Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La France, Attractive

Publié le par Jacques SAMELA.

La France, Attractive
La France, Attractive

Bilan 2020 des investissements internationaux en France

https://www.businessfrance.fr/procom-mediatheque-bilan-2020-des-investissements-internationaux-en-france

Vendredi 26 Mars 2021

 

Business France publie ce jour son Bilan 2020 des investissements internationaux en France. Malgré le contexte d’incertitude sanitaire qui pèse sur l’économie mondiale et le recul sensible des investissements dû à la pandémie de COVID-19, les investisseurs étrangers font toujours confiance à la France.

En 2020, la France a attiré 1 215 nouvelles décisions d’investissement étranger, un recul de 17 % par rapport à 2019 contre -33 % au niveau mondial. Si la crise a interrompu la dynamique positive de 2019, elle n’a pas remis en cause l’attractivité du site France.

Les emplois créés ou maintenus par les investissements des filiales étrangères ont connu une baisse de 13 % par rapport à 2019. Le choc sur les créations d’emplois est néanmoins amorti car avec 34 567 emplois, 2020 est la deuxième meilleure année depuis 10 ans.

Avec la crise sanitaire, le sentiment d’incertitude est prégnant, cependant, la confiance dans le site France est renouvelée90 % des cadres dirigeants d’entreprises étrangères installées en France tirent un bilan positif de leur investissement en France selon le Baromètre Business France - Kantar-de l’attractivité de la France. Par ailleurs, près de neuf cadres dirigeants sur dix (85 %) estiment que la France est une destination attractive pour les investissements étrangers.

52 % de nouvelles implantations

La France, une terre d’accueil des investissements industriels

Un quart des projets visent à implanter ou étendre un site de production. Les activités de production sont les premières contributrices à l’emploi avec 12 875 emplois, soit 37 % de l’emploi total.

Un écosystème français toujours plus attractif pour l’innovation

Les activités de R&D représentent 12 % de l’ensemble des investissements étrangers en France en 2020. Les entreprises américaines se distinguent par leur implication dans la R&D : elles sont à l’origine du quart des décisions d'investissement recensées dans cette fonction et de 30 % de l’emploi associé.

 Des secteurs stratégiques progressent nettement

Les projets dans le champ de la santé enregistrent une hausse de 40 %. Porté par des investissements dynamiques dans le domaine des énergies renouvelables, le nombre de projets dans le secteur Énergie est en hausse de 13 % et le nombre d’emplois associés a quasiment doublé.

 Les décisions d’investissement se répartissent sur l’ensemble du territoire

41 % des investissements ont été réalisés dans des villes de moins de 20 000 habitants et 70 % dans des villes de moins de 200 000 habitants.

64 % des investisseurs sont Européens

Viennent ensuite l’Amérique du Nord (20 %) et l’Asie (10 %). Les États-Unis restent le principal pays investisseur et pourvoyeur d’emplois en France.

Les mesures du plan de relance jugées pertinentes pour soutenir les investissements et l’attractivité de la France

Les mesures d’urgence de soutien économique sont perçues très positivement par 80 % des dirigeants d’entreprises étrangères dans leur capacité à soutenir l’activité des entreprises.

Le programme d’investissement d’avenir de 11 milliards d’euros d’ici 2022 pour soutenir l’innovation et l’investissement dans les technologies d’avenir et la baisse des impôts de production s’affirment comme les deux mesures les plus pertinentes aux yeux des cadres dirigeants d’entreprises étrangères installées en France.

 

Pour en savoir plus, télécharger les documents ci-dessous 

https://www.businessfrance.fr/Media/PRODUCTION/PROCOM/Articles%20-%20News/Bilan%20des%20investissements%20internationaux%20en%202020.pdf

 https://www.youtube.com/watch?v=xr96KvK9hHU

 

A lire 

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2017/01/business-france-au-service-de-l-internationalisation-de-nos-entreprises.html

 

 

Partager cet article
Repost0

La Chine (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

La Chine (suite)
La Chine (suite)
Vu et lu dans Les Echos du 25/09/20
Vu et lu dans Les Echos du 25/09/20

Vu et lu dans Les Echos du 25/09/20

Vus et lus dans Challenges du 25/03/21, et Télérama (extrait) n° 3648 du 11/12/19
Vus et lus dans Challenges du 25/03/21, et Télérama (extrait) n° 3648 du 11/12/19

Vus et lus dans Challenges du 25/03/21, et Télérama (extrait) n° 3648 du 11/12/19

Vu et lu dans Challenges du 01/04/21
Vu et lu dans Challenges du 01/04/21

Vu et lu dans Challenges du 01/04/21

Vus et lus dans Challenges n° 684 du 04/02/21, et Les Echos du 01/04/21
Vus et lus dans Challenges n° 684 du 04/02/21, et Les Echos du 01/04/21
Vus et lus dans Challenges n° 684 du 04/02/21, et Les Echos du 01/04/21

Vus et lus dans Challenges n° 684 du 04/02/21, et Les Echos du 01/04/21

Vus et lus dans Les Echos du 05/01/21
Vus et lus dans Les Echos du 05/01/21
Vus et lus dans Les Echos du 05/01/21

Vus et lus dans Les Echos du 05/01/21

Vu et lu dans Les Echos du 31/03/21
Vu et lu dans Les Echos du 31/03/21

Vu et lu dans Les Echos du 31/03/21

Vu et lu dans Challenges du 08/04/21
Vu et lu dans Challenges du 08/04/21

Vu et lu dans Challenges du 08/04/21

A lire
A lire

A lire

Pour plus d'informations, n'hésitez-pas à lire ou à relire le dossier du 19 octobre 2016, intitulé : La Chine : Le retour du péril jaune ?

Partager cet article
Repost0

BlaBlaCar (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

BlaBlaCar (suite)
BlaBlaCar (suite)

BlaBlaCar lève 115 millions de dollars et vise une entrée en Bourse

https://www.frenchweb.fr/blablacar-leve-115-millions-de-dollars-et-vise-une-entree-en-bourse/420478

Le 21/04/2021

 

BlaBlaCar, qui annonce une nouvelle levée de fonds, veut profiter de la sortie de la crise sanitaire pour être «agressif», tant en Europe que sur des marchés plus lointains, explique son directeur général Nicolas Brusson dans un entretien à l’AFP. L’entreprise fondée en 2006 a annoncé une levée de fonds de 115 millions de dollars, ce qui lui permet de voir venir. «Aujourd’hui, avec ce plan de financement, on se retrouve avec plus de 200 millions de cash, ce qui nous permet d’être agressifs», déclare Nicolas Brusson.

L’opération valorise la société à 2 milliards de dollars. «C’est clairement une licorne !», souligne le co-fondateur en faisant référence à ces start-up non-cotées valorisées à au moins 1 milliard. Il estime que cette dernière levée de fonds sera sans doute la dernière du genre avant une introduction en Bourse, pour laquelle aucune date n’est encore vraiment fixée, l’objectif étant pour l’instant «d’amener la société fin 2022 à nouveau à la rentabilité, en croissance». «C’est l’ambition et c’est l’esprit. Après on navigue, il y a des inconnues et des surprises» avec le Covid, admet Nicolas Brusson.

BlaBlaCar, qui n’a jamais publié ses comptes, avait gagné de l’argent en 2018. Des acquisitions en 2019 (dont Ouibus, la compagnie de «cars Macron» de la SNCF) l’ont replongé dans le rouge, avant l’arrivée de «la météorite Covid». L’entreprise perd toujours de l’argent, mais elle «a pris des parts considérables de marché aux autres acteurs du transports qui ont plus de difficultés à gérer cette crise parce qu’ils ont beaucoup plus de coûts fixes», expose Nicolas Brusson. D’où «une phase post-Covid d’investissement, parce que les cartes sont rebattues dans le monde du transport, et c’est vraiment en notre faveur», insiste-t-il.

Russie, Inde, Mexique et Brésil, moteurs de croissance à l’international 

Sur son cœur historique, l’Europe occidentale, il ne doute pas une seconde que le covoiturage repartira très fort dès la levée des restrictions de circulation. «En France, les volumes en sont à peu près la moitié de 2019 à la même période, alors qu’on est quand même en confinement», remarque-t-il. «Il y a une population frustrée qui veut voyager, plus jeune que la moyenne, comme le sont souvent nos membres. Il y aura une accélération très rapide en France et dans les pays européens, c’est très clair. Ce qui est moins clair, c’est le timing !» Nicolas Brusson veut aussi «redéployer très rapidement le réseau de bus» (les autocars, jusqu’à présent appelés BlaBlaBus), en France et en Allemagne fin mai-début juin notamment. «L’idée c’est qu’en 2022 on soit capable de proposer un réseau de bus qui soit au moins deux fois celui de 2019», précise-t-il. Il veut aussi commencer à proposer des voyages en train sur sa plateforme.

Le co-fondateur voit aussi plus loin, considérant qu’«aujourd’hui, 80% de l’usage de BlaBlaCar est hors Europe». Ce domaine «hors Europe» occidentale, qui pour lui commence en Pologne et comprend la Russie, l’Ukraine, l’Inde, le Brésil ou le Mexique, est la nouvelle frontière de l’entreprise. BlaBlaCar y propose du covoiturage comme partout ailleurs, et aussi des réservations en ligne de billets d’autocars, agrégeant des liaisons proposées par plus de 7 000 transporteurs locaux.

Contrairement à la France ou à l’Allemagne, l’entreprise n’y organise pas ses propres lignes sous sa marque, mais sert de place de marché. Et au Brésil comme en Inde, le Covid-19 ne semble pas décourager les utilisateurs. «L’idée c’est vraiment d’appuyer sur l’accélérateur dans tous ces pays-là» où l’activité est déjà en plein essor, pointe Nicolas Brusson. Il envisage «un mélange de croissance organique et d’acquisitions en fonction des opportunités d’accélération». Comme en Ukraine, où BlaBlaCar vient de racheter Octobus, une start-up spécialisée dans la numérisation des services des opérateurs de cars.

 

Vu et lu dans Le Parisien Weekend du 13/03/20
Vu et lu dans Le Parisien Weekend du 13/03/20

Vu et lu dans Le Parisien Weekend du 13/03/20

 

Comment Blablacar s’organise face à une baisse de 30% de son activité

https://www.frenchweb.fr/next40-comment-blablacar-sorganise-face-a-une-baisse-de-30-de-son-activite/413837

Le 27/01/2021

Interview de Nicolas Brusson, cofondateur de Blablacar

 

La nouvelle composition du NEXT40 sera bientôt annoncée. En attendant, retrouvez tous les matins une interview d’une start-up issue de la première promotion pour faire un bilan sur ses activités, parler de ses perspectives et de ce que lui a apporté le NEXT40.

Les secteurs du transport et du tourisme sont touchés avec force par la crise du coronavirus. La licorne française Blablacar n’est pas épargnée. « Nous sommes passés de 71 millions de passagers en 2019 à 50 millions en 2020. C’est la première année que nous connaissons la décroissance », reconnait à notre micro Nicolas Brusson, cofondateur et CEO de Blablacar.

La stratégie de l’entreprise consiste à présent à se focaliser sur son activité de covoiturage. BlaBlaCar a annoncé que ses BlaBlaBus, à l’arrêt depuis le 1er novembre, ne reprendraient la route qu’au printemps. « Plutôt que d’effectuer des stop go avec les bus, ce qui serait très dur opérationnellement et dangereux financièrement en cas de non remplissage des bus, nous avons décidé de ne pas redéployer BlaBlaBus pour le moment. Le modèle BtoC de covoiturage de Blablacar est plus facile à opérer », explique le CEO de l’entreprise.

Mais la pépite française ne s’est laissée pas décourager par la situation et s’est intéressée à d’autres activités durant cette année 2020. En mai, la plate-forme de covoiturage a noué un partenariat avec la start-up suédoise Voi Technology pour proposer des trottinettes électriques en libre-service. L’application et les trottinettes Voi déployées en France vont être rebaptisées « BlaBla Ride ». L’opération en est encore à ses débuts. 

Lors du premier confinement, BlaBlaCar a également lancé une application d’entraide entre voisins. Baptisée BlaBlaHelp, la nouvelle application gratuite permettait aux utilisateurs de proposer leur aide bénévolement ou de trouver à proximité des personnes de confiance, déjà inscrits sur BlaBlaCar, pour aller chercher courses de première nécessité ou médicaments. L’application s’est arrêtée le 13 janvier 2021 liée à une baisse de l’engagement des utilisateurs mais aussi de leurs besoins. 

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2015/01/blablacar-en-voiture-tout-le-monde.html

Partager cet article
Repost0

Mars 2021

Publié le par Jacques SAMELA.

Mars 2021
Mars 2021

PARTICIPATION. De la société Korus International (www.korus.fr), expert en conseil et réalisations d’espaces professionnels, à l’élaboration du plus grand Porsche Experience Center au monde (559 000 m2), à Franciacorta en Italie.

Présences du 18 février 2021 / Rattrapage

 

NOUVELLE. Présence pour Thales dans le Top 100 mondial des entreprises et instituts de recherche les plus innovants publié par Clarivate Analytics (www.clarivate.com), spécialisé dans la fourniture d’informations pour accélérer le rythme de l’innovation. La huitième en en dix ans.

VIPress.net du 01 mars 2021

 

EN AVANCE. La France dans le peloton de tête des pays engagés le domaine de l’hydrogène que sont, l’Allemagne, la Chine, la Corée et le Japon.

Batiactu.com du 03 mars 2021

 

RETABLISSEMENT. Des exportations françaises en janvier, avec 40,2 milliards d’Euros, soit 300 de plus que le mois précédent.

Le Moci du 08 mars 2021

 

CERTIFICATION. Allemande pour la société Contrôle Mesure Systèmes (www.cmseddyscan.com), spécialisée dans la conception et la fabrication de produits de contrôle non destructif, en étant choisie par la Deutsche Bahn pour le contrôle de l’ensemble de son réseau.

Contrôle Essais mesures du 08 mars 2021

 

HAUSSE. Des prévisions d’embauche de 20 % dans le domaine de la construction en France, soit une progression de 14 points en un trimestre, mais avec également un manque de main-d’œuvre, comme en Ile de France où 46 000 postes sont à pourvoir.

Batiactu du 09 mars 2021

 

CONVAINCU. Par le français Secure-IC (www.secure-ic.com), fournisseur de solutions de cybersécurités pour les systèmes embarqués et les objets connectés, l’agence américaine DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) annonce un partenariat dans le cadre de l’initiative Darpa Toolbox, avec comme objectif d’accélérer l’innovation technologique en matière de sécurité.

VIPress.net du 16 mars 2021

 

APPROBATIONS. Après celle de la FDA (Food and Drug Administration), c’est au tour de la  NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration) d’approuver l’utilisation  de l’éthylotest électronique Ocigo de la société française Olythe (www.olythe.io) aux Etats-Unis, afin d’en équiper l’ensemble des forces de l’ordre.

Entreprendre du 09 mars 2021

 

COMMANDANT. Thomas Pesquet lors de sa prochaine mission dans l’espace à bord de la Station spatial internationale, prévue le 22 avril 2021. La première fois pour un français.

L’usine Nouvelle du 17 mars 2021

 

INVESTISSEMENT. Du groupe allemand Merck à Molsheim en Alsace de l’ordre de 25 millions d’Euros, lui permettant de renforcer sa production de consommables pour la fabrication de vaccins. Présent depuis 1972, ce projet permettra l’embauche de près de 350 personnes, et de fournir aux industriels européens la capacité de produire davantage de vaccins anti-Covid.

La Tribune du 18 mars 2021

 

GAGNANTE. L’action du groupe SEB, menée depuis 2015 contre la Chine, pour violation de son brevet sur le système de pale de sa fameuse machine Actifry, permettant de cuire des frites fraiches sans ajout d’huile, lui occasionnant également dans le cadre de la 25ème édition du Forum européen de la propriété intellectuelle,  l’obtention de l’Unifab Award 2021 dans la catégorie « Plus belle décision de justice ».

Le Moci du 18 mars 2021

 

ACCORD. Entre la société française Gulplug (www.gulplug.fr) et l’américain Westfalia Technologies pour l’activité consacrée à la recharge des véhicules électriques. Elle fournira le dispositif de branchement automatique, permettant aux véhicules électriques et hybrides de se charger sans intervention humaine.

Gulplug du 18 mars 2021

 

CONSECRATION. Pour Perrine Laffont, après avoir remporté le championnat du monde de ski de bosses le 08 mars dernier, et après avoir obtenue en 2018, la médaille d’or aux Jeux Olympiques.

Elle du 19 mars 2021

 

GEANT. Le skieur français Alexis Pinturault remporte pour la première fois depuis 1997 et Luc Alphand, le classement général de la Coupe du monde de ski 2021. Il rejoint deux autres de ses prédécesseurs que sont Michèle Jacot, et Jean-Claude Killy.

Le JDD du 21 mars 2021

 

CONTRAT. Pour Keolis (www.keolis.com) à Dubaï, avec la gestion du métro automatique et de son tramway pour 9 ans dès septembre 2021.

Batiactu du 22 mars  2021

 

AMBASSADRICE. De l’Europe en France, la ville de Dijon a été retenue parmi douze autres dossiers, dans le cadre du programme européen « H2020, villes et communautés intelligentes », et dont le but est de créer à l’échelle européenne cent quartiers à énergie positive d’ici à 2050. Le choix dans cette ville s’est porté sur une partie du quartier de la Fontaine-d’Ouche, qui devra d’ici cinq ans, produire plus d’énergie qu’il n’en consomme pour son fonctionnement.

La Tribune du 26 mars 2021

 

SUCCES. Pour Florian Zeller et sa pièce de théâtre intitulée « Le Père », après l’obtention de six nominations aux Oscars pour son adaptation, le film « The Father », dont le rôle principal est tenu par Antony Hopkins.

Elle du 26 mars 2021

 

COMMANDE. De plus de 1,4 milliards d’Euros pour Alstom en Espagne, afin de fournir 152 trains de banlieue à un ou deux étages. En option, la fourniture de 76 trains supplémentaires.

BFM Business du 29 mars 2021

 

CHOIX. De la France pour la pépite chilienne de la biotech, Protera (www.proterabio.com), fondée par deux étudiants en 2015.

Challenges du 29 mars 2021

 

PROTOCOLE. D’accord entre Total et l’Irak, dans le cadre de quatre projets dans le domaine du gaz naturel, de l’énergie solaire, et du retraitement de l’eau de mer.

Reuters du 29 mars 2021

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article
Repost0

Exosquelettes, au service de l’homo Sapiens

Publié le par Jacques SAMELA.

Exosquelettes, au service de l’homo Sapiens
Exosquelettes, au service de l’homo Sapiens

Le cinéma l’a plus d’une fois imaginé, Star Wars, Terminator, Robocop, Edge of Tomorrow, Iron Man, et j’en oublie.

Et aujourd’hui, d’autres commencent enfin à aboutir à de nombreuses années de recherche.

En effet, car ce sujet prend sa source dans les prémisses de l’industrie nucléaire, où se posa très rapidement la question de la manipulation humaine face à la problématique des matières radioactives. Donc, sont apparus des pinces et des bras mécaniques, avant qu’un ingénieur américain de l’Argonne National Laboratory, en 1954, parvienne à élaborer ce qui semble être le premier télémanipulateur électronique, fonctionnant à l’électricité, et capable de restituer au niveau de la poignée de commande, la sensation d’effort.

Cependant, loin d’être à la traine, la France, en 1965,  par l’entremise d’un certain Jean Vertut, ingénieur au CEA (http://competitiviteinfrance.overblog.com/2016/04/le-cea-au-service-de-l-industrie-francaise.html), développa lui un manipulateur mécanique, avant d’inventer par la suite le premier robot manipulateur électronique français, le MA22, remplacé en 1974 par le MA23, qui sera à l’origine du programme « Spartacus », dont l’objectif sera de rendre à un patient tétraplégique un certain degré d’autonomie, et suivi quelques années plus tard par la dite station « Master » d’aide aux personnes handicapés, dont les travaux recevront la médaille d’or de l’innovation de la Commission européenne en 1995.

Vu et lu dans Les défis du CEA n° 226 d'avril 2018
Vu et lu dans Les défis du CEA n° 226 d'avril 2018
Vu et lu dans Les défis du CEA n° 226 d'avril 2018
Vu et lu dans Les défis du CEA n° 226 d'avril 2018

Vu et lu dans Les défis du CEA n° 226 d'avril 2018

Bon, à la différence des films cités en introduction, quoique certains sont assez réalistes, et d’une utilisation plus que légitime dans le nucléaire, les principaux axes de recherche concernent surtout une utilisation des exosquelettes (enfin, j’arrive à le placer) à des fins de santé, et donc de permettre à des personnes handicapés de pouvoir remarcher un jour, mais aussi à développer des solutions qu’ont appellent « aides à l’effort », censées répondre à des besoins dans le monde industriel, occasionnant souvent, quand l’effort est répétitif, des « TMS » ou « troubles musculo-squelettiques ».

Et en effet, près de 90 % des maladies professionnelles seraient causées par ces désagréments, concentrés notamment au niveau des mains, poignets, doigts, représentant à eux seuls 34 %, suivi par les épaules avec 31 %, le coude avec 22 %, le dos avec 7 %, et le genou avec 2 %. Quand on sait que les musiciens, dont c’est le métier, peuvent également être touchés par ces problèmes souvent récurrents, on peut imaginer également l’utilisation de ces dites solutions, même si là on pourrait se poser la question quant à leur apport réel ou fantasmé pour l’adaptation de toute œuvre musicale ? J’imagine même le regard des puristes. Mais bon, si cela peut vraiment aider à pratiquer, pourquoi pas.

Vu et lu dans l'Usine Nouvelle n° 3584 du 08/11/18, et n° 3646 du 13/02/20
Vu et lu dans l'Usine Nouvelle n° 3584 du 08/11/18, et n° 3646 du 13/02/20
Vu et lu dans l'Usine Nouvelle n° 3584 du 08/11/18, et n° 3646 du 13/02/20

Vu et lu dans l'Usine Nouvelle n° 3584 du 08/11/18, et n° 3646 du 13/02/20

Par-contre, concernant l’utilisation la plus flagrante aujourd’hui, soit de permettre la mobilité à ceux qui n’en n’ont plus, ou peu, un acteur en France se détache, il s’agit de la société Wandercraft (www.wandercraft.eu), créée en 2012 par trois étudiants de Polytechnique, ayant reçu de nombreux prix, et dont le modèle de référence, connu sous l’appellation «Atalante», est déjà utilisé dans nombres d’hôpitaux de réadaptation européens, et en attente d’une validation de la FDA (www.fda.gov), l’agence américaine en charge d’autoriser tout médicaments ou matériel à être vendu aux USA.

Vu et lu dans l'Usine Nouvelle n° 3609 du 02/05/19
Vu et lu dans l'Usine Nouvelle n° 3609 du 02/05/19

Vu et lu dans l'Usine Nouvelle n° 3609 du 02/05/19

Pour les autres applications, d’autres se positionnent également, et notamment la société RB3D (www.rb3d.com), dont j’avais pu déjà relater de son savoir-faire en 2013 (http://competitiviteinfrance.overblog.com/l-entreprise-du-mois-rb3b), créée elle en 2001, et dont le programme Hercule (https://www.army-technology.com/features/featurefrench-hercule-robotic-exoskeleton/), élaboré conjointement avec le CEA List et l’ESME Sudria (www.esme.fr), et financé par la direction générale de l’armement (DGA), a permis à la France de se retrouver dans le peloton de tête dans la course à l’élaboration de solutions d’assistances au port de charges à des fins militaires. Aujourd’hui elle se consacre également à répondre aux nombreuses problématiques du monde industriel, ce qu’on appelle donc les TMS (voir plus haut).

Et justement, une autre société, plus récente, puisqu’elle a été créée en 2017, se consacre aussi à ces nouveaux outils, que l’on appelle aussi « Dispositifs d’Assistance Physique » ou « DAP », dédiés au monde du travail répétitif, aux postures contraignantes, avec une pénibilité accrue, il s’agit de HMT (www.hmt-france.com) pour Human Mechanical Technologies, dont la particularité dans ce petit monde, est de proposer quasi exclusivement des solutions adaptées (comme les autres j’imagine ?), et ce dans une démarche personnalisée (là est peut-être sa différence ?). Quant à ses produits, ils ont comme noms, Plum’, pour les travaux de bras en hauteur, Moon, pour les mouvements de cou, et Light Mobility, pour les manutentions répétitives.

Vu et lu dans Le Parisien Weekend du 21/09/18
Vu et lu dans Le Parisien Weekend du 21/09/18

Vu et lu dans Le Parisien Weekend du 21/09/18

Mais, comme la France semble être à la page dans ce domaine (et bien d’autres, vous le savez désormais), voici donc deux autres sociétés qui complèteront cette présentation, loin d’être définitive.

La première s’appelle Japet (www.japet.eu), située à Lille, elle vient de recevoir la médaille d’or de l’innovation par la Fondation Carcept Prev (www.carcept-prev.fr), et, depuis sa création, en 2016, elle a déjà vendu plus de 100 exosquelettes en France et à l’étranger (Allemagne, Hong Kong), collaborant également avec de grands noms de l’industrie française comme Airbus, Engie, la SNCF, Décathlon, mais aussi avec les services de réanimation, qui vous le savez désormais, doivent régulièrement retourner les patients en grand difficultés.

Quant à sa spécificité, elle est surtout axée vers le domaine de la prévention de la lombalgie, du au port de charges lourdes, et dont l’utilisation de ses solutions répondent aux besoins de l’industrie, du transport, et de la logistique, permettant également aux personnes souffrant du mal de dos, de maintenir leur activité, évitant en cela des arrêts maladie récurrents.

Et donc, la deuxième, la dernière de la présentation, mais manifestement une des plus anciennes, puisqu’elle a été développée il y a près de trente ans dans la région nantaise par plusieurs technopôles et laboratoires de recherche, avec comme idée de devenir le leader européens des dits systèmes d’assistance physique à l’opérateur, elle s’appelle Gobio (www.gobio-robot.com), et elle intègre désormais le groupe Europe technologies (www.europetechnologies.com).

Foncièrement similaire aux autres, elle complète parfaitement les solutions à disposition, en élaborant des exosquelettes (actifs ou passifs), et des bras zéro gravité articulés, qu’elle propose dans l’agroalimentaire, l’agriculture, les collectivités, les établissements de santé,  le BTP, et  l’industrie dans son ensemble, comptant dans ses plus proches clients, Renault, PSA, ou encore Total Dev.

Vu et lu dans l'usine Nouvelle n° 3630 du 17/10/19, et Challenges n° 630 du 14/11/19

Vu et lu dans l'usine Nouvelle n° 3630 du 17/10/19, et Challenges n° 630 du 14/11/19

Alors, pour celles et ceux qui comme moi ont connus la série intitulée l’Homme qui valait 3 milliards (https://www.scifi-universe.com/series/18463/l-homme-qui-valait-3-milliards/episodes), on est en droit de se poser des questions, notamment d’éthiques, car tant que cela touche à l’aide aux personnes, handicapées ou pas, cela ne me pose pas de problèmes, au contraire même, mais si cela nous amène à termes à des utilisations autres, et notamment violente, il faudra je pense y regarder à deux fois avant de se lancer dans l’élaboration de solutions robotiques, à même d’être utilisé sur des terrains de guerre (https://lesrobotsfautilenavoirpeur.weebly.com/la-robotique-militaire.html), ou ailleurs.

Je n’aimerai pas en arriver à l’histoire de ce livre que je vous conseille, Robopocalypse, de Daniel H Wilson, dont Steven Spielberg racheta les droits, où les robots prennent le pouvoir, et dont une sortie de film était prévue l’année dernière avec Chris Hemsworth, mais reportée en raison de la crise sanitaire en cours.

Rappelez-vous également l’histoire de Terminator. Du cinéma également, mais bon, ne tentons pas le diable quand même.

Jacques Samela

 

Sources :

. Les Défis du CEA n° 226 / Avril 2018

 

A lire :

. https://lejournaldeleco.fr/lexosquelette-ou-lavancee-incroyable-vers-une-marche-quasi-humaine/#.XVp7z017mM8

. https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/en-images-un-labo-stephanois-et-une-entreprise-d-auxerre-developpent-un-exosquelette-contre-le-mal-1612982704

. https://production-maintenance.com/pourquoi-ergosante-specialistes-exosquelettes-choisit-allemagne-filiale-international/?utm_source=email&utm_campaign=N9__Lactualit_de_la_maintenance_par_Production_maintenance&utm_medium=email

. https://www.essentiel-sante-magazine.fr/sante/innovation/homme-bionique

. https://www.centraliens-lille.org/medias/editor/files/Homme_Bionique_289_HD.pdf

. www.ergonoma.com

 

Vu et lu dans Les défis du CEA n° 226 d'avril 2018
Vu et lu dans Les défis du CEA n° 226 d'avril 2018
Vu et lu dans Les défis du CEA n° 226 d'avril 2018
Vu et lu dans Les défis du CEA n° 226 d'avril 2018

Vu et lu dans Les défis du CEA n° 226 d'avril 2018

Vu et lu dans Les défis du CEA n° 226 d'avril 2018
Vu et lu dans Les défis du CEA n° 226 d'avril 2018

Vu et lu dans Les défis du CEA n° 226 d'avril 2018

Publié dans Les dossiers

Partager cet article
Repost0

Terminator, Robocop, Iron Man ?

Publié le par Jacques SAMELA.

Terminator, Robocop, Iron Man ?
Terminator, Robocop, Iron Man ?

Rendez-vous très bientôt.

Partager cet article
Repost0

Blade (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Blade (suite)
Blade (suite)

Blade: le projet de reprise des salariés, soutenu par Xavier Niel, peut-il rafler la mise face à Octave Klaba?

https://www.frenchweb.fr/blade-le-projet-de-reprise-des-salaries-soutenu-par-xavier-niel-peut-il-rafler-la-mise-face-a-octave-klaba/419806

Le 12/04/2021

Interview de Fergus Leleu, New Business Director chez Blade

 

Blade sera bientôt fixé sur son avenir. C’est en effet ce mardi 13 avril que le Tribunal de Commerce de Paris doit examiner les offres de reprise de la start-up française. Malgré 135 millions d’euros levés, elle n’a pas eu d’autre choix que de passer par un placement en redressement judiciaire pour tenter de trouver une issue à la crise qui la fragilise. Parmi les offres déposées, il y a celle d’Octave Klaba ainsi que celle de six salariés de Blade, dont l’actuel CTO Jean Baptiste Kempf. C’est cette dernière que Xavier Niel a choisi de soutenir.

C’est donc une bataille entre deux grands noms de la Tech française qui se profile à l’horizon pour la reprise de Blade. Mais point d’animosité entre les deux hommes, Xavier Niel ayant aidé Octave Klaba à ses débuts avec OVHcloud. Car si le créateur de Station F s’est intéressé au projet de reprise des six salariés de Blade, c’est parce que son ami Jacques-Antoine Granjon, fondateur et PDG de Veepee, séduit par l’idée, lui en a parlé. Après avoir rencontré les salariés de Blade, Xavier Niel a décidé de soutenir le projet à raison d’un investissement à hauteur de 80% du capital de la société via Iliad. Les 20% restants sont réservés aux six repreneurs et aux salariés. Si l’offre est retenue par le Tribunal de Commerce de Paris, Iliad prévoit une enveloppe de 30 millions d’euros sur trois ans pour remettre Blade sur les bons rails.

Fergus Leleu, New Business Director chez Blade qui est l’un des six salariés à avoir travaillé sur ce projet de reprise, nous raconte ses derniers mois dans l’entreprise et la rencontre décisive avec Xavier Niel :

18 mois très difficiles

Si la start-up a été érigée en champion tricolore de son secteur, elle a été quelque peu dépassée par son succès. Face à une demande croissante, les investissements nécessaires pour y répondre n’ont pas été suffisants. Avec des tarifs trop bas, dans le but d’écraser la concurrence sur le marché, la rentabilité s’est éloignée et les problèmes se sont accumulés, surtout au cours de ces 18 derniers mois.

Fin 2019, Jérôme Arnaud a succédé à Emmanuel Freund à la tête de l’entreprise tandis que cette dernière levait 30 millions d’euros pour rester à flot. Dans le même temps, un partenariat avec OVHcloud était signé pour décupler la puissance des serveurs en ligne supportant la solution «Shadow», qui permet d’accéder à un ordinateur dématérialisé hébergé dans le cloud. Mais quelques mois plus tard, c’est la soupe à la grimace. Le partenariat avec OVHcloud a du plomb dans l’aile et les divergences se multiplient au sein de la gouvernance de l’entreprise.

Jean-Baptiste Kempf et Mike Fischer à la rescousse de Blade

Emmanuel Freund décide ainsi de claquer la porte de Blade en avril 2020 pour créer PowerZ, un jeu éducatif qui doit permettre aux enfants d’apprendre tout en s’amusant. Pour ne rien arranger à la situation, les dirigeants ne parviennent pas à boucler une levée de fonds vitale pour la survie de la société. La situation continue de se dégrader, avec des problèmes techniques, des retards de livraison et une crise de gouvernance qui s’est poursuivie jusqu’à l’été 2020. C’est à cette période que sont arrivés, respectivement en tant que CTO et CEO, Jean-Baptiste Kempf, connu pour sa contribution au projet VLC, et Mike Fischer, ancien patron de la branche américaine de Square Enix, passé également par Sega, Amazon et Microsoft.

Chargé de remettre Blade à flot, le tandem a pris la difficile décision de passer par la case redressement judiciaire pour permettre à l’entreprise de repartir sur des bases saines. Et c’est notamment ce que souhaite faire Jean-Baptiste Kempf avec les cinq autres salariés de Blade impliqués dans le projet de reprise, en supprimant les lignes d’activité toxiques pour les remplacer par de nouvelles lignes de revenus provenant de nouvelles verticales, notamment auprès des entreprises et d’acteurs du monde de la recherche. Aujourd’hui, Blade revendique 100 000 clients payants et 50 000 sur liste d’attente. Et que ce soit avec Octable Klaba ou Xavier Niel, les salariés de la start-up française espèrent poursuivre l’aventure. Verdict attendu au cours des dix prochains jours.

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2018/01/blade-de-l-ombre-a-la-lumiere.html

 

http://competitiviteinfrance.overblog.com/l-entreprise-du-mois-ovh-une-r%C3%A9ussite-fran%C3%A7aise

 

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2017/09/xavier-niel-l-oncle-d-amerique-de-la-french-tech.html

 

Partager cet article
Repost0

Poilâne (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Poilâne (suite)
Poilâne (suite)
Vu et lu dans Challenges n° 690 du 18/03/21

Vu et lu dans Challenges n° 690 du 18/03/21

Apollonia Poilâne vous propose un sandwich au pain

https://www.futura-sciences.com/sante/recettes/cuisine-apollonia-poilane-vous-propose-sandwich-pain-185/

La recette que nous propose ici Apollonia Poilâne, une recette parue aux Éditions Flammarion dans le livre « Encyclopédie du pain maison ». Faire du pain chez soi, c'est renouer avec une technique ancestrale.

C'est aussi choisir ses ingrédients, pour un pain sain et à son goût. Cette encyclopédie apprend à faire naître et à nourrir son levain, à connaître les farines et les étapes de la panification et surtout à faire SON pain, avec simplement l'équipement d'une cuisine ménagère.

Cet ouvrage est LA bible pour les amateurs du « fait maison » ! Un cahier pratique qui rassemble : L'histoire du pain - Le pain et la nutrition (index glycémique, calories, fibres, gluten, additifs) - Ce qui fait le pain (des céréales à la farine, l'eau, le sel, le levain, la levure...) - Les pains de France, les pains du monde...

 

LE CONSEIL DU CUISINIER

« Quand mon grand-père Pierre Poilâne a ouvert sa boulangerie à Paris après un tour de France, il s'est mis en marge et a développé toute une philosophie autour du pain, en s'interrogeant sur le pain que l'on mange.

Le pain doit ravir le corps et l'esprit. C'est en nourrissant bien le corps qu'on libère l'esprit. Le pain est un aliment premier et non primaire, car il est essentiel. C'est le carrefour entre l'univers de la céréale et de la fermentation, avec la compréhension que le temps est un facteur clé.

Je suis fière d'avoir eu le grand-père et le père que j'ai eus et prendre la suite de mon père a toujours été une évidence. Je m'en rends compte avec le recul. L'esprit critique qu'ils ont développé est un des ingrédients de mon levain de vie. Cette fierté a nourri aussi mon regard sur mon métier : transformer une céréale en un pain, des biscuits, des pâtisseries de boulanger. Chaque produit a sa particularité, son parfum.

Au comptoir Poilâne, on raconte tout ce que l'on peut faire avec un morceau de pain, la base étant du pain et du beurre. Comme cette recette, qui est à la fois un pied de nez et un clin d'œil à mon père qui avait pour habitude de dire : "un pain se suffit à lui-même". On agrémente ce sandwich au pain avec un beurre cru qui a une histoire, le beurre de Madame. Olivier Roellinger m'a appelée un jour pour l'aider à sauver une race ancienne de vache bretonne, la Froment du Léon. Elle doit son nom à sa robe couleur de blé. Ce beurre délicat et riche en bêta-carotène est parfait sur une tartine de pain au levain. »  Apollonia Poilâne.

Apollonia Poilâne est la troisième génération à diriger la boulangerie familiale. Son grand-père Pierre s'installe en 1932 au 8, rue du Cherche-Midi au cœur de Saint-Germain-des-Prés et fabrique le pain qu'il aime, de généreuses miches, avec une farine moulue à la meule, une fermentation naturelle au levain et une cuisson au feu de bois.

Son fils Lionel se passionne lui aussi pour le pain et reprend le fournil paternel au début des années 1970, en développant considérablement l'entreprise, tout en conservant la méthode de travail à l'ancienne. Quand il disparaît en 2002 dans un accident, sa fille Apollonia reprend les rênes.

Elle adhère pleinement à la philosophie de son père et de son grand-père : privilégier la qualité à la quantité. Les pains Poilâne sont toujours au levain, faits à la main et cuits au feu de bois. La jeune femme a également développé de nouvelles enseignes et mis en place de nouveaux pains et une collection de sablés à la farine de seigle, à la farine de sarrasin, d'avoine, de maïs...

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2017/10/la-maison-poilane-petrie-de-talent.html

Partager cet article
Repost0

Guérande (suite)

Publié le par Jacques SAMELA.

Guérande (suite)
Guérande (suite)
Guérande : Salicornier, l'autre cueilleur des marais salants

https://actu.fr/pays-de-la-loire/guerande_44069/guerande-salicornier-l-autre-cueilleur-des-marais-salants_36118691.html

Le 16 septembre 2020

 

Dans les marais salants de Guérande, le paludier cueille la fleur de sel, le salicornier la salicorne. Rencontre avec l'un des rares cueilleurs de ce « cornichon » des marais.

 

Tout le monde ou presque connaît le métier de paludier. Celui de salicornier est beaucoup plus confidentiel, voire totalement inconnu. 

Il y a encore 30 ans, ils étaient pourtant une trentaine à arpenter les marais salants de Guérande et de Mesquer (Loire-Atlantique) à la conquête de la salicorne, cette plante maritime gustative qui pousse dans les salines, entre eau douce et mer salée. Aujourd’hui, les cueilleurs professionnels ne sont plus que trois. Alain Le Bouil est l’un d’eux.

Toléré dans les marais

C’est de la cueillette sauvage. Nous travaillons essentiellement dans les friches. Et des salines non exploitées, il y en a de moins en moins dans les marais salants,

indique Alain Le Bouil pour expliquer la chute du nombre de professionnels.

La salicorne est aussi ramassée aux abords des petits ponts qui donnent accès aux salines.

Dans les marais, nous, les salicorniers, sommes tolérés et j’ai une règle d’or, toujours demander aux paludiers si je peux cueillir dans leurs salines. C’est une question de respect, je ne suis propriétaire d’aucune terre. Pour les paludiers, la salicorne est une mauvaise herbe qui gêne la production. Souvent ils l’arrachent. Ils n’ont de toute façon pas le temps de la cueillir, le travail du sel est beaucoup trop prenant .

Alain Le Bouil est tributaire de cette tolérance et de la gestion de l’eau sur laquelle il n’a aucune prise. Il en a bien conscience mais l’homme connaît les marais et n’a pas oublié ses jobs d’été de rouleur de sel.

« Le goût de l’enfance »

Cela fait maintenant 10 ans qu’Alain Le Bouil cueille la salicorne avec sa faucille qu’il a lui même façonnée.

Un luxe, une grande liberté d’être en pleine nature dans un environnement exceptionnel .

La récolte se fait en mai et en juin, « faut pas se rater ». À chaque saison, le salicornier cueille environ une tonne de cette petite plante verte qu’il met ensuite en bocaux, en marinade ou en moutarde, dans son laboratoire basé à Herbignac.

Je n’ai pas de stock car les bocaux ont une durée d’un an. À chaque saison il faut donc repartir à la cueillette.

Alain Le Bouil a une quinzaine de clients comme Terre de sel, des épiceries fines ou des paludiers qui les vendent sur leurs étals en complément du sel.

La salicorne a le goût de l’enfance, du souvenir du terroir. Les gens qui viennent en vacances régulièrement ici repartent toujours avec .

Connue essentiellement comme condiment, elle peut aussi se cuisiner comme des haricots, à condition d’être fraîche. Des recherches sont également en cours pour développer ses qualités cosmétiques.

En ce moment dans les marais, on peut encore apercevoir la salicorne, passée du vert au rouge pendant l’été pour se protéger du soleil. Bientôt, avec l’hiver, il n’en restera que des tiges de bois, avant que la plante ne se régénère au printemps et qu’Alain reparte à la cueillette, faucille en mai

 

 

Savez-vous ce qu’est une paludière ? Eh bien c’est mon métier !

https://www.madmoizelle.com/paludiere-sel-guerande-1071917

Le 08 janvier 2021

 

Vous aussi, rêvez de grand air et d'un rythme de vie plus naturel ? C'est le quotidien de Miléna. À 23 ans, elle produit du sel dans les bassins de Guérande, et nous raconte son quotidien de paludière !

J’ai 23 ans et je suis paludière, c’est-à-dire productrice de sel artisanal dans le bassin de Guérande, en Loire-Atlantique. Mon métier consiste à travailler la terre et l’eau de mer pour en extraire du sel, grâce au soleil et au vent !

La production de sel, une histoire de famille

L’histoire d’amour entre ma famille et ce métier remonte au moins à 1620, et a duré jusqu’en 1966. Mes ancêtres ont été paludiers pendant trois siècles, voire plus — je n’ai pas réussi à remonter plus loin dans mes recherches généalogiques.

Mais dans les années 60, le milieu du « marais » a connu un déclin énorme. Malgré une charge de travail élevée, la récolte et la vente du sel ne suffisaient plus à subvenir aux besoins des paludiers, qui s’appauvrissaient énormément.

Leurs enfants quittaient dès que possible les exploitations pour faire des études et pouvoir survivre. C’est le choix qu’a fait mon grand-père, lequel a perdu ainsi les salines familiales qui se transmettaient jusqu’alors de génération en génération.

Comment je suis devenue paludière

Malgré cet héritage chargé en sel, j’ai donc découvert le quotidien de paludière en faisant des saisons !

L’été, les producteurs recrutent des « cueilleurs-porteurs » qui les aident à cueillir les fleurs de sel et à porter le gros sel. Dès ma première expérience, j’ai su que c’était ce que je voulais faire de ma vie : être au grand air, vivre au rythme des saisons et de la météo…

Mais à ce moment-là, je faisais un autre métier que j’aimais beaucoup, et qui demandait énormément d’investissement. Il n’était pas simple d’en changer comme ça.

En 2017, j’ai fini par prendre la décision de quitter mon travail et de commencer à travailler exclusivement comme paludière. J’ai continué à faire des saisons, rencontré des producteurs, approfondi mes connaissances de la région… Tout s’est fait assez naturellement, et sur la durée.

Je ne suis pas arrivée sur les marais pour m’y installer directement, j’ai pris le temps de connaître les autres producteurs et de comprendre en profondeur le fonctionnement de cette culture. En 2020, après de longues recherches, je me suis installée sur ma propre exploitation, en étant très fière de renouer avec cette tradition familiale.

La solidarité dans les salines

En tant que femme autiste, j’ai du mal à m’intégrer socialement, ou à communiquer facilement avec les autres. J’ai donc dû penser mon exploitation en prenant mon handicap en compte : elle est plus petite que celle des autres paludiers, car je ne peux pas gérer l’embauche et le contact de trop de saisonniers, et j’ai un rythme de travail un peu différent, qui me permet plus de repos.

Tout ça aurait pu être très difficile à mettre en œuvre si je n’avais pas été accueillie très chaleureusement par les autres paludiers de ma région. Ici, les salines sont organisées en coopératives, pour permettre aux agriculteurs de mieux vivre de leur travail. Et dans le salines, le maître mot est l’entraide, il y a même des équipes dédiées à ça !

C’est grâce à la solidarité de mes pairs et à toute leur aide que j’ai pu m’installer, que je peux être aussi à l’aise aujourd’hui.

Mon quotidien de paludière est rythmé par les saisons

Mon métier est basé à 100% sur la météo et la salinité de l’eau. Du coup, mon quotidien est très différent en fonction des saisons !

À l’automne, ma journée type commence au lever du soleil, donc vers 9h, et je passe mes journées à remplir des brouettes de terre puis à l’évacuer de ma saline (pour faire simple). Je finis avant le crépuscule, vers 17h. Les journées sont assez courtes.

En hiver, je commence à préparer mes bassins de sel pour la saison qui arrive : je débroussaille la végétation, j’enlève la vase qui s’est accumulée sur les fonds, et je l’utilise pour nourrir les ponts entre les bassins afin de les consolider pour qu’ils soient résistants au fil des mois.

Petit à petit, le printemps arrive alors mes journées s’allongent ! Je continue de préparer les salines, en contrôlant les taux de salinité de l’eau, en vérifiant aussi qu’il n’y a pas d’impuretés. Plus les journées sont chaudes, plus l’eau se concentre en sel.

L’été, le sel arrive en fonction du temps. S’il est chaud et ensoleillé, la saison peut commencer au mois de mai, ou à la mi-juillet — voire jamais pour les années très pluvieuses. On nettoie les bassins de production, qu’on appelle des œillets, afin d’avoir un sel le plus pur possible.

L’été, saison de la récolte du sel

Ensuite, la saison est lancée ! C’est à ce moment-là que mes journées sont les plus longues. Je me lève à 6h30 pour récolter le gros sel sur quasiment toute mon exploitation. Je règle mon eau, vérifie le travail des saisonniers qui récoltent la fleur de sel, prépare des mulons (des petits tas de sels qui permettent de le conserver), transporte des sacs…

A midi, je rentre chez moi, je mange, je fais une sieste, et je repars à 15h30 pour aller trier et cueillir ma fleur de sel, puis prendre sur les œillets le gros sel que je n’ai pas emporté le matin.

Quand je termine, il est environ 21h30. Je règle mon eau, et rentre chez moi, manger et dormir.

L’été les journées sont très longues et fatigantes, mais ce sont celles que je préfère : on récolte le fruit des efforts de l’année, et le sel tant attendu. Cette période dure tant qu’il n’y a pas de pluie ; certaines années, on peut travailler jusqu’à 30 jours d’affilée… Ou pas du tout, si il fait un sale temps.

Un mode de vie calme, au contact de la nature

La plupart des gens voient le fait de vivre dans une région rurale, un peu isolée comme une chose difficile. D’ailleurs, on me demande souvent si cette obligation, du fait de mon métier, n’est pas une contrainte et cette question me fait rire : moi, j’adore être paludière et vivre ici !

Quand j’avais 6 ans, mes parents ont quitté la région parisienne pour revenir près de nos racines et nous élever au grand air. C’est l’endroit où j’ai grandi, et il fait partie de moi. Étant très casanière, je vois le fait de vivre ici comme un énorme avantage : je suis mon rythme et celui du soleil, et je profite !

Si ce métier vous fait rêver autant que nous, sachez qu’il existe un Brevet Professionnel en Saliculture unique en France, situé en Loire Atlantique, où vous pourrez apprendre les secrets de la profession !

http://competitiviteinfrance.overblog.com/2020/10/industrie-territoires-l-eldorado-de-la-presqu-ile-guerandaise.html

Partager cet article
Repost0

Fermob, Tolix (suites)

Publié le par Jacques SAMELA.

Fermob, Tolix (suites)
Fermob, Tolix (suites)
Vu dans Challenges n ° 692 du 01/04/21

Vu dans Challenges n ° 692 du 01/04/21

Vu dans Challenges n ° 692 du 01/04/21
Vu dans Challenges n ° 692 du 01/04/21

Vu dans Challenges n ° 692 du 01/04/21

Vus et lus dans le JDD du 04/04/21, et Le Journal de la Maison n° 531 de février/mars 2021
Vus et lus dans le JDD du 04/04/21, et Le Journal de la Maison n° 531 de février/mars 2021

Vus et lus dans le JDD du 04/04/21, et Le Journal de la Maison n° 531 de février/mars 2021

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>