorg.

Le FAP 10 est une solution complète, intégrant un capteur d’image, une source lumineuse dédiée, des filtres optiques et des électroniques de pilotage. Pour accompagner le développement des produits de ses clients, Isorg fournira un design de référence intégrant son dernier circuit intégré de lecture (ROIC pour Read Out Integrated Circuit) ainsi qu’un logiciel pour améliorer la qualité de l’image, optimisé pour la technologie de capteur OPD d’Isorg.

Le module est plat et mince (moins de 2mm d’épaisseur). Il est suffisamment robuste pour résister à toutes les conditions météorologiques. Contrairement à modules optiques concurrents dont les scanners d’empreintes digitales sont encombrants, lourds et plus fragiles, le module d’Isorg est idéal pour les appareils d’identification portables, soutient la pme de Limoges.

Grâce à la structure polyvalente du module, Isorg peut ainsi envisager une authentification allant jusqu’à quatre doigts pour un module FAP 60, avec une évolution possible vers des surfaces encore plus grandes, comme la paume entière de la main. Des fonctionnalités de détection de faux doigts peuvent facilement être intégrées dans le dispositif et dans le logiciel.

Le FAP 10 d’Isorg dispose de la certification pour une authentification à un doigt, sur une surface comprise entre 1,27 et 1,65 cm (0,5 et 0,65 pouces). La société prévoit de faire certifier par le FBI des modules de biométrie de plus grande surface, allant jusqu’à quatre doigts (FAP 60).

La technologie de pointe d’Isorg a déjà apporté le même type d’avantages aux fabricants de smartphones, offrant la solution la plus mince du marché pour les applications grande surface de prise d’empreintes digitales sur écran (FoD – Fingerprint on Display). La totalité de l’écran du smartphone devient ainsi un scanner d’empreintes digitales.

Isorg est une société pionnière dans l’électronique organique et imprimée pour les photo-détecteurs et les capteurs d’images grand format. Elle offre une nouvelle génération d’imageurs haute performance capables d’intégrer des produits 3D, qui peuvent reconnaître n’importe quelle forme. Ses capteurs d’images flexibles trouvent des applications dans de multiples secteurs : dispositif médical, sécurisation de l’identification et contrôle d’accès, objets connectés et électronique grand public. La société a développé le premier capteur d’empreinte en plastique flexible, haute résolution (500 dpi) et grand format, pour utilisation dans la sécurité biométrique, par exemple.

Créée en 2010 et partenaire du CEA-Liten, Isorg a réalisé une levée de fonds de série B de 8 M€ en 2014, puis a effectué un tour de financement de 24 M€ en 2018.

 

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire l'article du 09 décembre 2014, intitulé : Isorg, une technologie française de rupture

 

 

Vu et lu dans Challenges n° 686 du 18/02/21
Vu et lu dans Challenges n° 686 du 18/02/21

Vu et lu dans Challenges n° 686 du 18/02/21

SOITEC RENFORCE SES ENGAGEMENTS DANS LE PLAN « FRANCE RELANCE »

https://vipress.net/soitec-renforce-ses-engagements-dans-le-plan-france-relance/

Le 8 Mars 2021 

 

À l’occasion de la signature jeudi dernier de l’avenant au contrat de la filière Électronique, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’industrie, a visité les locaux de Soitec pour mesurer l’avancée des travaux menés dans le cadre du programme Nano 2022 et le développement du site de Bernin permis grâce au soutien public.

https://vipress.net/wp-content/uploads/2021/03/Soitec-080321.jpgSoitec est l’un des six chefs de file industriels du plan Nano 2022, avec STMicroelectronics, Lynred, Murata France, X-Fab France et UMS.

Depuis 2018, Soitec a transformé une unité de production pour ses nouvelles générations de substrats au diamètre 300mm. Une seconde unité est en cours d’installation depuis 2020 pour les applications de filtrage des smartphones. L’objectif de Soitec sur l’ensemble de la durée du plan Nano 2022 était 700 emplois nouveaux ; en pratique ce sont 500 emplois directs qui ont déjà été créés sur le site de Bernin.

« Le soutien de l’État, de l’Union Européenne et des collectivités territoriales depuis plus de dix ans nous a permis de développer des nouveaux produits qui nous donnent aujourd’hui une position stratégique dans le monde de la radiofréquence et des smartphones », a déclaré Paul Boudre, Directeur Général de Soitec« Nous souhaitons poursuivre dans cette voie d’innovation et d’industrialisation en France et renforcer ce modèle gagnant de coopération avec les pouvoirs publics et les grands laboratoires comme le CEA-Leti, notre partenaire historique. Nous déployons actuellement, à plein régime, le plan Nano 2022, soutenu par l’État, la Communauté de Communes Le Grésivaudan, la Région Auvergne Rhône-Alpes, La Métropole de Grenoble et le département de l’Isère que je remercie vivement ».

 

. Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire l'article du 30 mai 2018, intitulé : Soitec, une réponse française et européenne

Partager cet article
Repost0

Excellente journée à vous toutes (lectrices ou non)

Publié le par Jacques SAMELA.

Excellente journée à vous toutes (lectrices ou non)
Excellente journée à vous toutes (lectrices ou non)
Vu et lu dans Femme Actuelle n° 1882 du 19/10/20
Vu et lu dans Femme Actuelle n° 1882 du 19/10/20

Vu et lu dans Femme Actuelle n° 1882 du 19/10/20

Réseaux : quand les femmes font des étincelles

https://groupe-ecomedia.com/reseaux-quand-les-femmes-font-des-etincelles/?utm_source=NEWSLETTER+ECO&utm_campaign=a0225b27f3-EMAIL_CAMPAIGN_2018_06_22_09_56_COPY_01&utm_medium=email&utm_term=0_4858320de0-a0225b27f3-164133393

 GROUPE ECOMEDIA | 18 Fév

 

Une nouvelle association féminine d’actrices impliquées et soucieuses de faire rayonner le département de l’Ain a vu le jour en 2020.

«On ne diffuse pas suffisamment de messages positifs dans notre société, aujourd’hui », explique Sandrine Rival, présidente des Étincelles, une nouvelle « association de femmes impliquées et soucieuses de faire rayonner le territoire de l’Ain ». Créée en 2020 avec sept adhérentes, elle en compte 13 aujourd’hui.

https://v8d3y5m7.rocketcdn.me/wp-content/uploads/2021/02/Femmes-reseau-ain-etincelles-1.jpg

« Ce peut être des chefs d’entreprise ou des femmes à responsabilité, dans le travail comme dans le milieu associatif, des mères au foyer, des agricultrices… Il s’agit de montrer, notamment aux jeunes, ce que nous pouvons faire toutes ensemble et faire profiter des porteuses de projets de notre expérience, de montrer notre capacité à agir et à rebondir en toutes circonstances. On dit parfois qu’il est dur d’être une femme, moi je veux prouver que si l’on s’en donne les moyens, tout est possible. Nous sommes partenaires d’une association arlésienne de femmes chefs d’entreprise. Un réseau de 60 adhérentes qui nous apporte beaucoup d’expérience. »

Du rebond à l’action

Si la crise n’a pas permis d’organiser autant d’événements qu’elles l’auraient voulu, Les Étincelles ont invité le directeur de la banque CIC pour une conférence sur la conjoncture et le PGE. Elles ont fait intervenir Julie Chaber, autrice du livre “Le journal pas si triste de mon cancer du sein”, en visioconférence dans le cadre d’Octobre Rose, avec la participation de l’association Blanc Bleu Rose de la clinique Convert.

Enfin, elles ont offert aux résidentes du centre d’accueil de femmes en difficulté, des calendriers et des kits de beauté, puis ont mis en place une selfie box pour leur permettre de se prendre en photo avec leurs enfants. « Nous avons essayé d’apporter de la joie », conclut Sandrine Rival.


Par Sébastien Jacquart

 

 

Vus dans Le Parisien Weekend n° 23780 du 12/02/21 et n° 23792 du 27/02/21, et Les Echos du 07/09/20
Vus dans Le Parisien Weekend n° 23780 du 12/02/21 et n° 23792 du 27/02/21, et Les Echos du 07/09/20

Vus dans Le Parisien Weekend n° 23780 du 12/02/21 et n° 23792 du 27/02/21, et Les Echos du 07/09/20

Et pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 29 mars 2016, intitulé : Christine Lagarde, une femme française d'influence

Partager cet article
Repost0

Le CAC 40 (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Le CAC 40 (suite)
Le CAC 40 (suite)
Vu et lu dans Challenges n° 685 du 11/02/21

Vu et lu dans Challenges n° 685 du 11/02/21

Près de 1,4 million de particuliers actifs en Bourse en 2020, selon l'AMF

Reuters / Le 26/01/21

 

PARIS (Reuters) - Près de 1,4 million de particuliers en France ont passé un ordre d'achat ou de vente sur des actions en 2020, montre une étude publiée mardi par l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Parmi ceux-ci, un peu plus de 410.000 n'avaient jamais passé d'ordre de Bourse jusqu'ici ou étaient inactifs depuis janvier 2018, montre la première édition du tableau de bord des investisseurs particuliers de l'AMF, portant sur la période allant de janvier 2018 à décembre 2020.

"Ce premier tableau de bord permet de constater que les investisseurs particuliers sont restés actifs tout au long de l'année 2020, dans le prolongement du pic d'activité constaté au premier trimestre", écrit le régulateur français dans un communiqué.

Une étude publiée par l'AMF en avril dernier avait montré que plus de 150.000 nouveaux investisseurs particuliers avaient réalisé des opérations sur les valeurs de l'indice parisien SBF 120 pendant les turbulences sur les marchés en mars-avril.

Le nombre d'investisseurs particuliers actifs sur les fonds indiciels cotés (ETF) a augmenté de 33% l'an dernier par rapport à 2019, à 233.000, et de 63% en deux ans.

Les produits de Bourse tels que les certificats et 'warrants' ont également connu un regain d'intérêt de la part des particuliers, toujours selon le communiqué.

L'AMF annonce qu'elle dressera désormais chaque trimestre un état des lieux des particuliers ayant passé au moins un ordre d'achat ou de vente en Bourse au cours des trois mois écoulés.

 

Vus et lus dans Les Echos du 24/11/20 et du 26/01/21
Vus et lus dans Les Echos du 24/11/20 et du 26/01/21

Vus et lus dans Les Echos du 24/11/20 et du 26/01/21

Vus et lus dans Les Echos du 30/09/20, et l'Usine Nouvelle n° 3677 du 08/10/20

Vus et lus dans Les Echos du 30/09/20, et l'Usine Nouvelle n° 3677 du 08/10/20

Partager cet article
Repost0

Les entreprises familiales (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Les entreprises familiales (suite)
Les entreprises familiales (suite)
Vus et lus dans Le Parisien Eco du 25/01/21, et Les Echos du 02/02/21
Vus et lus dans Le Parisien Eco du 25/01/21, et Les Echos du 02/02/21

Vus et lus dans Le Parisien Eco du 25/01/21, et Les Echos du 02/02/21

Partager cet article
Repost0

Choix, Confiance, Patriotisme, Réindustrialisation, Relance

Publié le par Jacques SAMELA.

Choix, Confiance, Patriotisme, Réindustrialisation, Relance
Choix, Confiance, Patriotisme, Réindustrialisation, Relance
Vus et lus dans Challenges n° 685 du 11/02/21, et Les Echos du 22/10/20
Vus et lus dans Challenges n° 685 du 11/02/21, et Les Echos du 22/10/20
Vus et lus dans Challenges n° 685 du 11/02/21, et Les Echos du 22/10/20

Vus et lus dans Challenges n° 685 du 11/02/21, et Les Echos du 22/10/20

Vus et lus dans Ecomeca de novembre 2020, et Les Echos du 07/10/20
Vus et lus dans Ecomeca de novembre 2020, et Les Echos du 07/10/20
Vus et lus dans Ecomeca de novembre 2020, et Les Echos du 07/10/20

Vus et lus dans Ecomeca de novembre 2020, et Les Echos du 07/10/20

Partager cet article
Repost0

Et pourquoi pas un grand emprunt* patriotique ?

Publié le par Jacques SAMELA.

Et pourquoi pas un grand emprunt* patriotique ?
Et pourquoi pas un grand emprunt* patriotique ?

Le tout premier emprunt d’Etat vers des banques étrangères, de la somme de 163 millions de francs, serait celui lancé en 1818, par le duc de Richelieu (1696-1788), petit neveu du célèbre cardinal, afin de rembourser les suites de la chute de l’empereur Napoléon, parti en exil à Sainte Hélène.

Ensuite, les plus anciens de nos concitoyens se souviendront certainement du scandale des emprunts russes, les historiens, spécialistes de la 1ère guerre mondiale, des emprunts pour soutenir l’effort de guerre de la France, ainsi que d’autres, comme celui dit de l’emprunt national Pinay (1891-1994) en 1952, du nom du président du Conseil de l’époque, et dont le montant fut de 4,28 milliards de Francs, de l’emprunt Giscard (d’Estaing) en 1973, portant lui sur la somme de 6,5 milliards de Francs, visant à compenser les pertes de recettes fiscales, engendrés par la réduction du taux de TVA de l’époque (de 23 % à 20 %), celui de l’emprunt Barre (1924-2007) en 1977, alors premier ministre, ou encore celui de 1983, intitulé emprunt obligatoire, et lancé par le gouvernement Mauroy (1928-2010), sous la présidence Mitterrand, avec la particularité celui-ci, d’avoir été totalement remboursé 2 ans plus tard, ce qui manifestement n’est pas le cas de tous (https://www.lesechos.fr/1993/05/les-precedents-grands-emprunts-905213).

Et depuis, il y a toujours ces emprunts que l’Etat lèvent de temps en temps auprès des marchés, afin d’accompagner une politique économique, rembourser des dettes (voir plus haut), le plus récent datant du 19 janvier dernier, dans le cadre de ce que l’on appelle une OAT (Emission syndiquée d’obligations), levant en cela la somme de 7 milliards d’Euros, sur une échéance de 50 ans, suscitant pour le coup une demande de + de 75 milliards d’Euros, et attirant 430 investisseurs, soit un record.

Ce petit historique me sembla donc nécessaire pour présenter ce qui suit, et qui peut être sera considéré par vous comme une utopie, soit l’organisation d’un emprunt patriotique, national, citoyen, solidaire, etc…

Donc, orchestré par l’Etat français, la Banque de France (http://competitiviteinfrance.overblog.com/2018/09/la-banque-de-france-au-service-de-l-etat.html), Bpifrance (http://competitiviteinfrance.overblog.com/bpi-france-la-banque-de-la-reconqu%C3%AAte), ou encore sous l’égide du tout nouveau commissaire au plan (http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/09/le-commissariat-au-plan.html), il pourrait selon moi, compléter le plan de relance de 100 milliards d’Euros récemment lancé, et dont les premières actions permettent aux secteurs les plus impactés par la crise sanitaire de visualiser un avenir plus serein, mais bien évidemment non semé d’embûches, grâce notamment, et surtout aux 90 milliards et plus d’Euros épargnés par les français.

Alors, il est vrai que dans le plan de relance, il existe des possibilités d’investir financièrement, mais quand on sait que le ticket d’entrée minimal est à près de 5 000 Euros, il est évident qu’une majorité de français y regarderait à deux fois. Possible, pas possible, financièrement surtout, pas intéressant, contre-productif, qu’y gagnerai-je ?

Par-contre, proposer aux français d’investir ce qu’ils veulent ou peuvent, un peu comme dans le cadre des lotos consacrés au patrimoine, qui l’air de rien fonctionnent plutôt bien, cela pourrait peut-être les interpeller vraiment, avec pourquoi pas l’idée d’aider les secteurs les plus impactés aujourd’hui, et demain, comme les TPE & PME, voire l’ensemble du tissu industriel français, les artisans, la restauration, l’hôtellerie,  la culture, dans son ensemble, la montagne, et bien d’autres malheureusement.

Ils auraient, enfin je l’espère, le sentiment de participer à un mouvement de fond national, afin que la France ressorte de cette crise, crise qui les a vu léthargiques durant le 1er confinement, anxieux durant le second, dubitatifs face aux querelles et polémiques continuelles entre les spécialistes (les vrais et les faux), changeants en regardant les infos, elles -mêmes changeantes et contradictoires chaque jour, et de sortir par le haut de cette situation exceptionnelle, ensemble, afin de préparer un avenir commun, plus radieux.

Et vous, mes chères lectrices et mes chers lecteurs, qu’en pensez-vous ? Est-ce une idée à creuser, à susciter aux décideurs politiques ?

J’attends vos réponses, n’hésitez-pas.

*https://www.20minutes.fr/economie/832974-20111129-emprunt-national-idee-toute-neuve 

Jacques Samela

 

A lire :

. https://www.lesclesdelabanque.com/web/Cdb/Particuliers/Content.nsf/DocumentsByIDWeb/BUKJE9?OpenDocument

. https://www.moneyvox.fr/actu/81312/placement-jusqua-7-ce-produit-pousse-par-le-gouvernement-est-il-fait-pour-vous

. https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/epargne-et-consommation-deux-piliers-d-une-relance-responsable-859552.html

. https://www.lafinancepourtous.com/2020/10/22/label-relance-le-gouvernement-veut-mobiliser-lepargne-en-faveur-des-entreprises/

Vu et lu dans Les Echos du 06/01/21

Vu et lu dans Les Echos du 06/01/21

Partager cet article
Repost0