Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BlaBlaCar (suite et Anniversaire)

Publié le par Jacques SAMELA.

BlaBlaCar (suite et Anniversaire)
BlaBlaCar (suite et Anniversaire)

BlaBlaCar revendique 100 millions de membres, dont 20 millions en France

https://www.auto-infos.fr/article/blablacar-revendique-100-millions-de-membres-dont-20-millions-en-france.236807

Le 19/10/2021 

Spécialiste de la mobilité depuis une quinzaine d'années maintenant avec ses solutions de covoiturage ou de voyages en car, et présent dans 22 pays du globe, BlaBlaCar vient de franchir la barre des 100 millions de membres en ce début d'automne, dont 20 millions d'utilisateurs en France.  

BlaBlaCar est à la fête. Pour son quinzième anniversaire, la scale-up française estime qu'un nouveau membre souscrit à ses services toutes les vingt secondes dans le monde. « Lorsque BlaBlaCar a été créé, les réseaux sociaux ne faisaient pas partie de nos vies et les smartphones n’étaient pas si “smart”, si bien que les gens doutaient que cette idée de covoiturage puisse un jour se développer à grande échelle. Aujourd'hui, BlaBlaCar est devenu un immense réseau de voyage durable, alimenté par la confiance, qui transforme la mobilité et rapproche les gens de bien des façons. Je remercie jour après jour nos membres et notre équipe pour cette réussite collective », se félicite Frédéric Mazzella, président-fondateur de l'entreprise.

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2015/01/blablacar-en-voiture-tout-le-monde.html

Partager cet article
Repost0

La Cornue (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Partager cet article
Repost0

Octobre 2021

Publié le par Jacques SAMELA.

Octobre 2021
Octobre 2021

INSTALLATION. Nouvelle pour le groupe Poma (www.poma.net) en Colombie, dans la ville de Pereira, devenant la plus longue ligne de transport urbain par câble du pays avec près de 3,4 km de long, 4 gares, et doté de 50 télécabines de 10 places.

La lettre de l’économie en Isère d’octobre 2021

 

HAUSSE. Record du niveau de vie des français en 2019 par rapport à 2018, soit une augmentation de 2,6 %, atteignant 1 837 par mois, faisant de cette hausse la plus forte depuis 2001.

Le Parisien Weekend d’octobre 2021

 

EMPLETTES. De la nouvelle compagnie aérienne italienne, ITA, remplaçant Alitalia, en achetant par le biais de la compagnie de leasing Air Lease Corporation 84 appareils neufs au groupe Airbus.

La Tribune du 01 octobre

 

CREATION. De près de 500 000 emplois pour l’économie française en 2021, passant le taux de chômage à 7,6 % cet automne, soit deux points de moins qu’à la période d’avant crise, et au plus bas depuis 13 ans.

La tribune du 06 octobre 2021

 

LIVRAISON. Du deuxième module, sur six, de service européen pour le vaisseau spatial Orion par le groupe Airbus. Partie prenante du programme de la NASA appelé Artemis, dont l’Agence Spatiale Européenne (ESA) est partenaire, il permettra l’envoi en 2024 d’astronautes sur la lune.

OUVERTURE. Du plus grand centre de tri en France pour le groupe DHL. Situé à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, il sera dix fois plus grand que le précédent, pouvant traiter 38 000 colis à l’heure, et aura coûté 171 millions d’Euros.

L’Usine Nouvelle du 06 octobre 2021

 

REALISATION. D’un collecteur d’orage à Toronto pour le groupe Vinci, afin de lutter contre les inondations dans les sous-sols de la ville.

Batiactu du 07 octobre 2021

 

AUGMENTATION. Du patrimoine économique des français en 2020 de 6,9 %, soit à 17 682 milliards d’Euros.

NAISSANCES. De 2 120 bébés français chaque jour en août 2021, soit 3 % de plus que l’an dernier à la même époque.

Challenges du 07 octobre 2021

 

REMISE. Après huit de disette, du Bocuse d’or 2021, concours international de gastronomie,  au français Davy Tissot, meilleur ouvrier de France en 2004, une première étoile Michelin pour un restaurant d’école hôtelière en 2020

RENTABLES. Pour la collectivité l’apprentissage, garant d’un meilleur taux d’insertion et de salaires plus élevés. Sur quatre ans, l’apprentissage génère 425 000 emplois supplémentaires, et renfloue les finances publiques de 11 milliards d’Euros.

Le Parisien Weekend du 08 octobre 2021

 

LEVEE. De 1,2 milliards d’Euros pour les fintech françaises sur les trois premiers mois de l’année 2021.

DEVANT. La France au nombre de Prix Nobel obtenu dans la catégorie littérature avec 15 lauréats.

Challenges du 14 octobre 2021

 

OBTENTION. Du prix du public du photographe météo de l’année 2021 par Serge Zaka, durant le concours organisé par la Royal Meteorological Society.

PERFORMANCE. Pour le français Nicolas Bodereau, un sarthois de 23 ans, en battant le record du monde du nombre d’abdominaux sur une heure, avec 8 005 mouvements.

20 minutes du 18 octobre 2021

 

SELECTION. De 12 start-up françaises sur 65 entreprises choisies par le Conseil européen de l’innovation de la Commission européenne, dans le cadre d’un plan de financement de 363 millions dédié aux innovations de rupture.

VIPress.net du 18 octobre 2021

 

MEGA. Contrat pour la jeune entreprise toulousaine Adveez (www.adveez.com), développant une solution de télématique et de maintenance prédictive pour les véhicules circulant en zone aéroportuaire avec le groupe américain United Airlines

La Tribune du 18 octobre 2021

 

ELECTION. Comme meilleur bar au monde pour le Dôme à l’interContinental Lyon-Hôtel Dieu durant le PrixVillegiatureAwards 2020-2021.

InterContinental Lyon –Hôtel Dieu Linkedin du 20 octobre 2021

 

RECORDS. D’embauches en septembre en France avec près de 840 000 déclarations hors intérim, et une hausse de 11,4 % par rapport au deuxième trimestre 2021.

INVESTISSEMENT. De 11 millions d’Euros pour le coréen SIAS, spécialiste des plats cuisinés, afin d’implanter sa quatrième usine dans la Somme (Hauts de France), soit là où il est né il y  a de cela un siècle.

Les Echos du 21 octobre 2021

 

SIGNATURE. D’une lettre d’intention d’achat entre Amedeo, spécialisé dans la gestion d’actifs, et Aura Aero (www.aura-aero.com), pour l’acquisition de près de 200 ERA (Electrical Regional Aircraft), avion de transport de 19 places à propulsion électriques. Entrée en service prévu en 2026.

Air & Cosmos du 21 octobre 2021

MELLEURE. Deuxième destination urbaine européenne 2021 la ville de Lyon, durant les « World Travel Awards », les Oscars du tourisme. La première est Moscou, et ce pour la troisième fois consécutive.

Tout Lyon du 22 octobre 2021

 

CONTRAT. Pour SNCF Réseau en république tchèque, afin d’aider le gestionnaire ferroviaire de ce pays dans son projet de construction de 600 km de ligne à grande vitesse.

Batiactu du 25 octobre 2021

 

CHAMPION. Du monde de Tiramisu le français Nabil Barina à Milan, devant 22 candidats, dont le Japon et la Suisse, ayant terminé deuxième et troisième.

Lyonmag du 25 octobre 2021

 

RELOCALISATION. De 624 projets en un an en France, financés par France Relance à hauteur de 800 millions d’Euros.

L’Usine Nouvelle du 26 octobre 2021

 

FORTE. Baisse du nombre de demandeurs d’emplois au 3ème trimestre en France, soit de 5,8 % (- 203 100).

BFM Business du 27 octobre 2021

 

TRIPLEMENT. Primé le groupe Lacroix (www.lacroix-group.com) pour ses innovations technologiques à Bologne (Italie) durant le salon H20 2021.

Production Maintenance du 26 octobre 2021

 

BONDS. Dans la construction de logements et de locaux de + 3,8 %, retrouvant leur niveau d’avant-crise.

Batiactu du 29 octobre 2021

 

EXCEPTIONNELLE. La croissance française, atteignant 3 % du PIB au 3ème trimestre. L’INSEE prévoyait 2,7 % et la Banque de France 2,3 %.

La tribune du 29 octobre 2021

 

 

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0

Ombrea, l’apôtre du microclimat idéal

Publié le par Jacques SAMELA.

Ombrea, l’apôtre du microclimat idéal
Ombrea, l’apôtre du microclimat idéal

Vous vous souvenez certainement de cet épisode de froid intense en avril dernier, où une partie significative du vignoble français, ainsi que les productions de fruits ou de légumes de plusieurs régions françaises se sont retrouvés démunis face à ce qui semble être une des multiples conséquences du réchauffement climatique ?

On parle là de plus de deux milliards d’Euros de dommages, et pourtant ils essayèrent d’y remédier par divers moyens, plus ou moins efficaces. Moins que plus malheureusement.

Et alors que ces événements reviendront certainement de plus en plus, des solutions doivent être trouvés, et justement, la société Ombrea (www.ombrea) en a semble-t-il trouvée une, consistant à réagir aux aléas météorologiques.

En effet, elle développe ce qu’ils appellent des ombrières, fixées dans le sol à l’aide de poteaux ajustables en hauteur, soutenant des rails sur lesquels coulissent des panneaux en acier galvanisés, similaires à des panneaux solaires, et qui, couplées à des capteurs, permettent de recueillir des informations sur la lumière, l’hygrométrie, le vent et la température, traitées par la suite par des algorithmes, afin qu’elles puissent, quand cela est nécessaire, faire de l’ombre aux plantations en question. Ce sont près d’un million de données météorologiques par site et par an qu’elle peut assurer aux utilisateurs finaux.

Photo Ombrea / Tecsol

Photo Ombrea / Tecsol

Prévues pour des parcelles allant de 1 000 m2 à plusieurs hectares, elles répondent donc parfaitement aux besoins des viticulteurs, horticulteurs et maraîchers, qui, grâce à celles-ci, peuvent protéger leurs récoltes tout au long de l’année, mais également rendre la production de fraises 50 % plus productives, ou celle des tomates de 63 %, et ce avec un tiers d’eau en moins.

Cependant, une autre activité devrait lui permettre de s’ouvrir un marché plus vaste, c’est celui que l’on appelle l’agrivoltaïsme, soit l’utilisation des ombrières pour produire de l’énergie, avec l’apport de panneaux photovoltaïques installés dessus.

Activité qui a fait l’objet en début d’année d’une collaboration avec Total Quadran (www.totalenergies.com), afin d’installer six grandes installations de production agrivoltaïque, censées répondre aux besoins énergétiques de près de 20 000 habitants.

Cette collaboration couvrira 35 hectares en Occitanie, en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Auvergne-Rhône-Alpes afin d’y produire 18 GWh, les mises en service étant prévues dès 2023.

Et comme tout cela n’était pas suffisant, elle vient de lever en septembre dernier la somme de 10 millions d’Euros, susceptible de lui permettre de continuer son développement, qui l’air de rien est loin d’être anodin pour une entreprise qui existe seulement depuis 2016, créée en famille par un père et sa fille, en l’occurrence Julie Davico-Pahin, et Christian Davico, qui dans le cadre de son activité de l’époque, soit agriculteur, perdit un quart de sa production de feuillages durant justement une sécheresse.

Alors, même si ce fait fût impactant pour son activité, il lui a finalement permis de réfléchir à des solutions pour mieux vivre de son activité professionnel face à des phénomènes météorologiques violents,  selon lui amenés à se répéter, et donc à créer, grâce à son profil technique, ce qui s’appelle désormais des ombrières. L’apport de sa fille lui donnant le courage de se lancer dans une aventure inconnue pour lui, la création d’une entreprise.

Donc aujourd’hui, avec cette manne financière, ils vont justement pouvoir se consacrer à l’amélioration de leurs « agroéquipements numériques intelligents », tout en appuyant leur succès grandissant par l’embauche de nouveaux collaborateurs, leur permettant de répondre dès aujourd’hui, mais surtout dans l’avenir à des demandes de plus en plus pressantes des agriculteurs, cherchant à s’adapter rapidement face aux défis des nouveaux effets du réchauffement climatique.

Alors, habituellement je souhaite aux entreprises que je présente de belles années de développement et de marchés, ce que je m’apprête à faire également aujourd’hui, sauf que cette fois-ci, cela sera dû aux effets de ce changement climatique qui vient, et que nous allons devoir supporter. Mais bon, vu que c’est une entreprise française, que sa réussite soit bien évidemment au rendez-vous.

Jacques Samela

 

Sources :

. https://www.irce.fr/portrait/christian-davico-ombrea/

. https://www.usinenouvelle.com/article/ombrea-digitalise-le-beau-temps.N952506

. https://www.lesechos.fr/pme-regions/innovateurs/ombrea-sassocie-a-total-quadran-pour-developper-lagrivoltaique-1280884

. https://www.europe1.fr/societe/ombrea-protege-les-cultures-du-changement-climatique-4044400

. https://www.leparisien.fr/environnement/les-effets-du-gel-davril-2021-decuples-par-le-rechauffement-climatique-15-06-2021-22X57EDYY5G3BHMT4475HPFUGA.php

. https://madeinmarseille.net/98938-agriculture-la-start-up-ombrea-leve-10-millions-deuros-et-va-creer-50-nouveaux-emplois/

. https://www.usine-digitale.fr/article/ombrea-leve-10-millions-d-euros-pour-une-agriculture-preservee-des-aleas-climatiques.N1145942

 

A lire :

. https://www.edf.fr/groupe-edf/inventer-l-avenir-de-l-energie/r-d-un-savoir-faire-mondial/toutes-les-actualites-de-la-r-d/une-annee-sous-les-panneaux-d-agri-pv

. https://www.lechodusolaire.fr/iberdrola-et-ombrea-signent-un-partenariat-pour-le-developpement-de-grands-sites-agrivoltaiques-en-france-et-en-europe/

 

 

 

Photo Ombrea / L'Echo du solaire

Photo Ombrea / L'Echo du solaire

Publié dans L'entreprise du mois

Partager cet article
Repost0

Deeptech (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Deeptech (suite)
Deeptech (suite)
Vu et lu dans Les Echos du 13/10/21
Vu et lu dans Les Echos du 13/10/21

Vu et lu dans Les Echos du 13/10/21

Entreprises: pourquoi votre pôle «innovation de rupture» est à l’arrêt ?

https://www.frenchweb.fr/entreprises-pourquoi-votre-pole-innovation-de-rupture-est-a-larret/422843

Le 26/05/2021

Par Philippe Silberzahn, professeur d’entrepreneuriat, stratégie et innovation à EMLYON Business School et chercheur associé à l’École Polytechnique (CRG)

 

La création d’entités « innovation de rupture » au sein des grandes entreprises n’est pas nouvelle, mais malgré le temps et l’expérience, ces entités restent souvent bloquées dans leur action et finissent par être diluées dans l’organisation après quelques années, voire quelques mois. Si la direction générale en attend parfois un peu trop, il est en effet illusoire de penser que l’innovation de rupture sera « réglée » par une entité, si performante soit-elle, cet échec est problématique. Il n’y a pas de solution miracle, mais il y a néanmoins quatre modèles mentaux bloquants que l’on retrouve assez systématiquement dans ces entités, et qui peuvent être changés assez facilement.

Les noms des entités innovation de rupture varient, du plus banal au plus poétique-geek, mais leur objectif est le même: face à la prise de conscience des dangers des ruptures actuelles, permettre à l’entreprise de lancer des innovations de ruptures censées prendre le relais des marchés actuels. En raison même de la façon dont elles sont initiées et lancées, c’est à dire par la direction générale et rattachées à la direction de la stratégie ou de la R&D, pour faire simple, ces entités sont cependant marquées par quatre modèles mentaux forts qui expliquent en grande partie le blocage de leur action.

Premier modèle mental bloquant: l’intérêt du projet suffit à convaincre les décideurs

J’ai moi-même longtemps partagé ce modèle. Lorsque j’étais entrepreneur, nous avions développé une technologie remarquable qui permettait à nos clients de réduire de 50% leur temps de développement logiciel, ce qui était considérable. Je pensais que cela suffirait à ce que les bons de commande affluent sur mon fax (à l’époque c’était un fax) mais il n’en fut rien. De même, je ne compte plus les équipes d’innovation qui pensent que par la vertu magique d’une présentation, elles pourront convaincre le Comex d’investir dans leur projet magnifique. C’est oublier que l’innovation est un processus social bien plus qu’intellectuel.

Le Comex se méfie des innovateurs qui utilisent un vocabulaire abscons et veulent faire prendre des risques insensés à l’organisation en criant au loup « de la rupture qui va nous tuer si nous ne faisons rien ». De son côté les innovateurs accusent celui-ci d’être composé de managers hostiles à l’innovation et avec pour seul horizon de pensée les six prochains mois. Comment convaincre le Comex est la mauvaise question. La bonne, c’est: comment mieux connaître les membres du Comex pour faire tomber ces a priori? Autrement dit, tant qu’un lien social n’aura pas été créé entre les deux parties, et entre les individus qui les composent, la relation sera marquée par la méfiance et restera improductive.

Deuxième modèle mental bloquant: l’innovation de rupture c’est forcément ambitieux

Un responsable innovation de rupture partageait récemment avec moi sa frustration: son équipe avait assez bien réussi à lancer des projets mais ceux-ci étaient relativement peu radicaux, et certainement pas de rupture. Nous sommes bons pour l’incrémental, où nos clients internes voient le résultat qu’ils peuvent en tirer à relativement court terme, mais nous ne progressons pas sur les projets vraiment disruptifs, où nous n’arrivons pas à convaincre. Or comme souligné plus haut, le principal obstacle d’une entité innovation de rupture, c’est son manque de légitimité interne.

Elle subit un paradoxe qui est que la direction générale en attend beaucoup (on veut trois licornes l’année prochaine!) mais de façon assez abstraite, tandis que le reste de l’organisation la voit comme une dépense inutile, au mieux, et comme un risque pour l’activité actuelle, au pire. Et donc loin de constituer une perte de temps au dépend des projets de rupture, les projets incrémentaux sont au contraire le meilleur moyen pour l’entité de développer sa légitimité en interne et de nouer des relations de confiance aux niveaux de l’organisation qui comptent vraiment pour elle, c’est à dire les niveaux intermédiaires du management. C’est en effet là que se trouvent les blocages concrets, mais aussi les opportunités de projets. Les « petits » projets offrent des occasions de petites victoires sur lesquelles on peut construire de grandes choses.

Troisième modèle mental bloquant: incrémental ou rupture, il faut choisir d’emblée

La plupart des innovations de rupture naissent non pas d’un éclair de génie ou d’un processus d’idéation de type « océan bleu » mais de la vie courante. Autrement dit, bien souvent, dans les premiers temps d’un projet innovant, on ne peut pas savoir si celui-ci débouchera sur une rupture. Une rupture ne se décrète en effet pas. Rappelons que l’éclair de génie des deux fondateurs d’AirBnB, ce fut de gonfler un matelas pneumatique dans un salon pour accueillir un hôte pour la nuit. Comment imaginer que trois ans après, l’industrie hôtelière serait disruptée à la suite de ce banal gonflage, que nous avons tous fait un jour ou l’autre dans notre vie?

C’est pour cela que la séparation entre une entité innovation incrémentale, concentrée sur les améliorations à courte échéance, et une entité innovation de rupture consacrée « au long terme » est une erreur. L’un peut déboucher sur l’autre. C’est une raison supplémentaire pour l’entité innovation de nouer des liens de confiance avec les niveaux intermédiaires du management: un banal projet d’amélioration incrémentale peut évoluer en un projet de rupture. On conçoit alors l’intérêt pour l’entité innovation, au moment où cette opportunité émerge, d’avoir investi depuis longtemps dans la relation.

Quatrième modèle mental bloquant: l’innovation de rupture, ça va de l’idée au marché

Alors que nous discutions de sa difficulté à diffuser ses idées disruptives au sein de son organisation, ce responsable d’un lab prenait conscience de l’importance de nouer des liens au sein de l’organisation, et reconnaissait qu’il devait certainement passer plus de temps à vendre ses projets qu’à les concevoir. C’est vrai qu’il y a là un travers assez français, une culture d’ingénieur exacerbée sans doute qui met l’accent sur la sophistication de la technologie et dédaigne les efforts de vente.

Mais là encore, le modèle mental est bloquant. L’innovation de rupture suit rarement un processus linéaire bien sérié, partant d’une idée qui est développée et ensuite vendue, un modèle dit de « technology push » dans lequel l’idée est poussée vers le client qu’il faut convaincre. Un autre modèle, basé sur la co-création, est préférable. Cette co-création est d’autant plus facile que la relation sociale et les liens de confiance ont été développés antérieurement. En ce sens, la « vente » sert aussi bien à pousser ses idées qu’à les susciter, l’échange va dans les deux sens. Les clients internes ne sont pas que des consommateurs passifs des bonnes idées de l’entité innovation mais des partenaires.

L’innovation est un processus social

Il y a presque 200 ans, l’obstétricien hongrois Ignace Semmelweis, en poste à Vienne, avait eu l’intuition, correcte, que si ses collègues se lavaient les mains avant de procéder à un accouchement, la mortalité des femmes, effroyable à l’époque, serait réduite. Il s’est heurté à un mur d’incompréhension et personne ne s’est lavé les mains. Semmelweis pensait qu’il suffisait d’avoir raison pour que les autres soient d’accord avec nous, et il a refusé d’essayer de convaincre ses collègues. En outre, il était hongrois, et souffrait donc d’une certaine condescendance de la part de ses collègues autrichiens qui le voyaient comme un provincial excentrique. Mal considéré et mal intégré au groupe qu’il essayait de convaincre, il a fini dans un asile psychiatrique, abandonné de tous.

Tous les innovateurs n’ont pas une fin aussi tragique, fort heureusement, mais il est essentiel qu’ils comprennent que l’innovation est fondamentalement un processus social. C’est le lien social qui rend possible l’écart à la normale que constitue l’innovation, parce que la confiance a été créée préalablement. Il existe naturellement de nombreux moyens de créer des liens, comme des activités sociales notamment, ou de petits projets incrémentaux qui nous semblent parfois triviaux mais qui pourtant sont essentiels. Le fait que l’action de l’entité soit bloquée par ces quatre modèles est une bonne nouvelle: cela signifie que le déblocage est entièrement à sa portée.

Pour aller plus loin sur la question, lire mes articles précédents: Quelle stratégie pour votre entité innovation de rupture?, Quatre conseils à un jeune responsable innovation. La nature sociale de l’innovation, et par extension de l’entrepreneuriat, est particulièrement lise en avant par la théorie de l’effectuation. Lire mon article introductif: Effectuation: Comment les entrepreneurs pensent et agissent… vraiment.

Pour en savoir plus sur la notion de petite victoire, lire mon nouvel ouvrage Petites victoires: et si la transformation du monde commençait par vous? paru aux éditions Diateino. La notion de modèle mental et son importance dans la transformation individuelle, organisationnelle et sociétale est développée dans notre ouvrage Stratégie Modèle Mental co-écrit avec Béatrice Rousset.

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2017/06/les-deep-tech-innovations-de-rupture-ou-disruptives.html

 

 

A voir

Deeptech Connect 2021

https://www.deeptechconnect.fr/

LE MEILLEUR DE LA DEEPTECH

MADE IN FRANCE

1 JOUR
1 LIEU

Nous mobilisons l’ensemble des acteurs du tech transfer et de l’innovation DeepTech.

200
INNOVATIONS

Nous proposons une sélection des meilleures innovations issues de la recherche publique.

100%
BUSINESS

Nous créons un hub pour répondre aux besoins des industriels et investisseurs

100 STARTUPS

Retrouvez 100 startups DeepTech prometteuses créées à partir de technologies de ruptures. Ces jeunes entreprises proposent des services et produits innovants avec pour ambition de réinventer les marchés sur lesquels elles se positionnent !

100 TECHNOLOGIES

Le DEEPTECH CONNECT vous propose une sélection des meilleures technologies issues du portefeuille des SATT. Venez échanger avec nos business developers pour trouver les solutions qui répondent à vos problématiques, quel que soit votre domaine d’application !problématiques, quel que soit votre domaine d’application !

 

 

 

Deep Tech 100% Europe
[ 18 novembre I en visio I en anglais ]

Rencontre "100% EUROPE" avec Systematic et de nombreux clusters européens
 HORIZON EUROPE : nous avons les réponses à toutes vos questions ! 

 

Partager cet article
Repost0

Lending Club (Upgrade) et Medtech (Quantum Surgital) (suites)

Publié le par Jacques SAMELA.

Lending Club (Upgrade) et Medtech (Quantum Surgital) (suites)
Lending Club (Upgrade) et Medtech (Quantum Surgital) (suites)
Vu et lu dans Challenges n° 707 du 26/08/21

Vu et lu dans Challenges n° 707 du 26/08/21

Vu et lu dans Electroniques de novembre 2021

Vu et lu dans Electroniques de novembre 2021

Quantum Surgical : le prêt de 15 millions d’euros de la BEI qui va accélérer le lancement de son robot médical

https://www.industrie-techno.com/article/quantum-surgical-le-pret-de-15-millions-d-euros-de-la-bei-qui-va-accelerer-le-lancement-de-son-robot-medical.67062#xtor=EPR

 

La start-up de Montpellier, spécialisée dans les medtech, va bénéficier d’un financement de 15 millions d’euros a annoncé la Banque européenne d’investissement le 19 octobre. Inscrit dans une levée de fonds de 40 millions, cet investissement permettra le lancement commercial de son robot chirurgical, capable d’assister les chirurgiens dans l’ablation percutanée de tumeurs.

Le robot de Quantum Surgical n’avait pas encore de nom lorsqu’Industrie et Technologies avait fait le portrait de son PDG, Bertin Nahum, deux ans plus tôt. La Banque européenne d’investissement (BEI) a annoncé le 19 octobre 2021, un financement de 15 millions d’euros pour permettre à la start-up montpelliéraine d’accélérer l’adoption clinique de leur technologie.

Epione – ainsi qu’ils ont choisi de l’appeler – est un robot chirurgical conçu pour assister les praticiens dans leurs opérations d’ablation de tumeurs de l’abdomen, comme celles que l’on retrouve dans le cas du cancer du foie. La technique repose en l’insertion d’une aiguille à travers la peau, jusqu’à la tumeur à détruire. Le robot est équipé d’une intelligence artificielle capable d’intégrer différents types d’images (ultrasons, scanner ou IRM), et possède une précision millimétrique. Le premier essai clinique s’est terminé en février dernier, traitant avec succès 24 tumeurs hépatiques sur 21 patients.

La levée de fonds globale de Quantum Surgical cumule 40 millions d’euros, avec comme investisseurs Ally Bridge, Bpifance et la Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon. Le prêt de la BEI intervient quant à lui dans le cadre du Font de garantie européen chargé de soutenir les entreprises européennes dans l’après-pandémie, qui s’élève à 25 milliards d’euros.

 

Médical : Quantum Surgical lève 40 millions d’euros

https://www.machinesproduction.fr/article/medical-quantum-surgical-leve-40-millions-deuros?utm_source=Sarbacane&utm_medium=email&utm_campaign=News%20machpro_1112

LE  20/10/2021

 

Le français Quantum Surgical, qui conçoit des robots médicaux pour le traitement mini-invasif du cancer, a réalisé une levée de fonds de 40 millions d’euros, a annoncé, mardi 19 octobre, cette jeune entreprise fondée en 2017 à Montpellier (Hérault). Menée par le groupe d’investissement mondial spécialisé dans les sciences de la vie Ally Bridge Group (ABG), via un investissement de 20 millions d’euros, cette levée comprend également des financements de la Banque européenne d’investissement, de Bpifrance et de la Caisse d’Epargne Languedoc-Roussillon.

Cette opération permettra à l’entreprise montpelliéraine de procéder au lancement commercial de son robot médical Epione, conçu pour aider les médecins à réaliser des ablations tumorales percutanées dans l’abdomen.

En 2020, Quantum Surgical avait noué un partenariat avec Stäubli Robotics, afin de travailler sur l’apport de la robotique dans les traitements mini-invasifs des cancers. « Nous sommes extrêmement reconnaissants et fiers que Quantum Surgical confirme sa confiance en Stäubli, comme partenaire de choix pour cette nouvelle application de soins aux patients, au service de leur bien-être », avait déclaré Gerald Vogt, directeur Général de Stäubli Robotics.

http://competitiviteinfrance.overblog.com/l-entreprise-du-mois-medtech

Partager cet article
Repost0

Hydrogène & Hyvolution 2021 (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Hydrogène & Hyvolution 2021 (suite)
Hydrogène & Hyvolution 2021 (suite)
Vu et lu dans Actu Environnement / Avril 2021
Vu et lu dans Actu Environnement / Avril 2021

Vu et lu dans Actu Environnement / Avril 2021

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Vu et lu dans Environnement Magazine n° 1784 de novembre 2020

Vu et lu dans Environnement Magazine n° 1784 de novembre 2020

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S
Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Hyvolution 2021 / Photos J.S

Partager cet article
Repost0

Le 11 novembre : Anecdotes, suites et conséquences

Publié le par Jacques SAMELA.

Le 11 novembre : Anecdotes, suites et conséquences
Le 11 novembre : Anecdotes, suites et conséquences

Bon, vous le savez, le 11 novembre est aujourd’hui un jour férié chez nous, marquant l’anniversaire de l’armistice signé en 1918 par les belligérants que furent l’Allemagne, et de ce que l’on appela à l’époque la Triple Entente, composée de la France, la Grande-Bretagne, et les Etats-Unis.

Le son des canons s’est donc tût à la onzième heure du onzième jour du onzième mois de cette année, avec comme résultat, 1 500 000 victimes françaises, et 8 millions de morts et de blessés au total, tous pays confondus.

Mais par-contre connaissiez-vous cette anecdote, soit que le dernier mort, considéré, de cette guerre fût un français du nom d’Augustin Trébuchon, 40 ans, soldat de 1ère classe et estafette au sein de la 9ème compagnie du 415ème régiment de la 163ème division d’infanterie, touché mortellement à la tête, alors qu’il portait un message à son officier, entre 10 h 45 et 10 h 55, soit à un quart d’heure de la dite fin des hostilités ?

Alors, je dis bien considéré, car d’autres informations indiquent qu’un autre soldat français, du nom d’Emile Andreux fût touché mortellement par un obus allemand cinq minutes avant l’heure fatidique, voire, qu’un soldat américain cette fois-ci, Henry Gunther, fût lui abattu par une mitrailleuse allemande à 10 h 59, soit une minute avant le clap de fin.

D’autres noms circulent, mais au final cela reste et restera difficile à vérifier, car le front étant très large et plus qu’accidenté en raison des bombardements continus, l’information dut se perdre maintes et maintes fois.

Et en plus, au de-là de savoir qui fût réellement le dernier tué de ce conflit, le sujet principal est finalement loin d’être là, si ce n’est que ceux-ci, et certainement d’autres, non pas eu cette dernière chance d’en ressortir vivants et de passer à la postérité.

Donc, si l’histoire retient le premier cité, l’histoire de ce conflit ne s’arrêta finalement et définitivement que 8 mois plus tard, le 28 juin 1919, avec la signature du traité de Versailles, où l’Allemagne, considéré comme la nation responsable, dut rendre à la France, l’Alsace et la Lorraine, prisent à la précédente guerre de 1870, dut accepter la présence de troupes françaises sur son territoire, ainsi que de payer des sommes considérables pour les dommages causés, ce qui au final nourrira ce sentiment de revanche que le peuple allemand gardera tout au long des années précédant l’avènement d’Adolph Hitler, qui soit dit en passant était aussi un ancien combattant de cette confrontation mondiale. Il se dit que l’origine de la 2ème guerre mondiale viendrait en partie de ces humiliations ressenties.

Et pour en revenir au traité de Versailles, il faut savoir aussi que fut créé à son occasion le précurseur de l’ONU, j’ai nommé la SDN ou Société des Nations.

Porté par le président américain de l’époque, Woodrow Wilson, qui y voyait là l’occasion d’éviter un nouveau bain de sang, sa création fût approuvé par 44 états, dont 31 avaient pris part à la guerre, seulement voilà, son pays, par l’entremise du Sénat des Etats-Unis, ne signa jamais la Charte stipulant sa création, ce qui au final rendit presque inopérante son action pour la suite de l’Histoire avec un grand H. D’un point de vue personnel, il obtint malgré tout le Prix Nobel de la paix cette année.

Et pendant ce temps-là, loin de ces considérations diplomatiques, un virus frappe le monde entier depuis 1918, en l’occurrence la dite grippe espagnole, qui malgré son nom (voir lien ci-dessous) démarra aux Etats-Unis dès le mois de mars de cette année dans des bases militaires de l’Etat du Kansas, causée manifestement par le croisement d’une souche humaine de la grippe saisonnière H1N8, et d’une souche aviaire de type N1, d’où cette appellation aujourd’hui connue, H1N1.

Et avec l’arrivée des troupes américaines en avril 1918 en France, la maladie s’est propagée telle une trainée de poudre sur l’ensemble du champ de bataille, avant d’atteindre l’ensemble de l’Europe, affaiblie par la guerre, et ensuite le monde entier. Cette pandémie deviendra la plus meurtrière de l’histoire humaine avec près de 50 millions de morts, loin devant la précédente, connue sous l’appellation « peste noire », ayant sévie elle en Europe essentiellement en 1348, causant la mort de 34 millions de personnes, soit près de la moitié de la population européenne de l’époque.

Et contrairement à celle d’aujourd’hui, aucuns vaccins ne furent découverts, par-contre, des quarantaines furent imposées, faisant finalement disparaitre cette grippe qu’au bout de la 3ème vague, qui aura duré quand même deux ans. A retenir.

Jacques Samela

 

Sources :

. https://www.linternaute.fr/sortir/guide-des-loisirs/1256729-11-novembre-2021-que-celebre-t-on-ce-jour-ferie/

. https://www.1jour1actu.com/info-animee/que-sest-il-passe-le-11-novembre-1918

. https://fr.wikipedia.org/wiki/Augustin_Tr%C3%A9buchon

https://www.un.org/fr/about-us/history-of-the-un/predecessor#:~:text=Pr%C3%A9curseur%20de%20l'Organisation%20des,la%20paix%20et%20la%20s%C3%A9curit%C3%A9%20%C2%BB

https://www.linternaute.fr/actualite/guide-histoire/2490101-grippe-espagnole-date-origine-morts-pandemie-1918/

 

Photo / www.pexels.com

Photo / www.pexels.com

Partager cet article
Repost0

N'oubliez-pas, cela commence demain

Publié le par Jacques SAMELA.

N'oubliez-pas, cela commence demain
N'oubliez-pas, cela commence demain
Photo J.S

Photo J.S

Publié dans Agenda

Partager cet article
Repost0

Edtech (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>